Affaire Ghosn: son ex-collaboratrice entendue par les juges d'instruction

L'ancien président de Nissan Motor Co., Carlos Ghosn, prend la parole lors d'une conférence de presse avec le président de l'Université libanaise de Kaslik (USEK) lançant une initiative conjointe pour aider le pays en crise, dans la ville nord de Jounieh, le 29 septembre 2020. (AFP)
L'ancien président de Nissan Motor Co., Carlos Ghosn, prend la parole lors d'une conférence de presse avec le président de l'Université libanaise de Kaslik (USEK) lançant une initiative conjointe pour aider le pays en crise, dans la ville nord de Jounieh, le 29 septembre 2020. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 11 janvier 2021

Affaire Ghosn: son ex-collaboratrice entendue par les juges d'instruction

  • L'ancien bras droit de Carlos Ghosn chez Renault, la Franco-Iranienne Mouna Sepehri, a été entendue vendredi par les juges d'instruction chargées de l'enquête sur les prestations de conseil de Rachida Dati et Alain Bauer
  • «Mme Sepehri a été convoquée pour une audition en qualité de témoin assisté», a précisé cette source

PARIS : L'ancien bras droit de Carlos Ghosn chez Renault, la Franco-Iranienne Mouna Sepehri, a été entendue vendredi par les juges d'instruction chargées de l'enquête sur les prestations de conseil de Rachida Dati et Alain Bauer auprès de l'ex-magnat de l'automobile, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

«Mme Sepehri a été convoquée pour une audition en qualité de témoin assisté», a précisé cette source, confirmant une information de Libération.

Le statut intermédiaire de témoin assisté signifie qu'elle ne peut pas être mise en examen, du moins à ce stade, dans l'enquête.

Fin novembre, l'ancienne garde des Sceaux Rachida Dati avait déjà été placée sous ce statut, plus favorable que celui de mis en examen, après avoir été interrogée près de seize heures par les magistrates chargées des investigations.

Mme Sepehri, qui fut directrice déléguée à la présidence de Renault, avait déjà été entendue en audition libre par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) en septembre, selon une source proche de l'enquête. La source judiciaire a confirmé cette audition.

Selon des documents consultés en 2019 par l'AFP, elle a reçu près de 500 000 euros en quelques années en tant que membre du directoire de l'alliance Renault-Nissan. Elle était la seule dirigeante salariée par la société de droit néerlandais Renault-Nissan BV (RNBV), selon une source proche du dossier.

Cette avocate de formation, qui a travaillé pendant des années avec l'ancien patron de Renault, Louis Schweitzer, avant d'œuvrer aux côtés de M. Ghosn, avait été projetée en pleine lumière à la suite de l'arrestation de l'homme d'affaires libano-franco-brésilien en novembre 2018 au Japon.

Elle avait quitté en avril 2019 le comité exécutif de Renault, mais était restée salariée de l'entreprise à une fonction de conseillère spéciale du directeur général.

Le parquet national financier avait ouvert une enquête après une plainte visant Rachida Dati, le criminologue Alain Bauer, Carlos Ghosn et son épouse, déposée le 17 avril 2019 par une actionnaire de Renault, Danièle Coutaz-Repland.

Cette enquête, qui porte sur des contrats noués par RNBV, la filiale néerlandaise de l'alliance Renault-Nissan, lorsque Carlos Ghosn était encore PDG du groupe automobile, a ensuite été confiée au cours de l'été 2019 à des juges d'instruction du pôle financier de Paris.

Selon une source proche du dossier, Mme Dati, qui nie toute irrégularité, aurait touché 900 000 euros d'honoraires en tant qu'avocate entre 2010 et 2012, alors qu'elle était à l'époque aussi députée européenne. Alain Bauer aurait quant à lui perçu un million d'euros entre 2012 et 2016 pour des activités de consultant en sécurité, via sa société AB Conseil.


