«Un café en français»: La langue de Molière... en Arabie saoudite

Les membres du groupe, qui ont tous un niveau avancé de français, se retrouvent pour pratiquer, discuter, se rencontrer, changer la routine, tout en prenant un café. (Photo fournie)
Les membres du groupe, qui ont tous un niveau avancé de français, se retrouvent pour pratiquer, discuter, se rencontrer, changer la routine, tout en prenant un café. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Jeudi 04 février 2021

«Un café en français»: La langue de Molière... en Arabie saoudite

  • «Un café en français» est une occasion unique de pratiquer la langue de Molière en plein cœur de l’Arabie saoudite
  • Les membres du groupe se retrouvent pour pratiquer, discuter, se rencontrer, changer la routine, tout en prenant un café

RIAYD: Aujourd’hui, il existe à Riyad un groupe appelé «Un café en français» : une réunion hebdomadaire tous les mercredis à 19h30, entre jeunes saoudiens et saoudiennes, natifs (Français, Canadiens...) et autres nationalités. Il ne s’agit pas d’un simple café, et les commandes en ligne ne s’y appliquent pas. 

Le café, une longue tradition qui mêle culture et échange. De la Kahwa au café français en passant par toute autre variété, de l’Orient à l’Occident, il trouve toujours sa place sur nos tables. Le matin, l’après-midi, pour un boost d’énergie ou pour enrichir une discussion.

Les membres du groupe, qui ont tous un niveau avancé de français, se retrouvent pour pratiquer, discuter, se rencontrer, changer la routine, tout en prenant un café. 

La communication ne s’interrompt pas pour autant durant la semaine, le groupe est présent sur d’autres plates-formes et réseaux sociaux, dont WhatsApp, pour échanger et planifier les réunions entre ces 150 membres. Le groupe est aussi présent sur LinkedIn, et vise à attirer plus de francophones, et à les inciter à participer au groupe qui comprend des professionnels de diverses industries : la santé, l’éducation, la finance, l’assurance, les relations internationales, le juridique et l’ingénierie.

«Un café en français» est une occasion unique de pratiquer la langue de Molière en plein cœur de l’Arabie saoudite. «À Riyad, il est parfois difficile de rencontrer des Français dans la vie quotidienne, même en travaillant dans une entreprise française où la langue d’usage est souvent l’anglais. C’est donc une occasion de pratiquer, de ne pas oublier le français appris, de le “dérouiller”, voire de l’améliorer», explique Alejandro Diaz-Pache.

Le groupe a été créé mi-décembre 2018 et la première réunion a eu lieu en janvier 2019. «Un café en français» à Riyad vient de fêter ses deux ans ! 

Diversité et inclusion sont à la base du club dont les membres affirment être : «Francophones et francophiles et “franco-phages”!»

 

Le club compte 150 personnes à ce jour. Il est important de préciser qu’il compte plusieurs autodidactes qui ont le mérite d’avoir appris le français seuls.

90 Saoudiens et Saoudiennes (60% du groupe)

45 femmes (30% du groupe)

15 Français 

Et quatorze autres nationalités (Soudan, Mali, Égypte, Maroc, Algérie, Tunisie, Liban, Syrie, Tchad, Érythrée, États-Unis, Écosse, Portugal et Espagne).

Les membres du groupe, de ceux qui sont âgés de 25 à 35 ans à ceux qui ont la cinquantaine, trouvent dans les réunions du mercredi un moyen d’ajouter «un peu de finesse».

L’Hispano-Français Alejandro, le Syrio-Canadien Aoufa Elamiri, et le Tunisien Amir – qui est responsable des activités en extérieur et excursions – sont les administrateurs du groupe.

En moyenne, de 22 à 25 personnes participent à la réunion du mercredi, et entre 5 et 9 personnes sont sur la liste d’attente. Alors que 10 à 12 membres du groupe participent aux activités extérieures. Le groupe est limité par l’espace, les conditions du Covid-19, et la gestion des activités à 25 personnes. 

Les administrateurs d’«Un café en français» aimeraient déléguer plus de fonctions administratives à des membres saoudiens compte tenu de l’importance d’assurer la relève pour la pérennité du groupe.  

Les réunions sont qualifiées de «Français-stan» ou «Français-land»: il est interdit de parler une autre langue que le français, et surtout pas l’anglais. Une tirelire est à disposition pour les amendes!  

Les réunions ont été interrompues de mars à mi-juin 2020 à cause de la Covid-19. Les activités ont ensuite repris dans le respect des mesures nécessaires face au virus, comme le port du masque et les gestes barrières. 

«Un café en français» est disponible sur LinkedIn. Il existe aussi un groupe à Dammam-Khobar et un nouveau à Djeddah depuis septembre 2020. 

