Liban: partir n’importe où pour ne pas rester «ici»

Latifa Ballout choisit soigneusement ses légumes (Photo, Florient Zwein)
Latifa Ballout choisit soigneusement ses légumes (Photo, Florient Zwein)
Short Url
Publié le Lundi 08 mars 2021

Liban: partir n’importe où pour ne pas rester «ici»

  • La livre libanaise, qui connaissait auparavant un taux fixe de 1 500  livres pour 1  dollar (1  dollar = 0,84  euro), s’achète maintenant à plus de 10 000  livres
  • «J’ai peur pour le futur de mes petits-enfants, que vont-ils devenir dans ce pays? J’ai peur de mourir sans connaître leur futur ni savoir s’ils s’en sortent bien», déplore Walid Masri

BEYROUTH: La livre libanaise, qui connaissait auparavant un taux fixe de 1 500  livres pour 1  dollar (1 dollar = 0,84 euro), s’échange maintenant à plus de 10 000  livres pour 1  dollar. Cette hausse est le résultat de l’échec d’une politique financière uniquement basée sur la confiance des déposants. Les Libanais, pour leur part, voient la valeur de leur salaire chuter avec une inflation record dans le pays, qui plonge beaucoup d’entre eux sous le seuil de pauvreté. 

Dans le quartier populaire de Tarik El Jdideh, les magasins sont vides, alors même qu’ils ont rouvert il y a quelques jours à la suite d’une levée des restrictions sanitaires. Les consommateurs, eux, n’en sont plus vraiment et ils se limitent aux denrées nécessaires comme la nourriture. 

1
Le prix des denrées alimentaires ont fortement augmenté ces derniers mois au Liban (Photo, Florient Zwein)

Latifa Ballout est enveloppée dans son voile blanc. Elle choisit soigneusement des légumes pour sa famille et se plaint de cette crise économique qui l’étrangle. «Je pourrais mourir, il n’y a pas de vie ici, dans cette situation! J’aimerais que les hommes politiques à la télévision descendent et voient comment on vit!» Aujourd’hui, elle achètera quelques pommes pour elle et sa famille, mais pas plus. Le reste devra attendre la fin de semaine. 

Mustapha, 45 ans, est le gérant de l’échoppe. Originaire d’Idlib, il vit au Liban depuis quatre ans et tient son commerce avec deux de ses fils. «Tout est indexé sur le dollar. Les concombres, par exemple: aujourd’hui, je les achète à 2 500 livres libanaises le kilo. Demain, il se peut que je les achète à 4 500. Pourquoi? Je fais 500 livres de marge sur chaque kilo, mais les gens n’achètent pas si c’est cher! Auparavant, les clients venaient pour un ou deux kilos; maintenant, ils achètent une pièce par personne dans leur foyer, c’est tout.»  

Pour ce gérant, la situation est la même à Beyrouth et à Idlib. «La seule différence entre le Liban et la Syrie, c’est qu’ici il ne pleut pas des bombes, il pleut de l’eau!» dit-il, un léger sourire aux lèvres. 

1
Mustapha et son fils dans leur échoppe de légumes à Tariq Jdideh (Photo, Florient Zwein)

De nombreux Syriens vivent dans ce quartier. C’est aussi le cas d’Ali, qui tient à conserver l’anonymat. «Je n’ose pas me plaindre», explique ce quarantenaire. «Je n’ai pas de famille à nourrir donc j’arrive à survivre, mais je ne pourrais pas avoir de famille!» 

Ali, lui, se sent pris entre quatre murs. Il tient un magasin qui propose des produits cosmétiques et des accessoires pour femmes. «J’ai travaillé pendant trois ans devant le siège de l’ONU à Beyrouth, personne ne m’a aidé à quitter ce pays. Je ne peux pas rentrer en Syrie car l’armée va me réquisitionner; je suis coincé ici…», se désole-t-il. Dans ce quartier à majorité sunnite et populaire, tout le monde subit l’augmentation des prix, la pauvreté s'accroît. Certains jeunes du quartier manifestent le soir et brûlent des pneus pour bloquer les routes.  

1
Ali dans sa boutique, avec sa calculette, qu'il garde toujours à ses côtés (Photo, Florient Zwein)

Walid Masri est fleuriste dans ce même quartier. Du haut de ses 70 ans, il ne vend presque plus. «Les jeunes doivent se lever, fermer les routes et demander des réponses aux hommes politiques. Le problème, aujourd’hui, c’est que chacun sort pour ses propres problèmes au lieu d’être solidaire.» Il ne vend plus autant qu’avant. La chute du nombre de célébrations en raison de la Covid-19 et la situation économique le poussent à dépenser le moins possible.  

