Voter ou pas, le dilemme d'Iraniens avant la présidentielle

L'élection intervient alors que l'Iran est confronté à des pressions économiques, à des sanctions internationales et à l'application du port obligatoire du voile pour les femmes. (AP)
L'élection intervient alors que l'Iran est confronté à des pressions économiques, à des sanctions internationales et à l'application du port obligatoire du voile pour les femmes. (AP)
Short Url
Publié le Samedi 22 juin 2024

Voter ou pas, le dilemme d'Iraniens avant la présidentielle

  • La participation est l'un des enjeux du scrutin pour lequel six candidats --cinq conservateurs et un réformateur-- ont été qualifiés par le Conseil des gardiens, l'organisme chargé de superviser le scrutin
  • Outre l'économie et le social, les tensions géopolitiques entre l'Iran et l'Occident, et la question sensible du port obligatoire du voile par les femmes font partie des préoccupations des électeurs

TÉHÉRAN, Iran : «Est-ce que ça va changer quelque chose?»: Dans le grand bazar de Téhéran, les Iraniens sont partagés sur le bien-fondé de voter à la présidentielle du 28 juin alors que beaucoup d'entre eux peinent à boucler les fins de mois.

Taghi Dodangeh fait partie de ceux qui ne se posent pas la question. «Voter est mon devoir religieux et civique. Je le ferai jusqu'au dernier jour de ma vie», affirme ce boulanger de 57 ans, interrogé par l'AFP aux abords de l'immense poumon commercial de la capitale.

Fervent défenseur de la République islamique, il se rendra donc dans son bureau de vote pour élire un nouveau président en remplacement d'Ebrahim Raïssi, décédé le 19 mai dans un accident d'hélicoptère.

A contrario, Fariba est déterminée à rester éloignée des urnes. «Je n'ai jamais voté et je ne le ferai pas», annonce sans détour cette femme de 30 ans, qui possède une boutique en ligne. «Car quelque soit le président, ça ne changera rien à nos vies», ajoute-t-elle, sans donner son nom de famille.

La participation est l'un des enjeux du scrutin pour lequel six candidats --cinq conservateurs et un réformateur-- ont été qualifiés par le Conseil des gardiens, l'organisme chargé de superviser le scrutin.

La précédente présidentielle, en 2021, avait été marquée par un taux d'abstention record depuis la révolution islamique de 1979, à 51%, alors qu'aucun candidat réformateur ou modéré n'avait été autorisé à concourir.

Au début de la campagne, le guide suprême et chef de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, a exhorté les Iraniens à participer «en grand nombre» au scrutin, qui est une «affaire importante» pour le pays.

Mahdi Zeinali n'est pas encore sûr de se déplacer le 28 juin. «Si l'un des candidats m'apparait comme la bonne personne, je vais voter. Sinon, non», explique ce jeune commerçant de 26 ans, qui espère que les besoins de la jeunesse soient pris en compte par les six candidats, tous des hommes quinquagénaires ou sexagénaires.

- Hijab et sanctions -

«Les jeunes sont les plus affectés par les difficultés économiques» même si «le président Raïssi a fait beaucoup d'efforts» pour améliorer la situation, estime Keshvar, une mère de famille de 53 ans qui porte le tchador.

Venue au bazar faire «quelques emplettes», Jowzi pense aller voter mais cette femme au foyer de 61 ans regrette que les six candidats viennent «du même milieu» et fassent «des promesses qui ne se concrétiseront pas».

Pour elle, «qu'importe que le prochain président porte ou non un turban», alors que cinq des huit présidents depuis 1979 ont été des religieux.

Cette année, seul un membre du clergé, Mostafa Pourmohammadi, est en lice sans avoir le rang d'ayatollah.

Il ne figure pas dans la liste des favoris qui comporte Saïd Jalili, l'ancien négociateur ultraconservateur du dossier nucléaire, Mohammad-Bagher Ghalibaf, le président du Parlement, et le député réformateur Massoud Pezeshkian, selon un sondage de l'institut Ispa publié jeudi.

Outre l'économie et le social, les tensions géopolitiques entre l'Iran et l'Occident, et la question sensible du port obligatoire du voile par les femmes font partie des préoccupations des électeurs.

«A l'approche des élections», les femmes qui ne portent pas le hijab dans les lieux publics sont «moins ciblées» par les forces de l'ordre, mais «une fois le vote terminé, la situation» va de nouveau se tendre, prévoit Fariba.

Pour Jowzi, qui le porte ainsi que ses filles, «le voile est une affaire personnelle» dans laquelle l'Etat «ne devrait pas s'immiscer».

