Plus de 1700 personnes détenues en Birmanie à la suite de raids nocturnes de la junte militaire

Des manifestants portant des casques se tiennent derrière une barricade à Sanchaung, Yangon, au Myanmar, le 3 mars 2021, sur cette image fixe d'une vidéo obtenue par Reuters. (Photo fournie via Reuters)
Des manifestants portant des casques se tiennent derrière une barricade à Sanchaung, Yangon, au Myanmar, le 3 mars 2021, sur cette image fixe d'une vidéo obtenue par Reuters. (Photo fournie via Reuters)
Short Url
Publié le Dimanche 07 mars 2021

Plus de 1700 personnes détenues en Birmanie à la suite de raids nocturnes de la junte militaire

  • Des manifestations ont éclaté le mois dernier après le renversement et la détention de la dirigeante élue Aung San Suu Kyi par l'armée
  • Les forces de sécurité ont déjà tué plus de 50 personnes qui protestaient pour rétablir la démocratie, selon les Nations Unies

RANGOUN: Les forces de sécurité birmanes ont tiré des coups de feu pendant qu’elles menaient des raids nocturnes dans la ville principale de Rangoun après avoir dispersé les dernières manifestations contre le coup d’État du mois dernier avec des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes.

Le pays d'Asie du Sud-Est est plongé dans la tourmente depuis que l'armée a renversé et arrêté la dirigeante élue Aung San Suu Kyi le 1er février. Des manifestations et des grèves quotidiennes ont étouffé l’économie et paralysé l'administration.

D'autres manifestations étaient prévues dimanche après que les médias locaux ont rapporté que la police avait tiré des bombes lacrymogènes et des grenades assourdissantes pour disperser une manifestation à Rangoun, la plus grande ville du Myanmar, samedi. Aucun blessé n'a été signalé.

Le groupe de protestation du Comité de grève générale des nationalités a affirmé que des manifestations auraient lieu à Rangoun, la deuxième ville de Mandalay et Monywa, également des centres de manifestations dans lesquelles les Nations Unies a signalé que les forces de sécurité ont tué plus de 50 personnes.

Aux premières heures de dimanche, les habitants ont révélé que les soldats et la police se sont déplacés dans plusieurs quartiers de Rangoun, tirant des coups de feu. Ils en ont arrêté au moins trois dans le canton de Kyauktada, ont indiqué des habitants. Toutefois, ils ignoraient complètement la raison de ces arrestations.

«Ils demandent de faire sortir mon père et mon frère. Personne ne va nous aider? Ne pense même pas à toucher mon père et mon frère. Emmenez-nous aussi si vous voulez les prendre », a crié une femme pendant que deux d'entre eux, un acteur et son fils, étaient emmenés.

Des soldats sont aussi venus à la recherche d'un avocat qui travaillait pour la Ligue nationale pour la démocratie de Suu Kyi, mais n'ont pas été en mesure de le trouver, a avoué Sithu Maung, membre du parlement désormais dissous, dans un message sur Facebook.

Reuters n'a pas pu contacter la police pour commenter. Un porte-parole de la junte n'a également pas répondu aux appels demandant des commentaires.

« Coups de poing et coups de pied »

Plus de 1 700 personnes avaient été arrêtées samedi par la junte, selon les chiffres du groupe de défense de l'Association d'assistance aux prisonniers politiques. Ce même groupe n'a pas donné de chiffre pour les détentions de cette nuit.

« Les détenus ont été frappés à coups de poing et à coups de pied avec des bottes militaires, battus avec des matraques, puis traînés dans des véhicules de police », a déclaré l'Association d'assistance aux prisonniers politiques dans un communiqué. « Les forces de sécurité sont entrées dans les zones résidentielles et ont tenté d'arrêter d'autres manifestants en tirant sur les maisons, détruisant de nombreux biens ».

