L'épidémie accélère et le pire est à venir

La chancelière Angela Merkel a souligné, le plein impact de l'intensification des contacts sociaux pendant les périodes de Noël et du Nouvel an ne se voient pas encore dans les statistiques (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 11 janvier 2021

L'épidémie accélère et le pire est à venir

  • Avec un taux de 1 725 décès pour un million d'habitants, la Belgique est au premier rang mondial pour la mortalité rapportée à la population
  • La reine Elizabeth II, 94 ans, et son époux le prince Philip, 99 ans, ont reçu samedi leur première injection de vaccin contre le nouveau coronavirus, dans le château de Windsor

BERLIN: L'épidémie de Covid-19 s'accélère avec un total désormais de 20 000 morts en Belgique et de 40 000 en Allemagne, la chancelière Angela Merkel, prévenant que le pire est encore à venir en attendant que les vaccinations ne fassent leur effet.

Depuis l'annonce par Pékin il y a tout juste un an, le 11 janvier 2020, du premier décès du Covid-19, un homme qui faisait ses courses sur un marché de Wuhan, le virus a tué plus d'1,9 million de personnes sur la planète qu'il a en outre plongée dans une crise économique sans précédent.

photo
Premier décès du Covid-19 à Wuhan, Chine (Photo, AFP).

Un an après, la propagation de nouveaux variants plus contagieux entraîne une nouvelle augmentation du nombre des malades et un risque d'asphyxie des hôpitaux, comme au Royaume-Uni, qui a dépassé le seuil des 80 000 mortset en Allemagne, ainsi que de nouvelles mesures restrictives, du Québec à la Suède.

Les semaines à venir constitueront «la phase la plus dure de la pandémie» avec un personnel médical travaillant au maximum de ses capacités, a prévenu Angela Merkel. Plus 80% des lits dans les services de soins intensifs de son pays sont occupés.

D'autant que, a souligné la chancelière, le plein impact de l'intensification des contacts sociaux pendant les périodes de Noël et du Nouvel an ne se voient pas encore dans les statistiques.

La Belgique a dépassé dimanche les 20 000 morts, la moitié vivait dans des maisons de retraite. Avec un taux de 1 725 décès pour un million d'habitants, ce pays est au premier rang mondial pour la mortalité rapportée à la population.

Au Royaume-Uni, le système de santé est «actuellement confronté à la plus dangereuse situation dont on puisse se souvenir», a alerté Chris Whitty, le médecin-chef pour l'Angleterre. «Si le virus poursuit cette trajectoire, les hôpitaux seront en réelle difficulté, et cela tout bientôt».

photo
Les services de santé subissent une pression croissante après que des niveaux records de cas quotidiens confirmés en laboratoire de Covid-19 ont conduit à un plus grand nombre de patients traités à l'hôpital en Angleterre que lors du pic initial de l'épidémie en avril (Photo, AFP).

En attendant l'accélération des campagnes de vaccination, dont la lenteur est critiquée, les gouvernements, comme en France et en Suède, durcissent les mesures pour réduire les contacts, au risque d'aggraver la morosité économique.

Son pays étant actuellement en difficulté, avec l'un des taux de contamination les plus élevés du monde, le président tchèque Milos Zeman a annoncé dimanche avoir demandé à Israël de partager son savoir-faire en matière de vaccination.

Un appel lancé tandis que des milliers de personnes ont manifesté dans le centre de Prague pour protester contre la campagne en cours dans ce domaine et les restrictions gouvernementales strictes visant à endiguer l'épidémie. «Nous ne sommes pas des moutons !», «non à la vaccination !» et «ouvrons la Tchéquie !», ont notamment scandé les protestataires.

Nouveau variant en Russie 

En France, huit nouveaux départements avancent leur couvre-feu à 18H00, au grand dam des commerces alimentaires, rejoignant quinze départements qui l'avaient fait le weekend dernier. Dans le reste du pays -qui compte au total une centaine de départements-, il est fixé à 20H. A Monaco, il sera avancé lundi à 19H.

Une quarantaine de cas de contamination par le variant britannique ont pour l'heure été détectés en France. A Marseille (sud-est), la situation est jugée «inquiétante». 

Les autorités sanitaires russes ont pour leur part annoncé dimanche avoir découvert un premier cas de ce variant chez une personne de retour du Royaume-Uni.

Au Québec, un couvre-feu nocturne est entré en vigueur samedi soir pour enrayer la seconde vague de coronavirus, une mesure inédite au Canada à l'échelle d'une province depuis l'épidémie de grippe espagnole il y a un siècle.

