Tunisie: anniversaire de la révolution sous haute tension

Des membres des forces de sécurité tunisiennes bloquent une route au milieu d'affrontements avec des manifestants suite à une manifestation dans le quartier Ettadhamen de la capitale Tunis, le 17 janvier 2021. Des affrontements ont éclaté pour une troisième soirée consécutive dans plusieurs villes tunisiennes, opposant des jeunes lanceurs de pierres aux forces de sécurité, malgré un verrouillage serré visant à freiner la propagation des coronavirus. (FETHI BELAID / AFP)
Short Url
Publié le Mardi 19 janvier 2021

Tunisie: anniversaire de la révolution sous haute tension

  • La plupart des réformes réclamées à cor et à cri par les experts n’ont pas été mises en œuvre ou n’ont pas atteint leurs objectifs
  • «Les coupables sont les politiques qui ne comprennent pas le concept d’État et qui agissent conformément à leurs intérêts personnels pour engranger des gains et pour les conserver»

TUNIS: Nous sommes jeudi, mais dans les rues de la capitale de rares passants pressent le pas. Ils ne sont pas sortis de chez eux pour flâner, ils n’en ont pas le droit, mais pour de rapides emplettes. Car le gouvernement a décidé mardi soir un confinement de quatre jours. Officiellement pour freiner la propagation de la pandémie de Covid-19. En réalité parce que les autorités ont peur que les Tunisiens ne descendent dans la rue à l’occasion de la célébration du 10e anniversaire de la révolution tunisienne et que cela ne dégénère. 

L’explosion redoutée par les autorités n’a pas eu lieu le 14 janvier, mais un jour plus tard. Elle a éclaté dans quelques quartiers pauvres de la capitale et en divers endroits à l’intérieur du pays. 

Le volcan social envoyait depuis quelques semaines des signaux avant-coureurs d’une prochaine éruption. Certes, d’après le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), un think tank, les Tunisiens ont moins protesté en 2020 qu’en 2019 (8 759 mouvements sociaux recensés en 2020 contre 9 091 en 2019), mais une très nette recrudescence durant le troisième trimestre 2020 a concentré près de 40 % de la totalité des protestations. 

Surtout, les protestations spontanées, c’est-à-dire non encadrées, ont plus que doublé en 2020, passant de 2 109 en 2019 à 5 727 l’année dernière. Enfin, note le FTDES, les manifestants ont adopté des formes de protestation plus radicales, comme la fermeture de la station de pompage du pétrole dans le désert de Tataouine, d’une zone industrielle et la menace de fermer une des stations de pompage d’eau, toutes situées dans le sud du pays. 

Toutes revendications et expressions de frustration et de colère que ce think tank explique par le décevant bilan de la décennie écoulée. On a «maintenu un modèle de développement incapable de générer un taux de croissance suffisant pour créer des emplois et réaliser la prospérité espérée». Ce qui a fait grimper le taux de chômage (passé de 15 à 18 %), la pauvreté, creusé davantage les inégalités, décimé la classe moyenne, et aggravé l’émigration clandestine. 

Rien d’étonnant à ce tableau noir puisque la plupart des réformes réclamées à cor et à cri par les experts n’ont pas été mises en œuvre ou n’ont pas atteint leurs objectifs. 

À qui la faute? Qui assume la responsabilité de ce délabrement? La révolution? C’est la thèse des partisans de l’ancien régime, dont Mme Abir Moussi, présidente du Parti destourien libre (PDL), ancienne cadre du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), au pouvoir avant le 14 janvier 2011. Leur lecture est biaisée, car avec la chute de l’ancien régime ils ont perdu tous leurs privilèges.

D’ailleurs Yadh ben Achour ne partage pas cette analyse. Ce juriste a pris rapidement ses distances avec le régime déchu en démissionnant en 1992 du Conseil constitutionnel. Il a dirigé l’Instance supérieure ou Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique, première institution créée après le 14 janvier 2011 pour guider les premiers pas de la nouvelle Tunisie sur le chemin des réformes politiques. 

