Pour l'artiste syrien Tammam Azzam, « Être un artiste est un rêve sans fin »

Dans la série de photomontages intitulée « Musée syrien » de 2013, Azzam a intégré de célèbres chefs-d'œuvre à des scènes représentant la destruction engendrée par la guerre civile qui se poursuit dans son pays, et a ainsi attiré l'attention de la communauté internationale. (Fourni)
Short Url
Publié le Dimanche 28 février 2021

Pour l'artiste syrien Tammam Azzam, « Être un artiste est un rêve sans fin »

  • Si les gens tiennent à discuter du « sens » ou du « message » des œuvres d'Azzam, c'est en partie parce que ses images sont particulièrement puissantes
  • Azzam a étudié les beaux-arts à l'université de Damas, avec une spécialisation en peinture à l'huile, passant au design graphique après avoir obtenu son diplôme

LONDRES : Chose étrange pour les artistes d'entendre les théories des gens sur leur art. Quand on parle à l’artiste syrien Tammam Azzam, on a l'impression que, bien qu'il soit heureux de s'engager dans une discussion et d'écouter, il n'est pas particulièrement intéressé à ajouter une couche de ressassement à ce qu'il a déjà exprimé sur la toile.

« Des fois, l'artiste lui-même ne parvient pas à comprendre un message parce qu'il n'y a pas de message – il s’agit simplement d’un langage visuel », dit-il. « Même moi, je ne sais pas exactement ce que cela signifie ».

Si les gens tiennent à discuter du « sens » ou du « message » des œuvres d'Azzam, c'est en partie parce que ses images sont particulièrement puissantes. Devant le montage photo intitulé « Bon voyage », où l'on voit un immeuble résidentiel syrien en ruines suspendu par des ballons devant les Twin Towers en feu, un flot de sentiments contradictoires vous envahit. M. Azzam expose le raisonnement qui sous-tend cette œuvre en disant que « cette pièce illustre le mal et le déséquilibre qui sévissent dans notre monde. Toutes les vies sont importantes, qu'elles soient américaines ou syriennes. Le 11 septembre est bel et bien commémoré chaque année. Mais qui commémore les victimes qui périssent en Syrie?"

photo
Si les gens tiennent à discuter du « sens » ou du « message » des œuvres d'Azzam, c'est en partie parce que ses images sont particulièrement puissantes (Fourni)

Dans la série de photomontages intitulée « Musée syrien » de 2013, Azzam a intégré de célèbres chefs-d'œuvre à des scènes représentant la destruction engendrée par la guerre civile qui se poursuit dans son pays. Il a ainsi attiré l'attention de la communauté internationale. À la question de savoir pourquoi il a juxtaposé « La nuit étoilée » de Vincent van Gogh avec les décombres d'un bâtiment bombardé, il répond  que « au-delà de mon amour et de mon admiration pour Van Gogh, j'ai choisi de montrer son ciel nocturne - débordant d'énergie et de mouvement - pour faire ressortir un contraste frappant entre la beauté et la destruction ».

Une autre image remarquable de la même série montre la pièce « Femmes de Tahiti dit aussi Sur la plage » de Paul Gauguin, transposée dans un paysage aride avec, en arrière-plan, une tente de réfugiés du HCR. « Cette pièce est inspirée des femmes qui s'assoient et qui attendent dans les camps – en vain », dit-il. « Les femmes de Gauguin étaient assises, contemplatives. Je les ai simplement placées dans un endroit, une situation et une atmosphère différents ».


L'attention de la communauté internationale s'est portée en grande partie sur l’ouvrage « Graffiti de la liberté », qui superposait le tableau « Le baiser » de Gustav Klimt à un immeuble en ruine. C'était le dernier ouvrage de la série. En effet, la publicité qu'il a suscitée a laissé Azzam stupéfait.

photo
160x240 cm, collage de papier sur toile, 2019 (fourni)

« C'est étrange. En tant qu'artiste, je créais une œuvre, c'est tout. Le secret derrière cette publicité m'échappe », dit-il. « J'ai passé un an à travailler sur ce projet et après l'ouvrage qui a incorporé le tableau de Klimt, j'ai senti qu'il était inutile d'aller plus loin », explique-t-il. « Je me demande toujours pendant combien de temps je vais employer cette technique et pourquoi ».

