Une artiste saoudienne peint le patrimoine national sur des rochers

Maha Al-Kafi, armée de pinceaux et de seaux de peinture et inspirée par le mouvement impressionniste, a orné de motifs géométriques et muraux les rochers de Qassim, Al-Duwadimi et Taïf. (Fourni)
Maha Al-Kafi, armée de pinceaux et de seaux de peinture et inspirée par le mouvement impressionniste, a orné de motifs géométriques et muraux les rochers de Qassim, Al-Duwadimi et Taïf. (Fourni)
Short Url
Publié le Jeudi 11 février 2021

Une artiste saoudienne peint le patrimoine national sur des rochers

  • L'artiste et professeure d'anglais à plein temps, membre de la Culture and Arts Society de Taïf depuis vingt-trois ans, a grandi à Qassim entourée d'art
  • «Je veux que mon art crée un sentiment d'appartenance et soit un vecteur d'échange culturel», explique Maha al-Kafi

DJEDDAH: L'art est spontané et tout peut être utilisé comme médium. Une artiste saoudienne a puisé dans la culture diverse et colorée du pays et s’est inspirée de son paysage naturel comme toile.

L'impressionnisme est considéré par de nombreux artistes comme l'un des mouvements les plus importants de la peinture moderne. Au lieu de peindre dans les limites des lignes et de rechercher la perfection dans les apparences visuelles, les impressionnistes utilisent des pinceaux lâches et plus légers et peignent «en plein air».

Maha al-Kafi, armée de pinceaux et de seaux de peinture et inspirée par le mouvement impressionniste, a orné de motifs géométriques et muraux les rochers de Qassim, Al-Duwadimi et Taïf. 

«Je travaille sur mon dernier projet, Painting on Rocks depuis deux mois dans le but de diffuser notre culture et notre patrimoine anciens à travers l'art décoratif et les inscriptions gravées et peintes autour de nous», a déclaré Maha al-Kafi à Arab News

L'artiste et professeure d'anglais à plein temps, membre de la Culture and Arts Society de Taïf depuis vingt-trois ans, a grandi à Qassim et a toujours été entourée d'art.

Elle a commencé à en apprendre davantage sur le sujet au collège, à lire pour enrichir ses connaissances et à explorer diverses formes d'art vers la fin de ses années de lycée.

Des oreillers et des couvertures décorés à la maison, des portes et des fenêtres gravées, des fleurs et des feuilles caractéristiques… Tous ont été des sources d’inspiration et se retrouvent dans les formes géométriques de son travail.

En bref

• L'artiste et professeure d'anglais à plein temps, membre de la Culture and Arts Society de Taïf depuis vingt-trois ans, a grandi à Qassim et a toujours été entourée d'art.

• Elle a commencé à en apprendre davantage sur le sujet au collège, à lire pour enrichir ses connaissances et à explorer diverses formes d'art vers la fin de ses années de lycée.

• Des oreillers et des couvertures décorés à la maison, des portes et des fenêtres gravées, des fleurs et des feuilles caractéristiques… Tous ont été des sources d’inspiration et se retrouvent dans les formes géométriques de son travail.

 

L’artiste s'est également inspirée des traditions d'autres régions dans l'espoir de faire connaître les formes géométriques inspirées de l'art visuel islamique du Sud et apporter à Najd la forme d'art populaire d'Asir, Al-Qatt al-Asiri.

«Je veux que mon art crée une unité, un sentiment d'appartenance, et qu’il soit un vecteur d'échange culturel. Je souhaite également contribuer à la Vision 2030 de notre Royaume, qui soutient les arts, y compris visuels, afin d’accentuer son rôle pour attirer les touristes à travers l'art et le patrimoine.»

Maha al-Kafi souhaite poursuivre l'initiative jusqu'à ce qu'elle voit ses roches colorées s’étendre à travers les villes saoudiennes, comme un hommage au patrimoine ornemental représenté dans les maisons, les portes et les mosquées du passé.

L’artiste peint également avec ferveur de nombreux portraits. En tant que membre du comité des professionnels des médias, elle aime créer des peintures inspirées de la vie de ses collègues journalistes et d'autres personnes influentes qui ont été une source d'inspiration dans les médias.

Son message aux jeunes artistes est de se fixer des objectifs et de les suivre, d’être convaincu du message qu'ils espèrent transmettre à travers leur art.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


«Et... Action !» : les séries audio, menace ou opportunité pour le 7e art ?

