Les Fidji élues à la présidence du Conseil des droits de l'homme

La négociatrice en chef de la présidence de la COP23 et représentante permanente des Fidji auprès des Nations Unies à Genève, Nazhat Shameem Khan (Alice Chiche/AFP)
La négociatrice en chef de la présidence de la COP23 et représentante permanente des Fidji auprès des Nations Unies à Genève, Nazhat Shameem Khan (Alice Chiche/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 15 janvier 2021

Les Fidji élues à la présidence du Conseil des droits de l'homme

  • L'ambassadrice des îles Fidji à Genève Nazhat Shameem Khan a remporté la présidence du Conseil des droits de l'homme de l'ONU (CDH) avec 29 voix sur 47
  • Créé par une résolution de l'Assemblée générale en 2006, le CDH s'est substitué à la Commission des droits de l'homme que ses détracteurs accusaient d'être trop politisée

GENÈVE : Les Fidji, en dépit des manœuvres en coulisse de la Chine, ont pris vendredi la tête du Conseil des droits de l'homme, qui pour la première fois de son histoire s'est trouvé forcé de voter pour désigner un président.

L'ambassadrice des îles Fidji à Genève Nazhat Shameem Khan a remporté la présidence du Conseil des droits de l'homme de l'ONU (CDH) avec 29 voix sur 47, lors d'une élection retransmise en direct sur internet.

Elle était opposée aux candidats du Bahreïn (14 voix) et de l'Ouzbékistan (4 voix).

Normalement, la présidence du CDH, qui est surtout une charge procédurière, est déterminée par consensus pour assurer une rotation annuelle en changeant de zone géographique.

Mais cette année, l'Asie-Pacifique dont c'était le tour n'a pas su s'entendre.

Politisé

Le CDH est composé de 47 pays membres, élus par l'Assemblée générale de l'ONU pour trois ans, et examine les violations partout où elles pourraient se produire et propose des solutions pour y remédier. Il n'a toutefois aucun pouvoir contraignant.

Créé par une résolution de l'Assemblée générale en 2006, le CDH s'est substitué à la Commission des droits de l'homme que ses détracteurs accusaient d'être trop politisée.

Mais, 15 ans après sa création, le Conseil des droits de l'homme est à son tour régulièrement accusé du même mal par les États.

Nombre des experts et missions d'enquêtes mises en place par le Conseil à Genève se voient ainsi refuser l'accès aux pays, comme en Syrie, en Corée du Nord et au Burundi.

Le CDH a également été la cible des critiques américaines depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. En 2018, les États-Unis ont claqué la porte du Conseil, qu'ils n'ont pas réussi à faire réformer et qu'ils jugent partial envers Israël.

Il est revanche beaucoup plus actif que son prédécesseur, se réunissant au moins trois fois par an pour un total d'au moins dix semaines, contre une seule session de six semaines pour l'ancienne Commission. Des sessions extraordinaires sont organisées en cas d'urgence.

Il a par ailleurs introduit le principe d'un examen périodique universel garantissant l'examen de tous les États membres de l'ONU, peu importe s'ils sont membres du Conseil ou pas.

 


Critiques aux Etats-Unis après un appel de Trump à abandonner la Constitution

L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
Short Url
  • Trump a affirmé qu'une «fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, y compris celles de la Constitution»
  • Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche

WASHINGTON: La classe politique américaine a vivement condamné dimanche un appel la veille de l'ancien président Donald Trump à abandonner la Constitution américaine pour revenir sur le résultat de l'élection présidentielle de 2020 remportée par Joe Biden.

Réitérant ses allégations infondées de fraude massive lors du scrutin, Donald Trump a affirmé samedi sur son réseau Truth Social qu'une "fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, réglementations et articles, y compris ceux de la Constitution".

Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche.

"La Constitution américaine est un document sacro-saint qui garantit depuis 200 ans que la liberté et l'État de droit prévalent dans notre beau pays", a commenté samedi un porte-parole de l'exécutif, Andrew Bates, dans un communiqué.

"Attaquer la Constitution et tout ce qu'elle représente est un anathème pour l'âme de notre pays et il faut le condamner", a-t-il ajouté. "On ne peut pas n'aimer l'Amérique que lorsqu'on gagne."

