La science-fiction aime les villes monstrueuses

Vue prise le 24 novembre 2003 du « chemin des étoiles » réalisé par Pierrick Sorin et Jean-Claude Mézières, le créateur de la bande dessinée de science fiction Valérian (Photo, AFP)
Vue prise le 24 novembre 2003 du « chemin des étoiles » réalisé par Pierrick Sorin et Jean-Claude Mézières, le créateur de la bande dessinée de science fiction Valérian (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 23 janvier 2021

La science-fiction aime les villes monstrueuses

  • Planète... Ou ville ? «Toute la surface de Trantor, 200 millions de kilomètres carrés, était recouverte par une seule ville», décrit l'écrivain
  • Derrière le récit de science-fiction, c'est aussi une critique de la vision de l'architecte français Le Corbusier, pour qui les «villes verticales» étaient l'avenir

PARIS: Des bidonvilles à perte de vue, d'immenses tours inhumaines, des rues où le passant a bien du mal à rester en vie... Les villes de science-fiction sont rarement agréables et reflètent les angoisses de l'époque: crime, pollution ou surpopulation. 

La planète Trantor n'existe pas vraiment. C'est une création de l'écrivain américain Isaac Asimov qui, dans les années 1940, l'a mise au coeur de sa série de romans « Fondation », située 10 000 ans dans le futur. 

1
« Sur la ville et l'environnement, l'un des films les plus impressionnants est Blade Runner: on vit dans un brouillard permanent, le gens partent, quittent la terre, parce qu'ils ne peuvent plus vivre dans cette pollution » (Photo, AFP)

Planète... Ou ville ? « Toute la surface de Trantor, 200 millions de kilomètres carrés, était recouverte par une seule ville », décrit l'écrivain. « Sa population, à son sommet, dépassait largement les 40 milliards » d'habitants. 

Cette métropole tentaculaire, qui s'étend aussi à des kilomètres de profondeur, a beau être intimidante, c'est loin d'être la moins hospitalière du genre. 

« Essayez de trouver un exemple dans la littérature ou le cinéma d'une ville du futur qui soit une ville heureuse: il n'y en a pas », résume le géographe Alain Musset. 

« C'est tout simplement parce que ce n'est pas le but de la science-fiction: (les auteurs) ne sont pas là pour décrire une société future idéale, ils sont là pour dénoncer nos sociétés contemporaines », poursuit M. Musset.  

Ce géographe a publié cette année - avant même que la crise sanitaire relance les interrogations sur l'avenir des villes - un essai, « Station Métropolis, direction Coruscan », qui dresse la cartographie des villes de science-fiction. 

Ce n'est pas un hasard si la Métropolis du cinéaste allemand Fritz Lang donne son nom à l'ouvrage. D'innombrables villes de science-fiction ont repris l'esthétique de ce film de 1927 où les travailleurs survivent dans une cité souterraine alors que les classes supérieures vivent une existence idyllique au sommet de vertigineuses tours. 

Difficile de donner une image plus visuelle des conflits entre classes sociales, dix ans après l'arrivée au pouvoir des bolchéviques en Russie et quelques années après l'échec d'une autre révolution communiste, celle des spartakistes, à Berlin. 

Le suicide, seule issue 

De même, au tournant des années 1960 et 1970, c'est la surpopulation qui affole les auteurs. Comment faire tenir sur la planète des habitants dont le nombre ne cesse d'augmenter ? 

La réponse figure dans les « Monades urbaines », roman de 1971 du prolifique américain Robert Silverberg. La population mondiale - 75 milliards d'habitants, vingt fois plus qu'à l'époque de la rédaction - y est parquée dans des tours qui représentent des villes entières. 

Impossible de quitter ces tours qui rassemblent chacune près d'un million de personnes et ne cessent d'être construites. A moins de se donner la mort, comme l'un des personnages pour qui cette vie s'avère insoutenable. 

Derrière le récit de science-fiction, c'est aussi une critique de la vision de l'architecte français Le Corbusier, pour qui les « villes verticales » étaient l'avenir. 

Autre sujet d'angoisse, la criminalité. Réalisé au début des années 1980, à l'époque où les rues de New York connaissaient une franche insécurité, « Escape From New York » de John Carpenter imagine un Manhattan encerclé par un mur. 

Incapable de lutter contre un tel degré de crime, les autorités y ont jugé qu'une seule chose était à faire: isoler la ville et ses criminels du monde extérieur. 

Enfin, une thématique a peu à peu gagné le genre depuis une cinquantaine d'années, celle de l'environnement avec des villes polluées au point de devenir insupportables. 