L'accélération de l'épidémie a contraint la Suède à rompre avec sa politique jusque-là moins stricte qu'ailleurs. Dès dimanche, elle peut durcir les mesures, notamment pour la première fois fermer commerces et restaurants dans des zones ciblées.

Mais ces dispositifs suscitent aussi des révoltes : au Danemark, où les cas liés à la souche mutante britannique se multiplient, des manifestations contre les restrictions ont dégénéré samedi en affrontements et neuf personnes ont été arrêtées.

Montrant l'exemple, la reine Elizabeth II, 94 ans, et son époux le prince Philip, 99 ans, ont reçu samedi leur première injection de vaccin contre le nouveau coronavirus, dans le château de Windsor, à l'ouest de Londres, où ils sont confinés. 

Ecoles fermées en Israël

Le gouvernement a pour ambition d'avoir vacciné tous les adultes du Royaume-Uni d'ici à l'automne et a déjà pris de l'avance avec 1,5 million de personnes ayant déjà reçu leur première injection. 

Pour aider les «pays vulnérables» à accéder eux aussi aux vaccins, le gouvernement a annoncé dimanche avoir collecté auprès de ses alliés un milliard de dollars (820 millions d'euros).

En Jordanie, le Premier ministre Bicher al-Khasawneh et plusieurs autres membres du gouvernement se sont fait injecter une dose du vaccin chinois de Sinopharm, le deuxième à être approuvé dans ce royaume après celui conçu par l'Américain Pfizer et l'Allemand BioNTech.

Récemment contaminé par le nouveau coronavirus, le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, est de son côté retourné dimanche en Allemagne pour se faire soigner de complications à un pied liées au Covid-19, selon la télévision publique.

Les Israéliens ont entamé dimanche leur première semaine de travail depuis que de nouvelles restrictions ont été imposées afin de renforcer le troisième confinement national, mis en œuvre le mois dernier. Les écoles, qui étaient restées ouvertes pendant le premier confinement sont cette fois restées fermées.

À Gaza, les mosquées ont rouvert à l'aube, à la suite de la décision des dirigeants du Hamas (islamiste) d'y autoriser la prière du dimanche au jeudi uniquement. 


Poursuite du vote marathon sur le plan de relance de Biden

Le président américain Joe Biden lors d'une table ronde avec les Américains qui bénéficieront des contrôles de secours et font partie du plan de relance, le 5 mars 2021 à Washington, DC (Photo, AFP)
Short Url
  • Les sénateurs américains votaient toujours samedi matin sur une longue série d'amendements au plan de relance de 1 900 milliards de dollars voulu par Joe Biden
  • Le plan des démocrates prévoit notamment des chèques de 1 400 dollars pour des millions d'Américains, ainsi que 350 milliards de dollars d'aide aux Etats et aux collectivités locales

WASHINGTON: Les sénateurs américains votaient toujours samedi matin sur une longue série d'amendements au plan de relance de 1 900 milliards de dollars voulu par Joe Biden, une séance marathon que les démocrates espéraient conclure par un vote crucial ce week-end. 

Les démocrates disposent d'une courte majorité au Sénat et leur chef Chuck Schumer s'est montré convaincu de pouvoir faire adopter « cette semaine » le plan. 

Mais l'examen du texte, démarré jeudi, s'éternisait encore samedi.  

Vendredi soir, les sénateurs sont entrés dans un « vote-a-rama », procédure-marathon lors de laquelle ils peuvent proposer des dizaines d'amendements et exiger un vote sur chacun.  

L'occasion pour l'opposition républicaine, qui juge le plan Biden trop coûteux et pas assez ciblé, de présenter ses doléances. 

Le soleil brillait sur le Capitole samedi matin et les votes se poursuivaient, après déjà plus d'une vingtaine d'amendements.  

Un faible cri de joie s'est élevé au petit matin lorsque les sénateurs, dont beaucoup sont âgés, sont parvenus à un rare consensus pour approuver un amendent sur les anciens militaires à l'unanimité.  

Un rare compromis dans une procédure  marquée par la division entre démocrates et républicains.  

Chèques de 1 400 dollars  

Le plan des démocrates prévoit notamment des chèques de 1 400 dollars pour des millions d'Américains, ainsi que 350 milliards de dollars d'aide aux Etats et aux collectivités locales. 

Le texte prévoit aussi des milliards de dollars pour lutter contre la pandémie, dont 49 milliards pour le dépistage et la recherche, en plus de 14 milliards pour la distribution du vaccin.  