Dans une interview à Al Ousboui, il affirme que «se trompe celui qui veut faire porter à la révolution la responsabilité des échecs et des succès durant ce qu’on appelle “la phase de transition”. La révolution est un événement qui change les modes de pensée politiques et mêmes sociaux et amène de nouvelles demandes. Ce qui suit, la révolution n’en est pas responsable, parce qu’elle est comme un tremblement de terre, et le tremblement de terre vous n’en sortez pas pour un paradis sur terre. La révolution n’est ni un paradis ni un enfer. C’est un événement qui sera suivi par d’autres. Les sociétés sortent épuisées des révolutions.»

Pour l’ancien président de l’Instance supérieure, les coupables sont les politiques «qui ne comprennent pas le concept d’État et qui agissent conformément à leurs intérêts personnels pour engranger des gains et pour les conserver». 

M. Ben Achour en veut pour preuve l’incapacité des partis et des politiques de la même mouvance à présenter un candidat unique aux dernières présidentielles pour éviter la dispersion des voix entre eux. De fait, à l’agenda national, ils ont effectivement fait de la politique non pas une mission d’intérêt général mais un moyen de s’enrichir. Et le meilleur exemple est celui du parti islamiste Ennahdha, au pouvoir depuis 2011 en tant que force principale ou coalisé, dont la plupart des dirigeants, alliés et affidés, ont rejoint la couche aisée de la société alors qu’ils étaient de condition modeste, voire pauvres, il y a encore dix ans.

Déçus par cette faune-là, les Tunisiens le lui ont déjà fait payer en se laissant attirer une première fois par les sirènes du populisme en donnant leur voix en 2019 à Kaïs Saïed pour en faire le président de la république. Un an après, une partie de plus en plus importante de la population semble vouloir continuer sur cette voie en portant au pinacle le Parti destourien libre donné par les sondages vainqueur des prochaines législatives. Mais si sa victoire se confirmait elle risque de compliquer davantage les choses. Car sa présidente, Mme Moussi, a un rêve qui pour bon nombre de ses concitoyens est un cauchemar: restaurer un régime à la Ben Ali. C’est-à-dire autoritaire, voire dictatorial.


Dans le désert égyptien, le potentiel prometteur du venin de scorpion

Le 4 février 2021, la pharmacienne égyptienne Nahla Abdel-Hameed attrape un scorpion au laboratoire et à la ferme du Royaume du Scorpion dans le désert occidental d'Égypte, près de la ville de Dakhla dans la New Valley, quelque 700km au sud-est de la capitale. Des chercheurs biomédicaux étudient les propriétés pharmaceutiques du venin de scorpion, faisant de la neurotoxine rare et puissante une denrée très recherchée maintenant produite dans plusieurs pays du Moyen-Orient. Khaled DESOUKI / AFP
Des chercheurs biomédicaux étudient les propriétés pharmaceutiques de venin de scorpion, faisant de la neurotoxine rare et puissante une denrée très recherchée maintenant produite dans plusieurs pays du Moyen-Orient. Khaled DESOUKI / AFP
Des chercheurs biomédicaux étudient les propriétés pharmaceutiques de venin de scorpion, faisant de la neurotoxine rare et puissante une denrée très recherchée maintenant produite dans plusieurs pays du Moyen-Orient. Khaled DESOUKI / AFP
Des chercheurs biomédicaux étudient les propriétés pharmaceutiques de venin de scorpion, faisant de la neurotoxine rare et puissante une denrée très recherchée maintenant produite dans plusieurs pays du Moyen-Orient. Khaled DESOUKI / AFP
Des chercheurs biomédicaux étudient les propriétés pharmaceutiques de venin de scorpion, faisant de la neurotoxine rare et puissante une denrée très recherchée maintenant produite dans plusieurs pays du Moyen-Orient. Khaled DESOUKI / AFP
Des chercheurs biomédicaux étudient les propriétés pharmaceutiques de venin de scorpion, faisant de la neurotoxine rare et puissante une denrée très recherchée maintenant produite dans plusieurs pays du Moyen-Orient. Khaled DESOUKI / AFP
Short Url
  • « Je surfais sur internet quand j'ai trouvé par hasard que le venin produit par les scorpions faisait partie des plus chers, alors je me suis dit: +pourquoi ne pas mettre cet environnement désertique à profit?+ »
  • La puissante toxine contenue dans le venin de scorpion, résultat de centaines de millions d'années d'évolution naturelle, fait l'objet de nombreuses recherches scientifiques