«Un café en français» à Riyad pourrait bientôt apparaître dans votre quartier, restez à l'écoute et savourez votre café!


«Nous tous»: un voyage vers l’Autre

Le film documentaire Nous tous, parle d’identité, de tolérance et de vivre-ensemble. (Photo fournie)
Le film documentaire Nous tous, parle d’identité, de tolérance et de vivre-ensemble. (Photo fournie)
Short Url
  • Dans son documentaire, Pierre Pirard a pour objectif de rendre plus accessible la notion du partage, de tolérance et d’inclusion
  • Le réalisateur est parti à la recherche d’histoires de personnes qui ont décidé de faire le pas vers des gens différents aux quatre coins de la planète

DUBAÏ : Dans un entretien accordé à Arab News en franҫais, Pierre Pirard, réalisateur du film documentaire Nous tous, parle d’identité, de tolérance et de vivre-ensemble.

Le film a été diffusé pour la première fois à l’occasion de la Journée internationale du vivre-ensemble et continue d’être diffusé mondialement. Relayé sur les réseaux sociaux par plus de 450 partenaires dans plus de 50 pays, le film est disponible sur YouTube dans plus de 12 langues différentes, notamment l’arabe, l’espagnol et le portugais. Le long-métrage se dévoile sur quatre volets et a une portée pédagogique.

Le réalisateur a pour objectif de rendre plus accessible la notion du partage, de tolérance et d’inclusion. Il donne la parole à des personnages aux profils variés, originaires de Bosnie, du Liban, et du Sénégal entre autres, qui nous racontent chacun leur histoire, unique, aux accents universels.

Comment dépasser la victimisation, comment parvenir à se réconcilier avec son passé pour pouvoir se projeter dans l’avenir et en communauté et comment accepter l’Autre, sont parmi les problématiques que le documentaire cherche à faire avancer.

Pourquoi ce film? 

Enseignant pendant quelques années dans des quartiers paupérisés de Bruxelles dans lesquels la majorité des étudiants sont d'origine musulmane, Pierre Pirard s’est rendu compte de la rupture qui existait entre le quartier où il vivait et celui où il travaillait. Des quartiers qui «ne se parlaient pas, qui avaient des a priori, des préjugés, parce que tout simplement il n’y avait pas la connaissance de l'Autre». 

Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont été pour le réalisateur une autre preuve que la haine de l'Autre pouvait aussi tuer. «En parallèle, ce qui a fait que j'ai voulu me lancer dans cette aventure, c’est que j'ai été, et reste toujours impliqué au Sénégal, un pays où l’on fait tout ensemble», explique-t-il. 

Le réalisateur est parti à la recherche d’histoires de personnes qui ont décidé de faire le pas vers des gens différents. «L'Autre, c'est celui dont on a peur, donc j’ai débuté la réflexion sur mon documentaire avec des personnes inspirantes aux quatre coins du monde. Des citoyens   qui s’étaient levés pour développer un monde multiculturel», raconte-t-il. 

Parmi les pays choisis, certains ont vécu des situations de guerre tels que la Bosnie, le Liban ou l’Indonésie. D’autres n’avaient pas connus de tels scénarios, des témoignages se déroulant aussi aux États-Unis ou le Sénégal.

Le chemin reste long

«Le chemin reste long, mais j'ai confiance. Il y a énormément de gens qui travaillent dans le monde associatif et des organisations internationales qui œuvrent dans cette direction de la tolérance», assure le réalisateur. 

Pierre Pirard souligne la nécessité d’appréhender ce développement sur un temps plus long, au-delà des difficultés à court terme. Le développement est un processus qui n'est pas linéaire. La guerre en Ukraine en est un autre exemple contemporain. «Mais je crois que globalement, on se dirige dans la bonne direction», ajoute-t-il.

Dans le film, Amin Maalouf souligne que le monde ne peut pas se déglobaliser et qu’il s’oriente vers plus de mixité, au niveau culturel, religieux et économique. «La question n’est pas de savoir si on va vivre dans ce monde ensemble, mais comment?»

 


Cannes: les tops et les flops des 21 films en compétition

L'actrice philippine Heart Evangelista arrive pour la projection du film «Mother And Son (Un Petit Frere)» lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 27 mai 2022. (Loïc Venance / AFP)
L'actrice philippine Heart Evangelista arrive pour la projection du film «Mother And Son (Un Petit Frere)» lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 27 mai 2022. (Loïc Venance / AFP)
Short Url
  • Dans « Un petit frère », Léonor Serraille raconte l'histoire d'une famille ivoirienne qui arrive en France à la fin des années 1980 et s'installe en banlieue parisienne. Le film sera projeté vendredi soir
  • Les frères Dardenne, vieux routiers du cinéma social, n’ont surpris personne avec «Tori et Lokita», en forme de plaidoyer pour les enfants exilés

CANNES : Les favoris, et les autres... Voici les points forts et les points faibles des films en compétition pour la Palme d'or au 75e Festival de Cannes, qui sera décernée samedi.

