«First Abu Dhabi» complète son acquisition de «Bank Audi Egypt»

First Abu Dhabi Bank et le groupe libanais Bank Audi ont annoncé la signature d’un accord définitif, et l’institution financière émiratie ajoute ainsi 100% du capital de Bank Audi Egypt à son portefeuille. (Photo, Reuters)
Short Url
Publié le Vendredi 22 janvier 2021

«First Abu Dhabi» complète son acquisition de «Bank Audi Egypt»

  • Cet accord augmente considérablement le volume de l’activité de First Abu Dhabi Bank en Égypte et en fait l’une des plus grandes banques étrangères au pays en termes d’actifs
  • First Abu Dhabi Bank est installée en Égypte depuis 1975 et opère actuellement 17 agences dans tout le pays. Bank Audi Egypt opère 53 agences supplémentaires

LE CAIRE: First Abu Dhabi Bank et le groupe libanais Bank Audi ont annoncé la signature d’un accord définitif, et l’institution financière émiratie ajoute ainsi 100% du capital de Bank Audi Egypt à son portefeuille.

Les deux banques ont déclaré dans un communiqué conjoint que l’accord d’acquisition a été conclu après l’achèvement d’un processus de vérification approfondie des données et d’une vérification préalable effectuée par First Abu Dhabi Bank.

Le processus devrait se terminer dans les prochains mois, après avoir rempli un nombre de conditions, dont notamment l’approbation finale de la banque, la Banque centrale égyptienne et des autorités de régulation et de surveillance nécessaires aux Émirats arabes unis et en Égypte.

Cet accord augmente considérablement le volume de l’activité de First Abu Dhabi Bank en Égypte et en fait l’une des plus grandes banques étrangères au pays en termes d’actifs, avec une valeur qui dépasse 120 milliards de livres égyptiennes (8,1 milliards de dollars) après la consolidation. Le produit de la vente contribuera à renforcer la résilience financière du groupe Bank Audi.

Les actifs de Bank Audi Egypt totalisaient de 83,2 milliards de livres égyptiennes à la fin du mois de septembre 2020, et le total des capitaux propres a atteint 7,6 milliards de livres égyptiennes.

First Abu Dhabi Bank est installée en Égypte depuis 1975 et opère actuellement 17 agences dans tout le pays. Bank Audi Egypt opère 53 agences supplémentaires.

First Abu Dhabi Bank et la filiale d’UBS AG à Londres ont servi de conseillers financiers pour l’acquisition, tandis que Freshfields Bruckhaus Deringer et Matouk Bassiouni et Hinnawi ont servi de conseillers juridiques à First Abu Dhabi Bank.

EFG Hermes était le seul conseiller financier de Bank Audi dans l’acquisition, alors que Dechert SARL et Zulficar et partenaires étaient ses conseillers juridiques.

«First Abu Dhabi Bank a une longue histoire en Égypte, puisque la banque a ouvert sa première agence dans le pays il y a plus de 45 ans afin de contribuer à l’accélération de la croissance des affaires du groupes sur des marchés qui ont un potentiel prometteur», a déclaré André Sayegh, PDG du groupe First Abu Dhabi Bank».

«Cette acquisition représente les meilleurs résultats jamais obtenus au profit nos partenaires, en particulier nos clients et nos employés en Égypte, en raison des défis auxquels le Liban est confronté depuis 16 mois, et de l’efficacité du modèle d’entreprise et de la gouvernance que le groupe Bank Audi a mis en place dans la région», explique Samir Hanna, PDG du groupe Bank Audi.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Deliveroo promet une rétribution exceptionnelle à ses livreurs pour son entrée en Bourse

Créée à Londres en 2013, Deliveroo travaille avec 115 000 restaurants dans 800 villes du monde, où elle compte 2 000 employés et environ 100 000 livreurs.(AFP)
Short Url
  • Deliveroo «prévoit de verser un montant total de 16 millions de livres sterling (18,6 millions d'euros) à des livreurs partenaires sur les 12 marchés» sur lesquels l'entreprise est présente
  • «Les livreurs partenaires sont un pilier fondamental de notre activité, et nous voulons récompenser les efforts fournis, qui ont permis à Deliveroo de devenir l'entreprise qu'elle est aujourd'hui», explique le PDG et fondateur Will Shu

PARIS : La plateforme de livraison alimentaire Deliveroo a annoncé son intention de verser une rétribution exceptionnelle à ses livreurs dans le monde «pour les remercier», via un fonds qui se concrétisera «le jour d'une introduction en Bourse» à Londres, selon un communiqué publié dimanche.

Deliveroo, dont l'application permet de commander des plats auprès de restaurants, «prévoit de verser un montant total de 16 millions de livres sterling (18,6 millions d'euros) à des livreurs partenaires sur les 12 marchés» sur lesquels l'entreprise est présente, indique ce communiqué.

