Alexandre Najjar : « Le rayonnement du Liban ne dépend pas des «missiles» mais du talent de ses artistes »

L'écrivain libanais Alexandre Najjar  (Photo fournie)
L'écrivain libanais Alexandre Najjar (Photo fournie)
Short Url
Publié le Samedi 16 janvier 2021

Alexandre Najjar : « Le rayonnement du Liban ne dépend pas des «missiles» mais du talent de ses artistes »

  • L’Académie française vient de décerner son Grand Prix de la francophonie 2020 à l’écrivain et avocat libanais d’expression française
  • Un prix « qui couronne l’œuvre d’une personne physique francophone qui, dans son pays ou à l’échelle internationale, aura contribué de façon éminente au maintien et à l’illustration de la langue française »,

Il vient d’être récompensé par le Grand Prix de la Francophonie décerné par l'Académie française, un prix « qui couronne l’œuvre d’une personne physique francophone qui, dans son pays ou à l’échelle internationale, aura contribué de façon éminente au maintien et à l’illustration de la langue française », d’après la maison d’édition Plon avec qui il a signé plusieurs ouvrages en France.  Avocat, écrivain, dramaturge et responsable de L'Orient littéraire, Alexandre Najjar est né en 1967 au Liban. Il est l'auteur d'une trentaine de romans, récits, poèmes et biographies, traduits dans une douzaine de langues dont l'arabe. Arab News l’a rencontré à Beyrouth. 

 

Vous avez obtenu de nombreux prix dont la bourse de la Fondation Hachette 1990, le prix Méditerranée 2009, le prix Hervé Deluen, le prix France-Liban, le prix littéraire de l’Asie, le prix du Palais littéraire et la médaille d’or de la Renaissance française en 2020. Que représente  pour vous ce prix aujourd’hui ? Et en quoi est-il différent des précédents ?

Ce prix est important car il s'agit de l'un des Grands Prix de l'Académie. Pour moi, il est aussi très symbolique car il survient à un moment où le Liban se trouve dans une situation catastrophique, pour rappeler que la culture libanaise est bien vivante malgré les vents contraires et que son rayonnement ne dépend pas des "missiles", mais du talent de ses artistes comme Gibran Khalil Gibran, Feyrouz, Amin Maalouf, Gabriel Yared, Abdel Rahman Bacha, Marcel Khalifé et bien d'autres.

J'ai écrit dans L'Astronome : "Un pays ne meurt pas quand il est occupé, c'est quand sa culture disparaît qu'il meurt vraiment". C'est en continuant à défendre notre culture que nous sauverons le Liban.

 Vous êtes à la fois libanais, français, francophone et francophile. Dans ce rapport au pays, vous considérez-vous comme un écrivain français ou un écrivain libanais ? 

J'ai dit dans une conférence que je suis un peu comme un centaure, constitué de deux êtres différents mais complémentaires. Je suis Libanais et j'ai choisi la langue française comme patrie linguistique, comme moyen d'expression parce que j'en suis tombé amoureux et qu'elle est porteuse de messages hérités de tous ceux qui, depuis Du Bellay jusqu'à nos jours, en passant par Voltaire, Montesquieu, Hugo, Lamartine, Zola, Camus ou Sartre, ont défendu les libertés.

Vous avez publié La Couronne du diable,  paru en Mai aux éditions Plon où vous nous racontez la crise du Coronavirus vécue par un narrateur téléporté aux quatre coins du Globe. En tant qu’auteur et écrivain, sentez-vous que vous avez la mission de décrire voire de dénoncer, - à votre façon - le monde autour de vous ?  

Le romancier ne peut pas rester les bras croisés devant un tel phénomène. C'est vrai que l'accumulation de problèmes risque de le dégoûter et d'assécher son inspiration, mais il doit surmonter cet état pour témoigner et assumer sa responsabilité d'écrivain. J'ai écrit "La Couronne du diable" pour raconter le commencement de la pandémie, le premier acte de la tragédie. 9 mois après, rien n'a changé et c'est terrible : la Covid est devenue la norme tout en restant inconnue ; nous sommes désormais acculés à la subir et à nous adapter tant bien que mal en attendant les effets hypothétiques du vaccin. Les conséquences du coronavirus sont désastreuses et on n'en mesure pas encore toute l'ampleur sur les plans sanitaire, économique, éducatif et sociologique...