Dimanche, des élus des deux partis se sont offusqués des propos de l'ancien président, qui a par ailleurs récemment annoncé qu'il comptait se présenter à l'élection présidentielle de 2024.

"La semaine dernière, il dînait avec des antisémites. Maintenant, il appelle à mettre fin à la démocratie constitutionnelle en Amérique", a tweeté le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, à propos d'un dîner dans la résidence de Floride de Donald Trump auquel a participé Nick Fuentes, un suprémaciste blanc et négationniste notoire.

Donald Trump "est hors de contrôle et un danger pour notre démocratie. Tout le monde doit condamner cette attaque contre notre démocratie", a ajouté M. Schumer.

Questionné sur les propos de M. Trump sur Fox News, l'ancien vice-président Mike Pence, qui a pourtant pris ses distances avec le milliardaire américain depuis l'attaque contre le Capitole le 6 janvier 2021, s'est abstenu de les condamner.

"Les candidats qui se sont concentrés sur le passé, particulièrement ceux qui se sont concentrés sur la remise en cause de la dernière élection, n'ont pas eu de bons résultats aux élections de mi-mandat" le mois dernier, a-t-il simplement rappelé.

L'ancien conseiller à la sécurité nationale de M. Trump, le très conservateur John Bolton, s'est quant à lui offusqué de la suggestion de son ancien patron. "Tous les vrais conservateurs doivent s'opposer à sa campagne pour l'élection présidentielle de 2024", a-t-il tweeté.


Blinken met en garde Netanyahou contre la création de nouvelles colonies en Cisjordanie

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et le secrétaire d'État américain Antony Blinken (Photo, AFP).
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et le secrétaire d'État américain Antony Blinken (Photo, AFP).
Short Url
  • Le bloc de droite et ses alliés ultra-orthodoxes et d'extrême droite est arrivé majoritaire aux législatives israéliennes
  • Plus de 475.000 Israéliens vivent actuellement dans des colonies en Cisjordanie, illégales au regard du droit international

WASHINGTON: Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a prévenu dimanche que les Etats-Unis s'opposeraient à l'établissement de nouvelles colonies par le prochain gouvernement israélien en Cisjordanie occupée, au moment où Benjamin Netanyahou s'apprête à retrouver le pouvoir grâce à une coalition avec l'extrême droite.

"Nous continuerons également à nous opposer sans équivoque à toute action qui mette la solution à deux États en danger, notamment l'extension des colonies, des mesures en vue de l'annexion de la Cisjordanie, le fait de perturber le statu quo historique des lieux saints, les démolitions et les expulsions, et l'incitation à la violence", a indiqué le secrétaire d'État lors d'une intervention auprès du groupe progressiste américain pro-Israël J Street.

Le bloc de droite et ses alliés ultra-orthodoxes et d'extrême droite est arrivé majoritaire aux législatives israéliennes du 1er novembre, avec 64 sièges sur 120, permettant à Benjamin Netanyahou d'entamer des négociations pour former un gouvernement.

Lors de son intervention dimanche, Antony Blinken a félicité M. Netanyahou, dont les relations avec les Etats-Unis ont parfois été orageuses.

"Nous jugerons le gouvernement (israélien) à l'aune de ses politiques et non à celle de ses personnalités individuelles", a toutefois noté le secrétaire d'État, ajoutant que l'administration Biden travaillerait "sans relâche" pour préserver un "horizon d'espoir" en vue de la création d'un État palestinien.

«Développer la colonisation»

Plus de 475.000 Israéliens vivent actuellement dans des colonies en Cisjordanie, illégales au regard du droit international, soit environ quatre fois plus qu'à la signature, dans les années 1990, des accords d'Oslo qui n'ont pas débouché à une paix durable entre Israéliens et Palestiniens.

Engagé dans les négociations gouvernementales, Benjamin Netanyahou a signé jeudi un accord de coalition avec une des trois formations d'extrême droite, qui a ainsi obtenu un posté clé dans l'essor de la colonisation en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël.

En vertu de cet accord, le parti "Sionisme religieux" obtient notamment le portefeuille -- en rotation -- des Finances, celui de l'Immigration, ainsi que des "fonctions" dans la branche du ministère de la Défense chargée des colonies israéliennes en Cisjordanie.

