La guerre en Syrie étouffe la croissance économique régionale, selon la Banque mondiale

Une Syrienne kurde marche avec son enfant devant les ruines de la ville de Kobané, dans le gouvernorat d'Alep, dans le nord de la Syrie, le 25 mars 2015. (AFP)
Une Syrienne kurde marche avec son enfant devant les ruines de la ville de Kobané, dans le gouvernorat d'Alep, dans le nord de la Syrie, le 25 mars 2015. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 03 juillet 2020

La guerre en Syrie étouffe la croissance économique régionale, selon la Banque mondiale

  • Le conflit est à l’origine des réductions annuelles de la croissance économique de 1.2 % en Irak, de 1.6 % en Jordanie et de 1.7 % au Liban au cours de la dernière décennie

LONDRES: Une décennie de conflit en Syrie a étouffé la croissance économique chez les pays voisins et a entraîné une augmentation de la pauvreté en Irak, en Jordanie ainsi qu’au Liban, a déclaré jeudi la Banque mondiale.

La guerre a également entraîné un alourdissement du fardeau de la dette, une détérioration des marchés du travail en particulier pour les jeunes et les femmes, et un accès plus restreint aux services publics tels que les soins de santé et l’électricité, a indiqué l’institution dans un nouveau rapport.

Cette dernière estime que le conflit est à l’origine des réductions annuelles de la croissance économique de 1.2 % en Irak, de 1.6 % en Jordanie et de 1.7 % au Liban au cours de la dernière décennie. Les taux de pauvreté ont également augmenté dans ces trois pays au cours de la même période, avec le Liban en tête, du fait de conditions économiques qui se sont détériorées ces dernières semaines dans un contexte de crise monétaire.

« L’impact économique global du conflit syrien sur l’Irak, la Jordanie et le Liban a été disproportionnellement élevé par rapport à des situations similaires ailleurs dans le monde au cours des dernières décennies », a déclaré Saroj Kumar Jha, directeur régional de la Banque mondiale pour le Machrek. « À l’avenir, la communauté internationale pourrait soutenir beaucoup plus efficacement la stabilité et la prospérité du Machrek grâce à une stratégie combinant une perspective à moyen terme  – plutôt que des solutions rapides – et une approche régionale s’appuyant sur des liens transfrontaliers et coordonnant une réponse au-delà des frontières. »

Le rapport est publié alors que les États-Unis imposent les sanctions les plus sévères jamais prises contre le président syrien Bachar al-Assad, pour tenter d’accentuer la pression sur le régime.

Les conséquences économiques de la guerre ont quant à elle été ressenties de plusieurs manières par les pays voisins, du choc démographique causé par l'afflux de millions de réfugiés à l'effondrement des revenus du tourisme.

Au plus fort de la crise, le nombre de réfugiés représentait plus du quart des populations locales en Jordanie, au Liban et dans la région du Kurdistan d’Irak, qui constitue la plus forte concentration de réfugiés au monde selon la Banque mondiale.

Le rapport indique par ailleurs que les États de la région sont en grande partie non protégés contre les chocs économiques, en raison de la faiblesse des dispositifs d’aide sociale, qui conduisent souvent à compter sur des solutions à court terme pendant les crises, comme l'utilisation de générateurs diesel et de camions-citernes.

L’institution a également fait le constat d’une moindre durée de scolarisation des enfants réfugiés par rapport à leurs pairs des pays d’accueil (5.4 ans de moins au Liban et 3.7 en Jordanie).  Cette situation est due en grande partie à un faible taux de scolarisation aux niveaux secondaire et supérieur. Selon la Banque mondiale, le gain en capital humain résultant de la réduction de ces écarts pourrait contribuer à une croissance du PIB de 1.1 % au Liban et de 0.4 % en Jordanie.

