Air France-KLM, alliance de deux fleurons nationaux fragilisée par la crise et la concurrence

Les «low cost» comme EasyJet ou Vueling, outre le géant Ryanair, taillent des croupières à l'entreprise, en particulier à Air France qui est moins rentable que KLM (Photo, AFP).
Les «low cost» comme EasyJet ou Vueling, outre le géant Ryanair, taillent des croupières à l'entreprise, en particulier à Air France qui est moins rentable que KLM (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 15 février 2021

Air France-KLM, alliance de deux fleurons nationaux fragilisée par la crise et la concurrence

  • L'année 2020 devrait se traduire par un trou béant dans les comptes, avec une perte nette prévue de plus de 7 milliards d'euros sur un chiffre d'affaires qui aura dégringolé de 60% à quelque 11 milliards
  • Air France-KLM a bénéficié dès le début de la crise d'une aide d'urgence des États français et néerlandais, plus de 10 milliards d'euros au total, sous forme de prêts directs ou garantis

PARIS: Héritier de deux compagnies aériennes emblématiques de la France et des Pays-Bas, le groupe Air France-KLM perd des milliards d'euros à cause de la Covid-19, mais subissait déjà auparavant une concurrence effrénée et des crises à répétition.

Tant KLM, acronyme de «Compagnie royale aérienne néerlandaise», fondée en 1919, qu'Air France, née en 1933 du regroupement de cinq compagnies pionnières, dont la légendaire Aéropostale, sont d'anciennes entreprises d’État et restent les prestigieux porte-drapeaux de leur pays dans le monde.

Avec 104 millions de passagers transportés en 2019, avant que la crise sanitaire ne bouleverse le secteur, l'alliance franco-néerlandaise pointait à la quatrième place européenne, derrière Ryanair, Lufthansa et IAG (maison mère de British Airways et Iberia). Ce chiffre la plaçait toutefois en dehors du «Top 10» mondial, dominé par les compagnies américaines.

C'est en 2003-2004 qu'Air France et KLM se rapprochent, fortes notamment de lignes complémentaires. Une holding coiffe les deux entreprises, dont l’État français détient aujourd'hui encore 14,3% et l'Etat néerlandais 14%. Les compagnies américaine Delta et chinoise China Eastern en contrôlent chacune 8,8%.

Outre KLM et Air France, le groupe, qui exploite actuellement 530 appareils, inclut la «low cost» Transavia, un des moteurs espérés de son développement.

Air France-KLM, qui publie jeudi ses résultats financiers annuels, revendiquait avant la tourmente de Covid-19 la desserte de plus de 250 destinations pour les passagers, avec ses deux plates-formes de correspondances de Paris-Charles-de-Gaulle et Amsterdam-Schiphol, et de près de 400 pour le fret. Elle fait partie du programme de fidélité SkyTeam rassemblant 19 compagnies au total.

En 2019, l'entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de 27,2 milliards d'euros et dégagé un bénéfice net de 290 millions d'euros. 

Perfusion d'argent public 

Fermeture de frontières, coup d'arrêt au tourisme international: l'année 2020 devrait se traduire par un trou béant dans les comptes, avec une perte nette prévue de plus de 7 milliards d'euros sur un chiffre d'affaires qui aura dégringolé de 60% à quelque 11 milliards, selon les consensus d'analystes.

Air France-KLM a bénéficié dès le début de la crise d'une aide d'urgence des États français et néerlandais, plus de 10 milliards d'euros au total, sous forme de prêts directs ou garantis.

Mais avant ce cataclysme, l'entreprise, sensible à la conjoncture et vulnérable aux évolutions des changes et des prix des carburants, avait déjà traversé de nombreuses turbulences.

L'une des plus spectaculaires: le départ de son PDG Jean-Marc Janaillac en mai 2018 après un rejet d'un accord de revalorisation salariale dans la foulée d'une série de grèves à Air France.

D'autres mouvements sociaux ou épisodes houleux ont marqué l'histoire récente, comme en France celui de la «chemise arrachée» du directeur des ressources humaines pendant une manifestation en 2015. Par ailleurs, la cohabitation des cultures des entreprises française et néerlandaise sous le même toit ne se fait pas toujours sans heurts.

C'est un transfuge d'Air Canada, Benjamin Smith, qui prend la direction opérationnelle du groupe à l'été 2018 avec comme feuille de route le rétablissement de la compétitivité face à une concurrence exacerbée.

Les «low cost» comme EasyJet ou Vueling, outre le géant Ryanair, taillent des croupières à l'entreprise, en particulier à Air France qui est moins rentable que KLM. Et sur le long-courrier, il lui faut notamment ferrailler avec les compagnies du Golfe, soutenues par les pétrodollars, et les transporteurs basés en Asie où se concentre l'essentiel de la croissance du trafic.

