Les villes sans cœur: l’Algérien toujours prêt à retourner dans son village

Port d'Alger, Algérie (Photo, AFP).
Port d'Alger, Algérie (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 23 janvier 2021

Les villes sans cœur: l’Algérien toujours prêt à retourner dans son village

  • Aucun pays du tiers-monde, les pays du monde arabe et ceux d’Afrique du Nord, ne possède un patrimoine aussi riche en villes, à l’instar de l’Algérie
  • Mais, avec une mentalité moyenâgeuse, nous avons partagé ce butin de guerre comme cela se faisait au temps des foutouhat islamiques!

Qu’importe le nom de la ville : Alger, Oran, Constantine, Saïda, Tizi Ouzou, Annaba, Tlemcen, Béjaïa, Biskra, Tiaret… métropole soit-elle, moyenne ou marginale, l’ombre de la ville s’est éclipsée de la ville. Effacement. La ville algérienne a perdu les valeurs de la citadinité ! A perdu sa mémoire, ses trottoirs, ses balcons, sa langue, ses  odeurs  et  ses habitants. Les villes algériennes  sont  devenues  folles.  Dans  le  chaos,  l’indifférence  et  le bricolage.  
Le village a perdu son identité. Il ressemble à un bourg surpeuplé.  Avec  tout le  respect  au  bourg, le vrai bourg, et aux braves gens de la  dechra, la vraie dechra. 
La topographie citadine est outragée.  
Aucun pays du tiers-monde, les pays du monde arabe et ceux d’Afrique du Nord, ne possède un patrimoine aussi riche en villes, à l’instar de l’Algérie. Nous avions hérité de la colonisation, le jour de notre indépendance en 1962, plus de quarante superbes grandes villes et une dizaine de centaines de beaux villages, sur la côte, dans les Hauts-Plateaux et au Sahara. Un capital urbain inestimable d’une architecture remarquable. Des perles. Pour l’Algérien, tout était prêt pour faire de l’Algérie indépendante un pays moderne et concurrentiel. L’infrastructure est là. 

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en Français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Sfax ne sait plus quoi faire de ses déchets…

Short Url
  • La crise des déchets ménagers est loin d’être achevée dans la Ville de Sfax
  • Face à ce constat, la Faculté de droit de Sfax a récemment organisé une rencontre sur le secteur des déchets municipaux dans la région

Après plus de neuf mois, la crise des déchets ménagers est loin d’être achevée dans la Ville de Sfax, ensevelie, aujourd’hui, sous des tonnes d’ordures. Certes, la situation n’est pas nouvelle, mais elle risque, aujourd’hui, de se poser avec encore plus d’acuité, alors que nous sommes en pleine saison estivale et à l’heure où la ville est devenue une décharge à ciel ouvert. Face à ce constat, la Faculté de droit de Sfax a récemment organisé une rencontre sur le secteur des déchets municipaux dans la région de Sfax, afin de lancer un appel, le énième déjà, aux autorités concernées pour passer immédiatement à l’action et sauver la ville.

Reproposer une stratégie…

Khalil Fendri, doyen de la Faculté de droit de Sfax, n’a pas manqué de rappeler que la ville fait face à une situation chaotique, très confuse et agitée, étant donné que, depuis des mois, on est en peine de trouver une solution à la crise des déchets solides et assimilés.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


L'Espagne, invité d'honneur du Festival national des arts populaires à Marrakech

 Festival national des arts populaires à Marrakech (Photo, Le Matin).
Festival national des arts populaires à Marrakech (Photo, Le Matin).
Short Url
  • Toute la splendeur des costumes traditionnels, bijoux, instruments de musique est mise en lumière à Marrakech
  • Le groupe espagnol Baiuca se produira le 4 juillet à 20 h 30 au Théâtre Royal de Marrakech

Gnaouas, Aïssaoua, Ahwach, Dakka de Marrakech... des troupes artistiques de différentes régions du Maroc investissent la ville ocre jusqu'au 5 juillet. Elles présentent dans le cadre du 51e Festival national des arts populaires (FNAP) toute la richesse du patrimoine culturel marocain.

Après la parade d'ouverture qui a défilé le 1er juillet de la place du jardin Harti au palais Badiâ, le public vivra sur le rythme de chants et musiques éternels. La place Jamaâ El Fna, la scène du Théâtre Royal et la place du Harti seront animées par des centaines d’artistes représentant différentes disciplines culturelles : danse, chant, musique…

Toute la splendeur des costumes traditionnels, bijoux, instruments de musique est mise en lumière à Marrakech devant un public national et étranger. Pour une plus belle ambiance festive, le FNAP invite la musique du monde à se joindre aux rythmes purement marocains.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Pourquoi les négociations de Doha ont-elles échoué?

Le drapeau iranien flotte devant le bâtiment des bureaux de l'ONU (Photo, Reuters).
Le drapeau iranien flotte devant le bâtiment des bureaux de l'ONU (Photo, Reuters).
Short Url
  • Un responsable américain affirme que la relance de l'accord avec l'Iran est devenue moins probable après la réunion au Qatar
  • Les négociations indirectes sur l'accord nucléaire entre les États-Unis et l'Iran à Doha se sont soldées par un échec

Les négociations indirectes sur l'accord nucléaire entre les États-Unis et l'Iran à Doha se sont soldées par un échec, un responsable américain affirmant que la relance de l'accord avec l'Iran est devenue moins probable après la réunion au Qatar.

La question est maintenant : pourquoi les négociations ont-elles échoué ? La semaine dernière, j'ai écrit que le temps n'était pas du côté de Washington ni de Téhéran : le président américain ne peut pas faire de concessions, l'Iran n'a pas non plus de cartes à jouer ou la capacité de s'engager, car le régime iranien est fondamentalement extrémiste

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.