Un fromage australien rebaptisé après une longue campagne contre le racisme

Le nom d'origine (« Coon ») faisait référence à un employé travaillant pour une fromagerie américaine mais il était également considéré comme insultant pour les personnes d'origine africaine (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 13 janvier 2021

Un fromage australien rebaptisé après une longue campagne contre le racisme

  • Ce changement d'appellation est le résultat d'une campagne menée durant vingt ans par un écrivain indigène, Stephen Hagan, qui milite contre le racisme
  • Un grand nombre de marques à travers la planète ont changé de nom au cours des derniers mois dans un contexte mondial de mouvements anti-racistes

SYDNEY: Un fromage australien appelé « Nègre » va être rebaptisé « Hourra » à la suite d'un âpre combat mené durant deux décennies par un militant indigène qui souhaitait le changement de ce nom raciste.  

La fromagerie australienne Saputo a annoncé mercredi que les produits ainsi rebaptisés seront disponibles dans les rayons des supermarchés à compter de juillet. 

Ce changement d'appellation est le résultat d'une campagne menée durant vingt ans par un écrivain indigène, Stephen Hagan, qui milite contre le racisme. 

Le nom d'origine (« Coon ») faisait référence à un employé travaillant pour une fromagerie américaine mais il était également considéré comme insultant pour les personnes d'origine africaine.  

M. Hagan, qui avait adressé une pétition aux anciens propriétaires de l'entreprise, n'avait jusqu'à présent pas réussi à persuader ses dirigeants d'effectuer ce changement. 

Saputo a déclaré avoir décidé de rebaptiser son produit après « un examen minutieux et diligent » visant à permettre à la marque d'être en adéquation avec les consommateurs, en tenant compte des « mentalités et perspectives actuelles ».  

« Traiter les gens avec respect et sans discrimination est l'un de nos principes de base et il est impératif que nous continuions à le respecter dans tout ce que nous faisons », a affirmé dans un communiqué le PDG de Saputo, Lino Saputo. 

Cette annonce intervient deux mois après la décision du groupe Nestlé de rebaptiser des bonbons appelés « Peaux rouges » et « Chicos », un terme qui désigne les Latinos-Américains.  

Un grand nombre de marques à travers la planète ont changé de nom au cours des derniers mois dans un contexte mondial de mouvements anti-racistes. 


La Marocaine des Cultures patrimoniales met à l’honneur le patrimoine musical marocain

Logo de La Marocaine des Cultures patrimoniales (Photo fournie)
Short Url
  • De l’andaloussi au malhoun en passant par l’issawa ou le gnaoua, entre arts populaires et spirituels, tous les styles musicaux marocains seront mis à l’honneur
  • La Marocaine des Cultures patrimoniales aspire à allier tradition et modernité

CASABLANCA: Redonner à la culture marocaine toutes ses lettres de noblesse, c’est ce qu’entendent bien entreprendre les membres de La Marocaine des cultures patrimoniales. Tout juste créée, l’association, basée à Casablanca, capitale économique du royaume chérifien, a déjà fait part de ses projets futurs. Ce qui est sûr, c’est qu’elle ne compte pas laisser sombrer dans l’oubli le patrimoine national de ce pays du Maghreb.

D’ailleurs, Rachid Ouadghiri, a mis tout son cœur dans cette initiative. L’association permettra notamment de faire découvrir l’art marocain, même au-delà des frontières. Le président de l’association précise ainsi que, «ce pays est un foyer de coexistence de toutes les langues, dialectes, cultures et même de toutes les religions. Cela est dû à son emplacement géographique de même qu’à sa double culture.»

Culture et Covid

En ces temps difficiles, marqués par la pandémie, le monde de la culture, à l’arrêt depuis des mois, subit lui aussi les conséquences néfastes de la crise sanitaire. De ce fait, le choix de fonder une association durant cette période représentait un défi important. Un challenge pourtant relevé par Rachid al-Ouadghiri et ses collègues. «Notre objectif est d’exprimer notre quête du sacré et de la richesse de notre patrimoine. Pourquoi avoir peur de la pandémie? Le monde a connu d’autres catastrophes et en est sorti renforcé. L’activité culturelle ou scientifique ne doit donc pas s’arrêter à ce genre d’obstacle. Nous sommes capables d’utiliser la nouvelle technologie et les moyens de communication afin d’organiser plusieurs événements, conférences et réunions à distance, et de distraire le monde de cette peur quotidienne qu’il vit», confie-t-il.