Le rapport de la Banque mondiale appelle enfin à une réponse régionale qui se concentre sur le renforcement de la connectivité transfrontalière qui, selon elle, peut donner de meilleurs résultats à travers le Machrek.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur ArabNews.com le 18 juin 2020.


Les compagnies aériennes américaines entrevoient l'éclaircie, mais après Omicron

American Airlines, Delta Air Lines et United Airlines ont toutes prévenu que le nouveau variant de la Covid-19, particulièrement contagieux mais a priori moins sévère, allaient repousser de un à deux mois la reprise. (Photo, AFP)
American Airlines, Delta Air Lines et United Airlines ont toutes prévenu que le nouveau variant de la Covid-19, particulièrement contagieux mais a priori moins sévère, allaient repousser de un à deux mois la reprise. (Photo, AFP)
Short Url
  • American Airlines s'attend ainsi à ce que son chiffre d'affaires s'affiche en baisse de 20% à 22% au premier trimestre par rapport à la même période en 2019
  • Les voyages touristiques aux États-Unis et vers des pays proches comme le Mexique devraient bientôt revenir à leur niveau d'avant la crise sanitaire

 NEW YORK : Le trafic aérien n'est pas encore revenu à son niveau d'avant la pandémie aux États-Unis, Omicron ayant frappé un nouveau coup, mais les compagnies américaines parient qu'après la vague du nouveau variant, les passagers remonteront en masse dans les avions.

American Airlines, Delta Air Lines et United Airlines ont toutes prévenu que le nouveau variant de la Covid-19, particulièrement contagieux mais a priori moins sévère, allaient repousser de un à deux mois la reprise.

Les compagnies ont fait face à quelques journées très compliquées en fin d'année dernière: avec la multiplication des congés maladies parmi les employés et les intempéries, près de 32 000 vols ont été annulés aux États-Unis entre la veille de Noël et le 11 janvier. 

Les opérations se sont depuis stabilisées mais les réservations ont piqué du nez pour le début de l'année. 

American Airlines s'attend ainsi à ce que son chiffre d'affaires s'affiche en baisse de 20% à 22% au premier trimestre par rapport à la même période en 2019, avant que la pandémie ne fasse chuter le trafic aérien. Cette baisse est supérieure au repli des revenus observé au quatrième trimestre (-17%).

"Les réservations se redressent rapidement après avoir chuté début décembre", a toutefois souligné jeudi Robert Isom, qui prendra la direction de l'entreprise début avril, lors d'une conférence téléphonique.

Les voyages touristiques aux États-Unis et vers des pays proches comme le Mexique devraient bientôt revenir à leur niveau d'avant la crise sanitaire liée à la Covid-19, a-t-il assuré. 

Les vols long-courriers et les voyages d'affaires sont encore un peu à la traîne. 

Mais le trafic à l'international "devrait reprendre au fur et à mesure que les restrictions tombent", a avancé M. Isom. Et l'objectif pour la compagnie est de redevenir rentable cette année "même sans le retour complet des voyages d'affaires."

Delta s'attend pour sa part à un impact d'Omicron sur la demande jusque fin février mais se montre confiant pour le printemps et surtout la saison cruciale des vacances d'été.

Omicron "va marquer un tournant pour la Covid-19, qui passera d'une pandémie à un virus saisonnier ordinaire et gérable", a affirmé son patron, Ed Bastien, à l'occasion de la publication des résultats vendredi.

Pour Amesh Adalja, spécialiste des maladies infectieuses au Centre pour la sécurité sanitaire - Johns Hopkins, le nouveau variant a effectivement changé la donne en infectant un très grand nombre de personnes. 

Au dernier moment

Il deviendra "difficile d'éviter" d'attraper la Covid mais, pour les personnes vaccinées, les symptômes seront modérés, avance-t-il auprès de l'AFP. Cela "modifie la façon d'appréhender la vie quotidienne et de mesurer les risques."

D'autres experts sont plus prudents. 

