Les chanteurs Nadin Al-Khalidi et Hany Adel ensemble dans un premier album

L’album aborde des thèmes variés, et la plupart des chansons s’inspirent des conversations du duo au sujet de leurs vies. (Photo fournie)
L’album aborde des thèmes variés, et la plupart des chansons s’inspirent des conversations du duo au sujet de leurs vies. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 12 février 2021

Les chanteurs Nadin Al-Khalidi et Hany Adel ensemble dans un premier album

  • À la fin de leur première session au studio, le duo avait composé quatre chansons
  • La transformation du concept initial témoigne de «la magie qui survient lorsque deux musiciens s’unissent dans la création artistique»

LONDRES : Le chanteur et acteur égyptien Hany Adel, qui s’est fait connaître lors de sa collaboration avec le célèbre groupe de rock Wost El-Balad, et la musicienne irako-égyptienne Nadin Al-Khalidi, fondatrice et chanteuse du groupe Tarabband basé en Suède, préparent un album qui comprendra des chansons en égyptien, irakien et en «lahja bayda» (dialecte blanc, une variante de l’arabe standard moderne).

Cette collaboration est en préparation depuis que les deux chanteurs se sont brièvement rencontrés en 2016 au Caire, à l’époque où Al-Khalidi se produisait avec Tarabband.

«Je me souviens que Hany avait dit que c’était génial d’entendre et de voir et une femme à la tête de ce groupe», raconte Al-Khalidi à Arab News. «Je ne savais pas grand chose de ce qui se passait sur la scène musicale dans le monde arabe à l’époque. J’étais très occupée en Europe. Nous venions juste de commencer une tournée dans la région arabe quand nous sommes arrivés au Caire».

Nadin Al-Khalidi est la fondatrice et chanteuse du groupe Tarabband basé en Suède. (Getty)
Nadin Al-Khalidi est la fondatrice et chanteuse du groupe Tarabband basé en Suède. (Getty)

Al-Khalidi et Adel ont brièvement parlé de former un duo acoustique. «Je peux entendre nos deux voix ensemble dans ma tête», lui avait-elle dit alors.

Cependant, leurs emplois du temps chargés, et le fait que chacun d’eux se trouve dans une ville différente —Al-Khalidi à Malmö et Adel au Caire — entravent la réalisation de ce projet. Le bon moment survient en octobre, lorsqu’Al-Khalidi est de passage au Caire dans le cadre d’une longue tournée qui comprend un séjour en Jordanie pour un projet avec l’ambassade de Suède à Amman, et pour enregistrer une chanson avec le célèbre musicien irakien Ilham Al-Madfai.

«Nous avions des sessions presque quotidiennes dans le studio de Hany juste pour faire un brainstorming sur les airs, les mélodies et les paroles. Nous passions du temps à nous écouter mutuellement, à partager nos préférences musicales et à discuter de la vie», confie Al-Khalidi.

Elle se rappelle avoir enregistré une mélodie sur son portable peu après son arrivée au Caire. Adel l’a écoutée et ils ont immédiatement commencé à composer la chanson. «Il réussit à trouver les meilleurs accords pour la chanson, et elle était prête en un rien de temps», mentionne Al-Khalidi.

Hany Adel s’est fait connaître lors de sa collaboration avec le groupe de rock vétéran Wost El-Balad. (Redbull Pool Content)
Hany Adel s’est fait connaître lors de sa collaboration avec le groupe de rock vétéran Wost El-Balad. (Redbull Pool Content)

«Hany a une belle façon d’être — pas seulement de travailler, mais vraiment d’être — avec la musique», poursuit-elle. «Il est libre et ne critique pas. Il est aussi très ouvert aux nouvelles idées. Il n’y avait pas d’intimidation entre nous en tant que musiciens. L’espace dans lequel nous nous évoluions était très sécurisé. Je sentais vraiment que j’avais rencontré la version masculine de moi, musicalement».

Adel se sentait également à l’aise avec Al-Khalidi. «Lorsqu’on travaillait ensemble au studio, je n’avais pas peur de faire des erreurs musicales en présence de Nadin, et elle non plus. Il y a quelquefois un air d’intimidation lorsqu’on se trouve avec un autre musicien, surtout si nous ne nous connaissons pas ou ne nous sommes jamais produits ensemble auparavant. Cela peut être très irritant pour les musiciens jusqu’à ce qu’ils s’habituent les uns aux autres et n’aient plus peur de s’enrichir mutuellement», explique-t-il.

