L'exposition aux pesticides augmente le risque de leucémie myéloïde aiguë

Un fermier aspergeant son champ de salades de pesticides (Photo, AFP).
Un fermier aspergeant son champ de salades de pesticides (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 24 février 2021

L'exposition aux pesticides augmente le risque de leucémie myéloïde aiguë

  • Quatre hématologues du CHRU de Tours ont analysé pendant deux ans les données scientifiques publiées entre 1946 et 2020 dans trois grandes bases de données mondiales
  • L'étude française établit par ailleurs un lien «plus important» avec les insecticides et la maladie, qu'avec les fongicides et les herbicides

RENNES: Un lien statistique a été établi entre l'exposition professionnelle aux pesticides et le risque de développer une leucémie myéloïde aiguë, la plus grave chez l'adulte, selon une étude française.

Dans cette étude publiée dans Scientific Reports, quatre hématologues du CHRU de Tours (centre) ont analysé pendant deux ans les données scientifiques publiées entre 1946 et 2020 dans trois grandes bases de données mondiales.

« A partir d'une recherche par mots clés nous avons identifié environ 7 000 références, dont on a tiré 190 articles. En utilisant des standards scientifiques internationaux d'analyse, 14 de ces études ont été choisies pour être analysées dans le cadre d'une ‘méta-analyse’, correspondant à quelque 4 000 patients et 10 000 témoins », a expliqué Olivier Hérault, chef du service d'hématologie biologique du CHRU. 

« On a trouvé un lien statistique entre l'exposition aux pesticides à forte dose et le risque de leucémie aiguë myéloïde. Ce lien est un risque relatif de 1,51 ce qui veut dire que par rapport à une population non exposée, cette exposition augmente de 50% le risque de développer ce type de leucémie », poursuit le chercheur.

L'étude établit par ailleurs un lien « plus important » avec les insecticides et la maladie, qu'avec les fongicides et les herbicides, et également un lien plus important en Asie et aux Etats-Unis qu'en Europe. Il s'agit de produits utilisés par les professionnels, notamment les agriculteurs, à de fortes concentrations.

L'étude n'a pas mis en lumière de mode d'exposition. Jusqu'à présent, la recherche médicale avait démontré un lien entre une forte exposition aux pesticides et le développement d'états « pré-leucémiques », mais pas avec le surrisque de développer une leucémie myéloïde aiguë, explique le CHRU dans un communiqué.

Selon le Pr Hérault, « ces résultats rajoutent un facteur de risque aux leucémies aiguës myéloïdes qui n'était pas démontré mais simplement suspecté ». Cette étude doit renforcer, selon lui, « les messages de prévention à l'égard des utilisateurs », peut « alimenter la réflexion sur les distances entre zones d'épandage et habitations » et apporter un élément de réflexion « pour la reconnaissance en maladie professionnelle pour les agriculteurs ».

Si un lien épidémiologique est établi, l'étude ne démontre pas de lien de causalité. « Cela fait partie des recherches que nous sommes en train de faire », précise Hérault.


Variole du singe: réunion du Comité d'urgence de l'OMS durant la semaine du 18 juillet au plus tard

Une recrudescence inhabituelle de cas de cette maladie virale a été détectée depuis mai en dehors des pays d'Afrique centrale et de l'Ouest où le virus est endémique. (Photo, AFP)
Une recrudescence inhabituelle de cas de cette maladie virale a été détectée depuis mai en dehors des pays d'Afrique centrale et de l'Ouest où le virus est endémique. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Concernant la variole du singe, je continue à être inquiet de l'échelle et de la diffusion du virus» qui compte désormais plus de 6 000 cas dans 58 pays, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus
  • Le 25 juin, il avait estimé que la flambée ne justifiait pas de déclencher le plus haut niveau d'alerte de l'organisation

GENÈVE : Le patron de l'OMS a redit son inquiétude face à la flambée de variole du singe et annoncé qu'il convoquera le Comité d'urgence, qui doit l'aider à juger de la gravité de la crise au plus tard la semaine du 18 juillet.

"Concernant la variole du singe, je continue à être inquiet de l'échelle et de la diffusion du virus" qui compte désormais plus de 6 000 cas dans 58 pays, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'un point de presse à Genève.

Le 25 juin, il avait estimé que la flambée ne justifiait pas de déclencher le plus haut niveau d'alerte de l'organisation.

"Le dépistage demeure un défi, et il est fort probable qu'il y ait un nombre important de cas qui ne soient pas recensés", a souligné le Dr. Tedros, indiquant que l'Europe est l'épicentre de l'épidémie, avec plus de 80% des cas recensés dans le monde.

"En Afrique, des cas apparaissent dans des pays qui n'étaient auparavant pas affectés, et des nombres records sont recensés dans des endroits qui ont déjà eu affaire à la variole du singe", a-t-il ajouté.

Lors de sa réunion du 23 juin, le Comité avait jugé que la flambée de cas, bien que très inquiétante, ne constituait pas "une urgence de santé publique de portée internationale", le plus haut degré d'alerte de l'organisation.

