La diaspora marocaine toujours privée de représentation politique au Maroc

Les supporters du Maroc lors de la Coupe du Monde Russie 2018 au stade de Saint-Pétersbourg à Saint-Pétersbourg le 15 juin 2018 (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 06 mars 2021

La diaspora marocaine toujours privée de représentation politique au Maroc

  • Au jour d’aujourd’hui, les Marocains du monde dont on estime le nombre à la louche à près de cinq millions d’âmes, soit 15% de la population, ne participent pas à élire
  • Le Maroc peut compter sur ses enfants pour faire briller son étoile, renforcer son influence, solidifier sa soft power, indispensables aujourd’hui pour l’existence, l’influence  et le leadership d’une nation

C’est un serpent de mer dont on évoque avec une passion militante les rayures et les couleurs à chaque occasion. C’est une revendication métronome qui refait tout le temps surface sans avoir réellement disparu du débat politique. C’est une rubrique obligatoire du débat sur la diaspora marocaine  à l’étranger qu’on tait par impuissance ou qu’on gratte  par conviction. Il s’agit de l’éternelle question de la représentation politique de cette diaspora au sein des institutions représentatives du modèle démocratique marocain. 

Au jour d’aujourd’hui, les Marocains du monde dont on estime le nombre à la louche à près de cinq millions d’âmes, soit 15% de la population, ne participent pas à élire, de là où ils se trouvent leurs représentants au sein du parlement ou de ses instituions représentatives. S’ils veulent voter, ils doivent se déplacer au Maroc, justifier d’une résidence, bref gommer leur situation d’immigrés. Ou utiliser le sytème de procuration dénoncé par beaucoup comme réservé à des citoyens de seconde zone. Idem pour avoir un mandat politique. S’ils veulent se faire élire, ils doivent réintégrer physiquement la géographie nationale. 

En cause et malgré de nombreuses incitations dont la plus incontestable fut la constitution de 2011,  le modèle politique marocain a fait jusqu’à  présent l’économie d’un mécanisme de représentation. Dans tous ses ressorts, la diaspora est restée dans l’angle mort. Parfois comme un sujet tabou. Comme suspendue à un agenda reporté en permanence. 

Et pourtant les arguments qui militent pour l’octroi de la représentation politique à cette diaspora ne manquent pas. A commencer par leurs participations structurelles à l’essor de l’économie marocaine. L’argent envoyé par la diaspora est une des fondations presque vitales de l’économie marocaine qu’il soit sous forme de transferts réguliers ou d’investissements ponctuels.

Il y a ensuite le rôle joué par cette communauté dont les talents et les compétences se sont distingués sous tous les cieux. Le Maroc peut compter sur ses enfants pour faire briller son étoile, renforcer son influence, solidifier sa soft power, indispensables aujourd’hui pour l’existence, l’influence  et le leadership d’une nation aussi ambitieuse à imprimer sa marque et à creuser son sillon comme le Royaume du Maroc.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Injaz Al-Maghrib et Microsoft s’associent pour renforcer les compétences professionnelles des jeunes

Grâce à cette initiative, l’association aspire à trouver des alternatives au chômage des jeunes, renforcer leur employabilité et assurer des sources de revenus durables. (Capture d'écran, page Facebook d'Injaz Al-Maghrib)
Short Url
  • L’association Injaz Al-Maghrib et Microsoft s’associent pour former 50.000 jeunes marocains à travers le Royaume via la plateforme Linkedin Learning
  • L’objectif de cette collaboration est de renforcer les compétences professionnelles des jeunes marocains et de les préparer ainsi à relever les nouveaux défis du marché du travail

Le programme s’adresse à une cible des jeunes âgés de 18 à 25 ans : étudiants universitaires, demandeurs d’emploi et jeunes inscrits à l’Anapec. Grâce à des cours vidéo, dispensés par des experts, LinkedIn Learning présente un programme complet basé sur les professions les plus demandées sur le marché du travail, les compétences interpersonnelles, les nouveaux outils de collaboration en ligne et les techniques de recherche d’emploi. La formation est gratuite jusqu’au 31 décembre 2021.
Ce partenariat d’Injaz Al-Maghrib avec Microsoft, avec le soutien d’acteurs stratégiques de l’employabilité et de l’éducation tels que l’Anapec, les universités marocaines, l’OFPPT et le ministère de l’Éducation nationale, s’inscrit parfaitement dans la dynamique de soutien aux jeunes pour faciliter l’accès à des postes de qualité.
Grâce à cette initiative, l’association aspire à trouver des alternatives au chômage des jeunes, renforcer leur employabilité et assurer des sources de revenus durables à ses bénéficiaires au niveau national, en particulier dans les zones rurales, contribuant ainsi à réduire les inégalités (liées au niveau de vie, au sexe, au lieu de résidence) et à promouvoir les interventions auprès des populations vulnérables. 

