«Il n’y a rien là-bas qui ne vous fasse dire: “Waouh!”: Les israéliens ne tarissent pas d’éloges sur Dubaï

Un restaurant, très prisé, a même ouvert au Burj Khalifa, le plus haut bâtiment du monde (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 13 janvier 2021

«Il n’y a rien là-bas qui ne vous fasse dire: “Waouh!”: Les israéliens ne tarissent pas d’éloges sur Dubaï

  • Comme Gil Hoffman, plus de 40 000 Israéliens se sont rendus à Dubaï en décembre, jeunes et moins jeunes, religieux et laïcs, lors de voyages rendus possibles par les accords d’Abraham
  • «Il n’y a rien là-bas qui ne vous fasse dire: “Waouh!”. C’est très impressionnant»

JÉRUSALEM: Au début, Gil Hoffman, juif religieux israélien qui effectue sa première visite dans un pays arabe, hésitait à porter sa kippa – une calotte qui répond à l’exigence orthodoxe de se couvrir la tête – quand il marchait dans les rues de Dubaï. Il pensait qu'il était dans un environnement hostile. 

Originaire des États-Unis, Gil a donc préféré enfiler une casquette de baseball. Mais après avoir été chaleureusement accueilli, et avoir rencontré de nombreux autres Israéliens, il a compris qu’il était dans un environnement «très amical». Il a finalement enlevé sa casquette et mis sa kippa, d’abord au Dubaï Mall, le plus grand centre commercial du monde, puis un peu partout aux Emirats. 

«C’était merveilleux», explique-t-il à propos de sa visite lors d’une conférence d’investissement qu’il couvrait pour le journal Jerusalem Post. «Je ne suis jamais allé en Égypte et en Jordanie parce que je sentais que je ne serais pas le bienvenu là-bas. Ici, c’était tellement accueillant et amical, et j’ai pu percevoir l'impact de la coopération commerciale entre Israéliens et Émiratis.» 

Il est logé au 65e étage du Marriot Marquis, un hôtel qui a transformé certains de ses plats en plats kasher à l’occasion de la conférence. Les lois alimentaires juives pour la nourriture kasher, sont quelque peu similaires aux règles du halal. D’autres hôtels de Dubaï proposent également une cuisine kasher. Un restaurant kasher a même ouvert au Burj Khalifa, le plus haut bâtiment du monde et il est littéralement pris d'assaut. 

Comme Gil Hoffman, plus de 40 000 Israéliens se sont déjà rendus à Dubaï durant le mois de décembre. Pour ceux-là, jeunes et moins jeunes, religieux et laïcs, ce voyage a été rendu possible par la signature des accords d’Abraham entre les Émirats arabes unis (EAU) et Israël. Ces accords ont acté la normalisation complète des relations entre les deux pays. Pour les deux parties, il s’agit d’une avancée majeure vers la paix et la stabilité régionales. 

Vu d'Israël, un vol direct vers le monde arabe ne dure que trois heures et demie. 

Mais l’Autorité palestinienne considère cette normalisation au rythme soutenu, comme une trahison du soutien traditionnel arabe à sa cause et un revers dans la lutte pour mettre fin à l’occupation militaire israélienne vieille de cinquante-trois ans. 

Les Israéliens interrogés pour cet article ont fait l’éloge de l’hospitalité de Dubaï, de la diversité des habitants, de la modernité et de son architecture. Ils ont tous de très bons souvenirs de leurs séjours. Cela augure des relations chaleureuses entre les deux pays et, selon certains Israéliens de retour, pourrait contribuer à une image plus positive des Arabes en Israël, où ils sont méprisés par certains qui les considèrent comme des ennemis.  

Plusieurs personnes interrogées ont exprimé cependant leur inquiétude: la mauvaise conduite de certains jeunes visiteurs israéliens – qui volent des objets dans des hôtels — pourrait donner une mauvaise image d’Israël à Dubaï. Et certains Israéliens de gauche refusent d’adhérer à cette mode touristique. Selon eux, cela crée une diversion et occulte la nécessité de faire la paix avec les Palestiniens.  

Pourtant, ceux qui sont venus sont enthousiasmés par le centre financier des EAU. «Dubaï est une ville très organisée et fonctionnelle», raconte Olga Cohen, 63 ans, ancienne employée du Musée d’art de Tel Aviv. «C’est très différent. Il n’y a rien là-bas qui ne vous fasse dire: “Waouh!”. C’est très impressionnant. Nous sommes allés, entre autres, au marché de l’or. Tout est propre et organisé.» 

Cependant, Olga, comme d’autres visiteurs, a été déçue de ne pas avoir rencontré d’Émiratis pendant son séjour. Les guides et les autres personnes qu’elle a rencontrées étaient invariablement des travailleurs étrangers. 

Lorsqu’Olga Cohen compare son voyage à Dubaï avec une visite en Égypte il y a vingt ans, le premier partenaire de paix d’Israël, elle se rappelle de la population qui avait dans l’ensemble, à l'époque, conservé une attitude hostile. «C’était comme être dans un pays ennemi qui vous déteste», explique-t-elle. Dubaï, en revanche, est «très sympathique». L’Égypte a mené cinq guerres avec Israël avant la visite inattendue d’Anouar al-Sadate à Jérusalem en 1977. Les Émirats arabes unis eux n’ont jamais été en guerre avec Israël, et, avant même les accords d’Abraham, des liens secrets existaient avec l’État juif. 