OASIS D'AL-DAKHLA, EGYPTE : Dans son laboratoire au milieu du désert libyque, l'ingénieur égyptien Ahmed Abou al-Seoud saisit un scorpion par la queue et lui applique une décharge électrique pour obtenir une goutte de son venin, un poison aux propriétés pharmacologiques prometteuses.

Le "Royaume du scorpion", son entreprise, entourée de palmeraies et de dunes ocres, est implantée dans l'oasis de Dakhla, à environ 800 km au sud-ouest du Caire.

Dans un bâtiment blanc de deux étages, des milliers de scorpions ont été emmagasinés vivants dans des bocaux colorés et disposés sur des étagères.

Ingénieur mécanicien de formation, M. Abou al-Seoud, 44 ans, s'est lancé en 2018 avec son associé, Alaa Sabaa, dans ce projet d'extraction de venin de scorpion.

"Je surfais sur internet quand j'ai trouvé par hasard que le venin produit par les scorpions faisait partie des plus chers, alors je me suis dit: +pourquoi ne pas mettre cet environnement désertique à profit?+", raconte l'entrepreneur, installé dans le gouvernorat de la Nouvelle-Vallée.

Production expérimentale

La puissante toxine contenue dans le venin de scorpion, résultat de centaines de millions d'années d'évolution naturelle, fait l'objet de nombreuses recherches scientifiques. 

"Des dizaines de molécules bioactives issues du (venin de) scorpion ont été identifiées comme possédant des propriétés pharmacologiques prometteuses", selon une publication du journal Biomedicines datant de mai dernier.

Les laboratoires étudient maintenant leur potentiels effets antimicrobien, immunosuppresseur et anticancer, parmi d'autres, dans l'espoir de pouvoir un jour les transformer en médicaments.

S'il existe quatre ou cinq types de scorpions dans le désert égyptien, le plus répandu est le "Leiurus quinquestriatus", dont le venin est composé de plus de 45 éléments. 

Une telle composition rend le produit rare et cher: il se vend environ 7.000 dollars le gramme, selon M. Abou al-Seoud.

L'ingénieur explique qu'un scorpion ne sécrète pas plus d'un demi-milligramme de venin tous les 20 ou 30 jours. Ainsi, pour produire un gramme de poison, dont la qualité repose sur le degré de "pureté", il faut entre 3.000 et 3.500 scorpions.

Et l'espérance de vie du dangereux animal, dont les morsures peuvent provoquer de fortes fièvres, voire des décès dans certains cas, peut aller jusqu'à 25 ans.

Conscient du potentiel de ce produit, M. Abou al-Seoud ambitionne à terme de cibler le marché européen et ses groupes pharmaceutiques.

A Dakhla, la première production expérimentale du "Royaume des scorpions", réalisée en décembre et janvier après deux ans de préparation, a atteint trois grammes de venin. Le liquide extrait a été asséché dans un laboratoire au Caire et conditionné sous forme de poudre.

Outre cette coûteuse substance, l'entreprise extrait du venin d'abeille et vend des produits agricoles et des plantes odorantes.

Produit de qualité

Mais M. Abou al-Seoud fonde tous ses espoirs sur les scorpions et veut donner à l'Egypte une "bonne image grâce à un produit de qualité, étudié scientifiquement, encadré par la loi et autorisé à l'exportation".

