La beauté «durable», nouveau passage obligé pour les cosmétiques ?

Les consommateurs attendent désormais des produits de beauté qu’ils soient moins nocifs pour la santé et moins polluants (Photo, AFP).
Les consommateurs attendent désormais des produits de beauté qu’ils soient moins nocifs pour la santé et moins polluants (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 15 mars 2021

La beauté «durable», nouveau passage obligé pour les cosmétiques ?

  • L'industrie cosmétique recherche de plus en plus la croissance dans les thèmes de l'environnement ou de la santé
  • Le discours sur la durabilité n'émane plus seulement de petites marques traditionnelles

PARIS: Shampoings solides « zéro déchet », emballages recyclables, ingrédients naturels issus de filières durables : l'industrie cosmétique recherche de plus en plus la croissance dans les thèmes de l'environnement ou de la santé.

Le discours sur la durabilité n'émane plus seulement de petites marques traditionnelles. L'Oréal vient ainsi de rappeler son objectif de « 95% d'ingrédients bio-sourcés, issus de minéraux abondants ou de procédés circulaires » d'ici à 2030. Le mastodonte français, dont les ventes avoisinaient les 28 milliards d'euros l'an dernier, a par ailleurs lancé il y a deux ans un site pour répondre aux questions du public sur les ingrédients utilisés.

Le géant américain Coty intègre également des critères environnementaux et sociétaux dans le développement de ses nouveaux produits. Dernière annonce en date, un partenariat avec LanzaTech, une entreprise spécialisée dans la production d'éthanol à partir de gaz résiduels recyclés.

La plus petite marque bretonne spécialisée dans les produits d'entretien Briochin (35 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel) a, elle, démarré une gamme de cosmétiques en 2016, 100% labellisés bio. 

Shampoings solides, « pains » de toilette à usages multiples, elle propose « des formules simples pour plusieurs usages, avec moins de produits mais qui s'adressent à toute la famille », souligne Caroline Cantin, directrice générale adjointe.

« Facteur clé » pour certains consommateurs

Les produits bio et naturels certifiés représentent encore une part infime des ventes de cosmétiques en France : seulement 6,4%, soit 970 millions d'euros en 2020 sur un marché total estimé à près de 16 milliards d'euros, selon le cabinet Xerfi.

Mais à l'heure où la demande en produits de beauté sur les marchés matures stagne, « le bio est l'un des segments qui génère le plus de croissance en valeur absolue », affirme Benoît Samarcq, chargé d'études économiques chez Xerfi, évoquant 8% l'an dernier.

Les forums beauté regorgent de témoignages de consommatrices comme Nina, qui raconte sur Beauté Test être « tombée sur un reportage (...) qui parlait des ingrédients nocifs présents dans les cosmétiques. Ça m'a fait réfléchir, étant en essai bébé je me dis que c'est peut-être le moment de faire plus attention ».

Des applications prisées des consommateurs telles Yuka se font aussi fort d'éplucher les listes d'ingrédients des cosmétiques à la recherche de produits potentiellement nocifs, et contribuent à modifier les habitudes.

« Avant même la pandémie, on a vu les préoccupations sur la santé monter en puissance », observe Hervé Navellou, directeur général de L'Oréal France.

« Les consommateurs, en particulier la génération Z et les millennials, considèrent déjà la durabilité comme un facteur clé dans leurs décisions d'achat », explique aussi, dans un courriel Thierry Molière, responsable de la recherche chez Coty.

Quel engagement ?

Face à cette « vraie tendance de fond », l'industrie est obligée de s'adapter, selon Mathilde Lion, experte beauté pour le cabinet NPD Group : « Il y a 10 ans, ce sont les marques qui diffusaient leur message. Maintenant, les consommateurs ont pris le pouvoir, ont ces attentes. Aux marques d'y répondre. »

A minima, les grands acteurs « doivent avoir des initiatives en faveur de l'environnement ou en faveur de davantage de transparence », abonde Benoît Samarcq.

Reste à voir quel est l'engagement réel derrière les discours marketing.

