Alexandre Najjar : « Le rayonnement du Liban ne dépend pas des «missiles» mais du talent de ses artistes »

L'écrivain libanais Alexandre Najjar  (Photo fournie)
L'écrivain libanais Alexandre Najjar (Photo fournie)
Short Url
Publié le Samedi 16 janvier 2021

Alexandre Najjar : « Le rayonnement du Liban ne dépend pas des «missiles» mais du talent de ses artistes »

  • L’Académie française vient de décerner son Grand Prix de la francophonie 2020 à l’écrivain et avocat libanais d’expression française
  • Un prix « qui couronne l’œuvre d’une personne physique francophone qui, dans son pays ou à l’échelle internationale, aura contribué de façon éminente au maintien et à l’illustration de la langue française »,

Il vient d’être récompensé par le Grand Prix de la Francophonie décerné par l'Académie française, un prix « qui couronne l’œuvre d’une personne physique francophone qui, dans son pays ou à l’échelle internationale, aura contribué de façon éminente au maintien et à l’illustration de la langue française », d’après la maison d’édition Plon avec qui il a signé plusieurs ouvrages en France.  Avocat, écrivain, dramaturge et responsable de L'Orient littéraire, Alexandre Najjar est né en 1967 au Liban. Il est l'auteur d'une trentaine de romans, récits, poèmes et biographies, traduits dans une douzaine de langues dont l'arabe. Arab News l’a rencontré à Beyrouth. 

 

Vous avez obtenu de nombreux prix dont la bourse de la Fondation Hachette 1990, le prix Méditerranée 2009, le prix Hervé Deluen, le prix France-Liban, le prix littéraire de l’Asie, le prix du Palais littéraire et la médaille d’or de la Renaissance française en 2020. Que représente  pour vous ce prix aujourd’hui ? Et en quoi est-il différent des précédents ?

Ce prix est important car il s'agit de l'un des Grands Prix de l'Académie. Pour moi, il est aussi très symbolique car il survient à un moment où le Liban se trouve dans une situation catastrophique, pour rappeler que la culture libanaise est bien vivante malgré les vents contraires et que son rayonnement ne dépend pas des "missiles", mais du talent de ses artistes comme Gibran Khalil Gibran, Feyrouz, Amin Maalouf, Gabriel Yared, Abdel Rahman Bacha, Marcel Khalifé et bien d'autres.

J'ai écrit dans L'Astronome : "Un pays ne meurt pas quand il est occupé, c'est quand sa culture disparaît qu'il meurt vraiment". C'est en continuant à défendre notre culture que nous sauverons le Liban.

 Vous êtes à la fois libanais, français, francophone et francophile. Dans ce rapport au pays, vous considérez-vous comme un écrivain français ou un écrivain libanais ? 

J'ai dit dans une conférence que je suis un peu comme un centaure, constitué de deux êtres différents mais complémentaires. Je suis Libanais et j'ai choisi la langue française comme patrie linguistique, comme moyen d'expression parce que j'en suis tombé amoureux et qu'elle est porteuse de messages hérités de tous ceux qui, depuis Du Bellay jusqu'à nos jours, en passant par Voltaire, Montesquieu, Hugo, Lamartine, Zola, Camus ou Sartre, ont défendu les libertés.

Vous avez publié La Couronne du diable,  paru en Mai aux éditions Plon où vous nous racontez la crise du Coronavirus vécue par un narrateur téléporté aux quatre coins du Globe. En tant qu’auteur et écrivain, sentez-vous que vous avez la mission de décrire voire de dénoncer, - à votre façon - le monde autour de vous ?  

Le romancier ne peut pas rester les bras croisés devant un tel phénomène. C'est vrai que l'accumulation de problèmes risque de le dégoûter et d'assécher son inspiration, mais il doit surmonter cet état pour témoigner et assumer sa responsabilité d'écrivain. J'ai écrit "La Couronne du diable" pour raconter le commencement de la pandémie, le premier acte de la tragédie. 9 mois après, rien n'a changé et c'est terrible : la Covid est devenue la norme tout en restant inconnue ; nous sommes désormais acculés à la subir et à nous adapter tant bien que mal en attendant les effets hypothétiques du vaccin. Les conséquences du coronavirus sont désastreuses et on n'en mesure pas encore toute l'ampleur sur les plans sanitaire, économique, éducatif et sociologique...