 Vous avez notamment écrit Le roman de Beyrouthle dictionnaire amoureux du Liban, une biographie du poète libanais Gibran Khalil Gibran et bien d’autres…. Le Liban n’est jamais oublié dans vos livres. Quel regard portez-vous sur la situation que traverse actuellement le pays (qui s’effondre à tous les niveaux) ? 

 Le Liban est en effet omniprésent dans mes livres. Je suis affligé et furieux de le voir dans cet état à cause d'une oligarchie irresponsable, corrompue et stupide qui a conduit le pays au désastre. L'explosion du port est une illustration cruelle de cette déliquescence. Mais nous devons rester debout, et le spectacle de tous ces jeunes qui ont spontanément accouru pour déblayer les rues de Beyrouth au lendemain de la catastrophe doit nous stimuler et nous empêcher de céder au désespoir.

Quels sont vos projets ?

Un roman, un recueil regroupant mes articles sur la francophonie et un opuscule à propos d'un ancêtre qui fut le premier médecin diplômé du Liban. J'ai aussi réuni mes écrits de jeunesse et mes éditoriaux parus dans L'Orient littéraire. Mais j'attends que ce satané brouillard se dissipe pour les publier !

 

 


Le PSG a enfin son nouvel entraîneur, Galtier aux commandes

Connu pour s'appuyer sur de solides défenses et des contres très rapides, Christophe Galtier aura quelques jours devant lui avant de croiser l'armada offensive du groupe (Photo, AFP).
Connu pour s'appuyer sur de solides défenses et des contres très rapides, Christophe Galtier aura quelques jours devant lui avant de croiser l'armada offensive du groupe (Photo, AFP).
Short Url
  • Christophe Galtier devient le 3e Français de l'ère qatarienne après Antoine Koumbouaré, rapidement débarqué en 2011, et Laurent Blanc (2014-16)
  • Il sera présenté en conférence de presse à 14h00 au Parc des Princes

PARIS: Le Paris SG a enfin son nouvel entraîneur: au terme d'un interminable feuilleton conclu par la démission de l'Argentin Mauricio Pochettino, le club parisien va introniser mardi Christophe Galtier avec un objectif évident, absolu, prioritaire, la Ligue des champions.

Le Français de 55 ans, qui selon une source ayant connaissance du dossier s'est engagé pour deux saisons avec le champion de France, sera présenté en conférence de presse à 14h00 au Parc des Princes. Il est le symbole d'une nouvelle approche, moins "bling-bling", pour le club parisien même si l'ex-entraîneur de l'OGC Nice dispose toujours d'un effectif de luxe.

Il aura donc fallu un mois et demi, après l'annonce fracassante de la prolongation de la superstar Kylian Mbappé, pour que le navire-amiral de Qatar Sport Investment (QSI) boucle le remaniement quasi-complet de son organigramme.

Sollicité par l'AFP, le PSG n'a pas confirmé la signature de son nouveau technicien, ni le départ de son prédécesseur argentin après seulement un an et demi aux commandes.

Mais lundi soir, il n'a pas non plus cherché à cacher l'arrivée de Galtier face aux caméras des fans et des médias, aux côtés du nouveau conseiller sportif Luis Campos, dans la cour de la "Factory", le siège administratif du club à Boulogne-Billancourt, au sud-ouest de Paris.

Régulier mais inexpérimenté

Le duo Campos-Galtier se connaît bien pour avoir travaillé à Lille, posant les jalons du titre surprise du Losc en Ligue 1 en 2021. Il doit symboliser la "fin des paillettes" et le retour à la "réalité" promis par le président parisien Nasser Al-Khelaïfi dans un entretien au Parisien.

Le dirigeant qatarien fait le choix d'engager l'un des techniciens les plus réguliers de la dernière décennie en France, mais sans doute aussi le coach le moins expérimenté sur la scène européenne de l'ère QSI.

"Galette" a été arraché au projet niçois d'Ineos, après une seule saison correcte, mais pas extraordinaire. Le technicien a emmené son équipe jusqu'en finale de Coupe de France, perdue contre Nantes (1-0), et à la 5e place de L1, synonyme de Ligue Europa Conférence.

