Algérie : Walid Kechida, auteur de "memes", va pouvoir quitter la prison

Portraits de détenus algériens, dont Walid Kechida - un partisan du mouvement de protestation algérien Hirak - affichés devant l'ambassade d'Algérie à Paris, lors d'une manifestation de soutien à un journaliste algérien emprisonné. (Photo d'archive prise le 12 août 2020/ Stephane de Sakutin/AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 31 janvier 2021

Algérie : Walid Kechida, auteur de "memes", va pouvoir quitter la prison

  • Walid Kechida, 25 ans, va pouvoir quitter la prison ce dimanche. Il était en détention depuis le 27 avril 2020
  • Il lui était reproché d'avoir publié des mèmes -images détournées de façon humoristique sur les réseaux sociaux- touchant aux autorités, notamment au président Tebboune et à la religion

ALGER, Algérie : Walid Kechida, un jeune militant algérien poursuivi pour avoir publié des "mèmes" moquant les autorités et la religion sur Facebook a été condamné dimanche en appel à un an de prison, dont six mois ferme, selon son avocat.

Lors du procès en appel qui s'est déroulé à Sétif (nord-ouest), le parquet avait requis trois ans de prison ferme, la même peine que celle prononcée en première instance.

"On s'attendait à une relaxe car Walid Kechida n'a rien fait qui mérite la prison", a déclaré à l'AFP maître Fouad Betka, membre de son comité de défense. Mais "il a été condamné à un an de prison dont 6 mois ferme et 6 mois de sursis, et à une amende de 30.000 dinars (180 euros)."

Une information confirmée par le Comité national de libération des détenus (CNLD), une association qui vient en aide aux prisonniers d'opinion en Algérie.

Walid Kechida, 25 ans, va pouvoir quitter la prison ce dimanche. Il était en détention depuis le 27 avril 2020.

"Soulagement. Il quitte la prison aujourd'hui après 9 mois de détention et une condamnation sur fond d'un dossier vide et des poursuites infondées", s'est félicité sur Twitter le vice-président de la Ligue algérienne des droits de l'Homme (LADDH), Saïd Salhi.

Militant connu de la jeunesse algérienne, partisan du "Hirak", le mouvement de contestation populaire né en février 2019, M. Kechida était poursuivi pour "offense au président (Abdelmadjid Tebboune)", "aux préceptes de l'islam" et "outrage à corps constitué".

Il lui était reproché d'avoir publié des mèmes -images détournées de façon humoristique sur les réseaux sociaux- touchant aux autorités, notamment au président Tebboune et à la religion.

Ces illustrations virales étaient diffusées sur le groupe Facebook "Hirak Memes", dont M. Kechida était l'administrateur.

Amnesty International et la LADDH ont demandé la libération du militant de Sétif, dont le cas est devenu emblématique des restrictions des libertés en Algérie, notamment sur internet, et l'abandon de toutes les charges retenues contre lui.

Selon le Comité national de libération des détenus, quelque 80 personnes sont actuellement emprisonnées en Algérie en lien avec les protestations du "Hirak" et/ou les libertés individuelles. Des poursuites fondées dans au moins 90% des cas sur des publications critiques envers les autorités sur les réseaux sociaux.


Le célèbre chef de la mafia turque dévoile ses liens étroits avec l'État

Le ministre turc de l'Intérieur, Suleyman Soylu, intentera une action en justice contre les allégations de Peker, et il a appelé le chef de la mafia à se rendre à la justice turque. (AFP)
Short Url
  • Sedat Peker a publié une série de vidéos impliquant différentes personnalités du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir
  • Cemil Cicek, ancien ministre de la Justice du gouvernement au pouvoir, a exhorté l’institution judiciaire à enquêter sur les allégations de Peker

DJEDDAH: Les responsables du gouvernement turc sont entrés dans une guerre de communication avec le célèbre chef mafieux du pays, Sedat Peker, qui a publié une série de vidéos sur des projets au sein du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir impliquant certains de ses députés.

