La réponse des artistes syriens à la guerre civile

Waleed d'Osama Esid, 2014. (Fourni)
Short Url
Publié le Vendredi 19 mars 2021

La réponse des artistes syriens à la guerre civile

  • Dix ans se sont écoulés depuis que des manifestations ont envahi les rues de Syrie, déclenchant une guerre civile qui est toujours en cours
  • Tout au long de l’histoire, les artistes ont été considérés comme les chroniqueurs de leur temps et cette remarque s’applique aux artistes syriens contemporains

DUBAÏ: Dix ans se sont écoulés depuis que des manifestations ont envahi les rues de Syrie, déclenchant une guerre civile qui est toujours en cours et une crise migratoire qui a changé la marche du monde.

A travers l’histoire, les artistes ont souvent été considérés comme les chroniqueurs de leur temps. C'est en tout cas vrai pour les artistes syriens contemporains, qui donnent leur propre interprétation de la guerre qu'ils ont vécue et ses incidences sur leur vie. Et c'est le thème d'une nouvelle exposition au Middle East Institute de Washington DC.

Intitulée «In this Moonless Black Night: Syrian Art After the Uprising» («Nuit noire sans lune: l’art syrien après l’insurrection») elle se poursuit jusqu'au 16 juillet, et présente le travail conceptuel et expérimental de quatorze artistes multidisciplinaires. 

Ces derniers vivent et travaillent tous en exil en raison de l’instabilité politique du pays. Les œuvres reprennent rarement des scènes explicites de guerre; elles donnent plutôt vie à une vision plus personnelle et humaine de la situation complexe qui prévaut en Syrie. C'était d'ailleurs  le souhait de la commissaire de l’émission, Maymanah Farhat, écrivaine et spécialiste de l’art

«Je ne voulais pas montrer des images de corps extirpés des décombres. Si vous vous intéressez à l'art syrien des dix dernières années, vous trouverez ce genre d’images», confie-t-elle à Arab News. «Je comprends pourquoi les artistes le font et la nécessité qu’il y a à choquer le public pour qu'il saisisse vraiment la gravité de la situation, tant nous sommes devenus insensibles aux informations des médias. Je comprends cela, mais, moi qui ai vécu la guerre, je ne le peux tout simplement pas – et je ne pense pas que ce soit le rôle de l’art», poursuit-elle.

artistes syriens
Nour Asalia, Coutoure, 2018. (Fourni)

Le titre de l’exposition est tiré de l’œuvre du regretté poète syrien Daad Haddad. Pour Mme Farhat, il convient parfaitement à l’atmosphère générale de l’exposition. «Si vous lisez le poème, vous constaterez que c’est un va-et-vient entre une sorte de mélancolie cynique et de petites lueurs d'espoir. J’ai le sentiment que c’est ainsi que se sont déroulées les dix dernières années», explique-t-elle. «Il ne m’incombe pas de parler au nom des artistes syriens, je suis une étrangère. Mais ce que je peux offrir, c'est une plate-forme qui présente ces différents points de vue et ces expériences.»

L’un des thèmes principaux de l’exposition est axé sur les émotions déchirantes qui sont issues des conditions de la migration, qui mènent à un sentiment de perte et de décalage. «Nous vouons un tel culte aux artistes que nous les considérons comme des personnes invincibles, capables de survivre à tout, alors que ce n’est vraiment pas le cas. Ils sont comme nous tous», révèle Mme Farhat.

L'artiste et activiste culturel Khaled Barakeh habite Berlin. Il présente un travail très fort sur ce thème à travers une impression numérique sur papier réalisée en 2018, I Haven’t Slept For Centuries («Je n’ai pas dormi depuis des siècles»). La noirceur intense constitue le point culminant de ces tampons de visa, ces passages de postes de contrôle, ces refus d'entrée ou de sortie placés sur une page de son passeport. «Nous avons vu des images vraiment dures sur l'expérience des migrants, en particulier en Méditerranée, et la réaction de rejet – la xénophobie – que les gens ont vécue en Europe. Que se passe-t-il lorsque vous êtes constamment confronté à cette interdiction de sortir, d’entrer? Je pense que Khaled parvient parfaitement à traduire la violence de ces restrictions administratives», explique Mme Farhat.

artistes syriens
 Baggage series 2 («Série de bagages 2»), Mohamad Hafez, 2017. (Fourni)

De même, l’artiste Mohamad Hafez, qui habite dans le Connecticut, évoque le fardeau de l’exil à travers ses installations de bagages anciens qui contiennent des intérieurs miniatures de chambres – la représentation concise d’une vie nomade.

