Algérie: le président Tebboune garde la même équipe face à la contestation

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune. (AFP)
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 22 février 2021

Algérie: le président Tebboune garde la même équipe face à la contestation

  • Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, pourtant critiqué, reste à son poste ainsi que les détenteurs des ministères régaliens, selon la liste publiée par la présidence de la République
  • Sont partants le ministre de l'Energie, Abdelamadjid Attar, chargé d'une rente pétrolière sur le déclin, et son collègue de l'Industrie, Ferhat Aït Ali, qui paie sa gestion du dossier de la relance de l'industrie automobile

ALGER : Le président algérien Abdemadjid Tebboune a procédé dimanche à un remaniement de son gouvernement, très attendu mais sans changement d'équipe majeur face au mouvement de protestation populaire du Hirak qui marque lundi son 2e anniversaire. 

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, pourtant critiqué, reste à son poste ainsi que les détenteurs des ministères régaliens, selon la liste publiée par la présidence de la République.

Sont partants le ministre de l'Energie, Abdelamadjid Attar, chargé d'une rente pétrolière sur le déclin, et son collègue de l'Industrie, Ferhat Aït Ali, qui paie sa gestion du dossier de la relance de l'industrie automobile. 

Les ministres des Ressources en eau, du Tourisme, de l'Environnement et des Travaux publics quittent également le gouvernement. 

En revanche, le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, symbole de la lutte anti-corruption mais aussi de la répression judiciaire contre l'opposition et les militants du Hirak, garde son portefeuille, tout comme le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement Ammar Belhimer, qui a la haute main sur les médias.

Avant de s'envoler pour Berlin début janvier, pour s'y faire soigner de «complications» post-Covid, M. Tebboune avait pourtant exprimé publiquement son insatisfaction devant l’action du gouvernement Djerad.   

«Ce remaniement concernera des secteurs qui enregistrent des déficits dans leur gestion ressentis par les citoyens et nous mêmes», avait-t-il alors promis. 

«De la poudre aux yeux ce remaniement... Il indique que rien ne va changer», a réagi dimanche un internaute sur Twitter.

«Le remaniement ne me concerne pas, ce sont les mêmes pions. C’est la même chose pour le Parlement, les nouveaux (députés) travailleront comme le régime actuel pour leurs propres intérêts. Ils ne travaillent pas pour le peuple», a déclaré à l'AFP Zaki Hannache, un militant de 33 ans.

Le président Tebboune avait auparavant dissous l'Assemblée populaire nationale (APN), la chambre basse du Parlement, ouvrant comme prévu la voie à des élections législatives anticipées dans les six mois.

M. Tebboune «a signé un décret présidentiel portant dissolution de l'Assemblée populaire nationale», dont le mandat devait expirer en 2022, a précisé la télévision nationale.

- «Poudre aux yeux» -

Aucune date n'a encore été fixée pour le scrutin. Mais la classe politique table sur le mois de juin.

Selon la Constitution, les élections doivent avoir lieu dans un délai de trois mois. Dans le cas où ces élections ne peuvent être organisées avant cette échéance, le scrutin peut être prorogé d'une durée unique de trois mois.

Dans un discours à la Nation, jeudi soir, le président Tebboune avait annoncé la dissolution de l'ANP et l'organisation d'élections locales et législatives anticipées pour faire face à la triple crise politique, économique et sanitaire qui ébranle l'Algérie.

Il avait aussi promis de remanier le gouvernement «sous les 48 heures». Un remaniement qui aura pris finalement plus de temps que prévu.  

Pour tenter de répondre à la rue, M. Tebboune avait également décrété jeudi une grâce présidentielle en faveur d'une soixantaine de détenus d'opinion, un geste d'apaisement adressé au mouvement de protestation populaire du Hirak.

Depuis, près de 40 prisonniers ont été libérés, dont l'opposant Rachid Nekkaz et le journaliste Khaled Drareni, devenu un symbole du combat pour la liberté de la presse. 