Une situation qui a incité les partis de l'opposition à réclamer la vérité qui se cache derrière ces allégations afin de lutter contre l’intrusion de la criminalité dans l’espace politique.

Ultranationaliste, condamné par la justice turque, Peker a allégué que l'ancien ministre de l'Intérieur, Mehmet Agar, et son fils, Tolga Agar, actuellement député de l'AKP, étaient impliqués dans la mort suspecte d'une journaliste kazakhe de 21 ans, Yeldana Kaharman, il y a deux ans, après avoir interviewé Tolga Agar la veille.

Kaharman se serait suicidée, mais on prétend que le rapport d'autopsie prouve le contraire. Or, l'affaire a été rapidement close par les procureurs locaux de l'époque. Peker a affirmé qu'Agar était «le chef de l'État profond» en Turquie.

Un désastre

Cemil Cicek, ancien ministre de la Justice du gouvernement au pouvoir et membre actuel du Conseil consultatif supérieur de la présidence, a exhorté le pouvoir judiciaire à enquêter sur les allégations de Peker concernant la famille Agar.

«Si même un millième de ces affirmations est vrai, c'est un désastre et c’est très problématique... La Turquie a eu suffisamment d'expériences dans le passé concernant des questions similaires», a déclaré Cicek le 12 mai.

«Nous devons en tirer les leçons nécessaires. Le procureur compétent doit prendre des mesures et faire ce qui s’impose», a déclaré Cicek.

Mehmet Agar affirme que la Justice peut l’interroger chaque fois qu’elle le jugera nécessaire. Ces affirmations ont convaincu les partis d'opposition d’essayer de mettre le gouvernement face à ses responsabilités quant à ses liens avec le chef de la mafia.

Loi d'amnistie

L'année dernière, le gouvernement turc a adopté une loi d'amnistie controversée qui a libéré jusqu'à 90 000 détenus des prisons turques pour des crimes non politiques, excluant les journalistes et politiciens dissidents.

La loi a entraîné la libération massive de chefs de gangs organisés, dont Alaattin Cakici, un pilier mafieux notoire étroitement lié au Parti du mouvement nationaliste (MHP). Pendant que Cakici était derrière les barreaux, son rival Peker a consolidé son emprise sur la pègre turque.

Le député du groupe du Parti républicain du peuple (CHP), principal parti d'opposition, Ozgur Ozel, a déclaré que le ministre turc de l'Intérieur, Süleyman Soylu, était le point de connexion entre l'AKP, son allié du MHP et la mafia.

Ozel a également affirmé que le ministre de l'Intérieur était étroitement lié au chef de la mafia, Peker, et que le gouvernement avait fermé les yeux sur les méfaits précédents de Peker dans la ville de Rize, dans le nord du pays, où il a menacé les universitaires dissidents du pays, en disant: «Je vais les doucher avec leur propre sang.»

Démission

Dans la dernière vidéo qu'il a publiée, Peker a avoué avoir joué un rôle dans le soutien manifesté au ministre de l'Intérieur Soylu lorsque celui-ci a voulu démissionner de son poste en avril 2020. Peker aurait organisé une campagne Twitter pour s'opposer à la démission de Soylu.

Depuis 2019, Peker vit dans les Balkans, où il rencontre régulièrement des dirigeants politiques bosniaques. Il a affirmé avoir dû quitter la Turquie en raison de rapports personnels hostiles avec le gendre du président turc et ancien ministre des Finances, Berat Albayrak.

Après avoir été arrêté cette année en Macédoine du Nord avec une fausse carte d'identité et un faux passeport, il a été expulsé vers le Kosovo où il avait un permis de séjour professionnel. On pense qu'il réside actuellement à Dubaï.