D’autre part, une touche d’humanité se dégage des portraits photographiques d’Osama Esid, dont l’objectif saisit des enfants dans les camps de réfugiés de Turquie. Une sensation de douceur se dégage de ce jeune garçon au regard direct et innocent prénommé Waleed.

artistes syriens
Une sensation de douceur se dégage de ce jeune garçon au regard direct et innocent prénommé Waleed. (Fourni)

La destruction de maisons et de monuments culturels syriens au cours de la dernière décennie est donnée à voir au public à plusieurs reprises, notamment à travers le travail du célèbre artiste multimédia Tammam Azzam. Ce dernier cherche la beauté au sein du chaos, n’hésitant pas à utiliser Le Baiser du peintre autrichien Gustav Klimt et à le superposer numériquement à un bâtiment criblé de balles.

L’un des points forts de l’exposition réside dans la manière dont les femmes artistes sont soigneusement intégrées, en tant que mères et filles, au dialogue des récits personnels et collectifs. Dans sa série Displacement («Déplacement»), Oroubah Dieb, qui réside actuellement à Paris, représente des femmes sans visage vêtues d’habits décorés, portant leurs biens sur le dos et prenant place dans une file de migrants composée d'hommes et d'enfants.

Une installation d'Essma Imady, particulièrement touchante, montre un ours en peluche dans un sac à dos placé sur un tas de sel, qui symbolise une fois de plus la crise migratoire et, peut-être, toutes les vies perdues en mer. Pour élaborer cette œuvre intitulée Pillar of Salt («Pilier de sel»), l'artiste, qui a grandi à  Damas, s’est entretenue avec de jeunes réfugiés. Elle s’est inspirée de l’épisode biblique de la femme de Loth, transformée en un pilier de sel pour avoir désobéi aux directives de Dieu et pour avoir regardé en arrière au moment de fuir la ville détruite de Sodome.

artistes syriens
Dans une pièce de 3 mètres carrés, nous étions quinze femmes ou Plaque 09 (2018), Azza Abo Rebieh. (Fourni)

 

Des femmes artistes qui ont connu des violences relatent cette terrible expérience au moyen de leur art, et les corps qu’elles représentent en témoignent. Dans ses gravures inspirées de Goya, Azza Abo Rebieh dépeint des scènes obsédantes de femmes dans les geôles; cette artiste militante fut incarcérée en 2015. Quant à Nour Asalia, née à Hama, elle coud un fil rouge sur l’image d'un œil sur du papier de riz, traduisant ainsi la fragilité et la vulnérabilité, ainsi que l'effusion de sang.

C’est dans l’exil, aussi douloureux soit-il, que cette nouvelle génération d'artistes syriens a pu développer son art, acquérir de nouvelles idées et expérimenter d’autres matériaux. Avec le temps, les œuvres des artistes exposés, ainsi que d'autres productions similaires, constitueront sans doute un chapitre véritablement audacieux de l'histoire de l'art syrien.

«C’est le premier événement majeur que les Syriens vivent depuis cinquante ans. Il est dévastateur: la Syrie et les Syriens ont changé pour toujours», déclare Mme Farhat, qui ajoute que c’est la résilience de ces artistes et de leurs camarades réfugiés qui donne pour l’avenir un peu d’espoir.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com

 

La Syrie et l'histoire qui a toujours été interdite
Par Hazem Saghiyeh -
Nous n'avons pas compris la Syrie
Par Robert Ford -

Renaissance Renaissance, le label libanais sélectionné pour le Prix LVMH 2021

Cynthia Merhej a fondé son label libanais en 2016 aux côtés de sa mère. (Photo Fournie)
Short Url
  • «J’ai ma propre définition de la féminité», déclare Cynthia Merhej, demi-finaliste du LVMH Prize 2021, la toute première femme arabe demi-finaliste pour la prestigieuse distinction
  • Son label libanais a également reçu un accueil favorable vu son engagement fort en faveur du développement durable

DUBAI: «J’ai ma propre définition de la féminité», déclare Cynthia Merhej, demi-finaliste du LVMH Prize 2021 - la toute première femme arabe demi-finaliste pour la prestigieuse distinction - lorsqu'on lui demande de décrire sa marque de vêtements pour femmes Renaissance Renaissance.

