«Guérir le cancer est mon prochain objectif», affirme l'inventeur du vaccin Pfizer-BioNTech contre la Covid-19

Short Url
Publié le Mardi 09 mars 2021

«Guérir le cancer est mon prochain objectif», affirme l'inventeur du vaccin Pfizer-BioNTech contre la Covid-19

  • Ugur Sahin, le cofondateur turco-allemand de BioNTech envisage l'utilisation de la technique d’ARN messager pour mettre au point un traitement efficace contre le cancer
  • BioNTech tente de produire une nouvelle version du vaccin contre la Covid-19 qui soit conservable à température ambiante afin d’être accessible à toutes les régions du monde

DUBAÏ: L'homme qui a inventé le premier vaccin contre le coronavirus  se fixe comme nouvelle priorité pour l’après-pandémie de trouver un remède contre le cancer, estimant que des techniques similaires à celle développées contre la pandémie pourraient se montrer efficaces en la matière.

Ugur Sahin, cofondateur et directeur général de BioNTech, la société qui a développé en partenariat avec la firme Pfizer le premier vaccin autorisé contre la Covid-19 a accordé une interview à Arab News dans le cadre de Frankly Speaking, une série d’entretiens vidéo avec les principaux décideurs politiques et hommes d’affaires du monde entier.

BioNTech a démarré comme entreprise axée sur l'utilisation de la technologie révolutionnaire de l’ARN messager, afin de développer de nouvelles armes médicales dans la lutte contre le cancer. Le succès du vaccin contre la Covid-19 prouve l’efficacité de ses méthodes et donne à BioNTech les ressources financières nécessaires pour poursuivre ses recherches sur le traitement du cancer.

«Notre vaccin contre la Covid-19 est une formidable opportunité et nous oblige à réfléchir de manière encore plus large à notre vision et à la manière dont nous pourrions accélérer notre programme de lutte contre le cancer et le rendre plus disponible», souligne le chercheur, qui a développé le vaccin avec son épouse Ozlem Tureci.

M. Sahin, un fils d'immigrants turcs en Allemagne, où BioNTech est basée, révèle qu'une nouvelle version du vaccin contre la Covid-19 pourrait bientôt voir le jour. Il s’agirait d’une version plus facilement transportable, à même de traiter plus efficacement les variants les plus mortels apparus dans différentes parties du monde.

«Notre vaccin doit être maintenu à une température très basse de -70°, ce qui ne le rend pas pour l’instant stockable dans toutes les régions de la planète. C’est un vrai défi, mais nous travaillons pour le rendre accessible dans de meilleures conditions», indique le scientifique. «Nous avons récemment réalisé que nous pouvons également garantir un vaccin conservable à -20° et nous continuerons à travailler là-dessus. Notre objectif est de produire 2 milliards de doses, voire plus en 2021, pour les pays développés, mais également pour ceux en développement.»

La «prochaine génération» du vaccin contre la Covid-19 pourrait être stockée et transportée à des températures allant de -2 à -8°, dit-il, ajoutant que le vaccin actuel devrait également être efficace contre le variant sud-africain, qui se transmet plus facilement et dont le taux de mortalité est plus élevé. «Nous devons conduire des nouveaux tests, et analyser les données sur les nouveaux variants.»

Distribuer le vaccin plus équitablement représente également un défi considérable de la pandémie, admet-il. «Garantir un vaccin équitable est une question de logistique, mais aussi d'accessibilité. Notre objectif lorsque nous avons commencé à développer ce vaccin était de le rendre disponible dans le monde entier à tous ceux qui en avaient besoin.»

Pour lui, une approche plus innovante et entrepreneuriale est nécessaire pour résoudre les problèmes de distribution du vaccin dans les régions les plus pauvres du monde. «Nous devrions vraiment travailler ensemble pour atteindre cet objectif», assure t-il.

Interrogé par Arab News sur la question d’un retour à la normale qui préoccupe les décideurs économiques et médicaux, il affirme que tout dépendra des campagnes de vaccination. «Il faut vacciner environ 60 à 70 % de la population pour commencer à constater une immunité collective, mais nous commençons déjà à voir les premiers effets des vaccinations, en particulier sur les personnes âgées. La première vague de vaccinations a déjà eu des effets: les hospitalisations chez les personnes vaccinées ont chuté, un objectif crucial pour réduire la mortalité et entamer un meilleur contrôle des infections.»

BioNTech s'est associée au groupe pharmaceutique américain Pfizer lorsque le potentiel de son vaccin s’est montré prometteur, afin de bénéficier des avantages du réseau américain pour mener des essais cliniques, gérer l’approvisionnement et les questions de règlementation.

«Nous avons combiné nos compétences respectives et nous travaillons ensemble, guidés par la science. En fin de compte, nous voulons tous la même chose: développer un vaccin le plus tôt possible, sûr, efficace et disponible à une large échelle.»