Le ton est donc donné, La Marocaine des cultures patrimoniales aspire à allier tradition et modernité. Et pour cause, le digital devrait être au cœur des nombreux évènements qui verront le jour grâce à l’action de cette toute jeune association. Une nouvelle manière d’appréhender l’univers de la culture et de s’adapter aux changements liés à la situation épidémiologique mais aussi à l’évolution des nouvelles technologies.

D’ailleurs, l’ONG ne laissera pour compte aucune forme d’expression artistique, notamment dans l’univers de la musique. De l’andaloussi au malhoun en passant par l’issawa ou le gnaoua, entre arts populaires et spirituels, tous les styles musicaux marocains seront mis à l’honneur. Une façon de préserver un patrimoine ancestral, parfois remis au goût du jour, toujours en conservant une belle touche traditionnelle. «La Marocaine des cultures du patrimoine a été fondée pour raviver les styles musicaux spirituels ainsi que pour créer le lien de communication et d’intérêts en relation avec la musique et tout ce qui touche le patrimoine, qu’il soit culturel du Maroc ou de l’étranger», souligne le président de l’association.

La musique, une passion sans bornes

À l’origine de ce projet, un amoureux d’art et de musique qui a toujours rêvé de transmettre sa passion au plus grand nombre. Né à Fès, Rachid al-Ouadghiri baigne dans l’univers musical depuis son plus jeune âge. Il étudie tout d’abord le solfège et al andaloussia, la musique andalouse dans la langue de Molière. Après avoir reçu un enseignement musical de qualité, de la part des plus grands maîtres en la matière du pays, il obtient plusieurs diplômes au Maroc et à l’étranger, toujours dans sa spécialité, puis devient enseignant en musique. L’artiste fonde également le plus grand groupe vocal du Maroc, composé de 600 élèves âgés de 6 à 12 ans, l’occasion pour lui de pouvoir passer un jour le flambeau. «En tant que président de l’association, professeur de musique et artiste, je me dois de transmettre mes connaissances et ma passion dans ce domaine aux futures générations, et leur faire découvrir la beauté et la richesse de notre pays», persiste et signe ce passionné.

Et pour cause, cela fait déjà plusieurs années que l’idée germe dans la tête de ce féru du sixième art, de préserver le patrimoine culturel marocain et de le partager à travers le temps et l’espace. Dans cette optique, le professeur de musique s’est bien entouré, car cette aventure, il ne compte pas la mener en solitaire.

«Tous les membres de l’association me suivent sur le projet: Mounia Skalli, directrice éducative et vice-présidente, Aziza Ait Moussa, journaliste et secrétaire générale, Lahcen Ourigh, journaliste et vice-secrétaire général), Marouane Benchekroune, médecin et trésorier, Hicham Saher, inspecteur divisionnaire et vice-trésorier, Abdelouahed Yousfi, avocat et conseiller juridique, Saïd Oudghiri Hassani, dramaturge et conseiller artistique, Imad Benjelloun, responsable des relations et Mohamed Benmoussa, directeur de société», présente avec fierté le quadragénaire.

Des membres qui espèrent également collaborer avec d’autres associations marocaines et internationales, afin de diffuser le message. Un message qui devrait traverser les frontières et ainsi mettre en lumière la richesse culturelle marocaine.


Un cinéma «drive-in» à Riyad, signé MUVI

Le cinéma pop-up de Riyad est le premier «drive-in» du royaume depuis la levée de l'interdiction nationale des cinémas en 2018. (Photo fournie)
Le cinéma pop-up de Riyad est le premier «drive-in» du royaume depuis la levée de l'interdiction nationale des cinémas en 2018. (Photo fournie)
Le cinéma pop-up de Riyad est le premier «drive-in» du royaume depuis la levée de l'interdiction nationale des cinémas en 2018. (Photo fournie)
Short Url
  • Il ajoute que MUVI envisage d'ouvrir d’autres locaux temporaires similaires à travers le Royaume.
  • Le cinéma peut accueillir jusqu'à 150 véhicules, tout en maintenant des mesures de distanciation sociale

RIYADH: La chaîne locale de Cinéma MUVI a ouvert un cinéma pop-up à Riyad, le premier «drive-in» du royaume depuis la levée en 2018 de l'interdiction nationale sur les , selon l’entreprise.

