L'Iran décide l’arrêt des inspections surprise sur le nucléaire, alors qu’un quotidien officiel exhorte à la prudence

Kazem Gharibabadi, l’envoyé de l’Iran auprès de l’Agence internationale de l’énergie atomique, a déclaré qu’il avait mis fin à l’application de ce qu’on appelle le «Protocole additionnel» lundi à minuit  (photo du fichier AFP)
Short Url
Publié le Mardi 23 février 2021

L'Iran décide l’arrêt des inspections surprise sur le nucléaire, alors qu’un quotidien officiel exhorte à la prudence

  • Un journal gouvernemental iranien a averti mardi que des actions trop radicales dans les querelles avec l’Occident sur le nucléaire pourraient conduire à l’isolement du pays
  • Dans un effort diplomatique, l’AIEA, l’organisme de surveillance de l’ONU, a conclu dimanche un accord avec l’Iran

DUBAÏ: Un journal gouvernemental iranien a averti mardi que des actions trop radicales dans les querelles avec l’Occident sur le nucléaire pourraient conduire à l’isolement du pays après que Téhéran a mis un terme aux inspections surprise des contrôleurs des Nations unies. 

L’envoyé de l’Iran auprès de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Kazem Gharibabadi, a signalé qu’il avait mis fin à l’application de ce qu’on appelle le «protocole additionnel» lundi à minuit (20h30 GMT). L'accord autorisait l'AIEA à effectuer des inspections avec un court délai de préavis. 

Le quotidien officiel iranien a critiqué les parlementaires qui, appliquant la ligne dure, ont protesté lundi dernier contre la décision de Téhéran d'autoriser une surveillance «nécessaire» par les inspecteurs de l'ONU pendant une période qui pourrait aller jusqu'à trois mois. Il  affirme qu’une telle démarche enfreint une loi adoptée par le Parlement dans le but évident de faire pression sur les États-Unis pour que ces derniers lèvent les sanctions. 

La loi exige la fin des inspections «surprise» par l’organisme de surveillance de l’ONU à partir de mardi si les sanctions ne sont pas levées. 

«Ceux qui disent que l'Iran doit prendre rapidement des mesures strictes sur l'accord nucléaire devraient expliquer ce qui peut garantir que l'Iran ne sera pas abandonné à lui-même comme par le passé... Et cela aboutira-t-il à autre chose qu’à aider à former un consensus contre l'Iran?» se demande le quotidien officiel iranien. 

Dans un effort diplomatique, l’AIEA, l’organisme de surveillance de l’ONU, a conclu dimanche un accord avec l’Iran destiné à atténuer le coup dur que constitue la réduction de la coopération par Téhéran ainsi que le refus d’autoriser des inspections comportant un court délai de préavis. 

Lundi, le Guide Suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a déclaré que l'Iran pourrait enrichir de l'uranium jusqu'à 60% de pureté si le pays en avait besoin. Une fois encore, il a démenti que l’Iran ait la moindre intention de rechercher l’arme nucléaire. 

L'accord nucléaire avec six puissances de 2015, que l’Iran n’a pas respecté depuis que les États-Unis s’en sont soustraits en 2018, limite la pureté à laquelle Téhéran peut raffiner l'uranium à 3,67%, en dessous des 20% atteints avant l'accord et bien en dessous des 90% nécessaires pour l’arme nucléaire. 

Un porte-parole du département d'État américain a affirmé que les commentaires de Khamenei «ressemblaient à une menace», mais il a répété la volonté des États-Unis d'engager des pourparlers avec l'Iran sur le retour à l'accord nucléaire de 2015. 

Washington a déclaré la semaine dernière être prêt à discuter avec l'Iran du retour des deux pays à l'accord abandonné par l'ancien président américain Donald Trump. 

Téhéran, pour sa part, a déclaré être en train d’étudier une proposition de l'Union européenne concernant une réunion informelle entre les membres actuels de l'accord et les États-Unis, mais n'a pas encore donné de réponse. 

L'Iran, qui a recommencé à enrichir l’uranium à 20%, visiblement dans le but d'augmenter la pression sur les États-Unis, a été en désaccord avec Washington sur la question qui consiste à savoir quelle partie devrait faire le premier pas pour relancer l'accord. 

Les dirigeants iraniens insistent sur le fait que Washington doit d'abord mettre fin à sa campagne punitive pour rétablir l'accord, tandis que Washington affirme que Téhéran doit d'abord revenir au respect total de l’accord. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com 


Les États arabes condamnent l'attaque des Houthis contre l'Arabie saoudite

La coalition arabe a intercepté une attaque de missiles balistiques visant la capitale Riyad. (Fichier / Reuters)
Short Url
  • La coalition arabe a intercepté et détruit quatre drones houthis visant des zones civiles au sud du Royaume
  • Ces attaques de plus en plus fréquentes et rapprochées ont provoqué dans le monde arabe de nombreuses affirmations de soutien au royaume, y compris celle de l’ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille

DUBAÏ: Les États arabes ont condamné les attaques de la milice houthie contre l’Arabie saoudite qui visaient des zones civiles à travers le Royaume.

