Afghanistan: les talibans s'en prennent aux ONG venant en aide aux femmes

Sur cette photo prise le 22 février 2021, des femmes portant des burqas marchent le long d'une route dans le district d'Arghandab de la province de Kandahar. Les talibans s'en prennent aux ONG venant en aide aux femmes. JAVED TANVEER / AFP
Short Url
Publié le Jeudi 04 mars 2021

Afghanistan: les talibans s'en prennent aux ONG venant en aide aux femmes

  • A Doha, où ils négocient avec le gouvernement afghan un accord de paix, les talibans se disent prêts à garantir les droits des femmes
  • Mais en Afghanistan, les ONG constatent au contraire ces derniers mois qu'ils ont durci leur position

KABOUL : A Doha, où ils négocient avec le gouvernement afghan un accord de paix, les talibans se disent prêts à garantir les droits des femmes. Mais en Afghanistan, les ONG constatent au contraire ces derniers mois qu'ils ont durci leur position.

Les insurgés ont rendu l'accès aux territoires qu'ils contrôlent plus difficile, ordonné la fermeture de programmes promouvant l'autonomie des femmes et interdit par endroits aux ONG d'employer du personnel féminin, ont indiqué plusieurs de ces organisations.

Les talibans "donnent l'impression d'avoir changé et c'est un exemple vraiment concret que ce n'est pas le cas", déplore un responsable afghan d'une grande organisation internationale. L'AFP a parlé à des représentants d'une dizaine d'ONG, qui ont tous requis l'anonymat par peur de représailles.

Tous décrivent une détérioration de la situation, depuis la signature à Doha en février 2020 de l'accord entre Washington et les talibans sur le retrait total des forces américaines d'ici mai, et plus encore ces derniers mois. Les talibans espèrent revenir au pouvoir et instaurer un régime fondé sur la loi islamique, encadrant les droits des femmes.

"L'Islam a offert aux femmes tous les droits basiques comme l'éducation, le travail, la possession, le commerce", assurait en décembre devant un centre de recherche qatari le mollah Abdul Ghani Baradar, leur co-fondateur.

Mais la communauté internationale se rappelle que quand ils étaient au pouvoir, entre 1996 et 2001, les femmes ne pouvaient ni travailler, ni étudier, et celles accusées d'adultère étaient lapidées. Elle a donc fait du respect des droits des femmes un élément clé des négociations inter-afghanes, qui ont débuté en septembre au Qatar mais sont aujourd'hui au point mort.

Une lettre, datant de novembre, de la commission talibane dédiée aux organisations humanitaires, dont l'AFP a obtenu copie, tend à montrer que les talibans manient le double langage. "Les ONG qui sortent les femmes de leur maison au nom de l'indépendance économique, de l'éducation ou du sport (...) ne sont en aucun cas acceptables", y est-il écrit.

"Comme une gifle"

Ce ton a déstabilisé les ONG, qui avaient graduellement trouvé un modus vivendi avec les talibans leur permettant d'aider dans certains endroits les femmes, parfois même avec des projets éducatifs. "C'est comme une gifle de lire ça", réagit une employée d'une organisation étrangère venant en aide aux communautés isolées.

Si la pression contre ce type d'activités n'a "rien de nouveau", observe un haut responsable humanitaire, le changement tient au fait que cela devient "bien plus officiel et répandu". Dans cette lettre, la commission se dit prête à "prendre les mesures nécessaires" à l'encontre des ONG qui contreviendraient à ses consignes.

Le message a été bien reçu et plusieurs travailleurs humanitaires ont déclaré avoir été contraints d'abandonner des programmes dans certaines zones. "Quand tu reçois une lettre des talibans, ce ne sont pas des rigolos du tout, il faut l'appliquer", assure un haut responsable d'une autre organisation étrangère.

Parallèlement, les talibans ont bloqué l'accès de certaines zones au personnel féminin des ONG. Selon deux organisations, les insurgés ont dit avoir reçu ces ordres de leur bureau politique au Qatar. "Nous avons tout fait pour les convaincre, mais ils ont dit non", précise un responsable humanitaire œuvrant dans le nord du pays.

Sans personnel féminin, les ONG ne peuvent plus travailler avec les femmes, car les talibans refusent qu'elles soient vues par des hommes n'étant pas membres de leur famille. Une employée d'une autre organisation internationale regrette ainsi de n'avoir pu "atteindre que les hommes" dans des zones talibanes au nord.

"Des mots sensibles"

Son ONG a dû se résoudre, pour un nouveau projet, à ne pas recruter de femmes, car "il n'y a aucun intérêt à engager quelqu'un pour rester assis au bureau". Si l'accès des humanitaires aux femmes n'a jamais officiellement été autorisé par les talibans, il se discutait jusqu'ici à l'échelon local entre les communautés et les chefs insurgés du coin.