Le chef de cette formation, Bezalel Smotrich, a dit son intention de "développer la colonisation", dans un communiqué conjoint avec M. Netanyahou.

En vertu des lois israéliennes, il a jusqu'au 11 décembre pour former un gouvernement, mais peut aussi demander une extension de 14 jours.


Mondial: l'Angleterre écarte le Sénégal et se tourne vers la France

D'abord chahuté par le champion d'Afrique, le vice-champion d'Europe a laissé passer l'orage puis sanctionné la naïveté défensive des Sénégalais par Henderson (38e) et Kane donc (45+3) avant le repos, puis par Saka (57e) après. (Photo, AFP)
D'abord chahuté par le champion d'Afrique, le vice-champion d'Europe a laissé passer l'orage puis sanctionné la naïveté défensive des Sénégalais par Henderson (38e) et Kane donc (45+3) avant le repos, puis par Saka (57e) après. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Angleterre a lourdement (3-0) coupé le Sénégal dans son élan dimanche
  • Il s'agissait de la première opposition de l'histoire entre les deux nations de football

AL KHOR: L'Angleterre a sèchement écarté le Sénégal (3-0) avec un premier but de Harry Kane dimanche en huitième de finale du Mondial, un succès qui lui ouvre les portes des quarts de finale contre le tenant du titre Français samedi dans ce même stade Al-Bayt.

Il s'agissait de la première opposition de l'histoire entre les deux nations de football.

Les premières vingt minutes ont été calmes et équilibrées, sans véritable occasion de but si l'on excepte une percée de Boulaye Dia (4e) ou une tête du défenseur central John Stones au-dessus sur un corner de Phil Foden (21e).

Mais à la 23e minute, les Lions sénégalais ont causé une première frayeur aux Anglais lorsque, sur un centre de Krépin Diatta repris par Boulaye Dia et contré par Stones (avec l'aide involontaire de son bras), Ismaila Sarr a hérité du ballon tout près de la ligne de but, mais a tiré au-dessus.

Une nouvelle occasion encore plus nette neuf minutes plus tard pour les joueurs d'Aliou Cissé, une frappe du gauche de Dia, légèrement excentré côté gauche de la surface de réparation, a contraint Pickford à effectuer un arrêt réflexe (32e).

Piqués au vif, les Anglais -privés de Raheem Sterling, forfait en raison de problèmes familiaux- sont alors sortis de leur torpeur et la rencontre a totalement changé de physionomie.

Et sur un contre rondement mené, Jude Bellingham, idéalement lancé par Harry Kane, a centré en retrait pour Jordan Henderson dont la reprise imparable au point de penalty a trompé Edouard Mendy, le gardien de Chelsea (38e).

Kane ouvre son compteur

Deux minutes plus tard nouvelle opportunité pour l'Angleterre: un centre de Bukayo Saka a trouvé Kane dont la reprise en déséquilibre du pied droit est passée au-dessus (41e).

Ce n'était que partie remise pour le capitaine des Trois Lions qui a assommé ceux de la Téranga dans le temps additionnel de la première période, d'une belle frappe à la conclusion d'un contre-attaque initiée par Bellingham et relayée par Foden (45+3).

Le canonnier de Tottenham a ainsi ouvert son compteur buts dans cette Coupe du monde, lui qui avait terminé meilleur buteur de la précédente, avec six réalisations.

La domination anglaise a ensuite tourné à la démonstration à la 57e minute: un centre de Foden côté gauche a trouvé Saka qui a devancé Ismail Jakobs et marqué d'une reprise piquée du pied gauche. De quoi mettre une sourdine aux chants et percussions des nombreux Sénégalais en tribunes.

L'Angleterre, vice-championne d'Europe chez elle en 2021 et demi-finaliste du Mondial-2018 en Russie, poursuit donc son chemin vers peut-être un second sacre mondial après celui de 1966 à domicile.

De son côté le Sénégal, champion d'Afrique, n'a pas pu réitérer son exploit de 2002, lorsqu'il avait atteint les quarts de finale du Mondial en Corée du Sud et au Japon.