Nahla Abdel Hamid, une pharmacienne de 25 ans employée de l'entreprise, assure que pour "ne pas perturber l'équilibre écologique", les habitants des villages alentours sont mis à contribution pour la chasse aux arachnides, au niveau des zones habitées seulement.

M. Abou al-Seoud, qui s'adonne lui-même à l'activité, forme une ou deux personnes par village et les équipes d'une panoplie spéciale: gants, pinces, chaussures adaptées, gilets fluorescents et sérums antipoison.

Les "chasseurs" gagnent entre une et 1,5 livre égyptienne (cinq à huit centimes d'euros) par scorpion capturé.

Quant à Mme Abdel Hamid, elle les classe "en fonction de la zone où ils ont été chassés et de leur type".

Bien que ces animaux peuvent se passer de nourriture pendant de longues périodes, la vétérinaire Imane Abdel Malek préfère leur offrir un "cadre favorable" en leur fournissant régulièrement, jusqu'à deux fois par mois, des vivres "protéinées", notamment des cafards et des vers.

L'entreprise, un projet autofinancé qui a coûté environ cinq millions de livres (262.600 euros), prévoit d'abandonner progressivement la chasse pour l'élevage.

Si l'Egypte produit du venin de scorpion depuis des années déjà, il est souvent produit illégalement ou de faible qualité, selon le chef du projet.


Le monde arabe détient le record de jeunes dans le besoin et victimes de violences

Des ambulances passent devant des manifestants antigouvernementaux lors d'une manifestation devant le conseil municipal de Dhi Qar dans la ville de Nasiriyah, au sud de l'Irak, le 27 février 2021, après le jour le plus meurtrier d'une semaine de violence dans la ville qui a fait quatre morts parmi les manifestants antigouvernementaux. (Assaad AL-NIYAZI / AFP)
Short Url
  • Le taux de chômage est de 29% en Afrique du Nord et 25% au Moyen-Orient
  • Plus de 22.000 mineurs ont été tués dans la seule Syrie depuis le début de la guerre civile il y a dix ans, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme

AMMAN : La région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena) détient un double record mondial: celui des jeunes dans le besoin et des enfants victimes de graves violences, affirme le directeur régional de l'Unicef.

Malgré ce triste bilan, Ted Chaiban assure dans un entretien à l'AFP à Amman qu'il existe une lueur d'espoir à condition que se construisent de nouvelles relations entre les gouvernements et les jeunes, dix ans après le déclenchement des révoltes du printemps arabe.

"Après 2011, la vie et l'avenir des jeunes ont été mis en péril par la multiplication des conflits et la chute des prix du pétrole", note-t-il. Le résultat est accablant dans une région qui compte 124 millions de jeunes entre 10 et 24 ans, soit 26% de la population selon l'Unicef.

"Aujourd'hui, 38 millions d'enfants et d'adolescents ont besoin d'une aide humanitaire dans cette région, soit le nombre le plus élevé au monde. Il en va de même pour le chômage", relève ce responsable de l'agence onusienne.

En outre, le taux de chômage est de 29% en Afrique du Nord et 25% au Moyen-Orient. Et il est plus élevé chez les femmes avec respectivement 39 et 41%.

"Pour l'Unicef, la région Mena représente plus de 50% du montant des appels de fonds pour l'aide humanitaire, soit un accroissement significatif depuis 2011 en raison de la dégradation économique et politique", souligne M. Chaiban.

Or, les perspectives ne sont pas réjouissantes. Il faudrait selon la Banque mondiale créer 300 millions de nouveaux emplois d'ici 2050. Pour satisfaire la demande des jeunes entrant sur le marché du travail, les pays de la région Mena devront dès aujourd'hui "créer 800.000 emplois par mois", a indiqué un responsable de la Banque mondiale en janvier.