« Ce n'est pas parce qu'une entreprise achète une marque bio ou utilise du plastique biosourcé que cela suffit », avertit ainsi Romain Ruth, président de l'association Cosmébio, un label de cosmétiques bio qui regroupe plus de 450 entreprises du secteur en France. « Il faut chercher le label, que ce soit un engagement juridique et scientifique. » 

Cela peut aussi permettre d'y voir plus clair dans la multitude des étiquettes vantant la naturalité: des labels comme par exemple Cosmébio, Natrue ou encore Ecocert vont « plus loin que la norme ISO 16128 relative aux cosmétiques bio, publiée en 2017 », remarque Benoît Samarcq.

Selon cette norme, accusée par ses détracteurs de favoriser le « greenwashing », un ingrédient est considéré comme dérivé naturel dès qu'il contient plus de 50% de matières naturelles. Le reste pouvant alors être issu de l'industrie pétrochimique.

« Ce qui n'est évidemment pas le cas pour les labels et peut porter à confusion auprès des consommateurs », reconnaît Samarcq.


Maroc: Société Générale cède sa filiale à une holding marocaine pour 745 millions d'euros

Short Url
  • Le groupe bancaire français Société Générale a annoncé vendredi avoir signé pour 745 millions d'euros un contrat de cession de ses parts de Société Générale Maroc à la holding marocaine Saham
  • Saham "reprendrait ainsi la totalité des activités opérées" par Société Générale Maroc, ainsi que celles de la compagnie d'assurance La Marocaine Vie

PARIS: Le groupe bancaire français Société Générale a annoncé vendredi avoir signé pour 745 millions d'euros un contrat de cession de ses parts de Société Générale Maroc à la holding marocaine Saham.

Saham "reprendrait ainsi la totalité des activités opérées" par Société Générale Maroc, ainsi que celles de la compagnie d'assurance La Marocaine Vie, que la Société générale détenait via sa filiale d'assurance Sogecap, a indiqué la direction dans un communiqué.

L'ensemble des salariés seront également repris par Saham, un empire de l'assurance, des métiers de l'offshoring (délocalisation) et de la finance au Maghreb et en Afrique, fondé par l'ex-ministre marocain de l'Industrie, le milliardaire Moulay Hafid Elalamy.

Société Générale a commencé à se désengager en Afrique. En décembre et en janvier, elle a vendu deux de ses filiales au Congo et au Tchad et elle est en cours d'exécution de cessions de ses filiales en Guinée Equatoriale et au Burkina Faso.

Le groupe Société Générale, qui a une présence ancienne en Afrique, entend par ces ventes "façonner un modèle simplifié, plus synergétique et performant."

Elle rejoint un mouvement lancé par d'autres groupes bancaires, comme Barclays ou BNP Paribas, qui ont cédé plusieurs de leurs filiales africaines ces dernières années.

La stratégie de simplification du portefeuille d'activités s'inscrit dans la feuille de route stratégique de Société Générale, dont le bénéfice net a bondi à 2,5 milliards d'euros en 2023. Jeudi, elle avait annoncé avoir signé un protocole de vente au groupe bancaire BPCE de ses activités de financements de biens d'équipements pour les entreprises regroupées dans SGEF, pour un montant de 1,1 milliard d'euros.


Des milliards de dollars de fraude au Vietnam: la patronne d'un géant de l'immobilier condamnée à mort

La magnate vietnamienne de l'immobilier Truong My Lan (au centre) au tribunal à Ho Chi Minh ville le 11 avril 2024. (Photo AFP)
La magnate vietnamienne de l'immobilier Truong My Lan (au centre) au tribunal à Ho Chi Minh ville le 11 avril 2024. (Photo AFP)
Short Url
  • Truong My Lan est condamnée pour avoir escroqué environ 42.000 personnes entre 2012 et 2022, via un montage d'obligations transitant par la SCB, détenue à plus de 90% par son groupe, avec la complicité de fonctionnaires de la supervision bancaire
  • Selon le parquet, le total des dommages causés par l'escroquerie s'élevait désormais à 27 milliards de dollars (25 millions d'euros), soit l'équivalent de 6% du PIB du pays en 2023

HO CHI MINH-VILLE, Vietnam : La dirigeante d'un géant de l'immobilier a été condamnée à la peine de mort dans une affaire de fraude dont les dommages ont été estimés par le parquet à 25 milliards d'euros au total, le plus grand scandale financier qu'ait connu le Vietnam.