Les autorités birmanes ont déclaré samedi qu'elles avaient exhumé le corps de Kyal Sin, âgée de 19 ans, qui est devenue une icône du mouvement de protestation après avoir été abattue à Mandalay mercredi en portant un t-shirt qui disait: « Tout ira bien ».

La radio et la télévision publiques du Myanmar ont déclaré qu'une autopsie avait montré que la jeune fille ne pouvait pas être tuée par la police parce que le type de projectile qui avait été trouvé dans sa tête n’appartient pas à la police et qu'elle avait été abattue par derrière, alors que la police était devant.

Des photos de la journée ont montré sa tête détournée des forces de sécurité quelques instants avant sa mort. Les opposants au coup d'État ont accusé les autorités d'une tentative de camouflage.

Les meurtres ont suscité la colère en Occident et ont été condamnés par la plupart des démocraties d'Asie. Les États-Unis et certains autres pays occidentaux ont imposé des sanctions limitées à la junte. La Chine, quant à elle, a déclaré que la priorité devrait être la stabilité et que les autres pays ne devraient pas s'ingérer dans cette affaire interne.

Les manifestants demandent la libération de Suu Kyi et le respect des élections de novembre - que son parti a remportées dans un raz-de-marée électoral mais que l’armée a rejetées. L'armée a affirmé qu'elle organiserait des élections démocratiques à une date ultérieure.

Le lobbyiste israélo-canadien Ari Ben-Menashe, recruté par la junte birmane, a déclaré à Reuters que les généraux souhaitent quitter la politique et cherchent à améliorer les relations avec les États-Unis et à se tenir loin de la Chine.

Ben-Menashe a en outre confié que Suu Kyi était devenue trop proche de la Chine au dépend de la volonté des généraux.

Il a aussi souligné qu'il avait également été chargé de rechercher le soutien arabe pour un plan de rapatriement des réfugiés rohingyas, dont des centaines de milliers ont été chassés de la Birmanie en 2017 dans le cadre d'une répression militaire après les attaques des rebelles.

Le leader de la junte et chef de l'armée Min Aung Hlaing avait fait l'objet de sanctions occidentales avant même le coup d'État pour son rôle dans l'opération contre les Rohingyas, qui, selon les enquêteurs de l'ONU, avait été menée avec « une intention de génocide ».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Congo: l'opposant Kolélas inhumé en France dix mois après sa mort

Le président par intérim du Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégré (MCDDI), Guy Brice Parfait Kolelas, quitte la scène après s'être adressé à ses partisans à Brazzaville le 17 mars 2016 avant les élections présidentielles de dimanche.(AFP)
Le président par intérim du Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégré (MCDDI), Guy Brice Parfait Kolelas, quitte la scène après s'être adressé à ses partisans à Brazzaville le 17 mars 2016 avant les élections présidentielles de dimanche.(AFP)
Short Url
  • La famille de M. Kolélas, 62 ans, est restée divisée depuis sa mort survenue officiellement le 22 mars sur le territoire français, où il avait été évacué pour raisons de santé
  • Selon les résultats d’une autopsie réalisée en France, l’opposant était mort d’une insuffisance cardio-respiratoire due à une pneumopathie sévère, ainsi que d'une contamination au Covid-19

KINSHASA : L’opposant congolais Guy-Brice Parfait Kolélas a été inhumé en France, dix mois après sa mort en mars 2021 alors qu’il était candidat à l’élection présidentielle, a annoncé samedi un membre de sa famille à l’AFP.

"Mon frère Guy-Brice Parfait Kolélas a été inhumé hier (vendredi) au cimetière du Bourget", dans la région parisienne, a indiqué à l’AFP Lydie Kolélas, sœur du disparu.

"Je peux dire que mon frère est parti tout seul (…) La recherche de la vérité (sur sa mort) continue", a-t-elle ajouté, relevant des dissensions qui ont miné la famille du défunt et qui ont occasionné le report de l’inhumation à plusieurs reprises.