Le projet de loi retournera ensuite la semaine prochaine à la Chambre des représentants, à majorité démocrate, pour un vote final, avant d'être promulgué par le président américain.  

Le temps presse pour les démocrates qui veulent mettre en oeuvre ce plan d'ici le 14 mars, avant la suspension prévue du versement d'allocations chômage à des millions d'Américains.  

L'examen du texte avait commencé par la lecture, forcée par un républicain, des 628 pages du projet de loi pendant près de 11 heures, jusque dans la nuit de jeudi à vendredi. 

Puis, vendredi, la procédure avait été soudainement paralysée par l'opposition d'un sénateur démocrate conservateur à un dispositif clé de ce gigantesque plan d'aide, censé maintenir à flot la première économie mondiale durement affectée par la pandémie.    

Un camouflet pour le chef démocrate, et la Maison Blanche qui soutenait publiquement cet amendement sur les allocations chômage. Ils étaient finalement parvenus à un accord dans la soirée, réduisant la durée des aides. 

« Mini-boom économique »  

Joe Biden a martelé vendredi le besoin d'adopter sans délai son plan, tempérant l'enthousiasme créé par de bons chiffres de l'emploi aux Etats-Unis dévoilés vendredi, un signe pourtant annonciateur d'un mini-boom économique au printemps. 

En février, 379 000 emplois ont été créés, près de trois fois plus qu'en janvier, avait annoncé dans la matinée le département du Travail. 

Mais il faudra encore du temps pour retrouver le niveau d'avant la pandémie: 18 millions d'Américains touchent toujours une allocation, après avoir perdu leur emploi ou vu leurs revenus plonger. 

« A ce rythme, il faudra deux ans pour revenir dans les clous » et retrouver le niveau de février 2020, a averti le président américain. 

Les bars et restaurants, qui souffrent particulièrement depuis le début de la crise, sont ceux qui ont le plus embauché le mois dernier. L'interdiction de servir en salle a en effet été assouplie dans certaines régions. 

Les autres activités liées aux loisirs et à l'hébergement, ainsi que les services de santé, la vente au détail, l'industrie manufacturière, ont également créé de nouveaux postes. 

Et les entreprises du pays se mettent surtout en ordre de bataille pour le mini-boom économique annoncé. 

Dès le printemps, la consommation devrait en effet bondir, portée par les vaccinations menées tambour battant, et par les aides publiques distribuées depuis le début de la crise qui, couplées aux dépenses en baisse, ont rempli les comptes en banque des Américains, notamment des plus aisés. 

Selon Joe Biden, les bons chiffres des créations d'emplois sont certainement dus au plan de relance de 900 milliards de dollars qui avait été adopté fin décembre et signé par son prédécesseur Donald Trump. 

Mais sans nouvelles aides, tout cela « va ralentir », a-t-il prévenu, « on ne peut pas faire un pas en avant et deux pas en arrière ». 

Son projet de 1 900 milliards de dollars serait le troisième plan d'aides exceptionnelles approuvé par le Congrès pendant la pandémie. 


Les milices iraniennes prétendent disposer de cellules actives à Washington DC

Des milices iraniennes affirment disposer de cellules actives composées d'agents basés à Washington, la capitale des États-Unis, ainsi que dans d'autres villes américaines (Photo, AFP).
Short Url
  • De nouvelles allégations indiquent que les factions terroristes affiliées à l'Iran prennent de plus en plus d'ampleur et bénéficient d'un soutien sans précédent
  • Elles ont ainsi exigé le retrait de toutes les troupes américaines d'Irak et du Moyen-Orient

DUBAÏ: Les milices iraniennes disposent de cellules actives qui opèrent à Washington DC, la capitale des États-Unis, ainsi que dans d'autres villes américaines, selon les chatrooms de ces groupes.

Kawtheryoon Electronic Team, un réseau de télégrammes dont se servent les milices iraniennes ainsi que leurs partisans, a affirmé dans un message publié récemment que « les cellules de résistance iraniennes sont implantées au sein de l'Amérique et de sa capitale », a rapporté la chaîne Fox News, qui a publié une copie du message rédigé en anglais et récupéré par le Middle East Media Research Institute (MEMRI), qui dépiste les groupes radicaux.

Par ailleurs, la milice affirme que les factions terroristes affiliées à l'Iran prennent de plus en plus d'ampleur et bénéficient d'un soutien sans précédent ; elles ont ainsi exigé le retrait de toutes les troupes américaines d'Irak et du Moyen-Orient.