Une recrudescence inhabituelle de cas de cette maladie virale a été détectée depuis mai en dehors des pays d'Afrique centrale et de l'Ouest où le virus est endémique.

La majorité des cas recensés en-dehors des zones endémiques concerne des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, même si des cas de personnes immunodéprimées et quelques enfants ont été recensés.

La variole du singe se manifeste par des symptômes grippaux et des éruptions cutanées, guérit généralement d'elle-même après deux ou trois semaines.


Une sécheresse historique met à nu les faiblesses de l'Italie

Vérone, une ville d'un quart de million d'habitants, a rationné l'usage de l'eau potable, tandis que Milan a décidé la fermeture de ses fontaines décoratives. (Photo, AFP)
Vérone, une ville d'un quart de million d'habitants, a rationné l'usage de l'eau potable, tandis que Milan a décidé la fermeture de ses fontaines décoratives. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Je n'ai jamais vu une sécheresse si prolongée. La situation est dramatique. Si le problème d'eau persiste, ma récolte risque d'être dévastée à 100%», redoute Gianluigi Tacchini
  • Depuis mai, la péninsule italienne est confrontée à une vague exceptionnellement précoce de chaleur assortie d'une absence de précipitations, notamment dans la plaine agricole du Pô, frappée par sa pire sécheresse depuis 70 ans

FERRARA: Fleuves asséchés, récoltes menacées, eau rationnée... Le nord de l'Italie, placé en état d'urgence climatique, est confronté à une sécheresse historique due au manque de pluie mais aussi à des infrastructures vieillissantes et au sous-investissement. 

« Je n'ai jamais vu une sécheresse si prolongée. La situation est dramatique. Si le problème d'eau persiste, ma récolte risque d'être dévastée à 100% », redoute Gianluigi Tacchini, un riziculteur de la bourgade de Santa Cristina e Bissone, à une quarantaine de kilomètres au sud de Milan. 

Déjà au printemps, la sécheresse se profilait car « il n'y avait pas de neige sur les montagnes et les lacs manquaient d'eau », ce qui l'a amené à diminuer de 50% sa culture de riz et à augmenter celle de tournesols, moins dépendants de l'irrigation. Obligé de faire des choix, il a sacrifié un champ de maïs. 

Les fournitures d'eau provenant du Lac de Côme « ont été réduites de 75% et nous n'avons aucune perspective, elles pourraient totalement s'arrêter si son niveau d'eau baissait encore », s'alarme M. Tacchini auprès de l'AFP. 

Les rizières, très gourmandes en eau, pourraient voir leur production réduite de 30% cette année, selon les calculs du syndicat agricole Coldiretti. 

Dans le delta du Pô, entre Venise et Saint-Marin (est), l'étiage du fleuve est tellement faible que l'eau de la mer Adriatique remonte jusqu'à 30 kilomètres à l'intérieur des terres, un record historique. 

Par endroits, l'Observatoire du Pô a relevé un niveau de sept mètres inférieur à sa cote habituelle. 

Etat d'urgence 

Depuis mai, la péninsule italienne est confrontée à une vague exceptionnellement précoce de chaleur assortie d'une absence de précipitations, notamment dans la plaine agricole du Pô, frappée par sa pire sécheresse depuis 70 ans. 

Lundi, le gouvernement a décrété l'état d'urgence dans cinq régions (Émilie-Romagne, Frioul-Vénétie Julienne, Lombardie, Vénétie et Piémont), dont quatre sont arrosées par le Pô, et annoncé le déblocage d'un fonds extraordinaire de 36,5 millions d'euros pour faire face à la sécheresse. 

Confrontées à la baisse du niveau du Pô, le plus grand réservoir d'eau de la péninsule dont une grande partie est utilisée par les agriculteurs, plusieurs communes ont annoncé des mesures de restriction : Vérone, une ville d'un quart de million d'habitants, a ainsi rationné l'usage de l'eau potable, tandis que Milan a décidé la fermeture de ses fontaines décoratives. 

Selon le syndicat Coldiretti, la sécheresse menace plus de 30% de la production agricole nationale et la moitié des élevages dans la plaine du Pô, où l'on produit notamment le jambon de Parme. 

« Sur la période janvier-mai, il est tombé sur le territoire national 44% de précipitations en moins, ce qui est sans précédent depuis la fin des années 1950 », souligne Francesco Cioffi, professeur associé au département d'hydrologie de l'université La Sapienza à Rome. 

« L'absence d’une politique efficace de gestion des ressources en eau au cours des dernières années » empire la situation, estime-t-il auprès de l'AFP, plaidant en favuer d'« un plan extraordinaire pour moderniser le système hydrique, le développement des outils de prévision ». 

Gaspillage d'eau 

Selon les dernières données en date de l'Institut national de statistiques Istat rendues publiques en 2020, 36% des réserves d'eau en Italie sont perdues chaque année en raison de la vétusté du réseau de canalisations et de stockage. Ce chiffre monte même jusqu'à plus de 70% pour la ville de Chieti, le chef-lieu des Abruzzes, sur la côte adriatique. 