Quant au marché hexagonal, qu'Air France exploite jusqu'ici principalement sous la marque Hop! En attendant une montée en puissance de Transavia, il est déficitaire et concurrencé par les liaisons ferroviaires à grande vitesse. D'autant que le gouvernement bannit l'avion de destinations intérieures pouvant être reliées en train en moins de deux heures et demie, au nom de la transition écologique.

Après une série de plans de départs volontaires, touchant très majoritairement les effectifs au sol, Air France-KLM comptait 83 000 salariés fin 2019, une chute de 20% en huit ans. D'autres importantes réductions d'effectif, concernant des milliers d'employés, sont en cours.


Renault retrouve les bénéfices au premier semestre

Une Renault 4L électrique, portant le logo de la présidence française, exposée lors de la visite du président français Emmanuel Macron à Douai. (AFP.)
Une Renault 4L électrique, portant le logo de la présidence française, exposée lors de la visite du président français Emmanuel Macron à Douai. (AFP.)
Short Url
  • Renault avait perdu 7,39 milliards d'euros au premier semestre 2020
  • Le groupe Renault a rebondi au premier semestre avec un bénéfice net de 368 millions d'euros

PARIS: Le groupe Renault a rebondi au premier semestre avec un bénéfice net de 368 millions d'euros, son plan d'économies étant "en avance" sur son objectif, après une année 2020 très difficile.


Le groupe a annoncé vendredi une marge opérationnelle de 654 millions d'euros sur les six premiers mois de l'année, soit 2,8% du chiffre d'affaires. Celui-ci s'établit à 23,4 milliards d'euros, en hausse de 26,8% sur un an.


Renault avait perdu 7,39 milliards d'euros au premier semestre 2020.


Le groupe a souligné qu'il devrait atteindre les objectifs de son plan d'économies de 2 milliards d'euros "avec un an d'avance": 1,8 milliard d'euros a déjà été réalisé, dont plus de 600 millions d'euros sur ce premier semestre, par rapport à 2019.


La crise des semi-conducteurs continue de freiner l'assemblage et pourrait conduire à une perte de production de l'ordre de 200.000 véhicules sur l"année, prévient Renault.


Les flux de trésorerie de l'automobile sont cependant négatifs à hauteur de 70 millions d’euros.


"Nous avons franchi une étape importante dans la restauration de nos équilibres financiers", a déclaré Clotilde Delbos, directrice financière de Renault Group.


Air France-KLM encore dans le rouge mais voit de « premiers signes » de reprise

Le deuxième trimestre 2020 avait été particulièrement sombre pour le groupe Air France KLM, touché comme l'ensemble du secteur aérien par les fermetures de frontières et les confinements stricts
Le deuxième trimestre 2020 avait été particulièrement sombre pour le groupe Air France KLM, touché comme l'ensemble du secteur aérien par les fermetures de frontières et les confinements stricts
Short Url
  • La perte du deuxième trimestre 2021, qui porte les pertes cumulées d'Air France-KLM depuis le début de la pandémie à plus de 10 milliards d'euros, a en outre été creusée par des éléments exceptionnels, dont un changement de régime de retraites chez KLM
  • "Au second trimestre, nous avons vu de premiers signes de la reprise", a affirmé le directeur financier, Steven Zaat

PARIS: Air France-KLM a encore perdu 1,48 milliard d'euros au deuxième trimestre 2021, toujours accablé par le Covid-19, mais constate de "premiers signes de la reprise" depuis juin et pense retrouver une rentabilité opérationnelle au troisième trimestre.


Cette perte nette, du même montant que celle du premier trimestre, marque néanmoins une claire amélioration par rapport à celle du deuxième trimestre 2020, quand les conséquences de la crise sanitaire avaient plongé le groupe dans le rouge de 2,6 milliards d'euros. 


La perte du deuxième trimestre 2021, qui porte les pertes cumulées d'Air France-KLM depuis le début de la pandémie à plus de 10 milliards d'euros, a en outre été creusée par des éléments exceptionnels, dont un changement de régime de retraites chez KLM, a souligné vendredi l'entreprise dans un communiqué.


Parallèlement, la perte d'exploitation a été réduite de plus de moitié sur la période, même si elle a encore atteint 752 millions d'euros.


Le deuxième trimestre 2020 avait été particulièrement sombre pour le groupe, touché comme l'ensemble du secteur aérien par les fermetures de frontières et les confinements stricts décidés face à la première vague épidémique.


Même si entre avril et juin 2021, l'offre de sièges des compagnies du groupe (Air France, KLM et la "low cost" Transavia) n'a atteint que 48% de celle de la même période de 2019, le nombre de passagers a bondi de 477% sur un an à 7 millions. Le chiffre d'affaires a également fortement progressé (+133% à 2,75 milliards d'euros). Mais il représente encore moins de la moitié de la même période de 2019, quand il dépassait 7 milliards.