Le Kawtheryoon Electronic Team a publié une photo montrant des cercueils de soldats américains, selon la chaîne de télévision Fox News.

Les allégations concernant des cellules terroristes iraniennes implantées aux États-Unis arrivent au moment où l'administration Biden cherche à engager directement l'Iran dans la conclusion d'un nouvel accord nucléaire.

Plus tôt, le président Joe Biden avait déclaré que l'Iran devait réduire ses activités d'enrichissement d'uranium avant toute relance des discussions sur le programme nucléaire iranien.

Selon la chaîne Fox News, l'Iran continue néanmoins de soutenir le terrorisme et ne manifeste aucun signe de repli quant à ses opérations actives au Yémen, en Syrie, en Irak, au Liban et dans d'autres régions sensibles du Moyen-Orient.

Par ailleurs, l'Iran continue de soutenir les frappes contre les troupes américaines stationnées en Irak, et a probablement été derrière l'attaque à la roquette perpétrée mercredi contre une base aérienne en Irak qui accueille des troupes américaines, poursuit la chaîne de télévision.

Ce texte est la traduction d’un article  paru sur Arabnews.com.


RDC: sur les traces d'un des plus anciens foyers de peste au monde

Des analystes tentent de confirmer la présence de la peste bubonique au Congo, le 25 février (Photo, AFP).
Short Url
  • C'est en 1926 que le bacille a été identifié dans l'actuelle province de l'Ituri (Nord-Est). «Le foyer congolais est le plus ancien au monde», affirme la division provinciale de la santé
  • Depuis le 15 novembre, 335 cas suspects ont été enregistrés, dont sept décès, selon les registres épidémiologiques consultés sur place

ARU: Déjà confrontée à des épidémies multiples, la République démocratique du Congo abrite un des plus anciens foyers de peste au monde, dont l'activité semble s'accroître depuis fin 2020, dans une zone reculée, aux confins de l'Ouganda et du Soudan du Sud.

C'est en 1926 que le bacille a été identifié dans l'actuelle province de l'Ituri (Nord-Est). « Le foyer congolais est le plus ancien au monde », affirme la division provinciale de la santé

« La peste n'a jamais cessé de circuler depuis sa découverte. Elle va et vient. Mais il semble qu'elle soit de retour après 40 ans. Les habitants n'étaient pas préparés », analyse le docteur Anne Laudisoit, éco-épidémiologiste membre d'une équipe pluridisciplinaire dépêchée sur les lieux.

Depuis le 15 novembre, 335 cas suspects ont été enregistrés, dont sept décès, selon les registres épidémiologiques consultés sur place.

La transmission à l'homme se fait via les puces infectées présentes sur les rongeurs, et les rats noirs en particulier.

Les rats contaminent les foyers en pénétrant dans les maisons, attirés par la nourriture et les stocks de vivres. 

« La population est ignorante du danger que représentent les puces et les rats dans la transmission et le maintien de la peste », déplore le médecin congolais Michel Mandro, de la Division provinciale de la Santé (DSP).

Des pièges à puces ont été placés au sein des foyers, afin de pouvoir mener des analyses et confirmer la présence de la peste. Des prélèvements sont aussi effectués sur les cadavres de rats, autre indicateur potentiel de la maladie. 

Des échantillons sont également prélevés sur des personnes présentant des symptômes de la peste bubonique (ganglions, fièvre...).

« Le laboratoire régional spécialisé pour les analyses de la souche, autrefois installé dans la province, n'est plus fonctionnel depuis plus de 30 ans. Ce qui oblige les acteurs sur le terrain à envoyer les échantillons à l'Institut national de recherche biomédicale à Kinshasa, à plus de 2 000 km », déplore le Dr Mandro.

Ces échantillons suspects de peste restent de ce fait non confirmés, signe que la recherche sur la maladie reste négligée en RDC, déplore une source scientifique.

Il est vrai que la peste est loin d'être la seule priorité sanitaire de la RDC, qui doit gérer plusieurs épidémies à la fois.

Le plus grand pays d'Afrique subsaharienne a relativement été épargné par l'épidémie de Covid-19 (26 340 cas depuis mars pour 2,3 millions d'habitants, dont plus de 19 000 dans la capitale Kinshasa).

Une nouvelle épidémie d'Ebola a été enregistrée en février dans la province du Nord-Kivu, voisine de l'Ituri. Quelques cas ont été répertoriés. Dans cette province, Ebola a tué plus de 2 000 personnes lors de la grande épidémie d'août 2018 à juin 2020.

Le pays a également été touchée par une épidémie de rougeole en 2020.