À la fin de leur première session au studio, le duo avait composé quatre chansons. À la fin de leur troisième jour de collaboration, huit chansons étaient prêtes. À l’exception d’une chanson folklorique et d’une autre écrite uniquement par Adel, toutes les chansons ont été co-écrites par Al-Khalidi et Adel.

Cette collaboration est en préparation depuis que les deux chanteurs se sont brièvement rencontrés en 2016 au Caire, à l’époque où Al-Khalidi se produisait avec Tarabband. (Photo fournie)
Cette collaboration est en préparation depuis que les deux chanteurs se sont brièvement rencontrés en 2016 au Caire, à l’époque où Al-Khalidi se produisait avec Tarabband. (Photo fournie)

L’album aborde des thèmes variés et la plupart des chansons sont inspirées des conversations du duo à propos de leurs vies.

L’un des premiers singles de l’album, «Min Ba’id l Ba’id» (une expression arabe qui se traduit par «garder ses distances»), raconte l’histoire d’un ancien couple qui a enfin réussi à tourner la page.

Le duo avait une idée spécifique pour cette chanson au début. «Nos discussions nous ont mené à une conception différente de la chanson — nous voulions raconter l’histoire de deux personnes dans une relation à distance mais nous nous sommes plutôt basés sur deux personnes qui choisissent de garder leurs distances bien qu’ils s’aiment toujours», explique Adel.

«La chanson exploite la gêne qui vient avec cette étape de la relation. Le couple s’efforce de se détacher, mais des questions demeurent sans réponses», ajoute Al-Khalidi.

La transformation du concept initial témoigne de «la magie qui survient lorsque deux musiciens s’unissent dans la création artistique. Le résultat est totalement différent que ce qui est prévu initialement si l’on y croit vraiment», lance Adel.

Puisqu’Al-Khalidi est actuellement de retour à Malmö, le duo continuera de travailler sur l’album à distance. Al-Khalidi enregistre dans sa maison à la campagne, elle envoie ses contributions à Adel, et ils en discutent. Une date de sortie n’a pas encore été décidée, mais le duo laisse entendre que deux ou trois singles pourraient sortir avant l’album. Un documentaire sur leur collaboration sera également réalisé par Salma Sherif de DUSK sounds.

Une rencontre entre deux voix réelles et deux expériences musicales tout aussi authentiques, la collaboration illustre ce qu’Adel décrit comme une «harmonie parfaite».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


À Paris, le meilleur de la BD mondiale au cœur d'une exposition événement

Un visiteur regarde une exposition de bandes dessinées originales de Corto Maltese illustrées par Hugo Pratt et écrites par Juan Díaz Canales lors de l'exposition «La BD à tous les étages» au Centre Pompidou à Paris le 28 mai 2024. (AFP)
Un visiteur regarde une exposition de bandes dessinées originales de Corto Maltese illustrées par Hugo Pratt et écrites par Juan Díaz Canales lors de l'exposition «La BD à tous les étages» au Centre Pompidou à Paris le 28 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Plus de 750 planches originales, dessins de couverture, carnets et entretiens inédits rassemblant 130 artistes, dont un quart d'autrices, sont présentés
  • L'exposition débute par le tournant des années 1960, marqué par l'avènement de la contre-culture

PARIS: Des centaines de planches originales de bandes dessinées venues d'Europe, des États-Unis et du Japon, dialoguant avec des créations numériques et des chefs-d'œuvre de la peinture contemporaine, ont investi le Centre Pompidou à Paris pour une grande exposition qui débute mercredi.

Cette "célébration exceptionnelle du 9e art" s'ouvre par une première exposition intitulée "Bande dessinée, 1964-2024". Inédite par son ampleur et la rareté de ses prêts, elle a été conçue et réalisée en partenariat avec le Fonds Hélène et Édouard Leclerc, indiquent les commissaires d'exposition, Emmanuèle Payen et Anne Lemonnier.

Plus de 750 planches originales, dessins de couverture, carnets et entretiens inédits rassemblant 130 artistes, dont un quart d'autrices, sont présentés. Ainsi sont retracés 60 ans d'histoire de la bande dessinée dans ses trois principaux foyers d'expression: la création européenne, les mangas asiatiques et les comics américains.

Une scénographie originale traverse 12 salles thématiques. Des cimaises suspendues dans le vide croisent des écrans géants, diffusant des films et des œuvres numériques créées en direct sur tablette (Zeina Abirached, Pénélope Bagieu, Martin Panchaud...), ainsi que des créations murales inédites de Blutch et Chris Ware.