La famille de M. Kolélas, 62 ans, est restée divisée depuis sa mort survenue officiellement le 22 mars sur le territoire français, où il avait été évacué pour raisons de santé. La veille, le Congo organisait l'élection présidentielle pour laquelle il était candidat.

Selon les résultats d’une autopsie réalisée en France, l’opposant était mort d’une insuffisance cardio-respiratoire due à une pneumopathie sévère, ainsi que d'une contamination au Covid-19.

Une thèse réfutée par une partie de sa famille pour qui il n'est pas mort le 22 mars, mais le 21 mars, jour même du scrutin présidentiel.

La coïncidence des deux événements aurait pu invalider l'élection présidentielle au Congo, selon la constitution.

Les poursuites judiciaires engagées par cette partie de la famille ont longtemps retardé l’inhumation.

"L’enterrement n’est qu’une étape inéluctable dans la recherche de la vérité. Les patriotes congolais regroupés autour de cette quête de vérité sont debout et les yeux fixés sur l’objectif", a dit Lydie Kolélas à l’AFP.

Fils de Bernard Kolélas (éphémère Premier ministre du Congo en 1997), le docteur en économie Guy-Brice Parfait Kolélas a connu l’exil avec son père entre 1997 et 2005.

Il fut membre du gouvernement entre 2007 et 2015 avant de s’opposer radicalement au changement de la constitution qui, une fois validée, a permis au président Denis Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat en 2016.

Denis Sassou Nguesso a été réélu en 2021 pour un quatrième mandat et cumule 37 ans à la tête du Congo.


Un amiral allemand sommé de s'expliquer après des propos controversés sur la Russie

La ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, s'entretient avec des journalistes alors qu'elle rend visite aux forces armées allemandes à Arbil, la capitale de la région autonome kurde du nord de l'Irak, le 9 janvier 2022.(AFP)
La ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, s'entretient avec des journalistes alors qu'elle rend visite aux forces armées allemandes à Arbil, la capitale de la région autonome kurde du nord de l'Irak, le 9 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • La ministre de la Défense Christine Lambrecht a organisé dans la matinée une vidéoconférence avec le chef d'Etat-Major Eberhard Zorn pour définir comment traiter cette affaire
  • Les déclarations du chef de la Marine interviennent en pleine crise russo-occidentale autour de l'Ukraine

BERLIN : Le chef de la Marine allemande Kay-Achim Schönbach va devoir s'expliquer après avoir entre autres qualifié d'"ineptie" les intentions prêtées par les alliés de l'Otan à la Russie d'envahir l'Ukraine, a-t-on appris samedi auprès du ministère de la Défense.

Ce que Vladimir Poutine veut, "c'est être respecté", a déclaré le vice-amiral Schönbach selon une vidéo circulant sur internet, filmée lors d'une réunion d'un groupe de réflexion qui s'est tenue vendredi à New Delhi.

"Il est facile de lui accorder le respect qu'il veut, et qu'il mérite aussi probablement", ajoute-t-il. L'idée que la Russie veuille envahir une partie de l'Ukraine serait selon lui "une ineptie".

Ces déclarations "ne correspondent en rien à la position du ministère de la Défense allemand", a mis au point un de ses porte-parole, contacté par l'AFP.

Le vice-amiral va devoir "prendre position", en clair s'expliquer "auprès du chef d'Etat-Major des armées", le plus haut gradé dans la hiérarchie de la Bundeswehr, ajoute-t-il.

Les déclarations du chef de la Marine interviennent en pleine crise russo-occidentale autour de l'Ukraine. 

D'intenses efforts diplomatiques sont actuellement déployés de part et d'autre pour éviter que la situation ne dégénère, alors que des dizaines de milliers de soldats russes sont toujours massés à la frontière ukrainienne. 

Après avoir dans un premier temps posté un tweet précisant que ses propos n'engageaient que lui, M. Schönbach a présenté ses plates excuses.