Les négociations ont été âpres: il a d'abord fallu trouver un accord financier avec le club niçois, peu enclin à laisser partir son entraîneur libre, malgré une saison mitigée. Puis négocier le départ de Pochettino et de son staff, à qui il restait un an de contrat: ce pan du dossier a empêché le PSG d'officialiser l'arrivée de Galtier plus tôt, quand bien même Nice avait annoncé son départ depuis le 27 juin.

3e Français de l'ère QSI

En parallèle, la tenace rumeur de l'arrivée de Zinédine Zidane a été difficile à éteindre. Le président Al-Khelaïfi a tenté de le faire dans un entretien au quotidien Le Parisien, en assurant qu'il n'avait "jamais" exploré cette piste, préférant un coach "qui sera le meilleur pour ce que nous voulons mettre en place".

Galtier devient le 3e Français de l'ère qatarienne après Antoine Koumbouaré, rapidement débarqué en 2011, et Laurent Blanc (2014-16).

Réputé bon meneur d'hommes, même s'il n'a jamais eu autant de stars sous ses ordres, ce Marseillais d'origine a beaucoup à prouver: il pâtit d'une expérience européenne limitée, avec aucune victoire en six rencontres de Ligue des champions, l'obsession des propriétaires qatariens.

Connu pour s'appuyer sur de solides défenses et des contres très rapides, Galtier aura quelques jours devant lui avant de croiser l'armada offensive du groupe. Mbappé, Neymar et Lionel Messi, qui ont joué en sélection en juin, ont bénéficié d'une semaine supplémentaire de vacances.

Pour les autres, comme Marco Verratti, Georginio Wijnaldum ou encore la nouvelle recrue Vitinha, l'heure de la reprise a sonné, avec au programme une succession de tests médicaux et physiques entre lundi et mardi.

La préparation des Parisiens pour la saison 2022/23 passera par un match amical contre Quevilly-Rouen (L2) le 15 juillet (17h00), puis une tournée au Japon à partir du 16 juillet. La première rencontre officielle est programmée à Tel-Aviv pour le Trophée des champions, le 31 juillet contre Nantes.


Musique contemporaine: la fermeture du centre de création musicale de Nice actée

Dirigé de 2000 à 2020 par le compositeur François Paris, le Cirm organisait depuis 1978 le festival Manca, consacré à la musique classique contemporaine. (Twitter: @Cirm_Nice)
Dirigé de 2000 à 2020 par le compositeur François Paris, le Cirm organisait depuis 1978 le festival Manca, consacré à la musique classique contemporaine. (Twitter: @Cirm_Nice)
Short Url
  • Le Conseil d'administration, qui s'est réuni jeudi, «a voté la fin de l'activité du Cirm à la fin 2022»
  • Le Cirm, créé par Jean-Étienne Marie en 1968, est l'un des huit sites en France à posséder depuis 1997 le label de Centre national de création musicale

NICE: Le Centre international de création musicale (Cirm) de Nice, l'un des huit centres nationaux de création musicale qui organisait depuis 1978 le festival Manca de musique contemporaine, va cesser ses activités à la fin de l'année, selon des sources concordantes. 

Le Conseil d'administration, qui s'est réuni jeudi, « a voté la fin de l'activité du Cirm à la fin 2022 », a-t-on appris auprès de Camille Giuglaris, directeur technique et représentant du personnel. 

« Le matériel du Cirm va aller au conservatoire régional de Nice et le patrimoine, à savoir les nombreux enregistrements, iront à l'Université Côte d'Azur, tous deux partenaires », a ajouté M. Giuglaris, qui dénonce « un gâchis » et s'interroge sur « les conditions de cession et l'avenir de ce patrimoine ». 

Les trois salariés restants devraient quitter leur emploi dans le cadre d'un licenciement économique, a encore précisé M. Giuglaris. 

Le Cirm, créé par Jean-Étienne Marie en 1968, est l'un des huit sites en France à posséder depuis 1997 le label de Centre national de création musicale. Dirigé de 2000 à 2020 par le compositeur François Paris, le Cirm organisait depuis 1978 le festival Manca, consacré à la musique classique contemporaine. 

A sa présidence depuis un an, Sylvain Lizon, qui évoque des « difficultés structurelles », déplore que « le Cirm n'ait pas connu le développement qu'ont connu les autres centres nationaux, comme celui de Marseille », le GMEM (Groupe de musique expérimentale de Marseille). 