Dans les zones où les talibans sont plus flexibles, les employées afghanes des ONG doivent porter la burqa et être accompagnées d'un "mahram", un chaperon masculin de leur famille. Pour elles, la pression est constante. "Nous n'utilisons pas les termes +droits humains+ ou +droits des femmes+, car ce sont des mots sensibles", raconte une jeune femme qui se dit terrifiée à chaque fois qu'elle se rend en territoire taliban. "Je peux voir (la peur) sur le visage de toutes mes collègues", ajoute une autre salariée afghane d'une organisation internationale.

D'autres projets humanitaires ont récemment dû être annulés, les talibans ayant multiplié les tracasseries administratives. Comme plusieurs humanitaires, Andrew Watkins, analyste à l'International Crisis Group, établit un lien avec le processus de paix. Leur "légitimité" en ayant été renforcée, les talibans tentent "de se présenter comme une entité gouvernante". Cette attitude ne préjuge toutefois pas de leur politique future, pense Rahmatullah Amiri, un expert indépendant afghan, pour qui ils devraient se montrer plus permissifs que par le passé s'ils reviennent au pouvoir.

Ils "autoriseront les femmes à aller à l'université et étudier (...) mais sous certaines conditions", comme l'absence de classes mixtes et le port obligatoire du hijab, prévoit-il. Ils seraient aussi prêts à les laisser tenir des emplois de médecins, sages-femmes, infirmières, commerçantes ou fonctionnaires, pour peu qu'ils soient non-mixtes. Mais tout cela, dit-il, ne sera décidé qu'après la guerre.


Le prince Philip enterré samedi prochain, Harry présent sans Meghan

Une photographie du prince Philip de Grande-Bretagne, duc d'Édimbourg, est placée parmi les hommages floraux à l'extérieur du château de Windsor. (AFP)`
Short Url
  • Seules 30 personnes, sans doute ses quatre enfants (Charles, Anne, Andrew et Edward), et ses petits-enfants, y assisteront en vertu des règles liées à la pandémie de coronavirus
  • La population sera invitée à observer une minute de silence à 14H00 GMT (15H00 de Londres), au début de la cérémonie

LONDRES : Sans faste, la famille royale britannique fera ses adieux au prince Philip, époux d'Elizabeth II, samedi prochain lors d'obsèques privées au château de Windsor, en présence du prince Harry mais sans son épouse Meghan.

Ses funérailles se dérouleront à 15H00 locales (14H00 GMT) dans la chapelle St George, au château de Windsor, à une quarantaine de kilomètres à l'ouest de Londres, a indiqué la famille royale samedi. C'est dans cette résidence royale que le duc d'Edimbourg, forte personnalité qui aura montré un soutien indéfectible à la couronne pendant plus de sept décennies, s'est éteint "paisiblement" vendredi matin, deux mois avant ses 100 ans.

Seules 30 personnes, sans doute ses quatre enfants (Charles, Anne, Andrew et Edward), et ses petits-enfants, y assisteront en vertu des règles liées à la pandémie de coronavirus. 

Le prince Harry, qui vit en Californie après son retrait fracassant de la monarchie il y a un an sera présent. En revanche son épouse Meghan, qui est enceinte, restera aux Etats-Unis. Son médecin lui a conseillé de ne pas se rendre au Royaume-Uni pour les funérailles, a déclaré un porte-parole du palais.

Afin de "permettre au plus grand nombre de membres de la famille possible d'assister aux funérailles", le Premier ministre Boris Johnson n'y assistera pas, ont indiqué ses services.

La population sera invitée à observer une minute de silence à 14H00 GMT (15H00 de Londres), au début de la cérémonie. Celle-ci se tient quatre jours seulement avant le 95e anniversaire de la reine, que le prince Philip avait épousée en 1947, il y a 73 ans.

"Comme vous pouvez l'imaginer, il manque énormément à ma famille et à moi", a déclaré le prince Charles, héritier de la couronne, lors d'une courte déclaration télévisée. Il a loué le "service remarquable et dévoué à la reine à (sa) famille et au pays" les sept dernières décennies.

"Mon cher papa était une personne très spéciale qui, je pense, aurait été stupéfaite par les réactions et les choses touchantes qui ont été dites à son sujet", a ajouté le prince Charles.

Deuil national 

Depuis la mort du prince Philip, le pays a débuté un deuil national qui durera jusqu'au lendemain des funérailles. 

Les hommages ont commencé samedi. Depuis la Tour de Londres au bord de la Tamise, les châteaux d'Edimbourg ou Belfast, dans l'enclave britannique de Gibraltar, sur les navires de la Royal Navy, où il avait servi pendant la Seconde Guerre mondiale, les coups de canon ont retenti 41 fois à la mi-journée en hommage à celui qui était devenu le patriarche de la famille royale britannique, après être né prince de Grèce et du Danemark à Corfou.