Yahli Boudon, âgé de 13 ans, s’est rendu à Dubaï avec ses parents et ses deux frères. «C’était amusant et cool», dit-il. «Mais c’est une destination différente de l’Europe, où l’accent est mis sur l’histoire. À Dubaï, il n’y a pratiquement pas d’histoire. Ils ont vraiment commencé à la construire dans les années 1960.» 

Le jeune, originaire de la banlieue de Mevaseret Zion à Jérusalem, raconte qu’il a passé des moments «relaxants et agréables» : il a visité le souk nocturne, fait un voyage en jeep dans le désert et passé beaucoup de temps à la piscine de l’hôtel. «Le service était exceptionnel», ajoute-t-il. 


Le Liban face à une menace de coup d'État, prévient le patriarche Al-Rai

Le cardinal libanais Mar Bechara Boutros Al-Rahi (ou Rai) accueille ses partisans avant un discours le 27 février 2021 au Patriarcat maronite dans le village de montagne de Bkerki, au nord-est de Beyrouth (Photo, AFP).
Short Url
  • Le patriarche appelle à la tenue d’un forum dirigé par l'ONU pour sauver la nation «de ceux qui alimentent le mal»
  • Ses commentaires ont été largement considérés comme une attaque voilée du Hezbollah soutenu par l'Iran ainsi qu’au Mouvement patriotique libre (MPL)

BEYROUTH: Le leader de l’influente église chrétienne maronite du Liban a averti que le pays était confronté à la menace d’un « véritable coup d’État » et il a appelé à une conférence internationale pour éviter « le chaos, la faim et l’oppression ».

Dans un discours émouvant devant des milliers d'adeptes samedi, le patriarche Béchara Boutros Al-Rai a déclaré qu'il « traçait des lignes rouges pour quiconque alimente le mal au Liban, quelle que soit sa secte ».

Ses commentaires ont été largement considérés comme une attaque voilée du Hezbollah soutenu par l'Iran ainsi qu’au Mouvement patriotique libre (MPL) et son fondateur, le président Michel Aoun.

« Nous sommes confrontés à une véritable tentative de coup d'État », a révélé Al-Rai aux Libanais qui se sont rendus au siège de l'église à Bkerke pour soutenir sa demande d'une conférence internationale parrainée par l'ONU dans le but de sauver le Liban.

En réaction au discours du patriarche, les gens ont scandé: « Le Hezbollah est terroriste », «Iran, dehors » et « Michel Aoun, partez ».

Des cris de « Révolution ! Révolution ! » ont également été entendus.

Le rassemblement de Bkerke s'est déroulé malgré les mesures visant à limiter les rassemblements au milieu de la pandémie du coronavirus. Selon certains observateurs, il pourrait signaler la fin de l'impasse au sein de la politique libanaise.

« Nous voulons apporter un soutien à l’armée libanaise pour en faire la seule défenseure du Liban ».

 

Patriarche Bechara, Boutros Al-Rai

Le MPL, dirigé par Gebran Bassil, n'a pas assisté à la réunion, affirmant qu'il craignait que le rassemblement «ne soit utilisé contre lui », selon des sites affiliés au parti.

Des sources à Bkerke ont déclaré à Arab News qu'Al-Rai avait décidé de s'exprimer «parce que le Liban est confronté à une menace existentielle» suite à l'échec d'une série d'initiatives, notamment ses efforts pour réconcilier Aoun et le Premier ministre désigné Saad Hariri.

Sur les bannières déployées sur le dôme de l'église de Bkerke, on pouvait lire « Neutralité, souveraineté et stabilité », « Le Liban vient en premier et en dernier » et « Bkerke pour tout le Liban ».

« Vive un Liban unique, uni et neutre, actif, positif, souverain, indépendant, libre et fort » a annoncé Al-Rai au début de son discours.

Il a expliqué que « Nous exigeons cela maintenant parce que toutes les autres solutions sont dans une impasse, et nous n’avons pas été en mesure de nous entendre sur le sort de notre pays, ni même de discuter des affaires de notre patrie. C’est pour toutes ces raisons que nous soutenons la recherche d’une solution à l'intérieur du Liban ».


L'Iran peut-être responsable de l'explosion sur un navire israélien

Le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a estimé samedi que l'Iran pourrait être responsable de l'explosion (Photo, AFP).
Short Url
  • Le MV Helios Ray, un bateau israélien transportant des véhicules, effectuait le trajet entre Dammam et Singapour au moment de l'explosion jeudi au nord-ouest d'Oman
  • «L'emplacement du bateau, relativement proche de l'Iran à ce moment, peut laisser penser qu'il s'agit des Iraniens mais c'est quelque chose qu'il faut continuer de vérifier»

JERUSALEM: Le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a estimé samedi que l'Iran pourrait être responsable de l'explosion qui a touché un navire israélien dans le golfe d'Oman.