Interrogés sur le sujet, la plupart des candidats ont adopté une attitude prudente, se déclarant opposés à la police des mœurs et au recours à la violence contre les femmes ne portant pas de voile.

Commerçant dans le bazar, Hamid Habibi souhaite surtout que le prochain président se concentre sur la levée des sévères sanctions internationales, essentiellement américaines, qui «frappent très durement les gens». «Nous sommes sous sanctions depuis 45 ans. Pourquoi?», s'interroge-t-il, en appelant à «un rétablissement des liens avec les Etats-Unis et les pays européens».

A ce stade, une telle perspective semble lointaine: Washington et Bruxelles ont récemment renforcé les sanctions et le Canada a ajouté mercredi à sa liste d'entités terroristes les Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de la République islamique.


Joe Biden annonce renoncer à se présenter à l'élection présidentielle de 2024 

Le président américain Joe Biden a annoncé dimanche renoncer à se présenter à l'élection présidentielle de 2024, une annonce choc survenant à moins de quatre mois du scrutin et après des semaines de remise en question de sa condition physique et mentale. (AFP)
Le président américain Joe Biden a annoncé dimanche renoncer à se présenter à l'élection présidentielle de 2024, une annonce choc survenant à moins de quatre mois du scrutin et après des semaines de remise en question de sa condition physique et mentale. (AFP)
Short Url
  • Le président américain Joe Biden a annoncé dimanche renoncer à se présenter à l'élection présidentielle de 2024, une annonce choc survenant à moins de quatre mois du scrutin
  • "Je pense qu'il est dans l'intérêt de mon parti et du pays que je me retire et que je me concentre uniquement sur l'exercice de mes fonctions de président jusqu'à la fin de mon mandat"

WASHINGTON: Le président américain Joe Biden a annoncé dimanche renoncer à se présenter à l'élection présidentielle de 2024, une annonce choc survenant à moins de quatre mois du scrutin et après des semaines de remise en question de sa condition physique et mentale.

"Je pense qu'il est dans l'intérêt de mon parti et du pays que je me retire et que je me concentre uniquement sur l'exercice de mes fonctions de président jusqu'à la fin de mon mandat", a déclaré le démocrate de 81 ans dans un communiqué, annonçant qu'il s'exprimerait à la nation dans la soirée.

 


Yémen: Guterres exprime sa préoccupation et appelle à la retenue après l'attaque israélienne

Short Url
  • M. Guterres a exhorté toutes les parties à « éviter les attaques qui pourraient mettre en danger les civils et endommager les infrastructures civiles »
  • Dans un communiqué, le secrétaire général a déclaré qu'il « demeure profondément préoccupé par le risque d'une nouvelle escalade dans la région et continue d'exhorter tout le monde à faire preuve de la plus grande retenue »

DUBAI : Le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est dit profondément préoccupé par les frappes aériennes menées samedi par Israël dans le port de Hodeidah et ses environs, au Yémen.

M. Guterres a exhorté toutes les parties à « éviter les attaques qui pourraient mettre en danger les civils et endommager les infrastructures civiles ».

Dans un communiqué, le secrétaire général a déclaré qu'il « demeure profondément préoccupé par le risque d'une nouvelle escalade dans la région et continue d'exhorter tout le monde à faire preuve de la plus grande retenue ».

L'attaque israélienne sur Hodeidah, apparemment en représailles à l'attaque d'un drone houthi sur Tel Aviv au début de la semaine, a causé plusieurs morts et plus de 80 blessés.

Selon la chaîne de télévision Al-Masirah, dirigée par les Houthis, les avions israéliens ont frappé une centrale électrique et une installation de stockage de carburant


Le Premier ministre israélien à Washington pour un numéro d'équilibriste

Lors de sa visite, d'une durée encore incertaine, le Premier ministre israélien pourrait également rencontrer le président Joe Biden. (AFP)
Lors de sa visite, d'une durée encore incertaine, le Premier ministre israélien pourrait également rencontrer le président Joe Biden. (AFP)
Short Url
  • Avec le Qatar et l'Egypte, Washington tente également de relancer ces derniers jours les négociations pour un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas
  • Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se rend en début de semaine à Washington, où il doit prononcer mercredi un discours devant le Congrès

JERUSALEM: Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se rend en début de semaine à Washington, où il doit prononcer mercredi un discours devant le Congrès et tenter de resserrer les liens entre Israël et les Etats-Unis, mis à mal par les hostilités à Gaza.