«Decision to leave» de Park Chan-wook

C'est le favori des critiques: trois ans après la Palme d'Or pour «Parasite» de Bong Joon-ho, Park Chan-wook pourrait rapporter un second trophée à la Corée du Sud avec ce thriller à la réalisation virtuose sur un inspecteur qui tombe amoureux d'une suspecte, qui rappelle «Basic Instic». Bémol, l'intrigue trop complexe.

«Les Crimes du futur» de David Cronenberg

Profond ou fumeux ? Le retour du pape du gore, avec son acteur fétiche Viggo Mortensen et Léa Seydoux, plongés dans un monde post-apocalyptique pour des expériences de chirurgie à vif, fait «pschitt». Dans une ambiance crépusculaire, Cronenberg pousse plus loin que jamais son obssession pour le corps et ses viscères.

«Armageddon Time» de James Gray

James Gray plus autobiographique que jamais avec cette chronique d'adolescence portée par Anne Hathaway, Jeremy Strong et Anthony Hopkins, située en plein cœur du New York des années 1980. Après «Ad Astra», le réalisateur américain revient sur Terre mais perd un peu de son souffle épique au passage.

«Sans filtre» de Ruben Ostlund

La Palme de l'humour: le Suédois a fait exploser de rire la Croisette avec «Sans filtre», croisement punk de «Titanic» et «La Grande Bouffe» et satire acide des ultra-riches. Mais cinq ans après la Palme d'Or pour «The Square» (2017), le Suédois n'est-il pas en train de se répéter ?

«Hi-han» (EO), de Jerzy Skolimowski

L'espèce humaine vue par un âne... Le réalisateur octogénaire signe un des films les plus audacieux, en se glissant dans la peau d'un quadrupède errant de ville en ville. Une photographie spectaculaire, hallucinogène par moments, magnifie ce long-métrage, dont le scénario se brouille malheureusement à la fin.

«Les nuits de Mashhad» d'Ali Abbasi

Le Danois d'origine iranienne montre l'Iran d'une façon jamais vue dans ce thriller sur un tueur de prostituées, «nettoyant» au nom de Dieu les bas-fonds de l'une des villes les plus sacrées de la République islamique. Le sujet est fort, mais la mise en scène frontale de la violence en rebutera certains.

«Les bonnes étoiles» d'Hirokazu Kore-eda

Le Japonais brise les coeurs avec ce voyage aux côtés d'une famille faite de bric et de broc, autour d'une histoire de boîte à bébés. Après sa Palme d'Or pour «Une affaire de famille» (2018), le grand habitué de la Croisette tourne en Corée du Sud et offrira peut-être un prix d'interprétation à la star de «Parasite», Song Kang-ho, ou à Lee Ji-eun, star de K-Pop sous le nom d'IU, qui joue la mère.

«Les Amandiers» de Valeria Bruni Tedeschi

La septième réalisation de l'actrice franco-italienne Valeria Bruni Tedeschi revient sur ses années d'apprentissage quand elle était élève à l'école et théâtre des Amandiers de Nanterre, aux côtés de Patrice Chéreau. Une histoire sur fond d'épidémie de sida, à la fin des années 1980.

«Boy from Heaven» de Tarik Saleh

Une plongée dans l'islam sunnite qui fait penser au «Nom de la rose». Cinq ans après «Le Caire confidentiel», le cinéaste suédois de 50 ans, né d’un père égyptien, est de retour avec un thriller qui montre les rouages du pouvoir politique et religieux.

«Tori et Lokita» de Jean-Pierre et Luc Dardenne

En route pour une troisième Palme d'Or ? Les vieux routiers du cinéma social n’ont surpris personne avec «Tori et Lokita», en forme de plaidoyer pour les enfants exilés. Un drame engagé, mais un peu prévisible de la part des frères belges aux 35 ans de carrière.

«Nostalgia» de Mario Martone

Après le Naples solaire de Sorrentino («La Main de Dieu»), voici celui de Mario Martone, avec une histoire d'amitié et de retour au pays natal, dans l'ombre de la mafia. L'acteur Pierfrancesco Favino («Le Traître») s'achète un ticket pour un prix d'interprétation avec un rôle d'homme prisonnier de son passé.

«Stars at noon» de Claire Denis

La Française offre un thriller d'ambiance sur une journaliste américaine bloquée au Nicaragua. Claire Denis tourne en anglais, sans se soucier de la cohérence du scénario ou de la qualité des dialogues. Qu'on peut oublier pour profiter de la bande originale des Tindersticks.