Le MV Helios Ray, un bateau israélien transportant des véhicules, effectuait le trajet entre Dammam, ville portuaire de l'est de l'Arabie saoudite, et Singapour, au moment de l'explosion jeudi au nord-ouest d'Oman, selon Dryad Global, une société spécialisée dans la sécurité maritime.

« L'emplacement du bateau, relativement proche de l'Iran à ce moment, peut laisser penser qu'il s'agit des Iraniens mais c'est quelque chose qu'il faut continuer de vérifier », a déclaré Gantz, interrogé sur la chaine publique israélienne Kan.

« C'est une première estimation qui prend en compte la proximité (avec le territoire iranien, ndlr) et le contexte, c'est ce que je pense ».

Malgré ses démentis, l'Iran est accusé par Israël, son ennemi juré, de chercher à se doter de l'arme atomique.

Et l'Etat hébreu a qualifié de « menace » la décision de l'Iran cette semaine de restreindre les inspections de son programme nucléaire par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), faute d'avoir obtenu la levée des sanctions américaines.

Dans ce contexte de tensions accrues entre Israël et la République islamique, Dryad Global a également suggéré que l'Iran pourrait être responsable de l'explosion.

« Alors que les détails de l'incident restent flous, il y a une possibilité réaliste que l'événement soit le résultat d'une activité (...) de l'armée iranienne », a indiqué la société.

Par ailleurs, « l'Iran craint de plus en plus l'amélioration des relations entre Israël et les Etats du Golfe », a ajouté Dryad Global en référence aux récents accords de normalisation entre l'Etat hébreu et des pays comme les Emirats arabes unis ou Bahreïn.

Le Bureau des opérations commerciales maritimes du Royaume-Uni a lui fait part de l'explosion, indiquant que « des enquêtes sont en cours ». 

L'explosion a fait « deux trous d'environ un mètre et demi de diamètre », a rapporté à Kan le propriétaire du navire, l'homme d'affaires israélien Rami Ungar. Il a précisé qu'aucune victime n'était à déplorer parmi l'équipage et que le moteur n'avait pas été endommagé.

Il n'est « pas encore clair » si l'explosion « a été causée par un tir de missile ou des mines fixées au bateau », a-t-il ajouté. Le bateau devait être amarré samedi dans un port émirati, selon son propriétaire.


Syrie: 2 enfants et une femme meurent dans un incendie dans le camp d'Al-Hol

Le camp d’Al-Hol en Syrie où sont détenus les proches de jihadistes du groupe Etat islamique (Photo, AFP).
Short Url
  • Tenu par les forces kurdes dans le nord-est du pays en guerre, le vaste camp accueille près de 62 000 personnes dont 93% de femmes et d'enfants
  • Plusieurs ONG ont tiré la sonnette d'alarme sur les conditions de vie et le manque de soins médicaux dans le camp d'Al-Hol

QAMICHLI: Au moins trois Syriens, deux enfants et une femme, ont péri samedi dans un incendie provoqué par un poêle dans le camp de déplacés d'Al-Hol en Syrie, a indiqué un responsable local en faisant état d'une trentaine de blessés.

Tenu par les forces kurdes dans le nord-est du pays en guerre, le vaste camp --le plus grand de Syrie, devenu une véritable cité de tentes-- accueille près de 62 000 personnes, dont 93% de femmes et d'enfants selon l'ONU.

Il y a principalement des Syriens et des Irakiens, mais également des milliers d'étrangères et leurs enfants originaires notamment d'Europe ou d'Asie, qui sont des proches de jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

« Un incendie a été provoqué par la chute et l'explosion d'un poêle pendant que des déplacés syriens célébraient un mariage », a indiqué Cheikhmous Ahmed, responsable du dossier des déplacés au sein de l'administration autonome kurde.

« Il y a trois morts, deux enfants et une femme », a précisé Ahmed, joint par téléphone depuis Qamichli (nord-est), ajoutant qu'une trentaine de personnes souffrant de brûlures, dont deux dans un état critique, ont été hospitalisées.

Plusieurs ONG ont tiré la sonnette d'alarme sur les conditions de vie et le manque de soins médicaux dans le camp d'Al-Hol.

Début février le bureau de l'ONU pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha) a une nouvelle fois exprimé sa préoccupation, rappelant que le camp accueille plus de 31 000 enfants âgés de moins de 12 ans.

Même avec les aides internationales « les conditions humanitaires à Al-Hol demeurent indéniablement difficiles », a estimé Ocha, pointant du doigt une augmentation des violences qui font que le camp « n'est pas un endroit où un enfant doit grandir ».

Le camp a connu ces derniers mois plusieurs incidents impliquant parfois des partisans de l'EI, dont des tentatives d'évasion et des attaques contre des gardes ou des employés d'ONG. Au moins 14 meurtres, dont trois décapitations, ont été enregistrés parmi les déplacés depuis début janvier.

Pour désengorger le camp surpeuplé, les autorités locales ont autorisé les sorties de Syriens, et plusieurs milliers ont déjà quitté al-Hol en vertu de médiations avec des chefs tribaux.