L'exposition débute par le tournant des années 1960, marqué par l'avènement de la contre-culture. "On bascule alors d'une BD plutôt enfantine avec Tintin, Spirou, à des œuvres destinées à un public adulte avec Pilote et l'irrévérencieux Hara Kiri, en France, ou le mensuel d'avant-garde Garo, au Japon, qui aborde des thèmes plus intimes sur l'autobiographie", explique à l'AFP Lucas Hureau, conseiller scientifique avec Thierry Groensteen, historien de la BD et ancien directeur du musée de la BD à la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image à Angoulême.

Doraemon 

Suivent "les comics underground américains et, en 1964, l'album +Barbarella+ de Jean-Claude Forest qui bouleverse les codes de la BD, puis, au début des années 70, l'intervention du collectif +Bazooka+ dans le quotidien Libération avec un regard moderne. Humour, autobiographie, science-fiction, aventure... tous les codes qui conduisent à la BD d'aujourd'hui sont là", ajoute M. Hureau.

Parmi les pépites, des planches originales du manga Doraemon -célèbre chat venu du futur- de Fujiko F. Fujio, en couleur, sont exposées pour la première fois en France. Ou celles de Calvin et Hobbes, bande dessinée américaine écrite et illustrée par Bill Watterson, qui met en scène les aventures d'un enfant imaginatif de six ans et de son tigre en peluche sarcastique.

Autre trésor, selon le spécialiste: l'album "La Fillette de l'enfer" d'Hideshi Hino, presque complet, est lui aussi exposé, ainsi que des chefs-d'œuvre du manga d'horreur ou des planches insolites de Lorenzo Mattotti inspirées par Bob Dylan.

Au fil des salles, des rencontres se créent autour du rêve (Killoffer), du rire (André Franquin, Gotlib, Claire Brétécher, Catherine Meurisse), de l'anticipation (Osamu Tezuka, Philippe Druillet, Moebius), du récit intime (Edmond Baudoin, Alison Bechtel, Ulli Lust) ou du récit mémoriel (Emmanuel Guibert, Marjane Satrapi).

Corto Maltese 

Six monographies de maîtres historiques de la BD, dont Hergé, dialoguent également avec les collections permanentes du musée d'art moderne, tandis que des auteurs contemporains exposent leurs planches en résonance avec Magritte, Rothko, Picabia ou Van Doesburg.

La bibliothèque publique d'information (BPI) rend hommage aux aventures romanesques du héros Corto Maltese d'Hugo Pratt. La galerie des enfants accueille, elle, une installation immersive de l'autrice et illustratrice Marion Fayolle autour du campement nomade.

Enfin, la revue Lagon, fondée et éditée par un collectif qui présente depuis dix ans la création la plus expérimentale de la bande dessinée, investit le sous-sol avec les séries complètes de BD de 25 artistes émergents.

En parallèle, le Centre Pompidou programme une série de concerts, discussions, conférences, performances et ateliers jusqu'au 7 juillet, avec, le premier week-end, des invités comme l'Américain Art Spiegelman ("Maus") ou la Libanaise Zeina Abirached.


Un nouveau festival de cinéma à Londres pour «revendiquer et célébrer l'identité musulmane»

Inshallah a Boy du réalisateur jordanien Amjad al-Rachid sera projeté au Festival international du film musulman de Londres (Photo, Fournie).
Inshallah a Boy du réalisateur jordanien Amjad al-Rachid sera projeté au Festival international du film musulman de Londres (Photo, Fournie).
Short Url
  • L'événement présente des récits de cinéastes musulmans ainsi que des productions inspirées par la culture et la foi musulmanes
  • «Nous avons veillé à ce que les films correspondent à notre foi et à notre éthique, en évitant la violence gratuite, la nudité et les sujets sexuels explicites»

LONDRES: Un nouveau festival de cinéma au Royaume-Uni se donne pour mission d'explorer les expériences musulmanes à travers le cinéma.

La 1re édition du Festival international du film musulman commencera le 30 mai à Leicester Square, à Londres.

L'événement de quatre jours met en avant des récits de cinéastes musulmans internationaux ainsi que des productions inspirées par la culture et la foi musulmanes.

«L’idée du festival est de revendiquer et de célébrer notre identité. Pendant très longtemps, être musulman n’était pas quelque chose dont nous pouvions nous enorgueillir», déclare Sajid Varda, directeur du festival, à Arab News.

«Nous avons dû dissimuler notre identité et le récit entourant notre foi et nos identités a souvent été contrôlé par d'autres», ajoute-t-il.

«Une frustration persistante a toujours prévalu quant à la manière de changer ces perceptions et de renouer avec des publics et des communautés plus larges. Nous voulons leur donner un aperçu de nos vies et de nos expériences, tout en valorisant le talent cinématographique de notre communauté créative et ses contributions au monde du cinéma.»