Au procès du 13-Novembre, «les amoureux du Bataclan» racontés par leurs parents endeuillés

Un homme regarde la plaque commémorative près du théâtre et café du Bataclan à Paris le 3 septembre 2021 où des djihadistes ont attaqué et tué 90 personnes le 13 novembre 2015. (Photo, AFP)
Un homme regarde la plaque commémorative près du théâtre et café du Bataclan à Paris le 3 septembre 2021 où des djihadistes ont attaqué et tué 90 personnes le 13 novembre 2015. (Photo, AFP)
Short Url
  • Prise quelques semaines avant que Marie et Mathias soient tués au Bataclan, à respectivement 23 et 22 ans et parmi les plus jeunes victimes de la tuerie qui a fait au total 90 morts, l'image a fait le tour du monde 
  • Six ans plus tard, c'est ensemble, prenant tour à tour la parole, que leurs pères honorent la mémoire de leurs seuls enfants

PARIS : Deux pères éplorés, côte à côte à la barre. Au procès des attentats du 13 novembre 2015, ces parents ont raconté ensemble lundi la perte de leur enfant unique, Marie et Mathias, "les amoureux du Bataclan" fauchés en pleine jeunesse. 

Le selfie projeté sur grand écran derrière la cour d'assises spéciale de Paris montre deux visages juvéniles, radieux: Marie Lausch a le bras autour du cou de son compagnon, Mathias Dymarski, et lui embrasse la joue. 

Parce qu'une mèche des cheveux blonds de Marie avait rejoint sa chevelure sombre, Mathias trouvait la photographie "ratée", confie son père, Jean-François. 

Prise quelques semaines avant que Marie et Mathias soient tués au Bataclan, à respectivement 23 et 22 ans et parmi les plus jeunes victimes de la tuerie qui a fait au total 90 morts, l'image a fait le tour du monde. 

Six ans plus tard, c'est ensemble, prenant tour à tour la parole, que leurs pères honorent la mémoire de leurs seuls enfants. 

Les deux amoureux s'étaient rencontrés lors de leur année de terminale à Metz, à une fête d'anniversaire. 

"Mathias, qui était toujours entier, avait voulu séduire Marie, et s'était enduit le visage de Nutella car Marie était gourmande et cela avait marché", sourit Jean-François. 

Séparés un moment par leurs études, elle à Londres, lui à Grenade en Espagne, ils s'étaient installés à Paris à l'été 2015 et projetaient d'aller vivre aux Etats-Unis, quitte à ce que Mathias "casse" un CDI tout juste décroché. 

"Marie avait son petit prince Mathias. Elle était solaire, lumineuse, dynamique, ouverte sur les autres, humble et toujours souriante", se souvient son père, Maurice. 

A son côté, le dépassant de deux têtes, Jean-François loue aussi un fils qui faisait "tout à fond", son travail dans le BTP, le BMX, et sa "première passion, Marie". 

Unis "dans la même peine" d'être devenus les membres d'une "famille sans enfant", Maurice et Jean-François ont traversé ensemble six années d'épreuves. 

Ni «haine» ni «pardon»

Partis de Moselle avec leurs épouses le soir du 13 novembre 2015, ils découvrent le "capharnaüm" dans les hôpitaux, l'attente interminable puis "l'atroce réalité", la mort de leurs uniques enfants. 

Derrière une vitre à l'Institut médico-légal, ils ont pu voir quelques minutes les corps de Marie et Mathias, "unis dans un linceul blanc", et "dû attendre dix jours pour pouvoir les embrasser dans un cercueil". 

C'est encore ensemble que ces parents inconsolables ont assisté à la messe d'enterrement commune de leurs enfants. Ensemble toujours qu'ils ont créé avec les amis du jeune couple l'association Marie et Mathias, reconnue d'utilité publique pour son aide pour la jeunesse, dit fièrement le père de Marie. 

Aux accusés, il lance: "Non seulement vous ne nous avez pas divisés mais vous avez agrandi notre famille". 

"Pas de haine, mais pas de pardon", complète le père de Mathias. 