Merhej, la créatrice libanaise de 31 ans, qui a étudié le graphisme et l'illustration à la prestigieuse école d'art Central Saint Martins de Londres, était destinée à faire carrière dans la mode. Elle est issue de plusieurs générations de designers - son arrière-grand-mère et sa mère dirigeaient toutes deux leurs propres ateliers en Palestine et au Liban.

La créatrice de 31 ans est issue d'une famille de créateurs de mode. (Photo fournie)
La créatrice de 31 ans est issue d'une famille de créateurs de mode. (Photo fournie)

 

Sa concentration et sa détermination à repousser les limites peuvent être attribuées à ses antécédents familiaux. « C’était inhabituel à l’époque », déclare Merhej à propos de son arrière-grand-mère. « Une femme vraiment forte qui décide de créer sa propre entreprise de mode et de la diriger elle-même était assez inédit à l'époque.»

Merhej a grandi dans une petite banlieue de Beyrouth. Ses premiers souvenirs d’enfance sont ceux de l’atelier animé de sa mère, des couturières au travail et de sa maman habillant soigneusement ses clientes toute la journée.

« Mon histoire n’est pas typique. Je ne posais pas sur la mode un regard extérieur. Je ne me suis jamais dit: «Wow, ça a l’air si glamour, si beau et si fantastique ». La mode était quelque chose de très réel. J’ai été exposée à la face cachée de la mode, dont vous n’entendez généralement pas parler ou que vous ne voyez pas dans les magazines ou les défilés de mode», dit-elle.

Merhej a lancé son propre label durable aux côtés de sa mère en 2016. (Photo fournie)
Merhej a lancé son propre label durable aux côtés de sa mère en 2016. (Photo fournie)

 

À 17 ans, la créatrice de troisième génération quitte le Liban pour des études à Londres, avant d’y revenir à l'âge de 24 ans et de lancer son propre label durable aux côtés de sa mère en 2016.

Bien que fille de créatrice de mode à succès avec plus de 30 ans d'expérience, Merhej révèle que sa propre incursion dans l'industrie était autodidactique. « Ma mère était trop occupée. Elle n’était pas du genre à dire «je vais m'asseoir, lui apprendre à coudre et lui apprendre à faire ça», déclare Merhej. «Et j'apprécie vraiment cela, car la mode est une entreprise vraiment difficile.»

Merhej a dû suivre des cours de fabrication de patrons pendant un an et demi avant de sentir qu’elle se rapprochait «du niveau de sa mère», comme elle le dit. Le duo mère et fille a ensuite développé des pièces pour la marque de vêtements connue pour ses silhouettes amples, ses corsets et ses volants féminins.

'
Renaissance Renaissance est connue pour ses silhouettes amples, ses corsets et ses volants féminins. (Photo fournie)

 

"La marque vise à remettre en question la perception de la féminité, mais d'une belle manière", déclare la créatrice. « Quand les gens regardent les vêtements, ils peuvent penser qu’ils ne tranchent pas vraiment à cause de notre perception de ce qui est radical. Mais lorsque vous exposez mes vêtements dans les magasins de Beyrouth, ils sont vraiment à l’opposé de tout ce qui s’y trouve», ajoute-t-elle.

Merhej a raison. Quand on évoque les créations libanaises classiques, on ne peut s'empêcher de penser aux robes tapis rouge glamour et aux magnifiques créations couture issues de Beyrouth saison après saison.

«Il était en fait très difficile de se faire une place au Moyen-Orient», précise Merhej. «Je devais vraiment sortir de la région pour trouver des gens qui comprennent ce que je fais», indique-t-elle, faisant allusion à son déménagement à Paris à la suite de la tragique explosion de Beyrouth le 4 août.

'
Merhej est la première femme arabe à être sélectionnée pour le prestigieux prix LVMH. (Photo fournie)

 

Grâce à son travail acharné, les créations de Merhej sont désormais reconnues. La semaine dernière, elle est entrée dans l'histoire de la mode après avoir été annoncée comme l'une des 20 demi-finalistes du prix LVMH 2021, faisant d'elle la toute première femme arabe à cette place pour le prix.

«C’est déjà incroyable que nous ayons atteint les demi-finales», dit Merhej. «Ce sera encore plus incroyable si nous arrivons à la finale, mais je pense qu’en être là est déjà assez formidable.»