Cela représentera «une rétribution exceptionnelle de 10 000, 1 000, 500 ou 200 livres sterling (11 600, 1 160, 580 ou 230 euros)» par livreur concerné -- en l'occurrence ceux qui ont pris le plus de commandes, ajoute la société. Avec un versement moyen de «440 livres environ».

Ce fonds se concrétiserait le jour d'une introduction en Bourse, prévue à Londres mais dont Deliveroo n'a pas encore précisé la date.

«Les livreurs partenaires sont un pilier fondamental de notre activité, et nous voulons récompenser les efforts fournis, qui ont permis à Deliveroo de devenir l'entreprise qu'elle est aujourd'hui», explique le PDG et fondateur Will Shu, dans le communiqué. 

Et «depuis un an, ils ont permis à des restaurants de poursuivre leur activité, à des personnes vulnérables de se faire livrer et de rester à l'abri chez elles».

Créée à Londres en 2013, Deliveroo travaille avec 115 000 restaurants dans 800 villes du monde, où elle compte 2 000 employés et environ 100 000 livreurs.

Les livreurs éligibles à la prime - environ 36 000 - devront avoir plus d'un an d'activité et effectué au moins 2 000 commandes, précise l'entreprise, dont la forte croissance ces dernières années s'est aussi accompagnée de contestations sur ses pratiques sociales.

En particulier, la précarité des contrats de travail des livreurs lui a valu des mouvements de protestation en France et une condamnation en justice en Espagne.

L'entreprise met en avant la couverture assurantielle (responsabilité civile et accident) gratuite offerte à ses livreurs et, pendant l'épidémie la mise à disposition de kits d'hygiène et d'une indemnité en cas d'incapacité de travail pour cause de Covid.

 


BNP Paribas nomme Reema Al Asmari directrice territoriale Arabie saoudite

Reema Al Asmari directrice territoriale de BNP Paribas Arabie saoudite (Fournie)
Short Url
  • Reema Al Asmari supervisera la stratégie commerciale nationale de la banque, en mettant l’accent sur le renforcement des relations avec les clients stratégiques, les entreprises multinationales et les entités gouvernementales
  • Elle pilotera également l'offre de produits et services de BNP Paribas dans tous les secteurs de la CIB, y compris la croissance dans des domaines tels que la finance durable

RIYAD : Reema Al Asmari rejoint BNP Paribas en tant que nouvelle directrice territoriale pour l’Arabie saoudite, renforçant ainsi la présence institutionnelle et managériale de la banque dans le Royaume.

Dans son nouveau rôle, Reema Al Asmari supervisera la stratégie commerciale nationale de la banque, en mettant l’accent sur le renforcement des relations avec les clients stratégiques, les entreprises multinationales et les entités gouvernementales. Elle pilotera également l'offre de produits et services de BNP Paribas dans tous les secteurs de la CIB, y compris la croissance dans des domaines tels que la finance durable.

Reema Al Asmari est rattachée à Amine Bel Hadj Soulami, responsable de BNP Paribas Moyen-Orient et Afrique et membre du comité exécutif MEA de BNP Paribas.

Amine Bel Hadj Soulami a déclaré: «Nous sommes ravis d'avoir Reema à bord. Elle renforce notre équipe par sa connaissance approfondie du Royaume d'Arabie saoudite. BNP Paribas a depuis longtemps reconnu le rôle vital du Royaume dans le développement global de la région, depuis que la banque y est devenue opérationnelle en 2005. »

«Outre notre présence bancaire traditionnelle, en tant que leader mondial reconnu de la finance durable, nous sommes impatients d'accompagner nos clients en Arabie saoudite dans cette transition. L'ambition nationale en faveur des énergies renouvelables en particulier, offre l'opportunité de soutenir plus largement l'économie diversifiée » a ajouté Soulami.

Reema Al Asmari rejoint BNP Paribas après Natixis, où elle occupait le poste de PDG pour l'Arabie saoudite. Avant de rejoindre Natixis, la nouvelle directrice a travaillé neuf ans chez JPMorgan Chase & Co dans le Royaume. Son dernier rôle au sein de la banque américaine était celui de responsable des services de trésorerie, après avoir été trésorière dans la même institution pour l'Arabie saoudite, Bahreïn et Johannesburg.

Parlant de sa nomination, Reema Al Asmari a déclaré: «Je suis honorée de rejoindre BNP Paribas avec la mission de développer la présence de la banque, ici, en Arabie saoudite. Je suis enthousiasmée par la perspective de tirer parti du succès actuel de cette banque dynamique qui continue d’accompagner l'environnement commercial en constante évolution de l'Arabie"

Reema Al Masri succède à Jean-François Sibille qui devient directeur de la conformité de BNP Paribas Moyen-Orient et Afrique. Elle travaillera aux côtés d'Ammar Pharaon qui dirige la société d'investissement de BNP Paribas (BIC) également basée à Riyad.