Mais malgré le discours du chef de l'Etat, des appels à manifester lundi dans tout le pays, notamment à Alger, pour l'anniversaire du Hirak, circulent sur les réseaux sociaux, après plusieurs rassemblements en province cette semaine. 

Le Hirak a dû suspendre en mars ses manifestations hebdomadaires en raison de l'épidémie de coronavirus.

Dimanche, plusieurs centaines de manifestants se sont réunis à Paris pour appeler entre autres à la libération de tous les prisonniers d'opinion et réclamer un «changement radical» du système.

Déclenché le 22 février 2019, le Hirak - mouvement de protestation populaire inédit en Algérie - avait poussé le président Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis deux décennies, à la démission deux mois plus tard. 

Le président français Emmanuel Macron a «salué l'amnistie» des détenus d'opinion et apporté «son soutien à la mise œuvre des réformes en cours» en Algérie, selon un communiqué de l'Elysée dimanche.

 

 


Le Koweït nomme Nasser al-Hain comme son représentant à l'ONU

Nasser al-Hain est un diplomate de longue date, qui a représenté le Koweït lors de nombreux événements internationaux. (Photo, AN)
Nasser al-Hain est un diplomate de longue date, qui a représenté le Koweït lors de nombreux événements internationaux. (Photo, AN)
Short Url
  • La directrice générale du bureau des Nations unies loue les efforts humanitaires du Koweït
  • Al-Hain est un diplomate de longue date et a représenté son pays lors de plusieurs événements internationaux

GENÈVE: Le Koweït a nommé Nasser al-Hain comme son représentant permanent aux Nations unies.

L'ambassadeur a présenté lundi ses lettres de créance à la directrice du bureau des Nations unies à Genève, Tatiana Valovaya, a rapporté Kuwait News Agency.    

Al-Hain a salué les contributions majeures de l'ONU dans divers domaines, et en particulier ses efforts humanitaires.

Valovaya a loué les efforts humanitaires du Koweït et a souligné les liens étroits de ce pays avec l'ONU et d'autres organisations internationales.

Al-Hain est un diplomate de longue date et a représenté son pays lors de plusieurs événements internationaux.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Un incendie se déclare dans une église de Minya quelques jours après l'incendie d'une église au Caire

 Quatre ambulances ont été envoyées sur les lieux d'un incendie qui s'est déclaré mardi dans l'église Anba Bishoy, dans le gouvernorat égyptien de Minya, a indiqué le ministère de la Santé. (@_Elshiekh_Mina)
Quatre ambulances ont été envoyées sur les lieux d'un incendie qui s'est déclaré mardi dans l'église Anba Bishoy, dans le gouvernorat égyptien de Minya, a indiqué le ministère de la Santé. (@_Elshiekh_Mina)
Short Url
  • Une personne a été soignée sur place pour asphyxie, mais n'a pas eu besoin d'être hospitalisée
  • Abdel Ghaffar a affirmé que les ambulances continueraient d'être stationnées sur les lieux jusqu'à ce que la zone soit jugée sûre

LE CAIRE: Quatre ambulances ont été envoyées sur les lieux d'un incendie qui s'est déclaré mardi dans une église du gouvernorat égyptien de Minya, a indiqué le ministère de la Santé.

L'incendie de l'église Anba Bishoy survient deux jours après qu'un incendie a ravagé dimanche l'église copte Abou Sefein, dans le quartier d'Imbabah au Caire, tuant 41 personnes.

Le porte-parole du ministère de la Santé et de la Population, Hossam Abdel Ghaffar, a déclaré que bien que l'incendie n'ait fait aucun mort, une personne a été soignée sur place pour asphyxie, mais n'a pas nécessité d'hospitalisation.