« Sur la ville et l'environnement, l'un des films les plus impressionnants est Blade Runner: on vit dans un brouillard permanent, le gens partent, quittent la terre, parce qu'ils ne peuvent plus vivre dans cette pollution », met en avant M. Musset. 

Signé en 1982 par Ridley Scott, le film décrit une Los Angeles censée exister en 2019. Elle reste l'une des villes les plus emblématiques de la science-fiction, rassemblant à la fois pollution, crime et rues noires de monde sous les néons. 

Mais là encore, pour créer une ville imaginaire, le cinéaste, inspiré par l'esthétique de Hong Kong, s'est ancré dans un réel bien tangible. 

Le décor « avait même l'odeur d'une métropole sordide », décrit le critique Paul Sammon, dans « Future Noir », ouvrage de référence sur le film. « (Il) était envahi par les odeurs de café brûlé, d'ordures humides et de nouilles en train de cuire. » 


« Nos frangins», l'hommage à Oussekine tué en France par la police, bientôt aux Oscars

L'actrice algéro-française Lyna Khoudri, le réalisateur Rachid Bouchareb et l'acteur français Reda Kateb posent lors d'un photocall pour le film "Nos Frangins" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 24 mai 2022. (Photo, AFP)
L'actrice algéro-française Lyna Khoudri, le réalisateur Rachid Bouchareb et l'acteur français Reda Kateb posent lors d'un photocall pour le film "Nos Frangins" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 24 mai 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le film, qui sortira le 7 décembre dans les salles françaises, représentera l'Algérie aux Oscars
  • Il avait été présenté, en avant-première et hors compétition, en mai au Festival de Cannes où il avait été chaleureusement accueilli

PARIS: Trente-six ans après les faits, un film pour aborder la brutalité policière sur les jeunes d'origine maghrébine en France, dans les années 80: avec "Nos frangins", Rachid Bouchareb raconte la mort de Malik Oussekine et d'un autre jeune, tués par des policiers à Paris en 1986.

Le film, qui sortira le 7 décembre dans les salles françaises, représentera l'Algérie aux Oscars. Il avait été présenté, en avant-première et hors compétition, en mai au Festival de Cannes où il avait été chaleureusement accueilli.

En mettant en parallèle la mort de Malik Oussekine, jeune étudiant français d'origine algérienne, avec celle, le même soir, d'Abdel Benyahia, lui aussi Français d'origine maghrébine, Rachid Bouchareb affirme qu'ils font partie de la même histoire.

Un film que le réalisateur d'"Indigènes" avait "envie de faire depuis longtemps". "Là, c'est l'horloge personnelle qui s'est déclenchée. Il était temps", a-t-il confié à l'AFP lors d'un entretien réalisé en marge du Festival de Cannes.

Première adaptation cinématographique de ces drames qui ont marqué une génération - celle des étudiants opposés au projet de loi visant à réformer les universités françaises présenté en 1986 et dit projet de loi Devaquet - le film sort quelques mois après la série "Oussekine" sur Disney+.

"Il y a des sujets de mémoire qui sont difficiles et il faut attendre que la France soit complètement prête à en parler", poursuit le réalisateur.

"On parle beaucoup de droitisation de la France (...) mais un film comme celui-là n'aurait pas pu se produire il y a quelques années. Qu'on puisse le faire aujourd'hui, c'est une vraie note d'espoir", complète auprès de l'AFP l'acteur Reda Kateb, qui campe le rôle de Mohamed, frère de Malik.

Si les familles n'ont pas participé au film, celui-ci s'est fait avec leur assentiment. "On n'a pas voulu bousculer ou réveiller leur blessure. On s'est tenu à notre place", poursuit l'acteur de "Hors normes".

"C'est un film qui a été fait sans colère et avec beaucoup d'amour", explique à l'AFP l'actrice Lyna Khoudri qui incarne Sarah, la soeur de Malik.

Déclencher «un mouvement»

Avec une écriture au couteau, un récit resserré, le film prend ses distances avec la série Disney+, plus dense, qui abordait notamment le thème de la colonisation.

Le film de Rachid Bouchareb lui se concentre sur les destins de Malik et Abdel. Tous deux sont morts le même soir. Le premier à Paris, l'autre à Pantin, en proche banlieue parisienne. Tous deux ont été tués par des policiers.

Dans le cas d'Abdel Benyahia, jeune animateur de rue, d'une balle dans la poitrine par un inspecteur de police ivre alors qu'il tentait de s'interposer pour éviter une bagarre devant un café.

Son histoire n'a pas été immédiatement médiatisée, de peur que sa mort, s'ajoutant à celle de Malik Oussekine, ne provoque davantage de manifestations dans un pays déjà marqué par de vives protestations étudiantes.