Son label libanais a également reçu un accueil favorable vu son engagement fort en faveur du développement durable.

La plus récente collection de prêt-à-porter automne 2021 de Merhej, par exemple, présente moins de looks, une production éthique et une absence totale de boutons et de fermetures à glissière, qui finissent souvent à la poubelle même après le recyclage d'un vêtement.

La collection de prêt-à-porter automne 2021 présente moins de looks, une production éthique et une absence totale de fermetures. (Photo fournie)
La collection de prêt-à-porter automne 2021 présente moins de looks, une production éthique et une absence totale de fermetures. (Photo fournie)

 

« J’ai été élevée pour aborder la mode de manière éthique avant même d’avoir entendu parler de durabilité », raconte Merhej. Son approche durable de la mode a été encouragée par son père, un ingénieur, qui lui a enseigné l'importance de produire quelque chose de la plus haute qualité pour garantir sa durabilité.

« Je pense que la chose la plus durable que vous puissiez faire est de concevoir des choses avec beaucoup de considération. Vous devez vous assurer que vous concevez à raison, que c’est beau et que les gens le désirent et veulent le conserver - et que vous produisez de manière éthique», dit Merhej.

«Tout ce qui m'entoure est constamment détruit dans ce pays», conclut-elle. « J’essaie de créer quelque chose de vraiment beau qui résiste à l'épreuve du temps pour les femmes qui m'inspirent.»


Entretien: « Film AlUla» va revigorer l'industrie du cinéma en Arabie saoudite selon Stephen Strachan

À 1 100 kilomètres de Riyad, AlUla est un site doté d'une beauté naturelle et d'un riche patrimoine. (Fourni)
Short Url
  • La nouvelle commission cinématographique attirera les producteurs internationaux et fera la lumière sur l'Arabie saoudite
  • Par ailleurs, AlUla accueillera cette année la course inaugurale d'Extreme E, le championnat de courses électriques hors route

DUBAÏ: « Film AlUla » est une nouvelle commission cinématographique régionale qui vient d'être mise en place en Arabie saoudite par la Commission royale pour AlUla, dans le nord-ouest du Royaume.

À 1 100 kilomètres de Riyad, AlUla est un site doté d'une beauté naturelle et d'un riche patrimoine. Il abrite le premier site d'Arabie saoudite à figurer au patrimoine mondial de l'Unesco: Hegra, une ville historique couvrant 52 hectares.

AlUla compte également d'autres sites historiques et archéologiques, dont une ancienne ville entourée d'une oasis antique ainsi que le royaume de Lihyan, l'une des villes les plus développées de la péninsule arabique au cours du premier millénaire avant J.-C..

Par ailleurs, AlUla accueillera cette année la course inaugurale d'Extreme E, le championnat de courses électriques hors route.

Pour en savoir plus, Arab News s'est entretenu avec Stephen Strachan, commissaire au cinéma auprès de Film Alula.

Que pouvez-vous nous dire concernant la nouvelle commission cinématographique d'AlUla, Film AlUla ?

Film AlUla est un nouveau bureau du film régional. Il a été créé en 2020 et lancé officiellement en début d'année par la Commission royale pour AlUla lors du Festival international du film de Berlin. Il a été très bien accueilli tant par l'industrie du cinéma que par les médias internationaux.

La mission de Film AlUla est de promouvoir la région d'AlUla en tant que destination pour les tournages et d'attirer des productions locales, régionales et internationales qui pourront y réaliser des films, des feuilletons, des publicités et des documentaires. L'équipe de Film AlUla se compose de spécialistes locaux et internationaux qui proposent une palette étendue de services, d'expertise et de ressources afin de soutenir les productions réalisées à AlUla.

Une vue de la vieille ville d'ALUla plongée dans une ancienne oasis. (Fourni)
Une vue de la vieille ville d'ALUla plongée dans une ancienne oasis. (Fourni)

Quel est l'objectif de Film AlUla ?

Nous poursuivons plusieurs objectifs. Nous souhaitons tout d'abord encourager les boîtes de production à tourner leurs films à AlUla. Cela mettra en lumière la beauté naturelle et l'importance culturelle de cette région qui n'a été découverte par les cinéastes et le reste du monde que récemment.

Ainsi, les touristes venus des quatre coins du monde seront encouragés à visiter AlUla et à découvrir la région et le reste du pays, ce qui correspond aux objectifs de la vision 2030 de l'Arabie saoudite. En développant notre industrie cinématographique, nous serons également en mesure d'attirer l'attention sur la richesse des talents saoudiens et de proposer une plateforme destinée à appuyer les artistes qu'ils soient émergents ou déjà établis. 