Azzam a étudié les beaux-arts à l'université de Damas, avec une spécialisation en peinture à l'huile. Après avoir obtenu son diplôme, il est passé au design graphique. La combinaison de ces deux disciplines imprègne nettement son travail, et il raconte que l'artiste syrien d'origine allemande Marwan Kassab Pashi – dont il a fréquenté l'atelier à l'université – a eu une influence majeure sur ses créations.

En 2011, Azzam a été contraint de fuir son pays. C'est la galerie Ayyam qui l'a aidé, ainsi que d'autres artistes, à refaire sa vie à Dubaï et à Beyrouth. Pour Azzam, le chagrin de quitter son pays a été aggravé par la perte de son atelier et de son matériel, sans compter le décalage au niveau des cultures.
 

photo
L’artiste syrien n'est pas particulièrement intéressé à ajouter une couche de ressassement à ce qu'il a déjà exprimé sur la toile. (Fourni)

« Ça m'a pris trois ans pour m'adapter à la vie à Dubaï. C'est un autre mode de vie et une autre mentalité. Tout était différent, et très cher. A Damas, j'avais mon studio et mes matériaux. À Dubaï, j'avais l'impression d'avoir tout perdu ; je ne pouvais plus me rendre dans le vieux souk où j'avais l'habitude d'acheter mon matériel », confie-il. « Avant Dubaï, je n'ai jamais envisagé de créer de l'art numérique, mais comme j'ai travaillé comme graphiste pendant 10 ans en Syrie, cela m'a aidé à faire ce changement ».

Au bout de cinq ans passés à Dubaï, il s'est installé en Allemagne en 2016, où il a suivi une formation à l'Institut Hanse pour les études avancées de Delmenhorst. Une fois de plus, il s'est retrouvé confronté au défi de s'adapter à un nouvel environnement, une nouvelle culture et une nouvelle langue. C'est en 2018 qu'il s'est installé à Berlin, où il vit actuellement. Sa famille est dispersée en raison de la guerre.

« Comme de nombreuses familles syriennes, nous sommes dispersés à travers le monde », dit-il. « C'est triste, mais ce n'est rien comparé aux misères des gens qui sont restés dans le pays et qui n'arrivent pas à le quitter. Mes parents sont restés dans notre village où mon père, écrivain, possède sa bibliothèque. Il continue d'écrire. Ils ne vivent pas dans une zone de conflit, et pourtant, la vie est difficile au quotidien avec à peine quelques heures d'électricité par jour et sans gaz pour chauffer la maison ».

photo
La prochaine exposition d’Azzam est prévue à la galerie Kornfeld de Berlin en avril. Elle occupe aujourd'hui une grande place dans les journées soigneusement structurées de l’artiste. (Fourni)

Il raconte que ses parents l'ont toujours soutenu dans son rêve de devenir artiste. « J'ai eu de la chance », dit-il. « C'était mon rêve depuis mon plus jeune âge. Être un artiste est un rêve qui ne connaît pas de fin ».

En Allemagne, il s'est récemment concentré sur l’art du collage. « C'était une nouvelle étape pour moi, un grand défi d'utiliser de nouveaux moyens d'expression », dit-il. Mais, même dans ce nouveau moyen d'expression, le message conserve toute sa cohérence. Une de ses œuvres récentes montre un bâtiment à la façade démolie, laissant entrevoir du papier peint, des murs peints et des tissus, tous exposés aux éléments. « Des bâtiments comme celui-ci, j'en ai vu tellement », dit-il. « Complètement détruits avec des intérieurs qui étaient autrefois vibrants de vie et de couleurs ».

La prochaine exposition d’Azzam est prévue à la galerie Kornfeld de Berlin en avril. Elle occupe aujourd'hui une grande place dans les journées soigneusement structurées de l’artiste.