D'une grande justesse, Samir Guesmi, qui incarne le rôle du père d'Abdel Benyahia, transmet la solitude de cet homme, ouvrier et seul, et celle d'Oussekine, portée par son frère aîné Mohamed qui prend en charge les démarches judiciaires et reçoit le soutien du président de la République française de l'époque, François Mitterrand (socialiste).

"Incarner ce père qui a longtemps manqué dans le paysage du cinéma français et qui a maintenant sa place, c'est formidable", raconte Samir Guesmi qui incarnait déjà un père dans son premier film comme réalisateur, "Ibrahim" (2020).

Trente-six ans après les faits, qu'espérer du film? "A chaque fois, les films déclenchent tout un mouvement (...) on met en route une locomotive et le cinéma est une locomotive", estime Rachid Bouchared.

En 2006, "Indigènes", qui avait valu un prix d'interprétation collectif à ses interprètes, avait changé la vie des anciens combattants étrangers en permettant la revalorisation de leurs pensions.


Le vaisseau Orion placé en orbite lunaire

Un vaisseau spatial Orion de la Nasa, en route vers la lune (Photo, AFP/Nasa).
Un vaisseau spatial Orion de la Nasa, en route vers la lune (Photo, AFP/Nasa).
Short Url
  • Cette nouvelle capsule voyage ainsi actuellement à plus de 64 000 kilomètres de la Lune
  • À cette distance, il lui faudra pas moins de six jours pour parcourir une demi-orbite lunaire, avant d'entamer le chemin retour vers la Terre

WASHINGTON: Le vaisseau Orion de la Nasa s'est placé en orbite lunaire distante vendredi, au dixième jour de la mission Artémis 1, a indiqué l'Agence spatiale américaine vendredi.

"Pendant cette orbite lunaire, les contrôleurs de vol surveilleront des systèmes cruciaux (d'Orion) et effectueront des vérifications en lien avec l'environnement d'espace lointain", a indiqué l'agence dans une note de blog.

Cette nouvelle capsule, qui doit emmener dans les prochaines années des astronautes sur la Lune -- les premiers à en fouler la surface depuis la dernière mission Apollo en 1972 --, voyage ainsi actuellement à plus de 64.000 kilomètres de la Lune.

À cette distance, il lui faudra pas moins de six jours pour parcourir une demi-orbite lunaire, avant d'entamer le chemin retour vers la Terre.

Ce premier vol test du vaisseau Orion, sans équipage à bord, doit servir à s'assurer que le véhicule est sûr.

L'amerrissage dans l'océan Pacifique est prévu le 11 décembre, soit après un peu plus de 25 jours de vol.

De la réussite de cette mission dépendent le futur d'Artémis 2, qui emmènera des astronautes faire le tour de la Lune sans s'y poser, puis d'Artémis 3, qui marquera enfin le retour d'humains sur la surface lunaire. Ces missions doivent officiellement avoir lieu en 2024 et 2025, respectivement.


Un rappeur saoudien crée un podcast de hip-hop en arabe

Le producteur de musique, rappeur et compositeur saoudien Bander al-Fahad souhaite que le hip-hop comprenne des rythmes saoudiens qui en font une musique saoudienne (Photo, Fournie).
Le producteur de musique, rappeur et compositeur saoudien Bander al-Fahad souhaite que le hip-hop comprenne des rythmes saoudiens qui en font une musique saoudienne (Photo, Fournie).
Short Url
  • «Je soutiens à fond la culture hip-hop dans le Royaume», confie Bander al-Fahad à Arab News
  • Le musicien a remercié le Royaume d’avoir accordé une plus grande attention à l’industrie musicale, notamment par le biais de la Commission de la musique récemment créée

RIYAD: Le producteur de musique, rappeur et compositeur saoudien Bander al-Fahad a lancé un podcast en arabe pour diffuser les dernières informations sur la scène hip-hop du Royaume.

Dans son premier podcast «Pure Hip Hop», publié sur YouTube en août, d’autres rappeurs saoudiens et arabes font la lumière sur la culture hip-hop dans le pays, sa relation avec la société saoudienne et l’histoire du genre musical.

«Je soutiens à fond la culture hip-hop dans le Royaume. Je souhaite avoir un style unique et je souhaite que le hip-hop comprenne des rythmes saoudiens qui en font une musique saoudienne», a confié M. Al-Fahad à Arab News.

Il a découvert sa passion pour la musique alors qu’il était étudiant en médias et communication et a révélé qu’il allait bientôt sortir deux épisodes supplémentaires.