Le cinéma peut accueillir jusqu'à 150 véhicules, tout en maintenant des mesures de distanciation sociale, ont affirmé les organisateurs. Les téléspectateurs seront tenus de porter des masques et de faire contrôler leur température, conformément aux mesures recommandées pour lutter contre la propagation de la Covid-19. Nourriture et boissons peuvent être consommées dans les voitures des visiteurs. «Les Cinémas MUVI adoptent des mesures de précaution strictes afin d’assurer un environnement sûr pour nos employés et nos clients», a déclaré le directeur de marketing de MUVI, Mahmoud Mirza, à Arab News. Il précise qu'aucune décision n'avait encore été prise au sujet de la durée d'ouverture du pop-up.

Selon Mirza, la réaction initiale du public indique que le concept de «drive-in» sera aussi populaire dans le Royaume qu'il l'a récemment été dans d'autres régions du Moyen-Orient, dont Dubaï et Beyrouth. Cela permettra aux clients de regarder des films sur le grand écran, tout en restant protégés contre la pandémie de la Covid-19.

Arwa Al-Numair, résidente de Riyad, a déclaré à Arab News qu'elle avait hâte d'essayer le drive-in, après avoir vu les photos sur les réseaux sociaux.

«Ça a l'air tellement cool. Tout comme dans les films et à la télévision. C'est tout à fait évocateur et un excellent moyen de voir des films en toute sécurité pendant la pandémie», a-t-elle avoué. «Je suis très prudente, donc j'étais inquiète à l'idée d’aller dans une salle de cinéma. Mais le fait de voir un film sans même avoir à quitter ma voiture me rend plus à l'aise pour y emmener ma famille».

Ismaeel Al-Assem, un autre résident de Riyad, évoque ses souvenirs dans les cinémas «drive-in» de la province orientale au début des années 70, avant l'interdiction qui a touché tout le pays.

«Je me souviens être allé au «drive-in» le week-end avec mes amis, avoir acheté des frites et des hamburgers dans l'un des stands. Le son passait via un câble en forme de tuyau que l’on rentrait dans la voiture. À l'époque, c'était le summum du cool», dit-il. «C’est palpitant de les voir revenir. J'aimerais vraiment aller voir ce qui a changé, ce qui a été amélioré et ce qui va me donner la même sensation».

Mirza souligne que c'est la période idéale pour y aller. «Les cinémas «drive-in» exigent de nombreuses conditions pour réussir. Un facteur important est la météo, et avec le temps qu’il fait à Riyad en ce moment, l’expérience devient exceptionnelle», a-t-il expliqué. 

Il ajoute que MUVI envisage d'ouvrir d’autres locaux temporaires similaires à travers le Royaume.

«Les cinémas MUVI n’en sont pas à leur premier pop-up cinéma», a-t-il poursuivi. «Nous continuerons d'offrir de telles expériences afin d’élargir notre portée et créer des moments de bonheur pour notre public, que ce soit à l'intérieur de nos salles de cinéma ou à l'extérieur».

Mirza a révélé que MUVI compte ouvrir 15 nouvelles salles de cinéma en Arabie saoudite cette année, ajoutant plus de 150 écrans à sa liste.

«De nouvelles salles de cinéma s’ajouteront dans des villes où nous sommes déjà présents, et d’autres seront introduites dans des endroits comme Taif, Buraidah et Onaizah», a-t-il soutenu.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés

« La naissance de Vénus » de Sandro Botticelli au musée des Offices de Florence à Florence, en Toscane (Photo, AFP).
Short Url
  • Pour ce premier jour d'ouverture, la poignée de visiteurs présents est assaillie de questions par la nuée de journalistes venus couvrir l'événement
  • A l'intérieur du musée, William, un artiste irlandais de 28 ans qui vit à Florence, ne cache pas sa joie face à la vue imprenable sur le Ponte Vecchio

FLORENCE : Enfin! Après 77 jours de fermeture pour cause de pandémie, le musée des Offices de Florence, célèbre pour ses chefs-d’œuvre de Michel-Ange, Léonard de Vinci et Raphaël, a rouvert ses portes jeudi matin en grande pompe.

