La fusée Ariane 5 décolle enfin depuis la Guyane

La fusée Ariane 5 décolle du spatioport de Kourou, en Guyane française, samedi. (AFP PHOTO/ESA/CNES/Arianespace)
La fusée Ariane 5 décolle du spatioport de Kourou, en Guyane française, samedi. (AFP PHOTO/ESA/CNES/Arianespace)
Short Url
Publié le Dimanche 16 août 2020

La fusée Ariane 5 décolle enfin depuis la Guyane

  • La fusée a pu mettre en orbite deux satellites de télécommunications et un ravitailleur
  • Arianespace signe là son premier lancement depuis le gel des activités du port spatial européen décrété mi-mars par le Centre national d'études spatiales (CNES) en raison du Covid-19

PARIS : Après trois reports, la fusée Ariane 5 a pu décoller samedi depuis Kourou, en Guyane française, et mettre en orbite deux satellites de télécommunications et un ravitailleur, selon une retransmission sur le site d'Arianespace.

« Dans le cadre de cette mission, trois satellites ont été embarqués à bord de la fusée Ariane 5 la plus performante jamais lancée, démontrant ainsi la compétitivité de nos solutions de lancement et notre capacité à innover en continu », se réjouit Stéphane Israël, Président exécutif d’Arianespace dans un communiqué.

Pour ce vol, la capacité d’emport d'Ariane 5 a été augmentée de 85 kg.

Le lanceur lourd européen s'est arraché du sol à 19h04, heure de Kourou (soit 00h04, heure de Paris dans la nuit du 15 au 16 août) pour une mission d'environ 48 minutes, du décollage jusqu'à la séparation des satellites.

Le lancement, initialement programmé pour le 28 juillet, avait une première fois été repoussé « afin de procéder à des inspections techniques complémentaires », puis à nouveau à cause « d'un comportement anormal d'une sonde dans le réservoir hydrogène liquide de l'étage principal cryotechnique ». Et une troisième fois, jeudi, pour des « conditions défavorables de vent en altitude ».

Arianespace signe là son premier lancement depuis le gel des activités du port spatial européen décrété mi-mars par le Centre national d'études spatiales (CNES) en raison du Covid-19.

Une fusée européenne Vega devait décoller mi-juin mais le lancement a dû être reporté plusieurs fois à cause de conditions météo particulièrement défavorables. Son lancement est maintenant programmé pour le 1er septembre, a annoncé samedi Stéphane Israël.

Ariane 5 emporte avec elle deux satellites de télécommunications (Galaxy 30 et BSAT-4b) au profit des opérateurs Intelsat et B-SAT et un véhicule de maintenance de satellites (MEV-2) pour SpaceLogistics LLC qui doit s'arrimer à un autre appareil déjà en orbite (Intelsat 10-02).

« Une fois arrimé, il contrôlera l'orbite du satellite client à l'aide de ses propres propulseurs. Après sa mission pour Intelsat 10-02, MEV-2 se désarrimera et se tiendra à disposition du véhicule d'un autre client », avait précisé Arianespace dont c'est le premier lancement d'un véhicule de maintenance satellitaire.

Ce lancement était le 109ème d’Ariane 5, le troisième d’Ariane 5 en 2020 et le troisième de l’année au Centre spatial guyanais (CSG), rappelle le CNES.


Attentats de 2016 à Bruxelles: 10 suspects renvoyés aux assises, dont Salah Abdeslam

Dans cette photographie prise début 16 mars 2016, des agents de la police scientifique travaillent sur le site d'une fusillade rue du Dries-Driesstraat à Forest-Vorst, Bruxelles. (Photo, AFP)
Dans cette photographie prise début 16 mars 2016, des agents de la police scientifique travaillent sur le site d'une fusillade rue du Dries-Driesstraat à Forest-Vorst, Bruxelles. (Photo, AFP)
Short Url
  • Ce matin-là, deux djihadistes s'étaient fait exploser à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem, et un troisième dans le métro de la capitale belge
  • Au total dix inculpés du dossier ont été «renvoyés ce jour devant la cour d’assises par la chambre des mises en accusation de Bruxelles

BRUXELLES: Nouveau procès en vue pour le djihadiste Salah Abdeslam. Dix suspects dont ce Franco-marocain, seul membre encore en vie des commandos du 13 novembre 2015 en France, ont été renvoyés vendredi devant la cour d'assises de Bruxelles pour les attentats du 22 mars 2016.

Ce matin-là, deux djihadistes s'étaient fait exploser à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem, et un troisième dans le métro de la capitale belge. Bilan: 32 morts et plus de 340 blessés.

L'enquête a rapidement révélé, notamment grâce à un ordinateur retrouvé dans une poubelle, que ces auteurs étaient liés à ceux du 13 novembre 2015.

Outre Salah Abdeslam, le procès qui se profile à Bruxelles à partir de septembre 2022 concernera cinq autres djihadistes actuellement jugés avec lui à Paris pour les attaques du 13-Novembre (130 morts), également revendiquées par le groupe Etat islamique.