Il a ainsi qualifié ses déclarations "d'irréfléchies". "Il n'y a pas à ergoter: c'était clairement une faute", a-t-il écrit.

Selon des informations de Der Spiegel, les propos de ce militaire à la carrière jusqu'ici irréprochable ont fortement irrité jusque dans les plus hauts étages du gouvernement allemand, dirigé par le chancelier social-démocrate Olaf Scholz. 

La ministre de la Défense Christine Lambrecht a organisé dans la matinée une vidéoconférence avec le chef d'Etat-Major Eberhard Zorn pour définir comment traiter cette affaire, selon le magazine.


Mine de Turow: Prague réclame des compensations à la Pologne

Dans cette photo d'archive prise le 28 juin 2021, la centrale électrique au charbon polonaise de Turow est vue depuis une colline près du village de Vitkov en République tchèque le 28 juin 2021. (Photo, AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 28 juin 2021, la centrale électrique au charbon polonaise de Turow est vue depuis une colline près du village de Vitkov en République tchèque le 28 juin 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Prague se plaint des conséquences pour l'environnement (bruit, poussières, appauvrissement des réserves souterraines en eau) de l'exploitation de cette mine de lignite en service depuis 1904.
  • La mine est située dans le Sud-Ouest de la Pologne, à la frontière de la République tchèque et de l'Allemagne qui s'en plaint également.

PRAGUE : La République tchèque réclame 50 millions d'euros de compensations dans le cadre d'un projet d'accord bilatéral révisé avec la Pologne à propos de la mine géante de Turow, a déclaré samedi la ministre tchèque de l'Environnement Anna Hubackova.

Prague se plaint des conséquences pour l'environnement (bruit, poussières, appauvrissement des réserves souterraines en eau) de l'exploitation de cette mine de lignite en service depuis 1904.

La mine est située dans le Sud-Ouest de la Pologne, à la frontière de la République tchèque et de l'Allemagne qui s'en plaint également. Malgré les protestations de ces deux pays, le gouvernement polonais a reconduit pour six ans en 2020 l'autorisation d'exploitation de Turow. 

Saisie par la République tchèque, la Cour européenne de justice a ordonné en mai 2021, dans une décision rendue en référé (en urgence), la cessation "immédiate" de l'exploitation de cette mine en raison d'effets nocifs pour l'environnement. 

Cette décision a été suivie le 20 septembre par la condamnation de Varsovie à une astreinte de 500.000 euros par jour jusqu'à l'arrêt de la mine. Mais Varsovie a refusé de payer, fustigeant une "sanction illégale" et jugeant Turow indispensable à la sécurité énergétique du pays.

Mme Hubackova, qui a pris ses fonctions en décembre, a rencontré son homologue polonaise Anna Moskwa mardi à Varsovie et "un projet d'accord révisé avec la Pologne sur Turow est prêt", a-t-elle tweeté.

Mme Hubackova a expliqué à l'agence d'informations tchèque CTK que Prague insistait sur une compensation de 50 millions d'euros alors que la Pologne entendait payer 40 millions d'euros.

Mme Hubackova a ajouté que le gouvernement tchèque allait discuter mercredi du projet d'accord révisé et que des pourparlers avec la Pologne reprendraient "idéalement d'ici fin janvier".

La mine assure la fourniture d'environ 7% de l'électricité en Pologne. Le groupe énergétique public polonais PGE, qui l'exploite, compte en extraire du charbon jusqu'en 2044 et veut l'étendre de 25 à 30 kilomètres carrés.

La Pologne dépend du charbon pour environ 80% de son électricité et compte quelque 80.000 emplois dans le secteur minier. Le pays s'est engagé à développer des sources d'énergie renouvelables et prévoit la fermeture progressive de ses mines d'ici 2049 pour répondre aux objectifs de l'Union européenne en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.