Hormis les États-Unis, le vaccin est fabriqué dans les installations de BioNTech en Europe et distribué à l'international. Une nouvelle installation dans la ville allemande de Marburg est en cours pour permettre de fabriquer davantage de vaccins. M. Sahin explique toutefois que le travail est long et complexe pour la mise en place d'installations à l'étranger.

«Il nous faudra environ huit mois avant de pouvoir produire les premiers vaccins de l’usine de Marbourg. C’est vraiment le minimum. Au début de la pandémie, installer de nouvelles usines ailleurs n’était pas facile. Chaque usine que nous commençons à envisager ne sera opérationnelle qu'à la mi-2022», assure-t-il.

Le vaccin a été autorisé et livré rapidement en Arabie saoudite et dans d'autres régions du Moyen-Orient. Deux pays de la région – Israël et les Émirats arabes unis – sont en tête du classement mondial des populations déjà vaccinées. M. Sahin souligne que la région pourrait accueillir de futures installations de fabrication de vaccin contre la Covid-19 ou d’autres virus potentiellement plus dévastateurs.

«Ce que cette pandémie nous a appris est très clair. Les experts s'attendaient à ce qu’elle se produise déjà depuis vingt ans. C'est arrivé et nous n'étions pas bien préparés, le monde n'était pas bien préparé. C'est une mauvaise pandémie, mais il pourrait y en avoir de pires à l’avenir», affirme-t-il.

Concernant les autres vaccins, M. Sahin refuse de commencer les rivaux de BioNTech. «Il ne s’agit pas une course. La seule course en cours est celle contre le virus, et je m’en réjouis. J’avais prédit que nous aurions besoin de plusieurs types de vaccins pour une vaccination de la planète à grande échelle, et c’est ce qui se produit. Il est merveilleux de constater que toutes sortes de collaborations internationales ont abouti non seulement à plusieurs vaccins», s’exclame-t-il.

Sahin et Ozlem, qui ont été nommés «personnalités de l’année 2020» par le Financial Times, ont également rejoint le rang des milliardaires mondiaux, alors que la valeur de l'entreprise est montée en flèche à l’annonce d’un vaccin largement efficace. Les fondateurs de BioNTech croient au rôle de la philanthropie dans la lutte contre les maladies mortelles.

«C’est extrêmement important. Nous devons comprendre que tout le monde peut être utile, et nous souhaitons donner une dimension philanthropique à notre entreprise. Comment pouvons-nous nous assurer que ce que nous entreprenons sera pour le bien de l’humanité, c’est une vraie question», s’interroge Sahin. «Je ne comprends pas, par exemple, pourquoi les personnes vivant en Afrique ne pourraient pas bénéficier des traitements modernes contre le cancer.»


Instagram teste l'option de masquer les « likes » pour faire baisser la pression sociale

Les logos d'Instagram et de Facebook. (Photo, AFP)
Short Url
  • Après plusieurs tests où certaines personnes ne voyaient plus le nombre de « likes » (« j'aime ») recueillis par les contenus, Instagram a annoncé mercredi une nouvelle expérimentation
  • Les utilisateurs décideront eux-mêmes ce qui « fonctionne le mieux » pour eux

SAN FRANCISCO : Like ou pas like? Instagram n'a toujours pas tranché l'épineuse question de l'affichage des « likes » sous les photos et vidéos, liée aux effets potentiellement délétères de la quête de validation des utilisateurs sur les réseaux.

Après plusieurs tests où certaines personnes ne voyaient plus le nombre de « likes » (« j'aime ») recueillis par les contenus, la populaire application de Facebook a annoncé mercredi une nouvelle expérimentation, où les utilisateurs décideront eux-mêmes ce qui « fonctionne le mieux » pour eux.

Ils « pourront ainsi décider d’activer l’option qui leur convient davantage, qu'il s'agisse de choisir de ne pas voir le nombre de likes sur les publications d'autrui, de désactiver les likes sur ses propres publications ou encore de conserver l’expérience originale », détaille un communiqué.

En 2019, Instagram a caché les « likes » pour un petit groupe de personnes, mais les résultats ont été mitigés: certains cobayes ont dit ressentir moins de pression, mais l'indicateur a manqué à d'autres, soucieux de savoir quels contenus marchent bien et d'identifier les tendances populaires.

Les utilisateurs concernés ne pouvaient plus voir combien de « likes » recevaient les posts des autres. Ils avaient toujours accès au nombre de « likes" sur leurs propres posts, mais en cliquant sur une page différente.

« Nous faisons cette expérience parce que nous souhaitons que nos utilisateurs se concentrent sur les photos et les vidéos partagées, pas sur le nombre de likes qu'ils recueillent », avait déclaré un porte-parole d'Instagram en juillet 2019. « Nous ne voulons pas qu'Instagram donne l'impression d'être une compétition. »

Une étude conduite en 2018 aux Etats-Unis par le Pew Research Center a montré que 72% des adolescents du pays utilisaient Intagram et que près de 40% d'entre eux se sentaient obligés de ne partager que les contenus ayant rassemblé beaucoup de « likes » ou de commentaires.