En présence notamment du maire de Florence Dario Nardella, les deux lourds battants en bois ouvragé ont grincé sur leurs gonds. Derrière les cordons où se pressent habituellement les touristes, les premiers visiteurs, un peu perdus, attendent sagement leur sésame.

A l'intérieur du musée, William, un artiste irlandais de 28 ans qui vit à Florence, ne cache pas sa joie face à la vue imprenable sur le Ponte Vecchio: "C'est un soulagement après le stress d'avoir dû passer deux mois enfermé chez moi".

Dans les salles quasi-désertes, "il faudrait juste ajouter des fauteuils pour qu'on puisse en profiter encore plus", plaisante-t-il en riant. "Pour moi c'est bien, mais pour la culture et les Italiens, non! Florence a besoin de voir les touristes revenir d'Amérique et du reste de l'Europe. Revoir la foule dans les musées signifie que la société fonctionne de nouveau", estime le fluet jeune homme.

Un peu plus loin, Michele Diana et Anna Ghelardini, deux Florentins emmitouflés d'une vingtaine d'année, saluent "les mesures de sécurité, justes et adaptées, finalement les mêmes qu'on retrouve partout: contrôle de la température, gel désinfectant..."

"Je n'étais jamais venu", confesse Michele, qui s'est laissé entraîner par son amie Anna, qui voulait revoir le "Tondo Doni", un somptueux tableau de Michel-Ange représentant la Sainte-Famille: "le plus beau de tous", s'exclame-t-elle.

Le directeur des Offices, l'Allemand Eike Schmidt, est visiblement soulagé: "Il est vraiment temps de rouvrir, de donner à voir ces œuvres d'art remarquables qui appartiennent à l'humanité toute entière", confie-t-il.

A cause du Covid, les Offices, écrin de la Renaissance italienne, ont dû affronter "la plus longue fermeture depuis la Deuxième Guerre mondiale", rappelle-t-il en réajustant son masque rouge.

Un petit pas

Et même si "nous continuons notre programmation en ligne sur notre site et les réseaux sociaux", "l'opportunité de voir ces œuvres en personne est tout simplement unique, aussi encourageons-nous tous ceux qui le peuvent à venir". "En ce moment, il faut être en Toscane, car les frontières entre les régions italiennes sont encore fermées", précise-t-il.

De fait, pour ce premier jour d'ouverture, la poignée de visiteurs présents est assaillie de questions par la nuée de journalistes venus couvrir l'événement. "Ca suffit, laissez-nous admirer en paix ces œuvres", lance une visiteuse italienne en extase devant "Le Printemps" de Botticelli.

Le Covid, qui a fait plus de 83.000 morts en Italie, reste dans toutes les têtes: "les visiteurs doivent porter un masque, comme moi! Et respecter le distanciation sociale", s'empresse de rappeler M. Schmidt.

La réouverture amorcée jeudi sera d'ailleurs progressive. "En ce moment, nous sommes ouverts seulement du mardi au vendredi mais nous espérons que très bientôt la courbe des contagions descendra et que nous pourrons rouvrir aux visiteurs de toute l'Europe, de même que le week-end", veut espérer Eike Schmidt.

Du fait de la pandémie, "nous avons eu beaucoup moins de visiteurs l'an dernier (...) Nos finances ont également été affectées, mais nous avons reçu des fonds du gouvernement pour compenser les mois de fermeture". Selon une source interne au musée, les pertes en recettes s'élèvent à environ quatre millions d'euros par mois de fermeture, une perte sèche pour le musée qui avait dû fermer lors du premier confinement et avait rouvert le 3 juin avant de baisser à nouveau le rideau le 5 novembre.

Jeudi, les Offices ont accueilli au total pas moins de 776 visiteurs, dont la moitié avait moins de 25 ans.

"La réouverture des musées est pensée avant tout pour les locaux afin de leur donner la possibilité de profiter en toute sécurité de leur patrimoine culturel. C'est un petit pas, un signe de réouverture", a expliqué en début de semaine le ministre de la Culture Dario Franceschini.

Outre les Offices, d'autres lieux culturels emblématiques ont rouvert au public, comme le célèbre site archéologique de Pompéi.

Spécial
Le musée des illusions «renverse» les Saoudiens
Par Hala Tashkandi -
2020: Les musées à l’épreuve de la pandémie
Par Lynn Tehini -