L'événement commencera avec la première londonienne de Hounds (Les Meutes) du réalisateur marocain Kamal Lazraq. Le film raconte l'histoire d'un père et de son fils dans la banlieue de Casablanca, qui tentent de joindre les deux bouts en commettant de petits délits pour le compte d'un gang local, jusqu'à ce qu'un enlèvement tourne au cauchemar.

D'autres films salués par la critique se déroulent au Royaume-Uni, en France, en Turquie, en Tunisie, en Jordanie, en Iran et au Soudan.

Le festival comprendra également des séances de questions-réponses et des événements de réseautage en partenariat avec la British Film Commission, Netflix et la BBC.

Les organisateurs ont fait en sorte que le festival soit aussi accessible que possible à un public plus large, déclare M. Varda.

«Nous avons veillé à ce que les films correspondent à notre foi et à notre éthique, en évitant la violence gratuite, la nudité et les sujets sexuels explicites. Ainsi, le contenu demeure accessible à tous, non seulement aux musulmans, mais aussi aux personnes d’autres confessions et croyances susceptibles d’être sensibles à ces questions.»

«Les prix de nos billets sont nettement plus abordables que ceux d'autres festivals. Nous avons également offert de nombreux billets à diverses organisations et accordé des réductions aux étudiants ainsi qu’aux personnes faisant face à des difficultés financières», ajoute-t-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Vanity Fair France s’excuse d’avoir retiré l’épinglette palestinienne de Guy Pearce à Cannes

Une image remaniée de l’acteur australien Guy Pearce sans son épinglette du drapeau palestinien publiée par Vanity Fair France (à droite) et la version originale de la photo (à gauche). (Vanity Fair)
Une image remaniée de l’acteur australien Guy Pearce sans son épinglette du drapeau palestinien publiée par Vanity Fair France (à droite) et la version originale de la photo (à gauche). (Vanity Fair)
Short Url
  • Pearce faisait partie des nombreuses célébrités présentes à ce prestigieux festival qui ont exprimé leur solidarité envers la Palestine
  • Parmi les autres personnalités célèbres figurent les actrices Cate Blanchett et Pascale Kann, le mannequin Bella Hadid et la comédienne française Leïla Bekhti

​​​​​​LONDRES: Le magazine Vanity Fair France a été contraint de présenter ses excuses pour avoir retiré une épinglette palestinienne portée par l’acteur Guy Pearce au Festival de Cannes.

Le 21 mai, Vanity Fair a publié un article qui présentait plusieurs photographies de célébrités participant au festival, parmi lesquelles figure Pearce en smoking noir Yves Saint Laurent.

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont rapidement remarqué qu’une épinglette du drapeau palestinien visible sur son revers gauche sur d’autres images avait été supprimée.

Le journaliste Ahmed Hathout a été l’un des premiers à remarquer ce remaniement de photo. Il écrit sur X: «Guy Pearce montre sa solidarité envers la Palestine à Cannes en portant une épinglette et Vanity Fair décide de la photoshoper. Ils ne savaient pas que le bracelet était également aux couleurs du drapeau palestinien.»

La filiale française du magazine américain a fait l’objet de nombreuses réactions négatives sur les réseaux sociaux pour ce qui semble être une tentative de censure de la solidarité propalestinienne.

Une utilisatrice, @DarkSkyLady, écrit sur X: «Pouvons-nous enfin admettre que nombre de ces médias sont des outils de propagande du colonialisme et de la suprématie blanche?»

Un autre utilisateur, @Joey_Oey89, a commenté: «Rappel: se désabonner de Vanity Fair. Ils diffament les célébrités qui prennent position contre le génocide et ont clairement exprimé leur position.»

Répondant aux critiques, Vanity Fair France a publié des excuses sous le Tweet de Hathout: «Bonsoir. Nous avons publié par erreur une version modifiée de cette photo sur le site Internet. La version originale a été publiée sur Instagram le même jour. Nous avons rectifié notre erreur et nous nous en excusons.»

L’article publié sur le site Internet du magazine affiche désormais l’image inchangée.

Pearce faisait partie des nombreuses célébrités présentes à ce prestigieux festival qui ont exprimé leur solidarité envers la Palestine à la lumière de l’attaque brutale et du siège imposé par Israël à Gaza.

Parmi les autres personnalités figurent les actrices Cate Blanchett et Pascale Kann, le mannequin Bella Hadid, l’actrice indienne Kani Kusruti, la comédienne française Leïla Bekhti et la cinéaste marocaine Asmae el-Moudir.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com