Silencieuse, Elizabeth II a reçu la visite de ses fils, les princes Andrew et Edward, au château de Windsor samedi. "La reine a été fantastique", a déclaré visiblement émue, Sophie, l'épouse du prince Edward, à des journalistes en quittant le château en voiture.

Le prince Charles s'y était rendu vendredi.

Connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, le prince Philip s'est fait remarquer pour ses propos provocateurs parfois teintés de racisme ou de sexisme. 

Mais les Britanniques retiennent aussi son inlassable dévouement à une monarchie qu'il a contribué à moderniser et humaniser, et sa présence, en retrait mais sans faille, aux côtés de la souveraine.

"Il représentait la stabilité mais aussi le plaisir, le sens de l'humour, que nous donnons parfois l'impression d'avoir perdu", a confié Heather Bridge, 65 ans, à l'AFP près de la Tour de Londres. 

Accusations d'Harry et Meghan 

Le prince Philip a participé à plus de 22 000 engagements publics officiels depuis l'accession de son épouse au trône en 1952. Il détenait depuis 2009 le record de longévité pour un prince consort.

Elizabeth II doit désormais affronter seule les crises qui ébranlent la famille royale britannique, telle que les récentes critiques de son petit-fils Harry et de Meghan envers "La Firme", surnom de la monarchie, accusée de racisme et de manque de soutien pour sa femme. 

Cette dernière a confié dans un entretien choc à la productrice américaine Oprah Winfrey début mars avoir eu des pensées suicidaires.

Harry, et son épouse Meghan, qui est métisse, ont évoqué le racisme d'un membre de la famille royale qui se serait interrogé sur la couleur de peau de leur enfant à naître, précisant hors caméra qu'il ne s'agissait ni de la reine ni de son époux.

Harry, 36 ans, s'était aussi dit "vraiment déçu" par le manque de soutien de son père, le prince Charles, qui avait cessé un temps de lui répondre au téléphone, et avait révélé s'être éloigné de son frère William.

Samedi, le compte Twitter de la famille royale a partagé plusieurs photos de la reine avec son époux à l'occasion de moments marquants de leur vie. Comme en 1997, pour leur 50e anniversaire de mariage, quand celle qu'il surnommait "Lilibet" avait confié: "Il a été tout simplement ma force et mon soutien toutes ces années".


L'île de Saint-Vincent sous d'épaisses cendres après l'éruption de son volcan

L'île de Saint-Vincent. (AFP)
Short Url
  • Plus de 3 200 personnes étaient réfugiées dans des centres d'accueil d'urgence, installés à la hâte dans des écoles ou des églises, a déclaré le Premier ministre Ralph Gonsalves dans une allocution sur la radio locale NBC
  • Une première éruption explosive s'est produite vendredi matin, provoquant des colonnes de fumée jusqu'à 8 km de haut, suivie d'une seconde plus petite

ANTIGUA ET BARBUDUA : L'île de Saint-Vincent était couverte de cendres samedi au lendemain d'une violente éruption volcanique qui a imposé l'évacuation dans la panique de milliers d'habitants de ce territoire des Petites Antilles.

Plus de 3 200 personnes étaient réfugiées dans des centres d'accueil d'urgence, installés à la hâte dans des écoles ou des églises, a déclaré le Premier ministre Ralph Gonsalves dans une allocution sur la radio locale NBC.

"Nous faisons face à une énorme opération", a-t-il ajouté en décrivant les multiples défis posés par l'éruption du volcan la Soufrière: couche épaisse de cendres, coupures d'eau, fermeture de l'espace aérien, pollution atmosphérique, risque de pillages dans les zones évacuées...

"Nous allons y arriver, mais un peu de patience", a-t-il lancé à ses concitoyens: "respectons l'ordre et la discipline!"

Une première éruption explosive s'est produite vendredi matin, provoquant des colonnes de fumée jusqu'à 8 km de haut, suivie d'une seconde plus petite. Le rejet de cendres pourrait durer "plusieurs jours voire plusieurs semaines", selon le centre de recherche sismique de l'université des West Indies à Trinité-et-Tobago, autre archipel antillais.

La Soufrière - à ne pas confondre avec la Grande Soufrière en Guadeloupe - est situé au nord de l'île. Il n'avait pas connu d'éruption depuis 1979. La plus dévastatrice, en 1902, avait fait plus de 1 000 victimes.

"Les retombées de cendres extrêmement importantes et les fortes odeurs de soufre atteignent désormais la capitale", Kingston au sud de l'île, a tweeté samedi l'agence locale de réponse aux urgences, en invitant les personnes ayant des problèmes respiratoires à rester calfeutrées.