Abdel Ghaffar a précisé que des ambulances continueraient d'être stationnées sur les lieux jusqu'à ce que la zone soit jugée sûre, en cas de développements ultérieurs. Il a ajouté que les ambulances étaient arrivées sur les lieux de l'incendie à 14h30, soit six minutes après que l’alerte a été donnée.

Le porte-parole a déclaré que le ministre de la Santé et de la Population, Khaled Abdel Ghaffar, suivait l'incident de près, et avait demandé aux hôpitaux de la région d'augmenter leur niveau de préparation.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Irak: après un nouvel appel à manifester, Moqtada Sadr se rétracte

Des membres des forces de sécurité prennent des photos alors que des partisans du Cadre de coordination pro-iranien installent des tentes sur un pont menant à la Zone verte de la capitale Bagdad, le 13 août 2022. (AFP)
Des membres des forces de sécurité prennent des photos alors que des partisans du Cadre de coordination pro-iranien installent des tentes sur un pont menant à la Zone verte de la capitale Bagdad, le 13 août 2022. (AFP)
Short Url
  • D'un côté, Moqtada Sadr veut dissoudre le Parlement et organiser des législatives anticipées
  • De l'autre, les factions chiites proIran du Cadre de coordination veulent poser leurs conditions à cet hypothétique scrutin et exigent au préalable un gouvernement de transition

BAGDAD: L'influent leader chiite irakien Moqtada Sadr qui a appelé ses partisans à rallier Bagdad pour une manifestation massive, a fait marche arrière mardi en reportant sine die le rassemblement par crainte de violences.

L'annonce intervient alors que les discussions se poursuivent en coulisse pour sortir le pays de la crise: depuis fin juillet les deux grands pôles du chiisme politique enchaînent joutes verbales et surenchères, sans toutefois laisser la situation basculer dans la violence.

D'un côté, Moqtada Sadr veut dissoudre le Parlement et organiser des législatives anticipées. De l'autre, les factions chiites proIran du Cadre de coordination veulent poser leurs conditions à cet hypothétique scrutin et exigent au préalable un gouvernement de transition.

M. Sadr, dont les partisans occupent depuis plus de deux semaines les abords du Parlement, avait appelé à une "manifestation d'un million" de personnes samedi dans la capitale irakienne.

"Si vous pariez sur une guerre civile, je mise sur la préservation de la paix sociale. Le sang des Irakiens est plus précieux que toute autre chose", a lancé sur Twitter M. Sadr, annonçant "le report sine die de la manifestation de samedi".

Lundi soir, un comité organisant les manifestations de soutien au Cadre de coordination avait lui aussi annoncé de nouveaux rassemblements, sans en préciser la date.

Depuis le 12 août, les partisans de cette coalition, qui englobe les anciens paramilitaires du Hachd al-Chaabi et l'ex-Premier ministre Nouri al-Maliki, ennemi historique de M. Sadr, campent sur une avenue de Bagdad.

A ce jour la situation n'a pas dégénéré, mais les tentatives de médiation entre les deux bords n'ont pas abouti.

Dirigeant d'une faction du Hachd, Hadi al-Ameri a multiplié les appels au calme et au dialogue. Ces derniers jours il a enchaîné les rencontres avec les principaux responsables politiques du pays, notamment avec des alliés de M. Sadr. Il s'est entretenu avec le chef du Parlement, Mohamed al-Halboussi, et les dirigeants des deux grands partis kurdes historiques.

L'impasse actuelle a débuté quand le Courant sadriste a refusé fin juillet une candidature au poste de Premier ministre présentée par le Cadre de coordination.

Depuis les dernières législatives d'octobre 2021, le pays attend toujours la désignation d'un nouveau chef du gouvernement et la nomination d'un nouveau président.

Mardi, le ministre des Finances Ali Allawi, membre du gouvernement en charge d'expédier les affaires courantes, a présenté sa démission en Conseil des ministres, selon l'agence de presse étatique INA.