A l'entame de cette cinquième semaine d'auditions de parties civiles, la cour d'assises spéciale a également entendu la douleur des proches d'un autre couple "mort dans l'enfer du Bataclan", Cécile, 32 ans, et Luis, 33 ans. "Unis par la musique et un coup de foudre", ils ont été enterrés ensemble, à Gap.

Cécile avait rencontré "l'amour de sa vie" en 2008, Luis était un peu devenu "comme un second fils" pour la famille de la jeune femme, administratrice de production dans un théâtre. 

"Attiré par son amoureuse", Luis avait décidé de venir vivre à Paris, quittant son Chili natal, témoigne aussi sa mère, Nancy, qui s'est installée en France le temps des neuf mois du procès. 

A l'aide d'un interprète, elle raconte son fils, benjamin d'une fratrie de trois, un "amoureux de la musique" qui avait fondé un groupe de rock, Captain americano. 

Elle souligne également les nombreux obstacles qu'elle a dû affronter pour assister au procès, en tant que victime étrangère. "Nous avons dû nous débrouiller tous seuls", déplore Nancy.

Les dépositions des familles endeuillées se poursuivent mardi. 


Une mosquée accusée de «pratique radicale de l'islam» fermée six mois

La mosquée d'Allonnes où est promue, selon la préfecture du département de la Sarthe, "une pratique radicale de l'islam". (Photo, AFP)
La mosquée d'Allonnes où est promue, selon la préfecture du département de la Sarthe, "une pratique radicale de l'islam". (Photo, AFP)
Short Url
  • Le 13 octobre, la préfecture de la Sarthe avait annoncé avoir engagé une procédure de fermeture contre cette mosquée qui accueille environ 300 fidèles et une école coranique avec 110 enfants. 
  • «L'association Al Qalam, ainsi que les imams officiant à la mosquée d'Allonnes promeuvent une pratique radicale de l'islam, légitiment le recours au djihad armé, la mort en martyr ainsi que l'instauration de la charia»

RENNES : Les autorités françaises ont ordonné lundi la fermeture pendant six mois de la mosquée d'Allonnes (ouest) où est promue, selon la préfecture du département concerné, "une pratique radicale de l'islam".

Le 13 octobre, la préfecture de la Sarthe avait annoncé avoir engagé une procédure de fermeture contre cette mosquée qui accueille environ 300 fidèles et une école coranique avec 110 enfants. 

Selon l'arrêté préfectoral publié lundi, "les dirigeants de l'AAJM (Association allonnaise pour le juste milieu, ndlr) et de l'association Al Qalam, ainsi que les imams officiant à la mosquée d'Allonnes promeuvent une pratique radicale de l'islam, légitiment le recours au djihad armé, la mort en martyr ainsi que l'instauration de la charia".

Les deux associations sont accusées de "légitimer les attentats terroristes". "Il en a été ainsi en septembre 2020, après la republication des caricatures de Mahomet par le journal Charlie Hebdo, M. Moulay Driss El Yakoubi ayant réuni des jeunes à la mosquée en indiquant : +Ces gens méritent la mort, mais nous ne sommes pas en position de force+". 

"Il en a été ainsi également à la suite de l'assassinat, en octobre 2020, de Samuel Paty", professeur d'histoire décapité par un islamiste tchétchène, "les dirigeants et imams de la mosquée s'étant réjouis en érigeant l'auteur de l'attentat en martyr", peut-on lire dans l'arrêté.

"L'enseignement dispensé au sein de l'école coranique abritée au sein du lieu de culte géré par les associations susmentionnées légitime et valorise le djihad armé ainsi que la haine des juifs", indique l'arrêté.

Compte tenu de "la menace terroriste à un niveau très élevé, il y a lieu de prononcer la fermeture du lieu de culte la +mosquée d'Allonnes+, gérée par les associations +Association allonnaise pour le Juste Milieu+ (AAJM) et +Al Qalam+, pour une durée de six mois, dans le but de prévenir la commission d'actes de terrorisme", selon la même source. 