 Vous avez notamment écrit Le roman de Beyrouthle dictionnaire amoureux du Liban, une biographie du poète libanais Gibran Khalil Gibran et bien d’autres…. Le Liban n’est jamais oublié dans vos livres. Quel regard portez-vous sur la situation que traverse actuellement le pays (qui s’effondre à tous les niveaux) ? 

 Le Liban est en effet omniprésent dans mes livres. Je suis affligé et furieux de le voir dans cet état à cause d'une oligarchie irresponsable, corrompue et stupide qui a conduit le pays au désastre. L'explosion du port est une illustration cruelle de cette déliquescence. Mais nous devons rester debout, et le spectacle de tous ces jeunes qui ont spontanément accouru pour déblayer les rues de Beyrouth au lendemain de la catastrophe doit nous stimuler et nous empêcher de céder au désespoir.

Quels sont vos projets ?

Un roman, un recueil regroupant mes articles sur la francophonie et un opuscule à propos d'un ancêtre qui fut le premier médecin diplômé du Liban. J'ai aussi réuni mes écrits de jeunesse et mes éditoriaux parus dans L'Orient littéraire. Mais j'attends que ce satané brouillard se dissipe pour les publier !

 

 


Un projet de film sur les attaques perpétrées contre des mosquées en Nouvelle-Zélande soulève de l'indignation

Le site Deadline, consacré à l’actualité de Hollywood rapporte que l'actrice australienne, Rose Byrne (à gauche) va jouer le rôle d'Ardern, et que le Néo-Zélandais, Andrew Niccol (à droite) sera le scénariste et le réalisateur (AP/File Photos)
Le site Deadline, consacré à l’actualité de Hollywood rapporte que l'actrice australienne, Rose Byrne (à gauche) va jouer le rôle d'Ardern, et que le Néo-Zélandais, Andrew Niccol (à droite) sera le scénariste et le réalisateur (AP/File Photos)
Short Url
  • Le film se déroulerait dans les jours qui ont suivi les attentats meurtriers de 2019, qui ont fait 51 morts lors d’une fusillade dans deux mosquées de Christchurch
  • Le titre du film, They Are Us (Ils sont nous), est tiré des paroles prononcées par Arden elle-même lorsqu’elle s’est adressée à la nation peu de temps après les attentats

WELLINGTON : Un projet de film sur la réponse de la première ministre Jacinda Ardern aux attentats contre des fidèles  musulmans en Nouvelle-Zélande s’est attiré des critiques, dans le pays, vendredi, parce qu’il ne mettrait pas assez l’accent sur les victimes des attaques.  

Le site Deadline, consacré à l’actualité de Hollywood, rapporte que l’actrice australienne, Rose Byrne, est censée jouer le rôle de Jacinda Ardern dans le film « They Are Us », qui se cherche actuellement des acheteurs à l’international par le biais de la boîte de production new-yorkaise FilmNation Entertainment. 

Le film se déroulerait dans les jours qui ont suivi les attentats meurtriers de 2019, qui ont fait 51 morts et  49 autres blessés lors d’une fusillade dans deux mosquées de Christchurch.  

Selon Deadline, le long métrage serait centré sur la réaction de la Première ministre aux attaques, sur la façon dont la population s’est ralliée derrière son message de compassion et d’unité, ainsi que sur son appel réussi à bannir du pays certaines des armes semi-automatiques les plus meurtrières. 

Le titre du film, They Are Us (Ils sont nous), est tiré des paroles prononcées par Arden elle-même lorsqu’elle s’est adressée à la nation peu de temps après les attentats. Ce discours avait été salué dans le monde entier. 

En Nouvelle-Zélande, plusieurs personnes se disent préoccupés par ce projet de film, notamment Aya Al-Umari, dont le frère ainé Hussein a été tué dans les attaques. Critiquant le projet sur Twitter, elle a simplement écrit : Yeah, nah une expression utilisée en Nouvelle-Zélande pour dire « Non ». 

Abdigani Ali, un porte-parole de l’Association musulmane de Canterbury, affirme que la communauté sait que l’histoire de ces attentats doit être racontée, mais elle veut s’assurer qu’elle est racontée d’une manière appropriée, authentique et sensible. 

Tina Ngata, écrivaine et militante, a été plus directe dans ses propos, affirmant sur Twitter que le massacre de musulmans ne doit pas servir de toile de fond à un film sur « la force des femmes blanches. QUAND MEME ». 