M. Lizon, par ailleurs directeur de la Villa Arson à Nice, assure que la musique contemporaine « continuera à vivre à Nice » et qu'une « mission de préfiguration » a été mise place. 

Jointe par l'AFP, Bénédicte Lefeuvre, directrice régionale des affaires culturelles, a indiqué que la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) « soutient l'initiative qui va consister à préserver la création contemporaine à Nice » sans donner de précisions. 

Le Cirm disposait d'un budget d'environ 700 000 euros, assuré à parité par l'Etat à travers la Drac et les collectivités (ville de Nice, département et région). 

Interpellée jeudi par les élus Verts qui s'émeuvent de la disparition d'un « nouveau lieu de culture » à Nice alors que la ville est candidate au label de capitale européenne de la culture en 2028, Anthony Borré, Premier adjoint au maire a assuré que la ville « n'a jamais fait défaut au Cirm » et « n'est pas décisionnaire » et « va poursuivre son soutien financier à la recherche musicale ». 


Malgré l'orage, les «Eurocks» confiants en l'avenir

Les festivités ont repris samedi (Photo, Instagram @eurocksensolo).
Les festivités ont repris samedi (Photo, Instagram @eurocksensolo).
Short Url
  • «C'était une édition très particulière»
  • Les soirées des samedi et dimanche ont affiché complet avec 60.000 festivaliers au total

BELFORT: Après une édition meurtrie par un très violent orage jeudi qui a fait sept blessés et entraîné l'annulation de deux des quatre soirées de concerts, les organisateurs des Eurockéennes ont affirmé dimanche regarder vers l'avenir avec "de nombreuses raisons d'espérer".

"C'était une édition très particulière", a déclaré dimanche soir le président du festival, Matthieu Pigasse, lors d'une conférence de presse sur le site des Eurockéennes.

Après deux éditions annulées pour cause de Covid, cette 32e édition devait signer le grand retour des "Eurocks", sacrées en mars 2020 "meilleur festival" au monde aux Arthur Awards.

Mais jeudi, avant même le premier concert, un violent orage s'est abattu sur la presqu'île du Malsaucy, au pied des Vosges, où se tient le festival belfortain.

Des tentes du camping se sont envolées, des arbres ont été arrachés et une tour métallique portant du matériel électrique est tombée sur des festivaliers, faisant sept blessés, dont un grave.

"Cet épisode météorologique d'une violence rare, imprévu et imprévisible, nous a conduits à annuler les soirées de jeudi et vendredi, c'est-à-dire à peu près deux tiers des 54 concerts prévus sur l'ensemble festival", a rappelé M. Pigasse. Stromae, le duo Bob Sinclar et Pedro Winter, Nick Cave ou encore Clara Luciani n'ont ainsi pas pu se produire.

"La reprise du festival était difficile parce qu'un coup de vent de cette ampleur nécessite de vérifier la sécurité des structures", a relevé le préfet du Territoire de Belfort, Raphaël Sodini, saluant le "remarquable esprit de responsabilité" de l'équipe d'organisation.

Les festivités ont repris samedi avec une "incroyable énergie, aussi bien au niveau du public que des artistes", a constaté le programmateur Kem Lalot. "Izïa a tout donné, les Last Train ont fait un concert fantastique, Meute à remplacé au pied levé Foals sur la grande scène, et ce soir on finit en apothéose avec Muse".

Le groupe Britannique, qui sortira son nouvel album "Will of the people" en août, avait fait sa première grande scène européenne aux "Eurocks" en 2001.

Les soirées des samedi et dimanche ont affiché complet avec 60.000 festivaliers au total.

"On a de nombreuses raisons d'espérer et d'être confiants en l'avenir: la première ce sont les festivaliers, venus en nombre après l'annulation, et la deuxième c'est la force du collectif des Eurocks, le sens des responsabilités et le sang froid dont a fait preuve l'équipe", selon Matthieu Pigasse.

Après trois années difficiles, le directeur du festival, Jean-Paul Roland, entend regarder vers l'avenir. Pour l'année prochaine, les Eurockéennes tenteront de mettre en place des "mécanismes de mutualisation" entre plusieurs festivals, "pour mutualiser les équipes techniques", alors que la main d'oeuvre se raréfie.

Par ailleurs, les organisateurs on l'intention de renouveler dès septembre les "Résidences secondaires", mini-festival qui a accueilli 5.000 spectateurs, testé en 2021.