Longtemps considéré comme le parent pauvre du cinéma, le son s'affranchit désormais de l'image, porté par un marché du podcast et du livre audio en plein boom. (AFP)
Longtemps considéré comme le parent pauvre du cinéma, le son s'affranchit désormais de l'image, porté par un marché du podcast et du livre audio en plein boom. (AFP)
Short Url
  • Cette superproduction a fait le pari osé de transposer l'univers si cinématographique du super-héros dans celui du son uniquement
  • Du succès tonitruant de «Calls» à «L'employé» sur Spotify ou «Mon prince à la mer» sur Arte, les séries audio ne sont pas une nouveauté

PARIS: Les séries audio menacent-elle le 7e art ? Longtemps considéré comme le parent pauvre du cinéma, le son s'affranchit désormais de l'image, porté par un marché du podcast et du livre audio en plein boom.

La salle est rectangulaire, plongée dans le noir et entièrement insonorisée. En son centre, deux personnes se font face devant un micro. Entre elles, lové dans un fauteuil, un troisième homme les interrompt: "On la refait, moins lu cette fois. Et... Action !"

Bienvenue sur le tournage d'une session d'enregistrement de la fiction audio "Batman Autopsie". Diffusée sur Spotify au printemps, dans 9 pays, cette superproduction a fait le pari osé de transposer l'univers si cinématographique du super-héros dans celui du son uniquement.

Du succès tonitruant de "Calls" -- création Canal + -- à "L'employé" sur Spotify ou "Mon prince à la mer" sur Arte, les séries audio ne sont pas une nouveauté. Mais depuis quelques mois, leur production s'est accélérée et professionnalisée. Contes pour enfants, thrillers, comédies... A chaque fois, du contenu pour toutes les audiences.

«Complémentaire»?

"L'explosion des écoutes des contenus audio était déjà largement enclenchée mais a été accélérée par le confinement. Je pense que, plus que jamais, on avait besoin et on continue à avoir besoin de ces bulles, de cet espace intime qui nous permet de nous évader", avait déclaré en février à l'AFP -- au moment de la présentation à la presse de "Styx" leur nouvelle création audio -- Ainara Ipas, la patronne d'Audible France, propriété du géant Amazon.

Alors que les salles de cinéma n'ont toujours pas renoué avec leurs chiffres de fréquentation pré-Covid-19, ces séries audio menacent-elles le 7e art ?

"On est dans une pratique complémentaire. Écouter une série audio n'empêche pas d'aller au cinéma", estime auprès de l'AFP la productrice Léa Marchetti. Elle qui baigne depuis des années dans cet univers a co-réalisé, avec Charles de Cillia, "Bonne nuit ma douce", fiction audio épurée sortie le 23 juin.

Même tonalité pour l'étoile montante du cinéma tricolore Dali Benssalah, qui a prêté sa voix à Batman et également participé à la fiction "Styx": "C'est une nouvelle plateforme, c'est une nouvelle façon de divertir les gens et de raconter de belles histoires", avait-il confié à l'AFP.

«Sensations indépassables»

Depuis l'apparition du cinéma, "le son a toujours été pensé comme le complément indispensable à l'image", rappelle à l'AFP Daniel Deshays, un des grands spécialistes du son en France.

Aujourd'hui, les séries audio sont parvenues à une mini révolution: que le son se consomme seul.

"Le son renvoie chacun à sa mémoire personnelle, ce que ne fait pas l'image, souligne Daniel Deshays. On a découvert une conscience de l'écoute. Moment avec soi face à la surcharge sonore du monde. Le son nous extrait de ça et nous renvoie dans un autre univers".

"On est sur des usages connectés très simple d'accès, sur son téléphone et la tablette, et on va répondre à des attentes, notamment de personnes qui se sont éloignées de la lecture, physique ou numérique, qui sont un peu rebutées par la lecture. Principalement les hommes entre 18 et 35 ans, qui abandonnent massivement. L'audio va être un moyen pour eux de reconnecter avec ce type de contenus", analyse pour sa part Ainara Ipas.

Reste que pour l'historien du cinéma et professeur à l'université Lyon 2, Martin Barnier, rien ne remplacera l'expérience du cinéma. "Regarder Batman sur écran géant avec un son qui fait vibrer la salle, c'est une expérience unique. Même si vous avez un super casque chez vous, ça sera jamais au niveau d'une salle de cinéma. Ces sensations sont indépassables."