Le bureau de la Première ministre a affirmé dans une brève déclaration que cette dernière et son gouvernement ne collaboraient aucunement au projet de film. 

Selon le site Deadline, c’est le scénariste Andrew Niccol qui écrira le scenario et dirigera le projet et que le script sera développé en consultation avec plusieurs membres des mosquées touchées par la tragédie. 

« Ce film traite de notre humanité commune. C’est pourquoi je crois qu’il s’adressera à tous, aux quatre coins du monde, explique Niccol à Deadline. « C’est un exemple de la façon dont on devrait répondre lorsqu’il y a une attaque contre nos frères et sœurs en humanité». 

Les représentants de Rose Byrne et FilmNation n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de Deadline pour des commentaires. Le rapport affirme que le projet sera filmé en Nouvelle-Zélande sans donner de date. 

Andrew Niccol est connu pour avoir écrit et réalisé « Gattaca » (Bienvenue à Gattaca, 1997), et pour avoir écrit The Terminal (Le terminal, 2004) et The Truman Show (Le show Truman, 1998), film pour lequel il a été sélectionné aux Oscars. Rose Byrne est connue pour ses rôles dans Spy (Espionne,2015) et Bridesmaids (Demoiselles d’honneur, 2011).  

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mort du réalisateur Dennis Berry, qui fut marié à Jean Seberg et Anna Karina

 Le réalisateur Dennis Berry (à droite) et l'actrice Anna Karina assistent à la projection de "He Ran All The Way" au cours de la deuxième journée du TCM Classic Film Festival 2016 le 29 avril 2016 à Los Angeles, Californie. (Photo, AFP)
Le réalisateur Dennis Berry (à droite) et l'actrice Anna Karina assistent à la projection de "He Ran All The Way" au cours de la deuxième journée du TCM Classic Film Festival 2016 le 29 avril 2016 à Los Angeles, Californie. (Photo, AFP)
Short Url
  • Né aux Etats-Unis, Dennis Berry vivait à Paris depuis les années 70
  • En tant que réalisateur, il a notamment signé en 1975 «Le Grand Délire» --son premier film-- avec Jean Seberg et Isabelle Huppert

PARIS: Le réalisateur, scénariste et acteur américain Dennis Berry, qui fut l'époux des icônes de la Nouvelle Vague Jean Seberg puis Anna Karina, est décédé samedi à 76 ans, a annoncé son agente à l'AFP dimanche.

"Le réalisateur Dennis Berry s'est éteint à Paris le 12 juin à 09h45. Entouré de tout l'amour de ses amis, il part retrouver Anna Karina", morte en 2019, a dit son agente Ouarda Benlaala.  

Né aux Etats-Unis, Dennis Berry vivait à Paris depuis les années 70. Il épouse en 1972 l'actrice américaine Jean Seberg, l'étudiante dont s'éprend Jean-Paul Belmondo dans "A bout de souffle" de Jean-Luc Godard en 1960. 

Le couple est déjà séparé à la mort de la comédienne à Paris en 1979.

En 1982, il se marie avec une autre icône de la Nouvelle vague, la Danoise Anna Karina, qui a joué dans plusieurs films de Jean-Luc Godard, dont "Pierrot Le Fou". C'est un quatrième mariage pour Anna Karina, et ce sera le dernier. En 2018, elle notait, un rien incrédule, "je suis mariée depuis près de 40 ans avec le même homme", lors d'un entretien avec l'AFP.

Dennis Berry, fils de John Berry, réalisateur lui aussi, a multiplié les petits rôles aux côtés de stars comme Alain Delon ou Jean-Paul Belmondo (dans "Borsalino") et même Johnny Hallyday et sous la direction de cinéastes comme Jules Dassin, Eric Rohmer, Jacques Rivette, Carlo Lizzani, Jacques Deray ou André Téchiné.

En tant que réalisateur, il a notamment signé en 1975 "Le Grand Délire" --son premier film-- avec Jean Seberg et Isabelle Huppert. En 2017, il consacre un documentaire à sa femme: "Anna Karina, souviens-toi". Son dernier film, "Sauvages", est sorti en 2019. 

Dennis Berry a par ailleurs réalisé plusieurs séries télévisées, comme "Highlander" --où Marion Cotillard effectue ses premiers pas dans un épisode en 1992--, "Stargate  Sg-1" ou "La Crim”.