La quête effrénée de « likes » « enferme les ados dans une fausse bulle de perfection » qui leur renvoie l'image qu'ils ne sont « pas à la hauteur », a expliqué Michaël Stora, psychologue et président de l'Observatoire français des mondes numériques, en octobre dernier.

Ce nouveau test, mené au niveau mondial, doit permettre de « comprendre si le fait de donner davantage de contrôle à chaque utilisateur, pour construire l'expérience qui lui convient, aide à réduire la pression d'une manière pertinente », conclut Instagram.


Le Canada accorde la résidence permanente pour 90 000 étudiants et travailleurs étrangers

Une vue de la ville de Vancouver, Canada. (Photo, AFP)
Short Url
  • La mesure doit permettre au Canada d'atteindre son objectif d'accueillir plus de 400 000 immigrants en 2021
  • « La pandémie a mis en lumière l'incroyable contribution des nouveaux arrivants », affirme le ministre de l'Immigration

OTTAWA : Le Canada va accorder le statut de résident permanent à 90 000 étudiants et travailleurs étrangers présents sur son territoire et qui ont notamment aidé à soigner des malades pendant la pandémie, a annoncé mercredi le ministre de l'Immigration.

Le programme, en vigueur à partir du 6 mai, s'adresse aux travailleurs ayant au moins un an d'expérience au Canada dans le domaine de la santé ou une profession jugée essentielle, ainsi qu'aux étudiants étrangers y ayant obtenu un diplôme d'études supérieures ces quatre dernières années, a dit le ministre Marco Mendicino lors d'une conférence de presse.

La mesure doit permettre au Canada d'atteindre son objectif d'accueillir plus de 400 000 immigrants en 2021 et de compenser la chute du nombre de personnes accueillies en 2020, en raison de la pandémie et de la fermeture des frontières.

« La pandémie a mis en lumière l'incroyable contribution des nouveaux arrivants. Ces nouvelles politiques permettront à ceux qui ont un statut temporaire de planifier leur avenir au Canada, de jouer un rôle clé dans notre reprise économique et de nous aider à mieux reconstruire », a déclaré M. Mendicino.

 


Covid-19: le renseignement américain n'écarte pas l'hypothèse du labo chinois

La thèse de la fuite de l'Institut de virologie de Wuhan avait été défendue avec force par l'administration américaine sous la présidence de Donald Trump. (Photo, AFP)
Short Url
  • « La communauté du renseignement ne sait pas exactement où, quand, ni comment le virus de la Covid-19 a été transmis initialement »
  • « Ce qui est clair pour nous et nos experts, c'est que les dirigeants chinois n'ont pas été complètement francs ou transparents dans leur coopération » avec l'OMS

WASHINGTON : Les services de renseignement américains n'écartent toujours pas l'hypothèse de l'accident de laboratoire pour expliquer l'apparition à Wuhan, en Chine, de la pandémie de Covid-19, ont indiqué mercredi leurs responsables.

« La communauté du renseignement ne sait pas exactement où, quand, ni comment le virus de la Covid-19 a été transmis initialement », a déclaré la directrice du renseignement, Avril Haines, devant une commission du Sénat.

Elle a mentionné les « deux théories » expliquant l'origine du coronavirus: un contact humain avec des animaux infectés ou l'accident de laboratoire.

« Nous en sommes là », a-t-elle ajouté. « Mais nous continuons à travailler sur cette question, nous rassemblons des informations et nous faisons tout notre possible pour vous donner le plus de confiance possible » dans les explications sur l'origine de la pandémie.

« Nous faisons tout ce que nous pouvons et nous utilisons toutes les ressources à notre disposition pour faire toute la lumière là-dessus », a renchéri le directeur de la CIA, William Burns.

Mais « ce qui est clair pour nous et nos experts, c'est que les dirigeants chinois n'ont pas été complètement francs ou transparents dans leur coopération » avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur l'origine du coronavirus, a-t-il ajouté.

Les services de renseignement coopèrent avec d'autres agences gouvernementales et les universités pour tenter de déterminer la provenance exacte du virus, a précisé le général Paul Nakasone, chef de l'agence de renseignement militaire, la NSA.

Dans leur rapport publié fin mars, les experts internationaux de l'OMS avaient jugé « extrêmement improbable » la théorie selon laquelle le coronavirus aurait pu s'échapper de l'Institut de virologie de Wuhan, la ville du centre de la Chine où la Covid-19 a fait son apparition fin 2019. 

Mais le directeur de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a demandé quelques jours plus tard à poursuivre l'enquête sur cette hypothèse, notant que les experts internationaux lui « avaient fait part de leurs difficultés à accéder aux données brutes » pendant leur séjour en Chine.

La thèse de la fuite de l'Institut de virologie de Wuhan avait été défendue avec force par l'administration américaine sous la présidence de Donald Trump, se fondant sur les informations des services de renseignement. La Chine a toujours nié cette possibilité.