Le 13 octobre, une enquête avait été ouverte pour "apologie de terrorisme" et "provocation à commettre des actes terroristes", avait annoncé la procureure de la République du Mans.

L'AAJM avait dénoncé mi-octobre sur sa pages Facebook "des graves accusations", regrettant "le tort qui est fait aux fidèles qui fréquentent la mosquée et à la communauté musulmane qui se trouve lésée et stigmatisée".


Affaire Pegasus: L'Humanité, objet d'une plainte du Maroc, mobilise pour la liberté de la presse

Introduit dans un smartphone, le logiciel permet d'en récupérer les messages, photos, contacts et même d'écouter les appels de son propriétaire. (Photo, AFP)
Introduit dans un smartphone, le logiciel permet d'en récupérer les messages, photos, contacts et même d'écouter les appels de son propriétaire. (Photo, AFP)
Short Url
  • Depuis la révélation cet été par un consortium de médias de l'affaire Pegasus, le Maroc est soupçonné d'avoir massivement espionné en France de hauts responsables politiques, des opposants et des journalistes
  • Depuis la fin juillet, plusieurs plaintes, visant directement ou indirectement le Maroc et NSO Group, ont été déposées en France par des victimes du logiciel espion et des ONG

PARIS : L’Humanité, cible comme d'autres médias français d'une plainte en diffamation du Royaume du Maroc, dans le cadre des révélations de l'affaire Pegasus, organise une soirée pour mobiliser pour les droits de la presse, lundi, à la veille de sa convocation au tribunal.

"Pour la première fois de son histoire, le journal L'Humanité est convoqué au tribunal par un Etat étranger qui entend nous faire taire et nous intimider. Le Royaume du Maroc a assigné L’Humanité en justice pour diffamation", déclare Fabien Gay, directeur de journal, dans une vidéo postée sur Twitter à l'occasion de la soirée.

Depuis la révélation cet été par un consortium de médias de l'affaire Pegasus --du nom d'un logiciel espion, élaboré par l'entreprise israélienne NSO--, le Maroc est soupçonné d'avoir massivement espionné en France de hauts responsables politiques, des opposants et des journalistes.

Introduit dans un smartphone, le logiciel permet d'en récupérer les messages, photos, contacts et même d'écouter les appels de son propriétaire.

Rabat nie avoir utilisé ce logiciel et a porté plainte "pour diffamation" contre les principaux partenaires en France de la plateforme Forbbiden Stories ("Histoires interdites") qui avait révélé l'affaire, dont Le Monde, mais aussi contre Mediapart -dont le fondateur, Edwy Plenel, aurait été espionné par Pegasus-- et aussi L'Humanité.

Dans sa vidéo sur Twitter, le directeur du journal communiste, Fabien Gay, précise que "cette manœuvre d’intimidation cible en particulier notre journaliste Rosa Moussaoui. Son nom figurait dans la liste des personnes espionnées". 

"A plusieurs reprises dans nos colonnes, elle a courageusement fait état des pressions, harcèlement et barbouzeries en tout genre exercés au Maroc contre des journalistes mais aussi des avocats et des personnalités progressistes défendant les droits humains", a ajouté M. Gay. 

Depuis la fin juillet, plusieurs plaintes, visant directement ou indirectement le Maroc et NSO Group, ont été déposées en France par des victimes du logiciel espion et des ONG, dont Reporters sans frontières.

Mme Moussaoui et L'Humanité avaient aussi déposé une plainte que le Syndicat National des Journalistes-CGT accompagne, au nom du "principe fondamental de la confidentialité des sources" des journalistes, a indiqué la SNJ-CGT.

Son secrétaire général, Emmanuel Vire, interviendra à la soirée de lundi, ainsi que Mme Moussaoui, Fabien Gay, des journalistes de Mediapart et du Monde, et Hicham Mansouri, fondateur de l'Association marocaine pour le journalisme d'investigation.