«Close» de Lukas Dhont 

«Close» confirme le talent du Belge Lukas Dhont, pour filmer l'adolescence, mais sur un sujet, l'amitié et l'adieu à l'enfance, moins fort que «Girl», sur une adolescente trans. Côté interprétation, un acteur adolescent de 15 ans, Eden Dambrine, s'achète un ticket pour un prix avec ce rôle, déchirant, d'un garçon meurtri par une amitié perdue. 

«Frère et soeur» d'Arnaud Desplechin

Desplechin n'a pas su se faire aimer avec ce drame sur la haine: opus décevant mettant en scène sur un mode hystérique un frère (Melvil Poupaud) et une sœur (Marion Cotillard) en conflit de longue date réunis par le décès de leurs parents. 

«RMN», de Cristian Mungiu

Un village de Transylvanie comme laboratoire explosif du populisme: le Roumain, plus pessimiste que jamais, aimerait avec «RMN» ouvrir les yeux des Européens sur ce mal qui les ronge. Mais la marche est peut-être haute pour une deuxième Palme d'Or, après «4 mois, 3 semaines, 2 jours».

«Les frères de Leila» de Saeed Roustaee

Il avait impressionné avec un film coup de poing sur la drogue en Iran: pour la première fois en compétition à Cannes, Saeed Roustaee signe avec «Les frères de Leïla» une fresque familiale ambitieuse, sur fond de crise économique au pays des Mollahs.

«Pacifiction» d'Albert Serra 

Un film d'ambiance, tout entier porté par la performance en roue libre de Benoît Magimel en Haut-Commissaire de la République à Tahiti. L'Espagnol a tourné 580 heures de rush et des milliers de pages de dialogue, mais sait-il vraiment où il va ?

«Les huit montagnes» de Charlotte Vandermeersch et Felix Van Groeningen 

Cette «bromance» au long cours entre deux garçons italiens, de l'enfance à l'âge adulte, mêle poésie des paysages alpins et questionnements sur la paternité. Sur la route des sommets, ce film tourné en couple par deux Flamands a laissé une partie des festivaliers sur le bord de la route.

«Showing up» de Kelly Reichardt

Grande figure du cinéma indépendant, l'Américaine au style minimaliste («First Cow») retrouve une de ses actrices fétiches, Michelle Williams, qui interprète Lizzy, artiste plasticienne stressée avant son vernissage. A quelques jours de son exposition, elle doit régler des problèmes d'intendance chez elle, aider un frère dépressif et soigner un pigeon blessé. 

«Un petit frère» de Léonor Serraille

Léonor Serraille, remarquée en 2017 avec «Jeune femme», raconte l'histoire d'une famille ivoirienne qui arrive en France à la fin des années 1980 et s'installe en banlieue parisienne. Le film sera projeté vendredi soir.


Rassemblement record de vampires en Angleterre en hommage à «Dracula»

Des vampires se rassemblent sur le terrain de l'abbaye de Whitby lors d'une tentative de record du monde Guinness pour rassembler le plus grand nombre de vampires en un seul endroit, à Whitby, dans le nord-est de l'Angleterre, le 26 mai 2022. (AFP)
Des vampires se rassemblent sur le terrain de l'abbaye de Whitby lors d'une tentative de record du monde Guinness pour rassembler le plus grand nombre de vampires en un seul endroit, à Whitby, dans le nord-est de l'Angleterre, le 26 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • Capes noires et canines pointues: le record mondial du nombre de personnes déguisées en vampires a été battu jeudi soir à Whitby
  • La ville portuaire du Yorshire du Nord, sur la mer du Nord, où Stoker s'était rendu en 1890, lui a fourni le cadre de son roman gothique, selon English Heritage

LONDRES: Capes noires et canines pointues: le record mondial du nombre de personnes déguisées en vampires a été battu jeudi soir à Whitby, 125 ans après la parution du roman "Dracula" qui s'inspire de cette petite ville du nord-est de l'Angleterre.


"Nous venons de battre le record du monde Guinness du plus grand rassemblement de personnes déguisées en vampires, avec 1 369 vampires!", a tweeté English Heritage, organisme britannique qui gère le site de l'abbaye de Whitby, désormais en ruines, où s'est produit l'exploit. 


Le dress code officiel était strict, avec notamment chaussures noires, pantalon ou robe noire, cape noire et crocs plantés sur les dents du dessus.  


Le précédent record de 1 039 vampires avait été établi à Doswell, en Virginie (Etats-Unis).


"Dracula", de l'écrivain irlandais Bram Stoker, qui raconte l'histoire de ce comte assoiffé de sang, a été publié pour la première fois en 1897 et a depuis donné lieu à de nombreuses adaptations, au cinéma notamment. 


La ville portuaire du Yorshire du Nord, sur la mer du Nord, où Stoker s'était rendu en 1890, lui a fourni le cadre de son roman gothique, selon English Heritage.