Il s'agit du Belgo-marocain Mohamed Abrini, - l'"homme au chapeau" filmé le 22 mars à l'aéroport de Zaventem -,  du Tunisien Sofien Ayari, complice de la fuite d'Abdeslam (arrêté avec lui le 18 mars 2016 à Bruxelles), du Suédois d'origine syrienne Osama Krayem, qui a rebroussé chemin le 22 mars après avoir accompagné le kamikaze du métro.

Sont aussi concernés, d'après le parquet fédéral belge, deux autres Belgo-Marocains: Oussama Atar, cerveau présumé des attaques (probablement mort en Syrie et jugé par défaut à Paris) et Ali El Haddad Asufi, un proche des frères El Bakraoui, deux des trois "kamikazes" du 22 mars.

Au total dix inculpés du dossier ont été "renvoyés ce jour devant la cour d’assises par la chambre des mises en accusation de Bruxelles", a tweeté Eric Van Duyse, porte-parole du parquet fédéral.

Cette juridiction, la dernière appelée à statuer avant l'organisation du procès, a ainsi confirmé la décision rendue en janvier en première instance par la chambre du conseil du tribunal de Bruxelles.

Elle ne s'est pas conformée à l'analyse du parquet fédéral qui avait établi une distinction dans le dossier, plaidant pour que huit hommes soient jugés aux assises pour "assassinats dans un contexte terroriste" et les deux derniers par le tribunal correctionnel pour "participation aux activités d'un groupe terroriste".

Un millier de parties civiles

Il s'agit des frères Smail et Ibrahim Farisi, soupçonnés d'avoir apporté un soutien logistique aux assaillants, mais qui selon l'accusation n'avaient pas connaissance de leur projet terroriste.

En définitive, les deux frères seront jugés aux assises comme le souhaitait Me Sébastien Courtoy, avocat de Smail Farisi, qui a reconnu avoir prêté son appartement bruxellois utilisé comme planque à la veille du 22 mars.

Smail Farisi pourra mieux faire valoir son rôle secondaire s'il peut "poser des questions à ses co-inculpés", avait expliqué Me Courtoy au moment des plaidoiries au printemps, assurant que son client avait été "dupé" par les occupants de l'appartement.

"Le procès, selon les prévisions, devrait débuter au palais de justice 'Justitia' dans le courant du mois de septembre 2022, à une date encore à préciser par la cour d'appel de Bruxelles", a souligné vendredi le parquet fédéral dans un communiqué.

Le "Justitia" est le nom donné à l'ancien siège bruxellois de l'Otan reconverti en bâtiment de justice ultra-sécurisé pour accueillir ce méga procès. 

Au moins un millier de personnes sont attendues. Le parquet fédéral dit avoir déjà recensé 964 parties civiles, familles de victimes, blessés ou traumatisés, demandant la réparation d'un préjudice.

En Belgique, contrairement à la France, les attentats ne sont pas jugés par une cour d'assises spécialement composée (avec des magistrats uniquement) mais soumis à un jury populaire comme les autres crimes, ce qui rend encore plus complexe l'organisation d'une telle audience.

Il s'agira du deuxième procès en Belgique pour Salah Abdeslam, condamné en 2018 à vingt ans de prison pour avoir tiré sur des policiers. La fusillade avait eu lieu à Bruxelles le 15 mars 2016, trois jours avant son arrestation. Une interpellation qui a entraîné le passage à l'acte des assaillants du 22 mars.


France: Macron veut ouvrir le «chantier de la réparation» des Harkis

Pour le président Macron, il faut aujourd'hui aller «au-delà de ce que la République a déjà fait» et faire un «nouveau pas» en «direction des porteurs de la mémoire harki». (Photo, AFP)
Pour le président Macron, il faut aujourd'hui aller «au-delà de ce que la République a déjà fait» et faire un «nouveau pas» en «direction des porteurs de la mémoire harki». (Photo, AFP)
Short Url
  • «L'histoire des Harkis, c'est une histoire de Français et c'est l'histoire des Français; c'est dans cet état d'esprit qu'il faut aborder ce nouveau chapitre»
  • Macron accueillera lundi lors d'une «réception» à l'Elysée les «porteurs de cette mémoire si particulière» et s'«adressera aux Harkis»

PARIS: Le président français Emmanuel Macron souhaite lundi "franchir un nouveau pas" dans la "reconnaissance du manquement qui a été fait aux Harkis" par l'Etat français et ouvrir le "chantier de la réparation", a-t-on appris vendredi auprès de la présidence française. 

"Le président considère que le travail accompli depuis 60 ans est important mais qu'il faut franchir un nouveau pas dans la reconnaissance au manquement qui a été fait aux Harkis mais aussi au manquement de la République française à ses propres valeurs", a précisé cette source. 

"L'histoire des Harkis, c'est une histoire de Français et c'est l'histoire des Français; c'est dans cet état d'esprit qu'il faut aborder ce nouveau chapitre", a martelé cette source.