Notre objectif est donc de bâtir un centre cinématographique à AlUla, susceptible de créer des emplois au niveau local et régional et d'offrir une formation à ceux qui souhaitent faire carrière dans le cinéma. 

Que pouvez-vous nous dire des investissements dans le cinéma et l'industrie de la production dans la ville ?

AlUla figure parmi les destinations les plus prometteuses d'Arabie saoudite. Nous sommes convaincus que les paysages époustouflants, les lieux très diversifiés et les sites archéologiques millénaires attireront les productions cinématographiques et feront d'AlUla une destination de tournage incontournable. Préserver nos sites et paysages historiques constitue une priorité à AlUla, tout comme le développement durable de l'industrie cinématographique locale.

Une stratégie financière solide est engagée pour faire d'AlUla la capitale culturelle du Royaume. De nombreux projets de centres archéologiques, culturels et touristiques ont été lancés et nous permettront de fournir aux productions cinématographiques des infrastructures de niveau international ainsi qu'une variété d'options d'hébergement, allant d'hôtels luxueux et uniques aux complexes écologiques situés dans les canyons. Tout cela placera AlUla sur le devant de la scène internationale.

Quelles incitations offrez-vous aux producteurs ?

Les boîtes de production sont invitées à contacter l'équipe de Film AlUla pour en savoir plus sur nos incitations financières.

En outre, une série de prestation sont proposées aux sociétés de production, à savoir une aide à la production gratuite et sur mesure, des repérages des lieux de tournage, une expertise concernant les tournages à AlUla et dans le reste de l'Arabie saoudite, un soutien dans la recherche d'équipements et d'équipes de professionnels au niveau local et régional et bien entendu, nous leur proposons du soleil toute l'année.

Grâce à son climat tempéré neuf mois par an, AlUla offre aux réalisateurs la possibilité de filmer leurs productions sur une période prolongée et ininterrompue.

Quelles sont les procédures et les directives à suivre par les boîtes de production locales et étrangères pour réaliser leurs productions à AlUla ?

Nous sommes très heureux d'ouvrir les portes de la ville d’AlUla aux productions de films et de faire découvrir au monde sa beauté, son histoire et sa diversité. Nous accueillons tous types de production et, en tant que membres de l'Association of Film Commissioners International (AFCI), nous respectons les meilleures pratiques définies par cette association. 

Nous adoptons un système réglementaire extrêmement performant, simple et direct, qui garantit que les productions, tout comme les équipes, obtiendront tous les permis nécessaires. Vous trouverez sur notre site Web un guide sur la production et le tournage de films, qui propose un aperçu exhaustif des bénéfices du tournage à AlUla. Bien évidemment, préserver notre paysage et notre patrimoine est primordial. Nous suggérons à toute personne désireuse de filmer à AlUla de nous contacter. Nous pourrons ainsi l'assister à chaque étape du processus et lui garantir une expérience de tournage réussie et agréable.

Pour plus d'informations, consultez le site filming.experiencealula.com.

Que dites-vous des courses Extreme E qui seront filmées à AlUla ?

Nous sommes ravis d'être le premier site à participer à la course inaugurale de l’évènement international Extreme E, le mois prochain. Cet événement, qui comporte cinq étapes, a pour objectif de sensibiliser le public au changement climatique et d'encourager le passage aux véhicules électriques dans le but de protéger la planète.

AlUla servira  de toile de fond spectaculaire et palpitante à l’évènement. Puisque la course Extreme E sera diffusée dans tous les pays du monde, AlUla captera l'attention des téléspectateurs du monde entier qui pourront ainsi admirer les paysages majestueux et cinématographiques ainsi que les splendeurs naturelles époustouflantes que recèle cette région.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.