Les actions de Truong My Lan, patronne du conglomérat Van Thinh Phat, accusée d'avoir escroqué des fonds de la Saigon Commercial Bank (SCB) pendant une décennie, «ont érodé la confiance des gens dans la direction du Parti (communiste) et de l'Etat», a estimé le jury, selon les médias d'Etat, lors du procès qui s'est tenu dans un tribunal de Hô Chi Minh-Ville (sud).

Mme Truong a été reconnue coupable de corruption, détournement de fonds et violation de la loi bancaire. La femme d'affaires a nié son rôle et rejeté la faute sur ses subordonnés.

Au cours d'un procès XXL qui a duré environ un mois, Mme Truong et 85 autres prévenus ont comparu pour répondre aux interrogations et à la colère de milliers d'épargnants lésés qui ont perdu leurs fonds presque du jour au lendemain.

La liste des accusés comprenait des anciens fonctionnaires de la banque centrale, des ex-membres du gouvernement ainsi que des dirigeants de la banque impliquée dans le montage frauduleux, la Saigon Commercial Bank (SCB), sur fond de purge anticorruption orchestrée depuis plusieurs années par le pouvoir communiste visant les hautes sphères politiques et économiques.

La peine de mort n'avait été requise par le procureur que contre Mme Truong considérée comme le cerveau de l'opération.

- «Peu de connaissances» -

Au moment de sa dernière prise de parole en public, lors des audiences, elle a confessé avoir pensé au suicide. «Dans mon désespoir, j'ai pensé à la mort», a-t-elle déclaré, dans des propos rapportés par Tuoi Tre, un journal d'Etat.

«Je suis tellement en colère d'avoir été assez stupide pour m'être impliquée dans un secteur aussi difficile (la banque) pour lequel je n'avais que peu de connaissances», a-t-elle assuré.

Truong My Lan est condamnée pour avoir escroqué environ 42.000 personnes entre 2012 et 2022, via un montage d'obligations transitant par la SCB, détenue à plus de 90% par son groupe, avec la complicité de fonctionnaires chargés de superviser le secteur bancaire.

Elle a été arrêtée en octobre, accusée d'avoir détourné 304.000 milliards de dongs, soit 11,5 milliards d'euros, qui auraient alimenté son train de vie luxueux et servi à la corruption.

Mais le parquet a affirmé jeudi que le total des dommages causés par l'escroquerie s'élevait désormais à 27 milliards de dollars (25 millions d'euros), soit l'équivalent de 6% du PIB du pays en 2023.

Le procès a révélé certaines combines, comme un pot-de-vin d'environ cinq millions d'euros en liquide dissimulé dans des boîtes de Styrofoam, un isolant thermique habituellement utilisé pour le transport de fruits ou de fruits de mer.

La destinataire, ancienne responsable chargée de l'inspection au sein de la banque centrale, a assuré avoir refusé le paquet, tendu par l'ancien président de la SCB. Ce dernier a affirmé de son côté ne pas l'avoir repris après l'avoir donné, selon un média d'Etat.

Les procureurs ont aussi fait état de plus d'un millier de propriétés confisquées à Mme Truong.

- Dispositif policier -

L'ampleur du scandale a poussé des centaines de personnes à manifester dans la capitale Hanoï et à Hô Chi Minh-Ville, dans une inhabituelle expression de colère collective tolérée dans le pays communiste.

Mercredi, un important dispositif policier s'est déployé devant le siège de la banque centrale à Hanoï, lieu de précédents rassemblements.

Faute de transparence et de régulation efficace, le système bancaire vietnamien laisse la porte ouverte à de puissants acteurs privés qui peuvent imposer leurs intérêts au détriment des épargnants.

Ces dernières années, le régime communiste a accéléré sa campagne anticorruption. Au nom de cette politique, plus de 4.400 personnes, dont des anciennes stars du monde des affaires et des ministres déchus, ont été poursuivies dans plus de 1.700 affaires depuis 2021.

Le recours à la peine capitale est monnaie courante au Vietnam pour des affaires de stupéfiants, mais demeure rare pour des délits ou crimes économiques.