D'autre part, la région, théâtre de conflits et d'une brutale répression dans plusieurs pays, "a connu depuis 2011 un accroissement exponentiel des violences contre le jeunes", ajoute le directeur régional de l'Unicef.

Selon lui, la moitié des 28.000 "graves violations" contre les jeunes recensées dans le monde en 2019, se sont produites dans sept pays de la région Mena.

Et elles ont doublé entre 2017 et 2019 selon les chiffres de l'ONU.

L'ONU regroupe sous le terme "graves violations" les mineurs blessés ou tués, le recrutement d'enfant soldats, les violences sexuelles, le rapt, les attaques contre les écoles et les hôpitaux, et le refus d'un accès humanitaire aux mineurs.

"Impliquer les jeunes"

Or, selon Juliette Touma, responsable de la communication de l'Unicef dans la région, "ce n'est que la partie émergée de l'iceberg. Le nombre réel d'enfants tués ou blessés semble être bien plus haut."

Pour preuve, plus de 22.000 mineurs ont été tués dans la seule Syrie depuis le début de la guerre civile il y a dix ans, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui recense méthodiquement les victimes du conflit dans ce pays.

Pour ajouter à cette situation déjà difficile, la pandémie de coronavirus a privé de cours 40% des élèves faute d'accès à l'enseignement numérique dans la région Mena. 

"Il faut rouvrir les classes avec un enseignement hybride combinant le présentiel et l'enseignement à distance", plaide M. Chaiban.

Il est néanmoins optimiste malgré ce sombre tableau, car, "en dépit de la tourmente, des conflits armés et de l'incertitude économique, plus d'enfants vont à l'école, sont vaccinés contre les maladies infantiles et ont accès à l'eau potable".

C'est l'occasion d'améliorer la qualité de l'enseignement et le mettre en adéquation avec l'évolution de l'emploi.

"Nous avons une excellente opportunité de réformer le secteur de l'éducation dans la région, d'impliquer les enfants et les jeunes, de leur donner les outils nécessaires pour répondre au changement rapide de l'économie, aux demandes du marché et de l'emploi dans l'avenir", dit-il avec enthousiasme.

Mais pour arriver à l'objectif, explique le directeur régional de l'Unicef, "il y a surtout un besoin crucial de nouvelles relations entre les gouvernements et les jeunes".  

Selon lui, "il faut créer des lieux, et des espaces où les jeunes peuvent s'exprimer, faire part librement de leurs inquiétudes, partager leurs idée de manière constructive sur la pauvreté, les inégalités et l’amélioration de la gouvernance".


La coalition arabe intercepte un drone lancé par les Houthis du Yémen vers l'Arabie Saoudite

Le porte-parole de la coalition arabe, le colonel Turki Al-Maliki, s'exprime lors d'une conférence de presse à Riyad. (Fichier/Reuters)
Short Url
  • Le drone Houthi visait la ville de Khamis Mushait, dans le sud du pays
  • "Les forces conjointes de la coalition ont réussi à intercepter et à détruire un drone piégé lancé par la milice Houthi soutenue par l'Iran" a déclaré le colonel Turki Al-Maliki

RIYADH : La coalition arabe a déclaré avoir intercepté et détruit un drone lancé par la milice Houthi du Yémen vers le sud de l'Arabie Saoudite, a rapporté l'Agence de presse saoudienne mercredi.

Le porte-parole, le colonel Turki Al-Maliki, a déclaré : "Les forces conjointes de la coalition ont réussi à intercepter et à détruire un drone piégé lancé par la milice Houthi soutenue par l'Iran de manière systématique et délibérée pour cibler les civils et les biens civils dans la ville de Khamis Mushait".

Le colonel Al-Maliki a déclaré que le commandement des forces conjointes de la coalition a pris et mis en œuvre les mesures opérationnelles nécessaires pour protéger les civils et les installations civiles, conformément au droit humanitaire international.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com