 


A Louxor, une ville d'artisans de plus de 3.000 ans

Une photo prise le 10 avril 2021 montre des ouvriers portant un vase sur le site archéologique d'une ville vieille de 3000 ans, baptisée The Rise of Aten, datant du règne d'Amenhotep III, découverte près de Louxor par la mission égyptienne. Les archéologues ont découvert les restes d'une ancienne ville dans le désert à l'extérieur de Louxor qui, selon eux, est la «plus grande» jamais trouvée en Égypte et remonte à l'âge d'or des pharaons il y a 3 000 ans. Le célèbre égyptologue Zahi Hawass a annoncé la découverte de la "cité dorée perdue", affirmant que le site avait été découvert près de Louxor, où se trouve la légendaire Vallée des Rois. (Khaled Desouki/AFP)
Short Url
  • "Nous avons trouvé trois quartiers principaux: un pour l'administration, un dortoir pour les ouvriers, et un pour l'industrie", a indiqué l’égyptologue Zahi Hawass, ajoutant qu'un autre endroit était réservé à la production de viande séchée
  • Parmi les autres découvertes, M. Hawass cite "un endroit pour la couture, pour la fabrication de sandales", ainsi que des "moules pour les amulettes" et de petites statues

LOUXOR, Égypte : Ateliers, fours, murs de brique, poteries et bijoux: la ville d'artisans liée au roi Amenhotep III datant de plus de 3.000 ans, a été présentée samedi à la presse par les autorités égyptiennes désireuses de promouvoir le tourisme culturel.

"Nous avons trouvé une portion seulement de la ville", a dit à l'AFP Zahi Hawass, archéologue et ancien ministre des Antiquités, samedi matin au milieu des ruines de la ville antique située sur la rive ouest du Nil près de Luxor (sud). Selon lui, "la ville s'étend vers l'ouest et le nord".

Les fouilles, dans la ville enfouie sous le sable depuis des millénaires, vont continuer encore quelques années, dit celui qui a conduit les excavations depuis septembre 2020.

Une série de murs de brique d'argile, ainsi que des rues passant entre les constructions sont aujourd'hui visibles sur le site.

"Nous avons trouvé trois quartiers principaux: un pour l'administration, un dortoir pour les ouvriers, et un pour l'industrie", a-t-il dit avant d'ajouter qu'un autre endroit était réservé à la production de viande séchée.

Parmi les autres découvertes, M. Hawass cite "un endroit pour la couture, pour la fabrication de sandales", ainsi que des "moules pour les amulettes" et de petites statues.

Les archéologues ont aussi trouvé un "grand poisson recouvert d'or" qui était peut-être vénéré, selon M. Hawass.

Selon l'archéologue, habitué à manier l'hyperbole, il s'agit de la découverte "la plus importante depuis celle de la tombe de Toutankhamon" en 1922.

Parfois accusé par ses pairs d'être un businessman mégalomane et de manquer de rigueur scientifique, M. Hawass se défend en étalant ses découvertes archéologiques passées, qu'il juge "majeures".

Promotion du tourisme 

De son côté, José Galan, le chef de la mission espagnole de Dra Abu el-Naga, à proximité du site de la ville antique, reconnait qu'il s'agit d'une "découverte fantastique".

"Nous sommes plus habitués à des découvertes liées à des temples et des tombes (...) et pas tant liées à des installations humaines", dit l'archéologue espagnol.

Toutefois, selon lui, les découvertes doivent être analysées. "Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions".

Selon les archéologues, la ville découverte date du roi Amenhotep III, arrivé sur le trône en 1.391 avant notre ère, et dont le palais se trouve à proximité. La datation a été établie grâce à des sceaux apposés sur des poteries. La ville est également liée au Dieu Aton.

"Ce n'est pas seulement une ville, nous pouvons aussi voir de l'activité économique, des ateliers, des fours", a dit à l'AFP Mostafa Waziri, le secrétaire général du Conseil général des antiquités égyptien.

La découverte avait été annoncée dès jeudi dans un communiqué par la mission archéologique.

L'Egypte, qui cherche à faire revenir les touristes après des années d'instabilité, avait déjà mis en valeur la semaine dernière son patrimoine archéologique en organisant au Caire un défilé très médiatisé de momies de pharaons.

Et en janvier, les autorités avaient dévoilé au public une cinquantaine de sarcophages vieux de plus de 3.000 ans. Ces "trésors" avaient été découverts à Saqqara, à une quinzaine de kilomètres au sud des célèbres pyramides du plateau de Guizeh.

Plusieurs archéologues dont l'Egyptien Tarek Farag ont affirmé que la zone dans laquelle a été faite la découverte avait été fouillée il y a plus de 100 ans, et que la cité en question y avait été découverte.

Selon MM. Waziri et Hawass, les fouilles précédentes il y a une centaine d'années, ne s'étaient pas déroulées au même endroit, mais plus au sud.