Lui n’a plus la force de manifester, mais il en appelle aux jeunes. «Le dollar était à plus de 9 000 pendant un mois, personne n’est descendu. Il a dépassé la barre des 10 000 et quelques personnes sont descendues, mais pas plus d’une cinquantaine… Jusqu’où nous allons tomber? Je n’en sais rien, personne ne le sait… J’ai peur pour le futur de mes petits-enfants, que vont-ils devenir dans ce pays? J’ai peur de mourir sans connaître leur futur ni savoir s’ils s’en sortent bien.» Une photographie de ses petits-enfants trône sur l’un des rangements de sa boutique. 

Cela fait maintenant plus d’une semaine que les jeunes dont parle Walid se soulèvent. De nombreux axes sont bloqués à travers le pays. Des dizaines de personnes viennent avec des pneus et les brûlent afin de résister pacifiquement. «Regardez autour de vous: il n’y a pas d'électricité! hurle Omar, la trentaine, venu bloquer l’une des artères principales de Beyrouth. La situation est terrible ici au Liban. Demain, si on me propose d’aller en Somalie, j’y vais! Les travailleurs venaient du Bangladesh au Liban; maintenant, vous allez voir, c’est nous qui irons au Bangladesh!» 

1
Walid dans son magasin de fleurs, à Tariq Jdideh (Photo, Florient Zwein)

Il est 19 heures. De nombreux immeubles sont plongés dans le noir et la rue est calme. Seul le crépitement du feu et quelques klaxons se font entendre. Le 8 mars a été décrété «lundi de la colère». Dès six heures du matin, des manifestants ont bloqué les différentes intersections principales qui mènent à la capitale. Au sud du pays, dans la ville de Tyr, un homme a tenté de s’immoler au niveau d’un barrage de l’armée. Il en a été empêché, mais le désespoir grandissant d’une majorité de Libanais confrontés à la pauvreté, lui, est criant. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Irak: après un nouvel appel à manifester, Moqtada Sadr se rétracte

Des membres des forces de sécurité prennent des photos alors que des partisans du Cadre de coordination pro-iranien installent des tentes sur un pont menant à la Zone verte de la capitale Bagdad, le 13 août 2022. (AFP)
Des membres des forces de sécurité prennent des photos alors que des partisans du Cadre de coordination pro-iranien installent des tentes sur un pont menant à la Zone verte de la capitale Bagdad, le 13 août 2022. (AFP)
Short Url
  • D'un côté, Moqtada Sadr veut dissoudre le Parlement et organiser des législatives anticipées
  • De l'autre, les factions chiites proIran du Cadre de coordination veulent poser leurs conditions à cet hypothétique scrutin et exigent au préalable un gouvernement de transition

BAGDAD: L'influent leader chiite irakien Moqtada Sadr qui a appelé ses partisans à rallier Bagdad pour une manifestation massive, a fait marche arrière mardi en reportant sine die le rassemblement par crainte de violences.

L'annonce intervient alors que les discussions se poursuivent en coulisse pour sortir le pays de la crise: depuis fin juillet les deux grands pôles du chiisme politique enchaînent joutes verbales et surenchères, sans toutefois laisser la situation basculer dans la violence.

D'un côté, Moqtada Sadr veut dissoudre le Parlement et organiser des législatives anticipées. De l'autre, les factions chiites proIran du Cadre de coordination veulent poser leurs conditions à cet hypothétique scrutin et exigent au préalable un gouvernement de transition.

M. Sadr, dont les partisans occupent depuis plus de deux semaines les abords du Parlement, avait appelé à une "manifestation d'un million" de personnes samedi dans la capitale irakienne.

"Si vous pariez sur une guerre civile, je mise sur la préservation de la paix sociale. Le sang des Irakiens est plus précieux que toute autre chose", a lancé sur Twitter M. Sadr, annonçant "le report sine die de la manifestation de samedi".

Lundi soir, un comité organisant les manifestations de soutien au Cadre de coordination avait lui aussi annoncé de nouveaux rassemblements, sans en préciser la date.

Depuis le 12 août, les partisans de cette coalition, qui englobe les anciens paramilitaires du Hachd al-Chaabi et l'ex-Premier ministre Nouri al-Maliki, ennemi historique de M. Sadr, campent sur une avenue de Bagdad.

A ce jour la situation n'a pas dégénéré, mais les tentatives de médiation entre les deux bords n'ont pas abouti.

Dirigeant d'une faction du Hachd, Hadi al-Ameri a multiplié les appels au calme et au dialogue. Ces derniers jours il a enchaîné les rencontres avec les principaux responsables politiques du pays, notamment avec des alliés de M. Sadr. Il s'est entretenu avec le chef du Parlement, Mohamed al-Halboussi, et les dirigeants des deux grands partis kurdes historiques.

L'impasse actuelle a débuté quand le Courant sadriste a refusé fin juillet une candidature au poste de Premier ministre présentée par le Cadre de coordination.

Depuis les dernières législatives d'octobre 2021, le pays attend toujours la désignation d'un nouveau chef du gouvernement et la nomination d'un nouveau président.