«l'État profond»

Peker, qui possède un solide réseau dans le monde souterrain d'Istanbul, a déjà été blâmé par certains politiciens, comme Baris Atay du Parti des travailleurs de Turquie, pour avoir utilisé des gangs afin d’attaquer des dissidents dans les rues. Atay a été gravement battu dans une rue animée d'Istanbul après avoir été pris pour cible verbalement par Soylu.

L'opposition exhorte maintenant le gouvernement à former une commission d'enquête parlementaire et à informer le public de cette affaire.

Ayhan Sefer Ustun, ancien chef de la Commission parlementaire des droits de l'homme et membre fondateur du Parti séparatiste du futur, dirigé par l'ancien Premier ministre du pays, Ahmet Davutoglu, a déclaré que ces allégations devraient déclencher une campagne sérieuse contre «l'État profond» en Turquie.

«La Turquie devrait lancer une campagne nationale contre l'État profond et une structure mafieuse qui s’étend jusqu’aux cercles internes de l'État», a-t-il déclaré à Arab News.

Mobilisation populaire

«Une commission parlementaire devrait être établie où chaque parti au Parlement sera représenté de manière égale pour enquêter sur les allégations de Peker», a-t-il proposé.

«Tout lien entre la politique et la sécurité publique doit être mis au grand jour», a ajouté Ustun, faisant référence au scandale Susurluk de 1996 en Turquie, où des liens étroits entre l'État et la mafia ont été révélés après une forte et opiniâtre mobilisation populaire.

Le ministre de l'Intérieur Soylu va intenter une action judiciaire concernant les allégations de Peker, et il a appelé le chef de la mafia à se rendre à la justice turque.

Peker a été jugé à plusieurs reprises par des tribunaux turcs pour son implication dans des bandes criminelles. Il a été condamné à quatorze ans de prison en 2007 pour avoir créé et dirigé une organisation criminelle et pour faux. Sa peine, cependant, a ensuite été réduite à dix ans et il a été libéré de prison en 2014. Le nombre de sorties vidéo polémiques de Peker devrait atteindre douze au total.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Afghanistan: explosion mortelle dans une mosquée, le cessez-le feu vole en éclats

Des policiers montent la garde devant l'Université de Kaboul à Kaboul le 2 novembre 2020 / AFP
Short Url
  • L'attentat s'est produit lors des prières du vendredi, faisant outre les victimes une quinzaine de blessés parmi les fidèles, selon la police
  • Il est intervenu au deuxième jour d'un cessez-le feu de trois jours conclu entre les talibans et les forces afghanes à l'occasion de l'Aïd el-Fitr

Kandahar : Une explosion a fait au moins 12 morts dans une mosquée en banlieue de Kaboul, faisant voler en éclats le cessez-le-feu provisoire de l'Aïd el-Fitr, peu après le retrait américain de la base aérienne de Kandahar, l'une des plus importantes d'Afghanistan.

L'attentat s'est produit lors des prières du vendredi, faisant outre les victimes une quinzaine de blessés parmi les fidèles, selon la police. 

Il est intervenu au deuxième jour d'un cessez-le feu de trois jours conclu entre les talibans et les forces afghanes à l'occasion de l'Aïd el-Fitr, la fête musulmane qui marque la fin du jeûne du ramadan.

Depuis le 1er mai, date à laquelle les Etats-Unis étaient supposés avoir retiré leurs 2.500 soldats encore présents sur place, le pays est en proie à une recrudescence des violences alors que les forces américaines continuent de quitter le pays.

Le semaine dernière encore, des avions américains partaient frapper depuis la base aérienne de Kandahar afin de prêter main forte aux forces afghanes qui tentaient de repousser une vast offensive des talibans.

"Cette base ne nous a pas été officiellement rendue mais je peux confirmer qu'ils l'ont quittée mercredi", a indiqué Khoja Yaya Alawi, un porte-parole de l'armée afghane à Kandahar.

"Ils ont remis toutes les installations aux forces afghanes", a précisé le directeur de l'aéroport de Kandahar.