La dernière muse de Picasso mise en lumière au Doyenné de Brioude

Portraits de Jacqueline Roque par Pablo Picasso (photo, pablo-ruiz-picasso.net)
Portraits de Jacqueline Roque par Pablo Picasso (photo, pablo-ruiz-picasso.net)
Short Url
  • «Elle a le don de devenir peinture à un degré inimaginable», disait le peintre de la jeune galeriste de 45 ans sa cadette qu'il a épousée en 1961
  • L'exposition a le mérite de mettre en valeur le rôle essentiel de la dernière compagne de cet artiste collectionneur de femmes

BRIOUDE, France : Muse, compagne, modèle: Jacqueline Roque, la dernière épouse de Picasso, qui a marqué les 20 dernières années de sa vie, est mise en lumière au Doyenné de Brioude (Haute-Loire) qui lui dédie une exposition.

«Elle a le don de devenir peinture à un degré inimaginable», disait le peintre de la jeune galeriste de 45 ans sa cadette qu'il a épousée en 1961.

«Picasso, l'oeuvre ultime: hommage à Jacqueline» regroupe une cinquantaine de toiles, sculptures, gravures et céramiques prêtées par des particuliers ou le musée Picasso de Paris, visibles jusqu'au 16 octobre à Brioude, dans cette ancienne demeure médiévale classée monument historique.

Le couple se rencontre à l'été 1952 alors que cette jeune femme aux immenses yeux noirs s'occupe de la galerie Madoura à Cannes. Il a 71 ans, elle 26. L'artiste «est subjugué par sa beauté, son port de tête et son regard», écrit Jean-Louis Prat, le commissaire de l'exposition, dans l'album de présentation.

«L'âge venant, sa relative instabilité sentimentale qui a alimenté les gazettes et nourri le mythe du minotaure avide de chair fraîche qui lui collait à la peau, est remise en cause par sa rencontre avec Jacqueline», souligne la conservatrice Brigitte Léal dans ce livre.

L'exposition a le mérite de mettre en valeur le rôle essentiel de la dernière compagne de cet artiste collectionneur de femmes, dont le comportement fait parfois polémique à l'ère #metoo.

«L'œuvre ultime n'est pas une oeuvre tardive, il y a quelque chose qui fait que Picasso retrouve une vitalité, due à la présence de sa muse», explique à l'AFP Jean-Louis Prat, qui a lui-même connu Jacqueline.

A partir de 1953, avant leur mariage, Picasso la peint sans relâche, de manière frénétique. La seule année 1963, elle est représentée 160 fois dans ses oeuvres.

Le couple reste ensemble  jusqu'à la mort du peintre en 1973. Jacqueline, elle, se suicide en 1986 après avoir sombré dans la dépression.

«C'était une femme qui avait une personnalité, une intelligence, une vivacité. Elle avait en elle quelque chose de particulier, qui a été mis en évidence dans toutes les oeuvres que l'on voit d'elle», se souvient le commissaire de l'exposition, décrivant une femme «forte et frêle à la fois».

-«Secrète domination»-

Parmi les tableaux présentés, de nombreux portraits: en costume turc, en djellaba, en tenue d'Arlésienne, avec un chien ou un chat, coiffée de différents chapeaux, assise, les jambes repliées ou allongée.

«L'œuvre ultime est un témoignage de ce risque permanent que prend l'artiste porté jusqu'au bout par le désir de faire face et de dire sa vérité au quotidien», dit Jean-Louis Prat.

En 1955, Pablo Picasso se lance dans des variations d'un tableau célèbre d'Eugène Delacroix, «Les femmes d'Alger», fasciné par la ressemblance d'un des sujets avec Jacqueline. Dans ses variations du «Déjeuner sur l'herbe» et de «l'Olympia» de Manet, une femme jouant avec un oiseau ou un chat prend souvent les traits de sa muse.

«Cette compagne de tous les instants lui inspire aussi des sujets auxquels il n'aurait pas pensé des années plus tôt», explique Jean-Louis Prat. Comme ces nouveaux personnages de mousquetaires qui surgissent à partir de 1967, mi-espagnols, mi-hollandais ou «Le Matador» peint en 1970.