Lire la suite

 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en Français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Mongi Rahoui de nouveau menacé

Le député et dirigeant du parti des patriotes démocrates unifié (Ppdu) Mongi Rahoui. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le député et dirigeant du parti des patriotes démocrates unifié (Ppdu) Mongi Rahoui parle, dans un post publié, mercredi, « de menaces sérieuses qui pèsent sur sa sécurité physique »
  • Le député Mongi Rahoui avait appelé fin mars dernier le ministère public à agir contre les menaces et la campagne takfiriste dont il fait l’objet

« J’ai été informé de nouveau par les autorités sécuritaires que des menaces sérieuses pesaient sur ma sécurité physique suite à des informations qui leur sont parvenues faisant état d’un repérage par des groupes terroristes de mes déplacements à Jendouba », a écrit le dirigeant du Ppdu.

Le dirigeant du Ppdu annonce qu’il ne pourra pas s’acquitter de ses engagements en particulier dans le gouvernorat de Jendouba, au vu des consignes à respecter lui enjoignant de limiter ses déplacements.

Le député Mongi Rahoui avait appelé fin mars dernier le ministère public à agir contre les menaces et la campagne takfiriste dont il fait l’objet.

Il avait précisé que cette campagne intervenait suite à son intervention lors d’une émission télévisée au cours de laquelle il a demandé au président de l’Instance de Lutte contre la Corruption d’enquêter sur l’enrichissement de dirigeants d’Ennahdha dont parmi eux des députés.

Mongi Rahoui a fait observer que les campagnes diffamatoires qui le ciblent émanent de plusieurs pages et comptes facebook soutenus par le mouvement Ennahdha, qui était en état d’alerte depuis les informations relayées au sujet de l’enrichissement de ses dirigeants.

Ce qui explique son recours aux campagnes de dénigrement, estime-t-il.

Lire la suite

 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Les Algériens bloqués à Roissy renvoyés à Londres

Des passagers s'apprêtent à embarquer à l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle. (Photo, AFP)
Short Url
  • La plupart des voyageurs algériens bloqués dans la zone internationale du terminal 1 de l’aéroport parisien de Roissy Charles-de-Gaulle viennent de retourner au Royaume-Uni
  • L’avocat des passagers, Alexandre André, précise que six passagers seulement restent encore dans l’aérogare

La plupart des voyageurs algériens bloqués dans la zone internationale du terminal 1 de l’aéroport parisien de Roissy Charles-de-Gaulle depuis fin février se sont résignés à leur sort et viennent de retourner au Royaume-Uni.

L’avocat des passagers, Alexandre André, a confirmé hier cette information en précisant que six passagers seulement restent encore dans l’aérogare.

Dans le groupe figure une dame détentrice d’un visa britannique, un sans-papiers et un homme qui a décidé de rentrer définitivement en Algérie, après avoir quitté son travail et vendu son appartement en Grande-Bretagne. L’avocat évoque aussi une quatrième personne complètement déprimée qui refuse catégoriquement de quitter l’aéroport.

Hier en fin de journée, Me André et sa consœur Karima Hadj Said ont rendu visite à leurs clients accompagnés d’un groupe de parlementaires français, dont Aurelien Taché, député du Val d’Oise de La République en Marche, le parti du président Emmanuel Macron.

Ces élus entendent alerter les autorités sur la situation des passagers restants, qui, même s’ils le souhaitent, n’ont plus la possibilité de retourner au Royaume-Uni.Officiellement, l’Etat français ne s’est pas  exprimé  sur cette affaire qui est considérée, selon des sources  du  Quai d’Orsay, comme étant un problème exclusivement algérien.

Lire la suite

 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.