Au-delà des effets de base, "au second trimestre, nous avons vu de premiers signes de la reprise", a affirmé le directeur financier, Steven Zaat. Le groupe a retrouvé un flux de trésorerie libre positif pour la première fois depuis le début de la crise "grâce à de très bonnes ventes de billets", a-t-il détaillé lors d'une conférence de presse téléphonique.


Avec la levée de certaines restrictions de mouvement, l'adoption du certificat sanitaire européen et une "forte demande" vers les destinations de vacances notamment en Europe du Sud, Air France-KLM a porté son offre en sièges en juillet à plus de 60% de la même période de 2019.


En conséquence, le groupe a amélioré ses hypothèses de trafic pour le troisième trimestre, entre 60 et 70% des niveaux d'il y a deux ans (contre 55-65% précédemment), et pense que tant KLM qu'Air France retrouveront une rentabilité opérationnelle sur cette période, là aussi pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire.


Le groupe s'est en revanche gardé de communiquer ses ambitions pour le quatrième trimestre, "en raison de l'incertitude sur la réouverture de l'Atlantique Nord pour les citoyens européens et de l'incertitude concernant la levée des restrictions de voyage".


L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique

Arrivée à la tête de l'OMC depuis mars, l'ancienne ministre nigériane des finances s'est donné comme priorité de mettre l'OMC au cœur de la lutte contre la pandémie. (Photo, AFP)
Arrivée à la tête de l'OMC depuis mars, l'ancienne ministre nigériane des finances s'est donné comme priorité de mettre l'OMC au cœur de la lutte contre la pandémie. (Photo, AFP)
Short Url
  • Mardi le FMI avait souligné dans ses nouvelles prévisions économiques mondiales que l'accès aux vaccins creuse les inégalités dans la reprise économique
  • La directrice générale a convoqué à deux reprises déjà tous les acteurs impliqués dans la production de vaccins pour tenter de trouver les moyens d'accélérer les choses

GENEVE : Après le FMI mardi, c'est au tour de l'Organisation mondiale du commerce de mettre en garde contre les risques que fait courir l'inégalité vaccinale à la reprise plus rapide qu'attendue du commerce mondial après le choc de la pandémie.

"Le commerce mondial s'est remis plus rapidement que prévu depuis le second semestre de 2020 après avoir chuté lourdement lors de la première vague de la pandémie", a souligné la directrice générale de l'OMC, Ngozi Okonjo-Iweala, dans sa présentation du rapport semi-annuel sur le commerce mondial aux pays membres.

Selon les prévisions les plus récentes de l'organisation, le volume du commerce de marchandises devrait augmenter de 8% en 2021 et de 4% en 2022. Les volumes d'échanges de marchandises ont dépassé leur niveau pré-pandémie plus tôt cette année. En revanche, les services ont plus de mal à se remettre en raisons des restrictions qui continuent d'affecter voyages et transports, a souligné Mme Okonjo-Iweala.

Ce tableau optimiste masque de fortes disparités.

"Comme c'est le cas pour l'économie en général,  les performances commerciales divergent fortement selon les régions, et l'accès inégal aux vaccins anti-Covid 19 est l'une des raisons majeures de ces disparités", a rappelé la directrice générale.

Mardi le FMI avait souligné dans ses nouvelles prévisions économiques mondiales que l'accès aux vaccins creuse les inégalités dans la reprise économique.

Arrivée à la tête de l'OMC depuis mars, l'ancienne ministre nigériane des finances s'est donné comme priorité de mettre l'OMC au cœur de la lutte contre la pandémie, en tentant de faciliter les moyens d'augmenter la production de vaccins. 

Mais des pays membres très divisés sur la question de la levée temporaire des brevets sur les vaccins limitent pour l'heure ses ambitions. Cette semaine encore, malgré de long débats entre pays membres il n'y a pas eu de progrès significatifs sur ce dossier.

"Echouer à assurer un accès mondial aux vaccins pose de sérieux risques à l'économie mondiale et à la santé publique", a mis en garde la directrice générale, rappelant que les pays pauvres avaient jusqu'ici pu à peine vacciner 1% de leur population quand les plus riches trompettent avoir franchi la barre des 50%.

La directrice générale a convoqué à deux reprises déjà tous les acteurs impliqués dans la production de vaccins pour tenter de trouver les moyens d'accélérer les choses comme par exemple en identifiant les goulots d'étranglements qui ralentisse le commerce des ingrédients des vaccins ou autres barrières douanières ou non.

Le "commerce à été une force pour le bien en permettant l'accès à du matériel des équipements médicaux", a affirmé Mme Ngozi Okonjo-Iweala, rappelant que le commerce de fournitures médicales a augmenté de 16% en 2020 et celui d'équipements de protection personnelle de 50% quand le reste du commerce mondial baissait.