Une passation de pouvoir officielle doit avoir lieu après l'Aïd el-Fitr, la fête musulmane qui, jusqu'à samedi, marque la fin du jeûne du ramadan, ont indiqué ces deux responsables.

Deuxième base américaine du pays

A un moment, cette base a été la deuxième plus importante pour les troupes américaines et internationales présentes dans le pays.

La province de Kandahar est un ancien bastion des talibans situé dans le sud de l'Afghanistan et ces derniers mois, elle a été le théâtre d'affrontements entre les insurgés et les forces afghanes.

L'armée américaine n'a pas souhaité faire de commentaires dans l'immédiat.

Washington et l'Otan se sont engagés à retirer l'ensemble de leurs troupes encore sur place d'ici le 11 septembre, date du 20e anniversaire des attentats de 2001.

L'armée américaine a annoncé mardi avoir avancé à hauteur de 6 à 12% dans son retrait d'Afghanistan.

Rares sont ceux qui pensent que les forces afghanes pourront faire face aux talibans sans la protection des forces aériennes et forces spéciales américaines.

Ces dernières semaines, les combats se sont intensifiés dans certaines provinces et mardi les talibans se sont emparés d'un district contrôlé par le gouvernement afghan à la périphérie de Kaboul.

Les combattants talibans encerclent de plus en plus les grands centres urbains, suggérant qu'ils attendent le retrait des Américains avant de lancer de vastes offensives contre les villes du pays.

Le 8 mai, plus de 50 personnes ont été tuées et une centaine d'autres blessées dans un quartier hazara chiite de l'ouest de la capitale lors d'une série d'explosions de bombes placées devant une école de filles. Il s'agissait de l'attentat le plus meurtrier depuis un an. 

Les autorités ont accusé les talibans d'être responsables de cet attentat mais les talibans ont démenti en être les auteurs.


Israël poursuit ses raids et se prépare à une éventuelle incursion terrestre

Cette famille a rassemblé le peu qui lui restait avant de fuir la localité de beit Hanoun dans le nord de la bande de Gaza. (AFP).
Short Url
  • Le pilonnage israélien de la bande de Gaza se poursuit, dans le but notamment de mettre hors d'usage les tunnels souterrains du Hamas
  • Pendant se temps, les troupes israéliennes se massent près de Gaza après des informations contradictoires dans la nuit faisant état d'une incursion terrestre

GAZA: Israël pilonne vendredi la bande de Gaza avec des frappes aériennes et des tirs d'artillerie dans cette enclave palestinienne densément peuplée, où l'escalade militaire en cours depuis lundi avec les islamistes du Hamas au pouvoir a fait plus de 100 morts.


Au cours de la nuit, l'armée israélienne a multiplié les bombardements "pour infliger des dommages sévères aux tunnels" qui permettent aux combattants et dirigeants du Hamas, qui a tiré des centaines de roquettes vers Israël, de circuler à travers la bande de Gaza à l'abri des caméras de l'Etat hébreu, voire de traverser côté israélien pour tenter par exemple d'y prendre des otages, a-t-elle indiqué vendredi.

israel
Des soldats israéliens près de Sderot se préparent à bombarder Gaza. (AFP).


Face aux tirs d'artillerie de chars massés le long de l'enclave sous blocus israélien et ceinte d'une épaisse barrière hypersécurisée, des centaines de Gazaouis ont quitté leur maison, ont indiqué des témoins.


"Ces bombardements étaient complètement fou, comme dans les jeux vidéos. C'était un vrai film d'horreur", a dit à l'AFP Muhammad Najib, 16 ans, un habitant de Gaza pour lequel "il ne pourra jamais y avoir" de paix avec Israël.  


Au total, l'armée a dit avoir frappé 150 cibles au cours de ce déluge de feu nocturne, doublé de salves de roquettes de la part du Hamas vers des villes israéliennes du sud comme Sderot, Ashkelon et Beersheva, dans le désert du Néguev.