Liban: partir n’importe où pour ne pas rester «ici»

Latifa Ballout choisit soigneusement ses légumes (Photo, Florient Zwein)
Latifa Ballout choisit soigneusement ses légumes (Photo, Florient Zwein)
Short Url
Publié le Lundi 08 mars 2021

Liban: partir n’importe où pour ne pas rester «ici»

  • La livre libanaise, qui connaissait auparavant un taux fixe de 1 500  livres pour 1  dollar (1  dollar = 0,84  euro), s’achète maintenant à plus de 10 000  livres
  • «J’ai peur pour le futur de mes petits-enfants, que vont-ils devenir dans ce pays? J’ai peur de mourir sans connaître leur futur ni savoir s’ils s’en sortent bien», déplore Walid Masri

BEYROUTH: La livre libanaise, qui connaissait auparavant un taux fixe de 1 500  livres pour 1  dollar (1 dollar = 0,84 euro), s’échange maintenant à plus de 10 000  livres pour 1  dollar. Cette hausse est le résultat de l’échec d’une politique financière uniquement basée sur la confiance des déposants. Les Libanais, pour leur part, voient la valeur de leur salaire chuter avec une inflation record dans le pays, qui plonge beaucoup d’entre eux sous le seuil de pauvreté. 

Dans le quartier populaire de Tarik El Jdideh, les magasins sont vides, alors même qu’ils ont rouvert il y a quelques jours à la suite d’une levée des restrictions sanitaires. Les consommateurs, eux, n’en sont plus vraiment et ils se limitent aux denrées nécessaires comme la nourriture. 

1
Le prix des denrées alimentaires ont fortement augmenté ces derniers mois au Liban (Photo, Florient Zwein)

Latifa Ballout est enveloppée dans son voile blanc. Elle choisit soigneusement des légumes pour sa famille et se plaint de cette crise économique qui l’étrangle. «Je pourrais mourir, il n’y a pas de vie ici, dans cette situation! J’aimerais que les hommes politiques à la télévision descendent et voient comment on vit!» Aujourd’hui, elle achètera quelques pommes pour elle et sa famille, mais pas plus. Le reste devra attendre la fin de semaine. 

Mustapha, 45 ans, est le gérant de l’échoppe. Originaire d’Idlib, il vit au Liban depuis quatre ans et tient son commerce avec deux de ses fils. «Tout est indexé sur le dollar. Les concombres, par exemple: aujourd’hui, je les achète à 2 500 livres libanaises le kilo. Demain, il se peut que je les achète à 4 500. Pourquoi? Je fais 500 livres de marge sur chaque kilo, mais les gens n’achètent pas si c’est cher! Auparavant, les clients venaient pour un ou deux kilos; maintenant, ils achètent une pièce par personne dans leur foyer, c’est tout.»  

Pour ce gérant, la situation est la même à Beyrouth et à Idlib. «La seule différence entre le Liban et la Syrie, c’est qu’ici il ne pleut pas des bombes, il pleut de l’eau!» dit-il, un léger sourire aux lèvres. 

1
Mustapha et son fils dans leur échoppe de légumes à Tariq Jdideh (Photo, Florient Zwein)

De nombreux Syriens vivent dans ce quartier. C’est aussi le cas d’Ali, qui tient à conserver l’anonymat. «Je n’ose pas me plaindre», explique ce quarantenaire. «Je n’ai pas de famille à nourrir donc j’arrive à survivre, mais je ne pourrais pas avoir de famille!» 

Ali, lui, se sent pris entre quatre murs. Il tient un magasin qui propose des produits cosmétiques et des accessoires pour femmes. «J’ai travaillé pendant trois ans devant le siège de l’ONU à Beyrouth, personne ne m’a aidé à quitter ce pays. Je ne peux pas rentrer en Syrie car l’armée va me réquisitionner; je suis coincé ici…», se désole-t-il. Dans ce quartier à majorité sunnite et populaire, tout le monde subit l’augmentation des prix, la pauvreté s'accroît. Certains jeunes du quartier manifestent le soir et brûlent des pneus pour bloquer les routes.  

1
Ali dans sa boutique, avec sa calculette, qu'il garde toujours à ses côtés (Photo, Florient Zwein)

Walid Masri est fleuriste dans ce même quartier. Du haut de ses 70 ans, il ne vend presque plus. «Les jeunes doivent se lever, fermer les routes et demander des réponses aux hommes politiques. Le problème, aujourd’hui, c’est que chacun sort pour ses propres problèmes au lieu d’être solidaire.» Il ne vend plus autant qu’avant. La chute du nombre de célébrations en raison de la Covid-19 et la situation économique le poussent à dépenser le moins possible.  