Mark Kline, médecin en chef dans un hôpital pédiatrique à Nouvelle-Orléans estime ainsi qu'un prochain variant "pourrait être aussi sévère, voire plus, que Delta" et que "trop peu de gens sont encore vaccinés complètement". 

Certains acteurs du secteur aérien restent sur leurs gardes. 

United Airlines, tout en maintenant certains objectifs financiers pour 2023, va ainsi augmenter un peu plus lentement que prévu ses capacités en 2022. 

Dans tous les cas, les compagnies "ne freinent pas leurs dépenses d'investissement", remarque Peter McNally de la société d'investissement Third Bridge. 

"Il devient juste plus compliqué de parvenir rapidement à la rentabilité", souligne-t-il. "Et de planifier les programmes de vols dans la mesure où les gens réservent de plus en plus au dernier moment."

Après une année 2020 catastrophique pour l'ensemble du secteur aérien, American Airlines et United ont encore perdu de l'argent en 2021, environ 2 milliards de dollars chacun.

Delta est parvenu à tirer son épingle du jeu en dégageant un bénéfice net de 280 millions de dollars. 

En plus des soubresauts liés à la pandémie, les compagnies ont dû faire face à la hausse des coûts salariaux et du carburant.

Elles ont aussi dû gérer ces derniers jours le déploiement de nouvelles bandes de fréquence 5G par les opérateurs de téléphonie mobile AT&T et Verizon, qui pouvaient potentiellement causer des interférences avec des instruments de bord importants pour les avions en cas de mauvais temps.

Les opérateurs ayant accepté in extremis de ne pas activer certaines tours à proximité des aéroports, "on ne devrait pas voir de perturbations significatives", a affirmé le patron d'American Airlines.  


Le prince héritier saoudien lance Boutique Group, une enseigne destinée à exploiter les palais historiques du Royaume

Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane.
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane.
Short Url
  • La première phase du projet portera sur l’aménagement de trois palais historiques, en coopération avec le secteur privé
  • Boutique Group fera fusionner la culture et le patrimoine du Royaume avec le confort moderne pour offrir à ses clients une qualité d'accueil exceptionnelle

RIYAD: Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, et le président du Fonds d'investissement public (PIF) ont annoncé le lancement de Boutique Group, une nouvelle enseigne hôtelière qui gérera et aménagera une série de palais historiques et culturels emblématiques d'Arabie saoudite en hôtels-boutiques de grand luxe, selon un communiqué. 

La société fera revivre le riche patrimoine et la culture de l'Arabie saoudite pour créer une qualité d’hospitalité nouvelle et unique, a-t-il ajouté. 

La première phase du projet portera sur l’aménagement de trois palais historiques, en coopération avec le secteur privé, dont le palais Al-Hamra qui offrira 77 entités, dont 33 suites et 44 villas luxueuses à Djeddah. 

En 1971, le roi Faisal ben Abdelaziz avait ordonné de consacrer le palais Al-Hamra à l'accueil des plus importantes personnalités internationales. 

1
Le palais Al-Hamra 

Le palais de Touwaiq proposera 96 entités, dont 40 suites et 56 villas de luxe. Quant au palais Rouge, il proposera 71 entités, dont 46 suites de luxe et 25 chambres d'hôtes de luxe. Le palais de Touwaiq et le palais Rouge sont tous deux situés à Riyad. 

Le palais Rouge est considéré comme le premier bâtiment en béton armé construit dans la ville de Riyad en 1944. Celui de Touwaiq, construit en 1980,  est l'un des monuments historiques et culturels les plus importants de la ville de Riyad. 

Boutique Group fera fusionner la culture et le patrimoine du Royaume avec le confort moderne, en vue d’offrir à ses clients une qualité d'accueil exceptionnelle et un service unique. Il permettra de développer le secteur saoudien de l'hôtellerie de grand luxe en contribuant au développement de l'économie locale. La société proposera également de nombreuses possibilités haut de gamme allant de la restauration au bien-être, en passant par des services particuliers pour chacun de ses hôtes. 