La coalition arabe a intercepté et détruit quatre drones houthis visant des zones civiles à Khamis Mushayt, ville du sud-ouest du Royaume, l’un ciblant Jazan et un autre ciblant la région sud samedi.

L'un des drones ciblant Khamis Mushayt a été tiré plus tôt dans la journée.

La coalition a également intercepté une attaque de missiles balistiques visant la capitale Riyad.

Des éclats de l'un des missiles balistiques Houthis se sont écrasés sur le toit d'une propriété résidentielle à Riyad après avoir été intercepté par les forces de défense saoudiennes. 

Soutien du Koweït

Le ministère koweïtien des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué: «L'insistance de la milice houthie à poursuivre ces actes terroristes constitue une poursuite de l'escalade dangereuse que ces milices entreprennent pour nuire à la sécurité du Royaume d'Arabie saoudite et saper la stabilité de la région.»

Le ministre a déclaré qu'il s'agissait d'un «défi flagrant» au droit international et humanitaire et d'une obstruction aux efforts internationaux visant à parvenir à une solution politique qui mettrait fin au conflit en cours au Yémen.

Le Koweït a réitéré son appel à la communauté internationale et au Conseil de sécurité des Nations Unies pour qu’ils s’acquittent de leurs devoirs en vue de stopper la «dangereuse escalade» des Houthis et y mettre un terme pour maintenir la paix et la sécurité internationales.

Le Koweït a affirmé son soutien aux mesures prises par l’Arabie saoudite pour préserver sa sécurité, sa stabilité et sa souveraineté.

Le Yemen, le Bahreïn et l’ambassadeur de France

Le gouvernement yéménite a fait écho à la réaction du Koweït en condamnant les «actes terroristes répétés» de la milice houthie, les qualifiant de crime de guerre mettant en danger la vie des civils.

Le ministère des Affaires étrangères yéménite a réaffirmé son soutien au gouvernement saoudien et a félicité les forces de la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite pour leur soutien au gouvernement yéménite internationalement reconnu.

Bahreïn a également publié une déclaration condamnant l'attaque des Houthis contre l'Arabie saoudite et a affirmé sa solidarité avec son voisin.

Le ministère des Affaires étrangères de Bahreïn a salué les forces de la coalition qui ont pu intercepter et détruire le missile balistique et les drones, soulignant la nécessité pour la communauté internationale d’assumer ses responsabilités politiques face à ces «injustes attaques houthies» sur le territoire du Royaume.

 L'ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, a également condamné l'attaque et remercié les forces saoudiennes pour leur intervention.

«Je condamne fermement l'attaque de missiles balistiques revendiquée par les Houthis qui a visé Riyad la nuit dernière et les attaques de drones contre Khamis Mushait. Je transmets mes plus sincères remerciements aux Forces de défense saoudiennes pour leur protection efficace », a-t-il tweeté.

 


Jordanie: deux ministres démissionnent pour non respect des règles sanitaires

Le Premier ministre jordanien Bicher al-Khassawneh leur est reproché, selon une source gouvernementale, «d'avoir violé la loi d'urgence» pour lutter contre la pandémie (Photo, AFP).
Short Url
  • La sanction a été prise par le Premier ministre jordanien Bicher al-Khassawneh et aussitôt avalisée par le roi Abdallah II
  • Le ministre de l'Intérieur Samir Mobaidine et son collègue de la Justice Bassam Talhouni ont assisté à un dîner dans un restaurant d'Amman

AMMAN: Les ministres jordaniens de l'Intérieur et de la Justice ont été contraints dimanche à la démission pour avoir contrevenu aux règles sanitaires en vigueur pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, a-t-on appris de source officielle.

La sanction a été prise par le Premier ministre jordanien Bicher al-Khassawneh et aussitôt avalisée par le roi Abdallah II, selon un communiqué du palais royal. 

Il leur est reproché, selon une source gouvernementale, «d'avoir violé la loi d'urgence» pour lutter contre la pandémie.

Selon le site d'information jordanien Ammon, le ministre de l'Intérieur Samir Mobaidine et son collègue de la Justice Bassam Talhouni ont assisté à un dîner dans un restaurant d'Amman. Neuf convives ont partagé le repas alors que la loi n'en autorise que six au maximum.

En raison d'une recrudescence des contaminations sur son sol, la Jordanie a de nouveau interdit cette semaine à la population de sortir de chez elle les vendredis, jour de congé hebdomadaire.