Lui n’a plus la force de manifester, mais il en appelle aux jeunes. «Le dollar était à plus de 9 000 pendant un mois, personne n’est descendu. Il a dépassé la barre des 10 000 et quelques personnes sont descendues, mais pas plus d’une cinquantaine… Jusqu’où nous allons tomber? Je n’en sais rien, personne ne le sait… J’ai peur pour le futur de mes petits-enfants, que vont-ils devenir dans ce pays? J’ai peur de mourir sans connaître leur futur ni savoir s’ils s’en sortent bien.» Une photographie de ses petits-enfants trône sur l’un des rangements de sa boutique. 

Cela fait maintenant plus d’une semaine que les jeunes dont parle Walid se soulèvent. De nombreux axes sont bloqués à travers le pays. Des dizaines de personnes viennent avec des pneus et les brûlent afin de résister pacifiquement. «Regardez autour de vous: il n’y a pas d'électricité! hurle Omar, la trentaine, venu bloquer l’une des artères principales de Beyrouth. La situation est terrible ici au Liban. Demain, si on me propose d’aller en Somalie, j’y vais! Les travailleurs venaient du Bangladesh au Liban; maintenant, vous allez voir, c’est nous qui irons au Bangladesh!» 

1
Walid dans son magasin de fleurs, à Tariq Jdideh (Photo, Florient Zwein)

Il est 19 heures. De nombreux immeubles sont plongés dans le noir et la rue est calme. Seul le crépitement du feu et quelques klaxons se font entendre. Le 8 mars a été décrété «lundi de la colère». Dès six heures du matin, des manifestants ont bloqué les différentes intersections principales qui mènent à la capitale. Au sud du pays, dans la ville de Tyr, un homme a tenté de s’immoler au niveau d’un barrage de l’armée. Il en a été empêché, mais le désespoir grandissant d’une majorité de Libanais confrontés à la pauvreté, lui, est criant. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le nouveau gouvernement libanais augmente le prix des carburants et signe un accord d'audit

La police anti-émeute libanaise monte la garde devant le bâtiment de la banque centrale, où des manifestants anti-gouvernementaux protestent contre le gouverneur de la banque centrale libanaise Riad Salameh et l'aggravation de la crise financière, à Beyrouth. (Photo, AP)
La police anti-émeute libanaise monte la garde devant le bâtiment de la banque centrale, où des manifestants anti-gouvernementaux protestent contre le gouverneur de la banque centrale libanaise Riad Salameh et l'aggravation de la crise financière, à Beyrouth. (Photo, AP)
Short Url
  • L'audit est une condition essentielle pour que le Liban obtienne de l'aide étrangère
  • Les prix des carburants publiés vendredi ont consisté en une augmentation du prix de l'essence de plus de 37% avec effet immédiat

BEYROUTH: Le nouveau gouvernement libanais a augmenté vendredi le prix des carburants, réduisant ainsi une subvention que le Premier ministre, Najib Mikati, a qualifié d’inabordable alors qu'il élabore des plans pour faire face à un effondrement financier dévastateur.

Le gouvernement a également signé un nouveau contrat avec le cabinet-conseil en restructuration Alvarez & Marsal (A&M) pour effectuer un audit juricomptable de la Banque centrale, une étape souhaitée par les donateurs qui veulent voir Beyrouth adopter des réformes pour débloquer l'aide dont elle a grandement besoin.

Le gouvernement Mikati, qui a pris ses fonctions il y a une semaine, a promis des mesures pour faire face à la crise, notamment des pourparlers avec le Fonds monétaire international (FMI) et un début de réformes.

Le porte-parole du FMI, Gerry Rice, a déclaré jeudi qu'il y avait eu des appels de courtoisie avec des membres du nouveau gouvernement et que le Fonds était prêt à s'engager dans la période à venir. Les pourparlers entre le gouvernement précédent et le FMI l'année dernière avaient échoué.

La Banque mondiale affirme que l'effondrement économique du Liban est l'un des pires jamais enregistrés.

La monnaie a perdu plus de 90% de sa valeur depuis 2019, plongeant plus des trois quarts de la population dans la pauvreté. Le système bancaire est paralysé, et une grave pénurie des devises a entraîné des carences dans les importations vitales, notamment de carburants.