«L'homme qui dévorait les colombes», exploration de l'impunité au Chili

L'accent est mis sur le jeu des acteurs - les Chiliens Carla Casali Escudero et Claudio Riveros Arellano - qui semblent tournés vers la lutte contre un silence et des non-dits écrasants. (Photo, AFP)
L'accent est mis sur le jeu des acteurs - les Chiliens Carla Casali Escudero et Claudio Riveros Arellano - qui semblent tournés vers la lutte contre un silence et des non-dits écrasants. (Photo, AFP)
Short Url
  • Après avoir fui la prison et la torture, cet homme brisé, qui a été témoin de la mort du jeune Rodrigo, décide de devenir par vengeance «un assassin d'assassins»
  • Rebolledo et sa troupe «abordent la question de la justice et surtout des cas d'impunité qui se sont produits en pleine démocratie»

MONTPELLIER: Après des années d'investigation dans les quartiers de Santiago, le metteur en scène chilien Cristian Flores Rebolledo sonde, dans une création à Montpellier, la violence et l'impunité dans un pays durablement marqué par la dictature (1973-1990) d'Augusto Pinochet.

Présentée vendredi en première mondiale à Montpellier, en espagnol surtitré en français lors du festival du Printemps des Comédiens, "El hombre que devoraba las palomas" ("L'homme qui dévorait les colombes") est basé sur un fait bien réel: la mort sous les balles d'une milice, après le retour de la démocratie, d'un jeune homme de 17 ans, Rodrigo Briones Ortiz le 12 octobre 1992.

Dans le troisième volet de sa trilogie "Justice, utopies et militantismes", le dramaturge de 38 ans et sa troupe "Los Barbudos (Les Barbus) "abordent la question de la justice et surtout des cas d'impunité qui se sont produits en pleine démocratie, ce qui relevait d'une continuité de la violence d'Etat sur les citoyens entre la période de la dictature et la démocratie", explique-t-il.

La pièce, fruit d'une résidence au théâtre montpelliérain de la Vignette, met en scène la rencontre de deux solitudes dans un refuge improbable et fragile, un château d'eau fissuré dans lequel Arturo tente en vain de capturer des colombes pour calmer sa faim.

Après avoir fui la prison et la torture, cet homme brisé, qui a été témoin de la mort du jeune Rodrigo, décide de devenir par vengeance "un assassin d'assassins".

Il voit surgir comme dans un rêve Alicia, une femme sans âge qui vit dans le déni de la violence de la société qui l'entoure.

L'accent est mis sur le jeu des acteurs - les Chiliens Carla Casali Escudero et Claudio Riveros Arellano - qui semblent tournés vers la lutte contre un silence et des non-dits écrasants.

Dans ce monde dominé par l'arbitraire, "nous sommes seuls, nous n'avons personne à qui parler", se désespère Alicia. Le dialogue qu'elle noue avec Arturo est pourtant un début de libération.

Titulaire d’une maîtrise en théâtre et arts de la scène de l'université du Chili, Cristian Flores Rebolledo est né, s'est construit et a découvert le théâtre dans le quartier populaire de La Victoria, à Santiago, connu pour avoir été un foyer de contestation politique et sociale, notamment sous la dictature.

«Théâtre politique et populaire»

Il y a puisé sa démarche artistique, un théâtre "populaire et politique", mélangeant enquêtes, documentaire et fiction.

Déjà invité à la Vignette en 2017 pour "Yo maté à Pinochet" ("J'ai tué Pinochet"), dans lequel il explorait les plaies béantes de son pays, le dramaturge présente également ce week-end à Montpellier le second volet de la trilogie, "un pais sin duelo" ("Un pays sans deuil").

Il y évoque les silences et les blessures de trois générations de femmes d'une même famille face à la torture et plus précisément aux sévices sexuels.

Augusto Pinochet est mort au Chili en 2006 sans avoir été jugé pour les crimes de son régime, qui a fait plus de 3 200 morts et 38 000 personnes torturées.

A travers un théâtre ancré dans la réalité des classes populaires, dans un pays marqué par de profondes inégalités sociales, le metteur en scène qui réside actuellement à Berlin, explore "les conséquences de la dictature et la nature de la transition vers la démocratie".

"Nous revenons vers le passé parce que cela nous intéresse de porter un nouveau regard et de poser de nouvelles questions sur cette période en rapport avec la réalité d'aujourd'hui".