Pays de 10 millions d'habitants, la Jordanie a enregistré quelque 386 000 cas d'infection dont 4 675 décès, selon le dernier bilan des autorités.

Taoufiq Krishan, vice-Premier ministre et ministre de l'Administration locale, a été affecté au ministère de l'Intérieur. 

Ahmed al-Ziyadat, secrétaire d'Etat aux Affaires juridiques, a récupéré le ministère de la Justice.


Explosion sur le navire israélien: la piste iranienne se précise

Missile anti-navire Nasr-1 tiré depuis un navire de guerre lors d'un exercice militaire de la marine iranienne dans le golfe d'Oman, le 14 janvier 2021(Bureau de l'armée iranienne/AFP)
Short Url
  • Le bateau israélien "est probablement tombé dans le piège de l'une des branches de l'axe de la Résistance", a écrit à la Une Kayhan, considéré comme le porte-voix de la frange ultra-conservatrice du système politique iranien
  • Selon le journal, qui cite des "experts militaires", le "bateau espion recueillait des renseignements sur le golfe Persique et la mer d'Oman, lorsqu’il a été visé"

TÉHÉRAN : L'explosion survenue cette semaine à bord d'un navire israélien en mer d'Oman est probablement le fait de "l'axe de la résistance", composé de l'Iran et de ses proches alliés, a affirmé dimanche le journal ultraconservateur iranien Kayhan.

L'Iran se considère avec la Syrie, le parti chiite libanais Hezbollah, le mouvement palestinien Hamas, des groupes irakiens et les milices yéménites comme faisant partie de "l'axe de la résistance" face à Israël au Moyen-Orient.

Le MV Helios Ray, un bateau israélien propriété d'HELIOS Ltd et transportant des véhicules, effectuait le trajet entre Dammam (est de l'Arabie saoudite), et Singapour, au moment de l'explosion au nord-ouest du sultanat d'Oman, selon Dryad Global, une société spécialisée dans la sécurité maritime.

La mer d'Oman est située entre l'Iran et Oman, à la sortie du crucial détroit d'Ormuz par lequel transite une grande partie du pétrole mondial et où opère une coalition dirigée par les États-Unis.

Le bateau israélien "est probablement tombé dans le piège de l'une des branches de l'axe de la Résistance", a écrit à la Une Kayhan, considéré comme le porte-voix de la frange ultra-conservatrice du système politique iranien.

Selon le journal iranien, qui cite des "experts militaires", le "bateau espion recueillait des renseignements sur le golfe Persique et la mer d'Oman, lorsqu’il a été visé. Les attaques et les crimes du régime sioniste dans la région semblent en avoir fait une cible légitime." 

L'origine de l'explosion, qui a causé des dégâts mais n'a pas fait de victime, n'a pas été précisée. Il n'est pas clair si "elle a été causée par un tir de missile ou des mines fixées au bateau", selon l'armateur.

Réunion des responsables israéliens pour discuter de la réponse

Dryad Global avait suggéré que l'Iran pourrait être responsable de l'explosion, l'incident intervenant dans un contexte de tensions accrues entre Israël et la République islamique d’Iran, des ennemis jurés.

Samedi, le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a estimé que l'Iran pourrait être responsable de l'explosion, compte tenu la "proximité" avec le territoire iranien  et le "contexte". "L'Iran était très probablement à l'origine d'une explosion qui s'est produite plus tôt cette semaine sur un cargo israélien dans le golfe d'Oman", a-t-il déclaré.

Le MV Helios Ray, qui transportait des véhicules dans le Golfe, a été heurté le 25 février.

"L'emplacement du navire relativement proche de l'Iran fait croire que l'Iran était responsable, mais cela doit encore être vérifié", a déclaré Gantz dans une interview à la télévision d'État israélienne Kan. Gantz a déclaré que l'on savait que l'Iran avait l'intention de cibler les biens et les citoyens israéliens.

Les principaux responsables politiques et de la défense israéliens discuteront dimanche de leur réponse à l'attaque présumée, a rapporté la chaîne Kan, citant des responsables qui ont déclaré que celle-ci "franchissait une ligne rouge".

L'explosion n'a fait aucune victime, mais a laissé deux trous de 1,5 mètre de diamètre sur le côté du navire.

Le MV Ray Helios est arrivé dimanche dans le port de Dubaï pour des réparations, selon l'Associated Press.

Malgré ses démentis, la République islamique est accusée par Israël de chercher à se doter de l'arme atomique.

Le 27 novembre, Téhéran avait imputé à Israël l'assassinat du scientifique nucléaire Mohsen Fakhrizadeh, tué à Téhéran.

Washington avait imputé à l'Iran des attaques et des sabotages contre des pétroliers dans le Golfe en 2019, des accusations réfutées par Téhéran.