Le Liban a réduit le prix des carburants en fournissant des dollars à des taux de change subventionnés bien inférieurs au prix de la livre sur le marché parallèle, dans le but déclaré de protéger les personnes touchées par l'effondrement.

Les critiques affirment que ce système a donné lieu à la contrebande et à la thésaurisation, contribuant à des pénuries qui ont paralysé la vie normale et engendré un marché noir où l'essence a été vendue à des prix prohibitifs.

Les prix des carburants publiés vendredi ont consisté en une augmentation du prix de l'essence de plus de 37% avec effet immédiat.

«C'est l'avant-dernière étape de la levée de la subvention», a déclaré Georges Braks, membre du syndicat des propriétaires de stations-service, qui s'attend à ce que cette subvention soit supprimée d'ici la fin du mois de septembre. 

Il a précisé que les nouveaux prix sont basés sur un taux de change d'environ 12 000 livres libanaises pour un dollar, contre un taux de 8 000 livres par dollar fixé par le gouvernement précédent le mois dernier. Le nouveau taux reste néanmoins inférieur au taux du marché parallèle, où les dollars étaient échangés vendredi à 14 600 livres libanaises.

La Banque centrale a déclaré le mois dernier qu'elle n’était plus en mesure de fournir des dollars pour les carburants à des taux fortement subventionnés.

Cette décision signifie que les importateurs s'approvisionneront toujours en dollars auprès de la Banque centrale plutôt que sur le marché et qu'une subvention sera ainsi toujours appliquée, a déclaré Mike Azar, conseiller financier principal basé à Beyrouth.

Alors qu’elle s'échangeait autour de 19 000 pour un dollar, la livre libanaise s’est renforcée ces derniers jours. En effet, l’entrée en fonction de Mikati a mis fin à une année de conflits politiques sur les sièges gouvernementaux qui a mené le pays à la dérive.

Le FMI a recommandé au Liban d'unifier les taux de change multiples, ainsi que d'entreprendre d’autres mesures, notamment l'audit de la Banque centrale.

Le ministre des Finances, Youssef Khalil, ancien haut responsable de la Banque centrale, a signé le contrat avec A&M, qui, selon le ministère, présenterait un rapport initial douze semaines après le début des travaux par son équipe.

A&M s'est retiré de l'audit en novembre dernier, affirmant n’avoir pas reçu les informations requises. Le ministère des Finances a déclaré en avril que la Banque centrale avait accepté de remettre les documents requis.

Le Parlement a ensuite accepté en décembre de lever le secret bancaire pendant un an, au milieu de nombreuses tractations entre les responsables libanais, notamment le ministère des Finances et la Banque centrale, sur la possibilité de divulguer certaines informations.

Les pourparlers du Liban avec le FMI l'année dernière ont échoué en grande partie en raison d'un différend sur l'ampleur des pertes dans le système financier. Un plan élaboré par le gouvernement précédent indiquait que celles-ci s'élevaient à quelque 90 milliards de dollars, un chiffre approuvé par le FMI mais rejeté par les banques libanaises et la classe politique.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre israélien des AE se rendra au Bahreïn pour la première fois

Il y a un an, les Émirats arabes unis sont devenus le premier pays du Golfe à établir des relations officielles avec Israël et le troisième pays arabe à le faire après l’Égypte et la Jordanie. Bahreïn a signé le même jour, puis c’était au tour du Soudan et du Maroc de conclure les accords d’Abraham négociés par les États-Unis. (Photo, AFP)
Il y a un an, les Émirats arabes unis sont devenus le premier pays du Golfe à établir des relations officielles avec Israël et le troisième pays arabe à le faire après l’Égypte et la Jordanie. Bahreïn a signé le même jour, puis c’était au tour du Soudan et du Maroc de conclure les accords d’Abraham négociés par les États-Unis. (Photo, AFP)
Short Url
  • Yair Lapid a annoncé cette visite lors d’une téléconférence avec le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et des responsables de Bahreïn, des Émirats arabes unis et du Maroc
  • «Le club des accords d’Abraham est ouvert aux nouveaux membres», a lancé M. Lapid

JÉRUSALEM: Le ministre israélien des Affaires étrangères a indiqué vendredi qu’il se rendrait au Bahreïn à la fin du mois, ce qui constituerait la première visite d’un ministre israélien dans ce pays du Golfe à la suite d’un accord diplomatique conclu l’année dernière.