A quelques jours du 25 septembre - journée d'hommage national aux Harkis instaurée en 2001 - M. Macron accueillera lundi lors d'une "réception" à l'Elysée les "porteurs de cette mémoire si particulière" et s'"adressera aux Harkis". 

Quelque 300 personnes, issues notamment d'associations de Harkis, de la "mémoire", "d'anciens combattants", ont été conviées. 

Le président doit à cette occasion prononcer un discours et décorer un représentant harki blessé au combat, un officier français qui a organisé le rapatriement "de plusieurs centaines de Harkis en désobéissant aux ordres" et une fille de Harki "militante de l'égalité des chances et de la diversité".  

"Les Harkis" sont ces anciens combattants - jusqu'à 200 000 hommes - recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant la guerre d'indépendance algérienne (1954-1962) qui opposa des nationalistes algériens à la France. 

À l'issue de cette guerre, les Harkis sont abandonnés par la France et nombre d'entre eux sont victimes de massacres de représailles en Algérie. 

Plusieurs dizaines de milliers d'entre eux, accompagnés parfois de femmes et d'enfants, sont transférés en France par l'armée et transiteront entre 1962 et 1965 pour la majorité dans des "camps de transit et de reclassement", aux conditions de vie indignes et durablement traumatisantes.

"Depuis cette période, la République (française) a fait des pas: il y a eu diverses procédures d'indemnisation installées au fil du temps" et le 25 septembre 2016, le président François Hollande a reconnu la "responsabilité" de la République "dans l'abandon des Harkis", rappelle cette source.

Mais pour le président Macron, il faut aujourd'hui aller "au-delà de ce que la République a déjà fait" et faire un "nouveau pas" en "direction des porteurs de la mémoire harki". 


40 ans du TGV en France: Macron célèbre le retour des grand projets

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours à côté d'une réplique grandeur nature du prochain TGV à la gare de Lyon, le 17 septembre 2021 à Paris. (Photo, AFP)
Le président français Emmanuel Macron prononce un discours à côté d'une réplique grandeur nature du prochain TGV à la gare de Lyon, le 17 septembre 2021 à Paris. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le TGV a transporté 3 milliards de passagers depuis son lancement en 1981
  • « Nous allons la poursuivre en grand », a-t-il promis dans un discours prononcé devant la maquette de la motrice du futur TGV M, le « TGV du futur » que la SNCF doit mettre en service en 2024

PARIS : Le président Emmanuel Macron a annoncé vendredi le retour en France des grands projets pour les chemins de fer à l'occasion des 40 ans du Train à Grande Vitesse (TGV), "une grande aventure" qui doit se poursuivre avec de nouveaux investissements "massifs".

Le TGV qui a transporté 3 milliards de passagers depuis son lancement en 1981, "c'est l'histoire d'une passion française et d'un génie français", a lancé le président, lors de la fête d'anniversaire organisée gare de Lyon, à Paris.

"Nous allons la poursuivre en grand", a-t-il promis dans un discours prononcé devant la maquette de la motrice du futur TGV M, le "TGV du futur" que la SNCF doit mettre en service en 2024.

"Pendant tant d'années, on avait bâti de nouveaux projets, mais on n'entretenait plus le réseau", a rappelé M. Macron, qui avait annoncé une "pause" sur les nouveaux projets à son arrivée à l'Elysée en 2017.

La construction de 2 700 km de lignes à grande vitesse françaises avait en effet plombé les comptes de la Société nationale des chemins de fer (SNCF). 

Après la réforme ferroviaire de 2018 et le lancement d'un programme de rénovation des voies ferrées, on peut "commencer à réenvisager l'avenir", a relevé M. Macron. "Ce que nous voulons faire ensemble, c'est accélérer". "La décennie 2020 sera la nouvelle décennie du TGV".

Le chef de l'Etat a revendiqué "des choix d'investissements massifs" dans les infrastructures, avec le renouveau des petites lignes, une meilleure connexion des ports et la construction de liaisons nouvelles.

L'Etat s'est engagé à investir 6,5 milliards d'euros dans les liaisons Bordeaux-Toulouse (sud-ouest), Montpellier-Perpignan et Marseille-Nice (sud). Ces sommes correspondent à 40% de la facture envisagée, les collectivités locales et l'Europe devant apporter le reste.

Emmanuel Macron a aussi cité les lignes Paris-Normandie (ouest), Roissy-Picardie (nord) et Lyon-Turin (centre-est), qu'il reste à engager.

Le nouveau TGV --sa 8ème génération-- ne sera pas plus rapide que les dernières rames circulant sur le réseau français - 320 km/h - , mais la SNCF le veut plus confortable, plus modulable et plus écologique.

Lancé par le président Georges Pompidou et construit sous son successeur Valéry Giscard d'Estaing, le TGV a été inauguré le 22 septembre 1981 par François Mitterrand. Il était orange, ne roulait qu'à 260 km/h, et mettait 2 heures 40 entre Paris et Lyon (centre-est), contre 3 heures 40 pour les trains les plus rapides auparavant -- un trajet réduit à 2 heures dès 1983.