Selon Francesco Cioffi, ce taux élevé de gaspillage s'explique par « l'absence de financement suffisant pour moderniser les réseaux, souvent vieux de plusieurs décennies, et par une gestion souvent fragmentée et inadéquate ». « Il aurait fallu investir davantage et mieux pour rendre le territoire national et le système économique et social du pays moins vulnérables à ces événements », estime-t-il. 

Il juge urgente la mise en place de « mesures d'économies, par exemple dans l'agriculture, par l'introduction de techniques d'irrigation plus efficaces, le recyclage de l'eau utilisée dans l'industrie, la séparation de l'eau potable de l'eau destinée à d'autres usages et la récupération des eaux de pluie à l'échelle des bâtiments individuels ». 

Autre conséquence de la sécheresse : la production d'énergie hydroélectrique a fortement chuté, alors que les installations hydroélectriques, situées pour la plupart dans les massifs montagneux du nord de l'Italie, produisent près de 20% de l'énergie dans ce pays. 


Le cordonnier de Kramatorsk, au travail malgré les bombes

Le cordonnier ukrainien Serguiï Kourtchiguine  dans son atelier de la ville de Kramatorsk le 5 juillet 2022. (Photo, AFP)
Le cordonnier ukrainien Serguiï Kourtchiguine dans son atelier de la ville de Kramatorsk le 5 juillet 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Après l'invasion de l'Ukraine le 24 février, nombre de commerces à Kramatorsk ont fermé et des milliers d'habitants de cette ville ont fui, y compris l'épouse et la fille de l'artisan cordonnier, parties pour l'Allemagne
  • «Un homme doit gagner de l'argent pour subvenir aux besoins de sa famille», insiste l'artisan cordonnier

KRAMATORSK: Assis devant une vieille machine à coudre dans son atelier rustique à Kramatorsk, ville de l'est de l'Ukraine d'où l'on entend les bombardements russes, le cordonnier Serguiï Kourtchiguine a l'un des rares commerces restés ouverts depuis le début de la guerre. 

Attaché à son métier appris dans les années 1970 avec des Arméniens à Kramatorsk, l'homme aux cheveux gris et à la moustache fine raconte qu'il ne se voit pas vivre sans venir travailler à l'atelier, même quand les bombardements semblent se rapprocher dans cette région du Donbass où avancent les forces russes. 

Après l'invasion de l'Ukraine le 24 février, nombre de commerces à Kramatorsk ont fermé et des milliers d'habitants de cette ville ont fui, y compris l'épouse et la fille de l'artisan cordonnier, parties pour l'Allemagne. 

Mais pour lui, il n'est pas question de faire ses valises. « Pas de travail, pas de divertissement ni de satisfaction », dit-il en actionnant sa machine du 19e siècle fonctionnant à la force du pied. 

« Un homme doit gagner de l'argent pour subvenir aux besoins de sa famille », insiste l'artisan cordonnier. Il garde le sourire et dit rendre service à ceux qui défendent le pays. 

« Quand des militaires ou des volontaires viennent me voir, je répare leurs chaussures mais je ne leur fais rien payer », dit-il, alors que quelques soldats discutent sur le trottoir d'en face. 

Cette guerre entre deux pays culturellement aussi proches que l'Ukraine et la Russie, « c'est absurde », lâche-t-il devant le panneau « réparation de chaussures » bleu et jaune -- les couleurs du drapeau ukrainien -- devant son atelier. 

C'est en 1976, à l'époque où l'Ukraine et la Russie faisaient partie de l'Union soviétique, que M. Kourtchiguine s'est lancé dans la cordonnerie. 

Encouragé par le succès de son commerce florissant, il a ouvert par la suite un deuxième atelier en ville. « Mais maintenant il n'y a plus personne là-bas », à cause de la guerre, dit-il. 

« Jusqu'à ma mort »  

Dans son petit atelier éclairé par un néon et orné d'un vieux poste de télévision, l'artisan reconnaît qu'il a très peu de clients en ce moment, « mais comme tout le monde me connaît ici, j'en ai toujours un ou deux qui viennent dans la journée ». 

Il trouve toujours de quoi s'occuper dans son atelier, dit-il en saisissant une paire de baskets abîmées sur une étagère. 

Autre conséquence du conflit, la forte inflation qui a « fait bondir le prix du cuir », raison pour laquelle il ne fabrique pas de chaussures en ce moment, se contentant des réparations. 

Pour garder la forme pendant les pauses au cours de la journée, un peu d'exercice fait du bien, dit-il en saisissant au sol un poids de quelques kilos avec lequel il fait quelques mouvements. 

Et il enchaîne en décrochant son extenseur de musculation aux ressorts en métal et aux poignées en bois dont l'âge avoisine celui de la vieille ponceuse bleue à l'entrée de l'atelier. 

Quand on lui demande ce qu'il compte faire de son commerce à sa retraite, ce sexagénaire qui refuse donner son âge exact répond qu'il n'en a pas la moindre idée. 

« Je continuerai à travailler jusqu'à ma mort, car sans travail il est très difficile de vivre », dit-il.