Le palais Rouge 
Le palais Rouge 

Dans un commentaire sur le nouveau groupe, Yassir al-Rumayyan, gouverneur du PIF, a déclaré dans le communiqué que «le lancement de Boutique Group souligne la mission du PIF de donner libre champ aux capacités des secteurs prometteurs en Arabie saoudite pouvant contribuer à la diversification de l'économie et contribuer à la croissance du PIB non pétrolier». 

«Le groupe optimisera les offres touristiques déjà uniques du Royaume, renforçant la position de l'Arabie saoudite comme destination touristique, culturelle régionale et internationale de premier plan, et contribuera à réaliser les objectifs de la Vision 2030», a-t-il ajouté. 

 Vue générale du palais Al-Hamra 
 Vue générale du palais Al-Hamra 
Le palais de Touwaiq 
Le palais de Touwaiq 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


En Pologne, un canon tire contre le smog

Filip Jedrzejek dirige un drone pour fournir des données sur le niveau de smog dans l'atmosphère, le 19 janvier 2022. (Photo, AFP)
Filip Jedrzejek dirige un drone pour fournir des données sur le niveau de smog dans l'atmosphère, le 19 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Quand le soleil se couche, un lourd plafond de smog s'abat sur cette petite ville, les cheminées crachant de la fumée épaisse
  • La Pologne est un des pays les plus pollués d'Europe, avec des pics dépassant les normes de quelques centaines de pour-cent

KALWARIA ZEBRZYDOWSKA: Pour chasser le smog, les scientifiques polonais testent dans une ville du sud du pays un canon qui, grâce à des ondes sonores, rejette les particules nocives plus haut dans l'atmosphère permettant aux habitants de mieux respirer. 

Installé en verticale sur un conteneur, un long tube tire à grand bruit toutes les six secondes. Il doit chasser le smog au dessus de Kalwaria Zebrzydowska qui comme tout le pays se bat contre ce problème, présent particulièrement en hiver lorsque les habitants mettent en marche leurs fours à charbon. 

Quand le soleil se couche, un lourd plafond de smog s'abat sur cette petite ville, les cheminées crachant de la fumée épaisse. 

La Pologne est un des pays les plus pollués d'Europe, avec des pics dépassant les normes de quelques centaines de pour-cent. 

Le canon, dont le nom scientifique est le générateur d'ondes sonores contribue à réduire les concentrations de particules PM2,5 et PM10. 

« On utilise ici une onde de choc verticale qui est créée grâce à la combustion d'un mélange d'acétylène et d'air. Cette onde projette l'air pollué vers le haut », explique Dominik Grybos de l'Académie des mines et de la métallurgie de Cracovie (AGH), un des co-auteurs de cette invention brevetée. 

Les particules nocives sont envoyées à plusieurs centaines de mètres vers le haut ce qui les rend inoffensives pour les habitants. 

« On a noté que si on a utilisé le canon entre une demie-heure et une heure, la pollution est réduite de 15-30% dans un périmètre de 2-3 kilomètres autour du canon, et cela pour une période allant d'une heure à 3 heures ». 

L'étude en cours doit déterminer la fréquence des tirs et la durée de l'intervention. Les coûts s'élèvent de 1 000 à 1 500 zlotys (221-332 euros) pour une heure de fonctionnement. 

M. Grybos espère la future commercialisation de l'invention, le marché en Pologne étant très important. 

Les habitants de Kalwaria Zebrzydowska sont plutôt acquis à l'idée, malgré le bruit que provoque le canon. 

« Le smog est très lourd ici, on ne peut même pas aérer les appartements, cela pue tellement. Donc si cela peut aider, qu'ils mènent ces tests, qu'ils le fassent », commentait Jolanta Walkowicz, une comptable de 43 ans, « on n'entend presque pas le bruit, c'est comparable à des feux d'artifice ».