Un Suédois proche de la mort après des mois d'isolement en Iran, selon des experts de l'ONU

Ahmadreza Djalali est dans un état critique et près de mourir, après des mois d'isolement prolongé dans une cellule en prison, ont déclaré des experts des droits humains de l'ONU. (Fichier/AFP)
Ahmadreza Djalali est dans un état critique et près de mourir, après des mois d'isolement prolongé dans une cellule en prison, ont déclaré des experts des droits humains de l'ONU. (Fichier/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 19 mars 2021

Un Suédois proche de la mort après des mois d'isolement en Iran, selon des experts de l'ONU

  • «Des problèmes de santé l'ont empêché de s'alimenter correctement, entraînant une perte de poids dramatique», ont affirmé les experts de l’ONU
  • Ahmadreza Djalali, médecin et conférencier au Karolinska Institute de Stockholm, a été arrêté en Iran en 2016 et condamné à la peine de mort pour espionnage

GENÈVE: Le scientifique suédo-iranien Ahmadreza Djalali, condamné à mort en Iran pour espionnage, se trouve dans un état critique et est proche de la mort, après des mois d'isolement dans une cellule, ont déclaré jeudi des experts des droits humains de l'ONU.

«La situation de Djalali est vraiment horrible», ont affirmé ces experts. Appelant à sa libération par l’Iran, ils ont précisé qu’il avait été détenu à l’isolement total pendant plus de cent jours, les responsables de la prison l’exposant à des lumières très intenses 24h/24 pour le priver de sommeil.

 «Des problèmes de santé l'ont empêché de s'alimenter correctement, entraînant une perte de poids dramatique», ont souligné les experts, au nombre desquels figurent les rapporteurs spéciaux de l'ONU chargés de suivre la question des exécutions arbitraires, des détentions arbitraires et de la torture en Iran.

«Sa situation est si difficile qu'il aurait du mal à s’exprimer. Nous sommes révoltés et affligés par la maltraitance inhumaine que subit M. Djalali.»

Une requête faite à la mission diplomatique iranienne à Genève, demandant des précisions sur son état de santé, n'a pas reçu de réponse immédiate.

Ahmadreza Djalali, médecin et conférencier au Karolinska Institute de Stockholm, la capitale suédoise, a été arrêté en Iran en 2016, puis déclaré coupable d'espionnage. Il est accusé d'avoir fourni des informations à Israël afin que leurs services secrets assassinent des scientifiques travaillant dans le domaine du nucléaire. La Cour suprême iranienne a confirmé en 2017 sa condamnation à mort.

Les experts de l'ONU déclarent que la condamnation et la sentence prononcée contre le scientifique sont fondées sur des aveux extorqués sous la torture et après un procès inéquitable. «Son traitement est emblématique de l’utilisation systématique par l’Iran de l’isolement cellulaire ʺpour punir et faire pression sur les détenusʺ, afin de recueillir des aveux forcés», ont-ils précisé.

Des militants des droits de l'homme ont accusé l'Iran d'avoir emprisonné un certain nombre de binationaux pour tenter d’obtenir des concessions d'autres pays. Téhéran a régulièrement rejeté ces accusations et affirme que son système judiciaire est équitable.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com

 


Le président égyptien Sissi appelle à empêcher tout déplacement de Gazaouis «  par la force »

Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne". (AFP).
Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne". (AFP).
Short Url
  • "J'appelle la communauté internationale à fournir immédiatement une aide humanitaire à long terme à la bande de Gaza, à mettre fin au siège israélien et à cesser toute tentative de contraindre les Palestiniens à quitter leur terre par la force"
  • Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne"

PEKIN: Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a appelé jeudi la communauté internationale à empêcher tout déplacement de Gazaouis "par la force", lors d'un forum Chine-pays arabes à Pékin.

"J'appelle la communauté internationale à fournir immédiatement une aide humanitaire à long terme à la bande de Gaza, à mettre fin au siège israélien et à cesser toute tentative de contraindre les Palestiniens à quitter leur terre par la force", a déclaré le chef de l'Etat égyptien dans un discours.

L'armée israélienne a annoncé avoir pris le contrôle "ces derniers jours" du couloir de Philadelphie, une zone tampon stratégique de 14 kilomètres de long qui borde la frontière égyptienne le long du sud de la bande de Gaza, près de Rafah.

Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne".

Il a appelé à un "engagement sérieux et immédiat envers une solution à deux Etats et la reconnaissance du droit légitime des Palestiniens à un Etat indépendant".

L'attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien Hamas, le 7 octobre en Israël, a entraîné la mort de plus de 1.189 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte réalisé par l'AFP à partir des derniers chiffres officiels disponibles.

Sur les 252 personnes emmenées comme otages pendant l'attaque, 121 sont toujours détenues à Gaza, dont 37 sont mortes selon l'armée.