«On voit que c'est une muse active, par exemple à travers toutes les photos qu'elle a réalisées. Elle participe à la vie au quotidien. Elle est présente dans l'atelier, dans la maison, en permanence», ajoute-t-il.

L'exposition est jalonnée d'agrandissements de photographies prises par Jacqueline elle-même. Pour Brigitte Léal, «les tableaux empilés dans l'atelier et qu'elle s'amuse à photographier avec un incontestable talent apportent la preuve de sa secrète domination».


Les chenilles mopanes, bourrées en fer, rampent vers vos tables

Un jeune entrepreneur sud-africain change la façon dont les gens voient et mangent des chenilles mopane riches en protéines et en fer. (AFP)
Un jeune entrepreneur sud-africain change la façon dont les gens voient et mangent des chenilles mopane riches en protéines et en fer. (AFP)
Short Url
  • En Europe ou aux Etats-Unis, l'idée de manger vers ou insectes semble a priori peu ragoûtante
  • Une ingénieure chimiste sud-africaine, Wendy Vesela, a trouvé le moyen de mettre ces insectes riches en protéines et en fer au menu, les réduisant en farine pour en faire une poudre protéinée

JOHANNESBURG , Afrique du Sud : De dégoûtantes à délicieuses: une start-up sud-africaine ambitionne de changer la façon dont les chenilles nutritives, connues sous le nom de vers mopanes, sont perçues et consommées à travers le monde.

En Europe ou aux Etats-Unis, l'idée de manger vers ou insectes semble a priori peu ragoûtante.

Mais une ingénieure chimiste sud-africaine, Wendy Vesela, a trouvé le moyen de mettre ces insectes riches en protéines et en fer au menu, les réduisant en farine pour en faire une poudre protéinée.

Celle-ci est alors utilisée pour la préparation de biscuits, barres chocolatées, céréales ou encore smoothies. Cuites à la vapeur et coupées en tranches, les chenilles mopanes peuvent aussi être utilisées comme garniture pour pizza.

Alors que la consommation d'insectes et de vers conquiert de nouveaux terrains notamment en Occident, l'anthropologue alimentaire Anna Trapido met toutefois en garde contre la consommation de mopanes comme une «sorte d'aventure touristique où vous obtenez une médaille» pour avoir osé en manger.

«Les vers mopanes doivent être traités avec respect car ils véhiculent un bagage émotionnel et spirituel culinaire» venu d'Afrique australe, souligne la spécialiste.

Pour Wendy Vesela, originaire de la province du Limpopo (nord-est), ces chenilles font partie des aliments de base. Dans le parc national Kruger, proche de la ville où elle a grandi, elles sont considérées comme un mets délicat cuisiné en sauce avec des oignons et des tomates.

- Plus de fer qu'un steak -

L'entrepreneuse a séduit des clients dubitatifs avec ses biscuits et barres protéinées lors d'un récent salon de l'alimentation dans le quartier d'affaires de Sandton, à Johannesburg.

«Je ne mangerai pas un ver. Je suis désolée, c'est dégoûtant. Mais si vous me le donnez sous forme de chocolat... C'est vraiment délicieux», confiait Gail Odendaal, 38 ans, en repartant avec un stock de barres protéinées à base de chenilles.

Mme Vesela envisage désormais de se lancer dans l'élevage. Ces insectes n'ont besoin ni d'eau, ni de terre, juste un arbre, le mopane, qui pousse dans les régions chaudes et sèches d'Afrique australe et sur lequel les chenilles se nourrissent et se reproduisent.

Avec un élevage, Wendy Vesela pourrait avoir plusieurs récoltes par an. Pour l'instant, elle emploie des femmes dans les villages lorsque c'est la saison, en décembre et en avril. Les chenilles sont éviscérées, puis bouillies et séchées.

Les vers noirs et verts hérissés représentent «une source saine de protéines», assure Mme Vesela, appelant les consommateurs à «surmonter leurs peurs».

Egalement riches en lipides essentiels et en minéraux, elles sont une bien meilleure source de protéines que bien d'autres produits sur le marché, affirme la diététicienne Mpho Tshukudu: «elles contiennent plus de fer que le steak le plus cher».

Les mopanes «sont nettement plus riches en fer que n'importe quelles céréales pour petit-déjeuner prétendument enrichies en fer», confirme Mme Trapido.