« Je travaille tous les jours, tout seul. Travailler est très important pour moi, sinon je n’ai rien d’autre à faire », dit-il. « Je reste optimiste même avec les mauvaises nouvelles de tous les jours. Les bonnes choses vont de pair avec les mauvaises ».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Une artiste saoudienne au volant d'un nouveau projet d'art de rue à Djeddah

Shalimar Sharbatly réalisera des peintures sur une nouvelle série de véhicules dans le cadre de l'initiative « Draw a Nation » (Dessiner la Nation) (Photo, fournie).
Short Url
  • L'évènement « Draw a Nation » (ou Dessiner la Nation) s'inscrit dans le cadre des initiatives destinées à embellir le paysage urbain de Djeddah
  • L'objectif de cette initiative est de peindre des voitures et des véhicules anciens et abandonnés et de les transformer en œuvres d'art

RIYAD: Shalimar Sharbatly, peintre abstraite saoudienne qui a acquis une renommée mondiale pour sa peinture personnalisée sur carrosseries, réalisera une nouvelle série de peintures pour une édition prolongée de l'initiative « Draw a Nation »  (Dessiner la nation). Dans cette optique, elle a conclu un accord avec la municipalité de Djeddah.

Sharbatly est une pionnière de l'école « Moving Art » (l’Art en Mouvement).  Parmi ses œuvres personnalisées et peintes à la main figurent une Porsche 911, présentée au Mondial de l'automobile de Paris ainsi qu’une voiture de Formule 1, la « Torq » qui a été dévoilée lors du Grand Prix de Monaco 2017.

Les deux véhicules ont également été exposés au musée du Louvre à Paris, dans le cadre de l'exposition « Moving Art » en 2017.

Cependant, c'est surtout l'initiative « Draw a Nation » qui a valu à Sharbatly sa notoriété dans le Royaume, où elle a présenté nombre de ses véhicules décorés et peints à la main lors de la fête nationale saoudienne de l'année dernière.

C'est un accident dont elle a été témoin sur la plage de Djeddah qui lui a donné l'idée de recycler de vieilles voitures. Elle a auparavant confié à Arab News que la peinture sur les véhicules lui a permis de se donner un but.


La chanteuse américaine Alicia Keys chante une sérénade à des élèves en Arabie saoudite

La chanteuse détentrice d’un Grammy Award a visité l’Arabie saoudite à plusieurs reprises (Photo, Instagram).
Short Url
  • La chanteuse américaine Alicia Keys a présenté une prestation improvisée aux étudiants et au personnel saoudien de Madrasat AdDeera à AlUla
  • . La chanteuse primée a interprété son tube « Fallin' » devant les élèves et le personnel d'une école de filles

DUBAÏ: La chanteuse américaine Alicia Keys a présenté une prestation improvisée aux étudiants et au personnel saoudien de Madrasat AdDeera à AlUla.

La performance a été postée sur Instagram vendredi par le ministre saoudien de la Culture, le prince Badr ben Abdallah. La chanteuse primée a interprété son tube « Fallin' » devant les élèves et le personnel d'une école de filles.

La lauréate des Grammy Awards a effectué de nombreuses visites en Arabie saoudite.

En effet, Keys figurait parmi les têtes d'affiche de la Saison de Riyad 2019 (Riyadh Season 2019), aux côtés de Bruno Mars, Pitbull et John Legend qui ont tous donné des concerts dans la capitale.

Une photo récente, qui circule sur Twitter, montre que la chanteuse de « Girl on Fire » a séjourné dans le Royaume à une date encore plus récente.

La photo en question, publiée sur Twitter par le compte @dcantiheroes, est une capture d'écran datant du 9 avril et tirée des Instagram Stories de Hassan Ghoneim, personnalité médiatique saoudienne. On y voit ce dernier aux côtés d'Alicia Keys.

La photo qui a probablement été prise le week-end signifie que Keys se trouvait dans la ville quand le ténor italien Andrea Bocelli a donné un concert à AlUla, ville classée au patrimoine mondial de l'Unesco.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Le Point de vue de Larissa Aoun: "On ne vit pas"

Larissa Aoun, journaliste libanaise, correspondante à Beyrouth de Sky News Arabia (capture d'écran)
Short Url
  • Laryssa Aoun ne cache pas sa colère contre les « responsables irresponsables, incompétents » du Liban
  • Une interview exclusive pour Arab News en Français

Larissa Aoun ne cache pas sa colère contre les « responsables irresponsables, incompétents » du Liban, dans une interview exclusive pour Arab News en Français. La journaliste libanaise, correspondante à Beyrouth de Sky News Arabia garde cependant espoir pour son pays, grâce au peuple et surtout aux jeunes. D’ailleurs, c’est auprès de ses deux filles qu’elle se réfugie, pour une thérapie antistress.