En représailles, Israël a juré d'anéantir le Hamas, qu'il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l'Union européenne, et a lancé une offensive qui a fait jusqu'à présent 36.171 morts dans la bande de Gaza, selon le ministère de la Santé de l'administration du Hamas.

La guerre a déplacé la majorité des quelque 2,4 millions d'habitants de Gaza et provoqué une catastrophe humanitaire majeure.


Frontière Gaza-Egypte: Israël annonce avoir pris le contrôle du couloir de Philadelphie

Un responsable militaire israélien a déclaré mercredi que les forces israéliennes avaient obtenu le contrôle tactique du couloir de Philadelphie qui longe la frontière entre la bande de Gaza et l'Égypte. (AFP)
Un responsable militaire israélien a déclaré mercredi que les forces israéliennes avaient obtenu le contrôle tactique du couloir de Philadelphie qui longe la frontière entre la bande de Gaza et l'Égypte. (AFP)
Short Url
  • Le couloir de Philadelphie est un chemin de patrouille frontalier que l'armée israélienne s'était taillé le long de la frontière avec l'Egypte à l'intérieur de la bande de Gaza avant le retrait israélien unilatéral de ce territoire palestinien en 2005
  • Mercredi, des combats de rue et des bombardements ont secoué Rafah, ville frontalière de l'Egypte à la lisière sud de la bande de Gaza

JÉRUSALEM: L'armée israélienne a pris le contrôle du couloir de Philadelphie, zone tampon à la frontière entre la bande de Gaza et l'Egypte, a affirmé mercredi soir le porte-parole de l'armée israélienne.

"Ces derniers jours", les forces armées israéliennes "ont pris le contrôle opérationnel du couloir de Philadelphie à la frontière entre l'Egypte et Rafah", a affirmé le contre-amiral Daniel Hagari, lors d'une déclaration télévisée.

Le couloir de Philadelphie est un chemin de patrouille frontalier que l'armée israélienne s'était taillé le long de la frontière avec l'Egypte à l'intérieur de la bande de Gaza avant le retrait israélien unilatéral de ce territoire palestinien en 2005, après 38 années d'occupation.

"Le couloir de Philadelphie servait de tuyau d'oxygène au Hamas, par lequel il faisait transiter régulièrement des armes vers la bande de Gaza", a poursuivi M. Hagari, ajoutant que l'armée israélienne avait découvert "une vingtaine de tunnels" dans cette zone.

"Ces dernières semaines, nos forces ont découvert une infrastructure terroriste souterraine sophistiquée à l'est de Rafah d'une longueur d'un kilomètre et demi à une centaine de mètres du passage" frontalier de Rafah, entre l'Egypte et la bande de Gaza, a en outre déclaré le porte-parole.

Ce poste-frontière, seul point de passage entre la bande de Gaza et l'Egypte, est fermé depuis que l'armée israélienne en a pris le contrôle au début du mois de mai.

Mercredi, des combats de rue et des bombardements ont secoué Rafah, ville frontalière de l'Egypte à la lisière sud de la bande de Gaza, au lendemain de l'entrée de chars israéliens dans le centre de la ville, devenue, ces dernières semaines, l'épicentre de la guerre entre l'armée israélienne et le Hamas.

 


Les détenteurs de visas ne pourront pas accéder à La Mecque pendant la saison du Hajj

Des pèlerins musulmans se recueillent autour de la Kaaba, à la Grande Mosquée, lors du pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, en Arabie saoudite, le 25 juin 2023. (AFP)
Des pèlerins musulmans se recueillent autour de la Kaaba, à la Grande Mosquée, lors du pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, en Arabie saoudite, le 25 juin 2023. (AFP)
Short Url
  • Du 23 mai au 21 juin, seuls les pèlerins munis de permis de Hajj seront autorisés à entrer à La Mecque, sous peine de sanctions en cas d'infraction
  • Le ministère a exhorté les visiteurs qui sont actuellement en Arabie saoudite à éviter de se rendre à La Mecque pendant la période spécifiée

RYAD: Le ministère saoudien de l'Intérieur a annoncé que les détenteurs de visas de visite ne seront pas autorisés à entrer ou à séjourner à La Mecque pendant la saison du Hajj.

Du 23 mai au 21 juin, seuls les pèlerins munis de permis de Hajj seront autorisés à entrer à La Mecque, sous peine de sanctions en cas d'infraction.

Le ministère a souligné que les visas de visite ne permettaient pas d'effectuer le Hajj. Il a également exhorté les visiteurs qui sont actuellement en Arabie saoudite à éviter de se rendre à La Mecque pendant la période spécifiée.

«Les contrevenants seront soumis à des sanctions, conformément aux lois en vigueur dans le Royaume», lit-on dans un communiqué du ministère.

Le ministère de l'Intérieur avait précédemment annoncé qu'il infligerait des amendes d'un montant de 2 666 dollars (1 dollar = 0,92 euro) à toute personne, citoyens saoudiens compris, surprise en train d'entrer à La Mecque sans permis de Hajj entre le 2 et le 20 juin.