Mardi, le ministre des Finances Ali Allawi, membre du gouvernement en charge d'expédier les affaires courantes, a présenté sa démission en Conseil des ministres, selon l'agence de presse étatique INA.


Maroc: trois pompiers meurent dans un feu de forêt présumé criminel

L'incendie a provoqué jusqu'à présent la destruction d'environ 90 hectares de couvert forestier, selon les premières estimations. (Photo, AFP)
L'incendie a provoqué jusqu'à présent la destruction d'environ 90 hectares de couvert forestier, selon les premières estimations. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les cinq pompiers se trouvaient à bord de leur véhicule qui a chuté dans un ravin alors qu'ils luttaient contre les flammes
  • Quatre hommes soupçonnés d'avoir déclenché cet incendie ont été interpellés et remis à la police judiciaire avant d'être déférés devant la justice

RABAT: Trois pompiers ont trouvé la mort et deux autres ont été grièvement blessés lundi soir lors d'un incendie dans une forêt du nord du Maroc qui, selon une enquête préliminaire, est d'origine humaine, ont indiqué mardi à l'AFP les autorités locales.

Les cinq pompiers se trouvaient à bord de leur véhicule qui a chuté dans un ravin alors qu'ils luttaient contre les flammes, ont-elles ajouté.

Quatre hommes soupçonnés d'avoir déclenché cet incendie ont été interpellés et remis à la police judiciaire avant d'être déférés devant la justice, ont précisé les autorités de la province de M'diq-Fnideq, près du port de Tanger.

L'incendie a provoqué jusqu'à présent la destruction d'environ 90 hectares de couvert forestier, selon les premières estimations.

Les services anti-incendie, y compris des bombardiers d'eau Canadair, étaient toujours mobilisés mardi pour tenter de maîtriser le sinistre et empêcher qu'il ne se propage à des zones habitées.

Le mois dernier, des feux de forêt dans le nord du royaume avaient fait quatre morts.

Fin juillet, un villageois a été mis en examen pour incendie involontaire dans la province de Larache, la région la plus touchée par les incendies.

Selon le ministère de l'Agriculture, plus de 10.000 hectares ont été touchés par les feux de forêts dans plusieurs régions septentrionales du Maroc depuis le début de l'été.

Comme le sud de l'Europe occidentale, le Maroc a été frappé par des températures caniculaires, dans un contexte de sécheresse hors norme et de stress hydrique.


Libération de l’homme armé qui avait pris en otage des employés d'une banque au Liban

Bassam al-Sheikh Hussein était entré dans la banque en brandissant une arme à feu pour réclamer son argent. (Fichier/AFP)
Bassam al-Sheikh Hussein était entré dans la banque en brandissant une arme à feu pour réclamer son argent. (Fichier/AFP)
Short Url
  • Le procureur général du Liban a relâché l'homme après que la banque a abandonné les poursuites contre lui, a rapporté Al Arabiya TV
  • L'homme, âgé de 42 ans, s'était rendu après que les autorités ont annoncé à sa famille qu'il recevrait 35 000 dollars de son argent, et qu'il ne serait détenu que pour des interrogatoires

Bassam al-Sheikh Hussein, le Libanais qui a été salué comme un héros pour avoir pris des otages sous la menace d'une arme dans une banque de Beyrouth, en exigeant le déblocage de ses fonds gelés pour payer les soins médicaux de son père, a été libéré, selon la chaîne d'informations télévisée Al Arabiya.

Le procureur général du Liban a relâché l'homme après que la banque a abandonné les poursuites contre lui, a rapporté mardi Al Arabiya TV. Les détails sur les charges portées contre lui n'ont pas encore été rendus publics.

Des foules s’étaient rassemblées devant la banque pour apporter leur soutien à Bassam al-Sheikh Hussein. (Fichier/AFP)
Des foules s’étaient rassemblées devant la banque pour apporter leur soutien à Bassam al-Sheikh Hussein. (Fichier/AFP)

L'homme – qui avait pris huit employés en otage à l'intérieur de la branche de la Federal Bank, dans la capitale – a été arrêté le jeudi 11 août, après un blocage de sept heures, malgré la promesse qu'il garderait sa liberté.

L'homme, âgé de 42 ans, s'était rendu après que les autorités ont annoncé à sa famille qu'il recevrait 35 000 dollars de son argent, et qu'il ne serait détenu que pour des interrogatoires. La Banque centrale libanaise a imposé un gel de tous les dépôts bancaires en 2019.

Selon les médias qui ont couvert l’incident, Al-Sheikh Hussein était armé d'un fusil à pompe et avait de l’essence, qu'il avait affirmé vouloir utiliser pour s'immoler.

Des foules s’étaient rassemblées devant la banque jeudi pour lui apporter leur soutien, et l’avaient applaudi au moment où il avait été arrêté par les autorités.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com