Jeudi, face au risque d'éruption imminente, les autorités avaient diffusé un ordre d'évacuation d'urgence pour les zones "rouges" les plus exposées, soit tout le nord de l'île, où vivent environ 20 000 personnes sur les 100 000 habitants de cette ancienne colonie britannique.

La plupart ont été évacuées, selon l'Agence caribéenne de gestion d'urgence des désastres (CDEMA). Outre les 62 abris d'urgence, le gouvernement a réservé 800 chambres d'hôtel, ainsi que des cabines dans des navires de croisière.

Les personnes vaccinées contre la Covid-19 pourront également être accueillies dans des pays voisins, a précisé M. Gonsalves, en louant l'aide régionale et internationale apportée à son archipel.

Selon lui, un navire chargé d'aide doit partir samedi du Venezuela et arriver lundi à Saint-Vincent. "En Guyane, ils chargent un bateau avec beaucoup d'approvisionnement", a-t-il ajouté. 


A la Tour de Londres, coups de canon et souvenirs du prince Philip

Devant la Tour de Londres, des centaines de personnes sont venues rendre hommage samedi au prince Philip, au lendemain du décès de l'époux de la reine Elizabeth II.(AFP) 
Short Url
  • C'est dans cet esprit de discrétion que le duc d'Edimbourg, connu pour son goût modéré du protocole qui l'a poussé à oeuvrer à moderniser l'institution, avait expliqué ne pas désirer de funérailles d'État
  • A midi pile, sous l'ordre des militaires, un coup est tiré, le premier d'une salve de 41 (un par minute). Dans la foule, le brouhaha cesse pendant quelques minutes pour faire place au silence

LONDRES : Un brouhaha, le canon qui retentit, un silence religieux puis des applaudissements: devant la Tour de Londres, des centaines de personnes sont venues rendre hommage samedi au prince Philip, au lendemain du décès de l'époux de la reine Elizabeth II. 

Malgré le froid, l'habituel crachin londonien et les appels à éviter les rassemblements en période de pandémie, des habitants de la capitale ont tenu à se rendre sur le parvis de l'emblématique château situé au cœur de la City.

Heater Utterridge explique à l'AFP être venue montrer son "respect à l'égard de celui qui était un surhomme", estimant que certains de ses compatriotes "ne réalisent pas" tous les accomplissements du prince Philip et de la reine, car "ils agissent discrètement". 

C'est dans cet esprit de discrétion que le duc d'Edimbourg, connu pour son goût modéré du protocole qui l'a poussé à oeuvrer à moderniser l'institution, avait expliqué ne pas désirer de funérailles d'État.

En attendant une cérémonie d'adieu en privé, des salves d'artillerie ont retenti à 12H00 (11H00 GMT) à travers tout le pays, du château d'Édimbourg à l'enclave britannique de Gibraltar, en passant par le pont de navires de la Royal Navy, où Philip avait servi pendant la Seconde guerre mondiale. 

A la Tour de Londres, les badauds munis de leurs parapluies ou cafés ont tous le regard tourné vers le quai de la Tamise, où ont été installés trois rutilants canons, gardés par des militaires, mais aussi des "Yeomen", ces emblématiques gardes du bâtiment vêtus de rouge et jaune.

A midi pile, sous l'ordre des militaires, un coup est tiré, le premier d'une salve de 41 (un par minute). Dans la foule, le brouhaha cesse pendant quelques minutes pour faire place au silence. 

"Événement unique" 

"C'était important pour moi d'être ici, c'est un peu bizarre dit comme ça, mais on voulait être là pour vivre cet événement unique", confie Alexander Beaten, venu avec sa compagne. "On est des jeunes trentenaires et on n'a jamais connu autre chose que la reine et son mari", explique le jeune homme pour qui le couple royal "représente l'identité et la culture britanniques". 

"On peut ne pas être d'accord avec le gouvernement, ne pas être d'accord avec tant de choses qui se passent dans ce pays, mais la reine et le prince Philip sont une constante", affirme-t-il.

Sa petite amie, Emma Preston, acquiesce: "Ils ont toujours été une constante, et je voulais prendre une minute afin de penser à leur impact dans ma vie". 

Pour la jeune femme de 27 ans, la popularité du duc, réputé pour son franc-parler et son humour (mais aussi des blagues teintées de racisme ou sexisme) s'explique en partie par son côté "divertissant" et drôle. "Il constituait un bon contrepoids à la reine, qui doit elle toujours rester la personne respectueuse et la cheffe".  

Après la fin de la cérémonie et de brefs applaudissements, Heater Utterridge déplore un hommage un peu court, espérant qu'un hommage plus important sera organisé "lorsque le coronavirus se sera calmé".

Alexander, lui, espère que cet évènement sans "grand faste ni fanfare", "correspondait à ce que le prince aurait voulu".