La visite intervient après plus de neuf mois d'une guerre entre Israël et les Palestiniens de Gaza qui ont crispé les relations entre l'Etat hébreu et les Etats-Unis, son premier allié et soutien indéfectible.

Washington s'est agacé ces derniers mois des conséquences de la riposte d'Israël à l'attaque du mouvement islamiste palestinien Hamas le 7 octobre sur son sol, insistant régulièrement sur la protection des civils à Gaza et l'entrée de l'aide humanitaire.

Avec le Qatar et l'Egypte, Washington tente également de relancer ces derniers jours les négociations pour un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas.

"Il est essentiel de s'assurer qu'on a un plan en place, ce sur quoi on travaille chaque jour, avec les partenaires arabes, avec Israël, (...) pour la gouvernance, la sécurité, l'aide humanitaire, la reconstruction" de Gaza, a expliqué vendredi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

"Et j'imagine que les discussions avec le Premier ministre (israélien) vont se concentrer autour de ça", a-t-il ajouté lors d'un forum sur la sécurité à Aspen, aux Etats-Unis.

Lors de sa visite, d'une durée encore incertaine, le Premier ministre israélien pourrait également rencontrer le président Joe Biden.

"L'atmosphère n'a jamais été aussi tendue (...) en particulier entre la Maison Blanche et le Premier ministre israélien", commente Steven Cook, spécialiste du Moyen-Orient au cercle de réflexion américain Council on Foreign Relations.

« Nous sommes avec Israël »

Ce n'est d'ailleurs pas à l'invitation de la Maison Blanche mais à celle des chefs parlementaires républicains et démocrates que M. Netanyahu se rend à Washington, où il doit s'exprimer devant les élus du Congrès le 24 juillet.

"Je suis ravi du privilège de représenter Israël devant les deux chambres du Congrès et de leur dire la vérité sur notre guerre juste contre ceux qui cherchent à nous tuer", avait-il déclaré début juin après avoir été convié.

Dans leur invitation, les quatre chefs de la Chambre des Représentants et du Sénat ont écrit: "Nous sommes avec l'Etat d'Israël dans sa lutte contre le terrorisme, notamment en ce moment où le Hamas retient toujours captifs des citoyens américains et israéliens et que ses chefs mettent en danger la stabilité régionale".

En pleine campagne présidentielle aux Etats-Unis, "les Républicains tentent de gagner des points à peu de frais auprès des électeurs en montrant qu'ils sont plus favorables à Israël que M. Biden", observe pour l'AFP Yossi Mekelberg, spécialiste des relations israélo-américaines et membre du cercle de réflexion londonien Chatham House.

Le déplacement intervient alors que la pression internationale s'accentue sur Israël, en raison du bilan humain de la guerre (plus de 38.900 morts dans la bande de Gaza, dont une majorité de civils, selon des chiffres du ministère de la Santé du Hamas pour Gaza), mais aussi sur la poursuite de la colonisation israélienne en Cisjordanie occupée.

Vendredi, la Cour internationale de justice (CIJ), plus haute juridiction de l'ONU, a jugé "illicite" la présence continue d'Israël dans le Territoire palestinien occupé (Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est), estimant que celle-ci devait cesser "dans les plus brefs délais".

Le 20 mai, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) avait demandé des mandats d'arrêt, notamment contre M. Netanyahu, pour des crimes de guerre et crimes contre l'humanité présumés dans la bande de Gaza.

« Pas de voyage sans accord »

Sur le conflit à Gaza, Washington met l'accent sur l'après-guerre.

"Ce qui sera important lorsqu'on l'aura (un cessez-le-feu), ce sera de s'assurer qu'il y a un plan clair pour l'après", a encore déclaré M. Blinken vendredi.

"Ce dont on ne veut pas, c'est un accord suivi d'une sorte de vide", qui finira par être rempli "soit par un retour du Hamas, ce qui est inacceptable, soit par la prolongation par Israël de l'occupation ce qui (...) est inacceptable" aussi, a-t-il ajouté.

Le déplacement sera scruté en Israël, où les familles des otages toujours détenus à Gaza lui réclament un accord en vue de leur retour lors de manifestations quasi-quotidiennes.

"Pas de voyage (à Washington) sans accord préalable", ont encore crié des centaines de proches lors d'un rassemblement mercredi à Tel-Aviv.

"C’est une visite que Netanyahu voit avant tout comme un moyen de redorer son blason auprès des Israéliens, en se montrant comme le seul leader capable de s'adresser au Congrès américain", estime Michael Horowitz, expert en géopolitique pour la société de conseil en sécurité Le Beck.