Une start-up israélienne promet de recharger des voitures électriques en cinq minutes

Promotion de batteries à chargement rapide à l'entrée du siège de la start-up israélienne StoreDot dans la ville côtière israélienne d'Herziliya le 16 février 2021. Les spécialistes israéliens de la charge ultra-rapide StoreDot ont développé une batterie lithium-ion de première génération qui peut accélérer le temps de remplissage d'une voiture standard à la pompe. (Emmanuel Dunand / AFP)
Short Url
  • Spécialisée dans la charge ultrarapide, la société StoreDot, basée à Herzliya près de Tel-Aviv, a mis au point une première génération de batteries lithium-ion qui se chargent complètement en cinq minutes
  • Restent les épineuses questions de l'impact écologique de l'extraction et du recyclage des métaux lourds contenus dans les batteries

HERZLIYA, Israël : Charger sa batterie en cinq minutes, c'est l'objectif d'une start-up israélienne qui, en limitant le temps de recharge, veut encourager l'essor des voitures électriques et écarter "l'angoisse de l'autonomie".

Spécialisée dans la charge ultrarapide, la société StoreDot, basée à Herzliya près de Tel-Aviv, a mis au point une première génération de batteries lithium-ion qui se chargent complètement en cinq minutes et ce, quelle que soit la capacité du véhicule.

Des centaines de prototypes sont actuellement en phase de test par les constructeurs.

Plus besoin de longues heures de recharge comme c'est actuellement le cas, promet Doron Myersdorf, PDG de StoreDot, pour qui un temps de charge réduit est clé pour venir à bout des réticences sur les voitures électriques.

"Vous n'aurez plus peur de vous retrouver bloqué sur l'autoroute sans énergie", dit-il à l'AFP dans les bureaux de la société qu'il a fondée en 2012 et qui a d'abord testé ses batteries sur des téléphones, des drones et des scooters, avant de se lancer dans les véhicules électriques.

En 2019, le prix Nobel de chimie avait récompensé l'Américain John Goodenough, le Britannique Stanley Whittingham et le Japonais Akira Yoshino pour l'invention des batteries au lithium-ion, aujourd'hui présentes dans de nombreuses technologies du quotidien.

"Ce type de batterie légère, rechargeable et puissante est maintenant utilisé partout, dans les téléphones, les ordinateurs et les véhicules électriques", avait justifié l'Académie royale des sciences de Suède qui décerne le prix.

En remplaçant notamment le graphite de l'anode de la batterie par du silicium, "il devient possible de charger des batteries lithium-ion en cinq minutes", alors que "c'était considéré comme impossible" auparavant, déclare Doron Myersdorf, détenteur d'un doctorat en génie industriel au Technion, grand institut israélien des sciences situé à Haïfa (nord).

"Quatre à cinq ans"

Pour Eric Espérance, spécialiste du secteur automobile au sein du cabinet Roland Berger à Paris, la recharge ultrarapide tient bien d'une "révolution" mais il faudra attendre pour que ces nouvelles batteries s'invitent sous la carrosserie.

"On est encore loin du marché automobile industriel", dit-il. D'autant que les stations de recharge devront elles aussi être adaptées avant toute utilisation par le grand public.

Pour la commercialisation, "il faut compter quatre à cinq ans à partir du moment où on commence à travailler sur un modèle, soit un cycle de conception d'un véhicule", explique Doron Myersdorf dont la société compte quatre principaux investisseurs: le géant coréen Samsung, le constructeur automobile allemand Daimler, le géant pétrolier britannique BP et le fabricant de matériel électronique japonais TDK.

Dans le laboratoire équipé de larges cages de verre, les chimistes de StoreDot assemblent minutieusement une centaine d'unités par semaine destinées aux constructeurs partenaires et éventuels collaborateurs afin de leur présenter la technologie.

L'équipe planche déjà sur la deuxième génération de batteries, moins chère. "La batterie coûtera environ 100 dollars par kilowatt-heure soit le prix d'une batterie lithium-ion traditionnelle", assure le PDG.

La capacité d'une batterie varie, selon les modèles, entre 15kWh et plus de 100kWh.

Lors de la remise du Nobel, l'Académie royale des sciences avait noté que la batterie au lithium-ion pouvait "conserver des quantités significatives d'énergie solaire et éolienne" ouvrant la voie à une possible décarbonisation des transports.

Malgré les succès du pionnier américain Tesla, devenu la coqueluche des marchés financiers, la route semble encore longue: les voitures électriques sont encore assez chères et ne représentaient en 2019 que 2,6% des ventes, selon l'agence internationale de l'Energie.

Restent les épineuses questions de l'impact écologique de l'extraction et du recyclage des métaux lourds contenus dans les batteries.

"L'extraction (du lithium) utilise beaucoup d'eau et donc assèche les nappes phréatiques et provoque des catastrophes écologiques locales", explique M. Espérance, rappelant qu'une batterie "n'est pas éternelles mais faite pour avoir 3000-3500 cycles de charge/décharge".

"Il faut mettre en place une filière de recyclage, comme il en existe pour les batteries au plomb (...) Aujourd'hui ce réseau est tout juste en train de se mettre en place", dit-il.