Yair Lapid a annoncé cette visite lors d’une téléconférence avec le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et des responsables de Bahreïn, des Émirats arabes unis et du Maroc, qui ont conclu l’année dernière des accords de normalisation des relations avec Israël sous l’égide des États-Unis.

Les responsables ont salué les accords dits d’Abraham, qui ont conduit à l’ouverture d’ambassades, au lancement de vols directs et à de nombreux accords visant à stimuler les liens économiques. Ils espèrent que les nouvelles relations seront approfondies et que d’autres pays suivront cet exemple.

«Le club des accords d’Abraham est ouvert aux nouveaux membres», a lancé M. Lapid, avant d’annoncer qu’il envisageait de se rendre au Bahreïn vers la fin du mois. Il s’est déjà rendu aux Émirats arabes unis en juin et au Maroc en août.

L’administration Biden, quant à elle, a salué les accords négociés par l’administration de l’ancien président Donald Trump et s’est engagée à se baser sur eux.

Pour les Palestiniens, cependant, ces accords constituent une trahison de leur cause nationale, car ils ont contribué à éroder un consensus arabe de longue date selon lequel la reconnaissance d’Israël devrait dépendre des progrès vers la création d’un État palestinien.

M. Blinken, qui a organisé la vidéoconférence, a déclaré: «Nous devons tous nous appuyer sur ces relations et sur la normalisation croissante pour apporter des améliorations tangibles à la vie des Palestiniens et pour progresser vers l’objectif de longue date consistant à instaurer une paix négociée entre Israéliens et Palestiniens.»

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a qualifié les accords d’«événement historique qui mérite d’être commémoré», mais a affirmé que la réactivation du processus de paix avec les Palestiniens était «fondamentale».

Le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Abdullatif ben Rashid Alzayani, estime qu’il faut s’employer à mettre en évidence les avantages de la coopération.

«Nous devons démontrer ce qu’une paix, une interdépendance et une prospérité régionales authentiques peuvent signifier dans la pratique pour la vie quotidienne de tous les peuples du Moyen-Orient», a-t-il déclaré.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministère saoudien de la Défense organise son premier forum de communication stratégique

Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Short Url
  • L’événement s’inscrit dans le cadre du projet du ministère visant à développer ses moyens de communication internes et externes, afin de répondre aux exigences des pratiques médiatiques modernes
  • «Avec les progrès rapides de la technologie, il est indispensable que toutes les organisations, et pas seulement le ministère de la Défense, pensent à la communication avec le public», a souligné le ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécu

RIYAD: Jeudi, le ministère saoudien de la Défense a organisé son premier forum de communication stratégique  à Riyad. L’objectif était d’impliquer le personnel de communication du ministère du Royaume dans son modèle opérationnel ciblé, afin de réaliser les objectifs de son programme de transformation.

L’événement, qui a été organisé sous le patronage de Khaled al-Biyari, ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécutives, s’inscrivait également dans le cadre du projet du ministère visant à développer ses moyens de communication internes et externes, afin de répondre aux exigences pratiques médiatiques modernes.

Le forum a proposé de nombreux ateliers, présentés par l’Institut Prince Ahmed ben Salmane des médias appliqué. Ils ont porté sur la création de contenu créatif, la production de vidéos pour les réseaux sociaux et la gestion d’événements. Parmi les participants figuraient des responsables et des spécialistes de la communication des forces armées saoudiennes, des forces conjointes, et des membres du département des services de santé de l’armée.

Lors du forum, M. Al-Biyari a affirmé que le ministère considérait la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance. «Ajouter une valeur stratégique à la communication élève nos pratiques médiatiques à un niveau plus avancé en termes diffusion des messages clés», a-t-il expliqué. «Avec les progrès rapides de la technologie, il est indispensable que toutes les organisations, et pas seulement le ministère de la Défense, pensent à la communication avec le public.»

Ahmed Ali Assiri, vice-ministre des Affaires stratégiques et intervenant principal lors de l’événement, a déclaré qu’il était impératif que tous les employés reçoivent des informations actualisées, précises et régulières, afin de garantir la qualité et l’efficacité des opérations.

Il a ajouté que la communication stratégique était essentielle pour envoyer des bons messages sur le travail du ministère. Enfin, Abdelrahmane al-Sultan, directeur général de la communication stratégique et des médias du ministère, a présenté son département, sa structure organisationnelle et la stratégie adoptée pour son modèle opérationnel.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com