Les statistiques sur son application sont classées secret d'Etat, mais Amnesty International estime que de «nombreuses» exécutions ont lieu chaque année, de l'ordre de plusieurs dizaines par an.


Les nouveaux contrôles douaniers post-Brexit vont aggraver l'inflation britannique, selon une étude

Un partisan anti-Brexit tient une pancarte lors d'un rassemblement à l'extérieur du Palais de Westminster, qui abrite les Chambres du Parlement, dans le centre de Londres, le 31 janvier 2024, alors que les nouveaux contrôles douaniers post-Brexit entrent en vigueur. (Photo Justin Tallis AFP)
Un partisan anti-Brexit tient une pancarte lors d'un rassemblement à l'extérieur du Palais de Westminster, qui abrite les Chambres du Parlement, dans le centre de Londres, le 31 janvier 2024, alors que les nouveaux contrôles douaniers post-Brexit entrent en vigueur. (Photo Justin Tallis AFP)
Short Url
  • Ces nouveaux contrôles aux frontières «devraient faire grimper le prix des produits agricoles importés de l'Union européenne (UE) de 2 milliards de livres» (2,34 milliards d'euros) par an, ce qui gonflera «l'inflation britannique de 0,2 point de pourcenta
  • Londres avait reporté à cinq reprises certaines formalités et contrôles des importations, de peur de pénaliser une économie déjà atone et d'alimenter l'inflation

LONDRES : Les nouveaux contrôles douaniers post-Brexit, qui doivent entrer en vigueur le 30 avril pour de nombreuses marchandises arrivant au Royaume-Uni en provenance de l'UE, coûteront deux milliards de livres aux entreprises et aggraveront l'inflation britannique, selon une étude publiée jeudi.

Ces nouveaux contrôles aux frontières «devraient faire grimper le prix des produits agricoles importés de l'Union européenne (UE) de 2 milliards de livres» (2,34 milliards d'euros) par an, ce qui gonflera «l'inflation britannique de 0,2 point de pourcentage», d'après cette étude de l'assureur Allianz Trade.

L'inflation britannique, qui atteignait 3,4% sur un an en février, a nettement ralenti depuis son pic à plus de 11% fin 2022, mais elle reste la plus élevée du G7.

Depuis l'entrée en vigueur effective du Brexit en janvier 2021, l'UE a mis en place des contrôles renforcés pour les marchandises en provenance du Royaume-Uni.

De son côté, Londres avait reporté à cinq reprises certaines formalités et contrôles des importations, de peur de pénaliser une économie déjà atone et d'alimenter l'inflation.

Fin janvier, des certificats sanitaires et phytosanitaires sont devenus obligatoires, notamment pour certains produits d'origine animale ou végétale de «risque moyen». Fin avril, des contrôles physiques entreront en vigueur.

Parmi les produits concernés par les nouvelles formalités au passage de la Manche figurent certains fromages, beurres ou crèmes, saucisses, jambon ou charcuterie, mais aussi certaines fleurs coupées, racines ou tubercules.

Le gouvernement avait reconnu en janvier que ces changements pourraient se traduire par des coûts supplémentaires de 330 millions de livres (386 millions d'euros) par an sur les importations depuis l'UE, mais assurait que cela n'aurait pas d'impact significatif sur l'inflation alimentaire.

Allianz Trade estime pour sa part que ces coûts se chiffreront en milliards et prévient que «les exportateurs de l’UE répercuteront (au moins une partie de) ces coûts supplémentaires sur leurs clients britanniques». «Les produits laitiers, la viande et le poisson» seront les produits les plus touchés, souligne l'assureur.

Cependant, cet impact sur l'inflation «sera atténué», car une autre politique du gouvernement britannique suspend en parallèle certains droits «sur des marchandises non couvertes par des accords de libre-échange», ce qui «réduira les coûts d'importation de 7 milliards de livres et par conséquent l'inflation de 0,6 point de pourcentage», remarque Allianz Trade.

Le gouvernement britannique met en effet en place, à partir de jeudi, pour un peu plus de deux ans, des suspensions de certains droits d'importation sur 126 produits non-fabriqués, ou en quantités insuffisantes, sur le territoire britannique, dans des secteurs comme la chimie, l'automobile ou l'agroalimentaire.