Face au virus, l'Allemagne va continuer à laisser filer sa dette

Fin janvier, une proposition de modification du «frein à l'endettement», portée par un proche d'Angela Merkel, le chef de la chancellerie Helge Braun, a suscité une large levée de bouclier au sein de son propre parti, la CDU (Photo, AFP).
Fin janvier, une proposition de modification du «frein à l'endettement», portée par un proche d'Angela Merkel, le chef de la chancellerie Helge Braun, a suscité une large levée de bouclier au sein de son propre parti, la CDU (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 23 mars 2021

Face au virus, l'Allemagne va continuer à laisser filer sa dette

  • La règle sacro-sainte de «frein à l'endettement» sera suspendue pour la troisième année d'affilée
  • La montée en puissance des Verts pourrait amplifier le virage budgétaire allemand

BERLIN: Le retour à l'orthodoxie budgétaire attendra en Allemagne : face à la persistance de la pandémie, le pays suspendra en 2022, pour la troisième année d'affilée, sa règle sacro-sainte de «frein à l'endettement» dont l'avenir divise la classe politique.

Le gouvernement prévoit de contracter 81,5 milliards d'euros de nouveaux emprunts en 2022, dérogeant ainsi au principe constitutionnel de limitation stricte de l'endettement public qui lui interdit de s'endetter à plus de 0,35% du PIB par année.

Selon des sources ministérielles, Berlin va par ailleurs s'endetter pour la somme record de 240,2 milliards d'euros en 2021, soit un tiers de plus que prévu en décembre. 

Ce budget rectificatif sera présenté mercredi au conseil des ministres.

Jusque-là, le gouvernement de coalition entre conservateurs et sociaux-démocrates avait toujours assuré vouloir revenir à la rigueur budgétaire dès 2022, après l'avoir suspendue en 2020 et 2021. Berlin vise désormais 2023, avec un objectif de 8,3 milliards d'euros de nouvelles dettes.

La raison de ce revirement tient à la persistance de la crise sanitaire dans un pays désormais touché par une troisième vague épidémique.

Les prévisions budgétaires avaient été établies «sur des mesures de confinement s'étalant jusqu'au 10 janvier» avec une «normalisation» progressive, ont indiqué les sources à la presse.

Or la récente hausse des infections fait craindre un nouveau tour de vis : la chancelière Angela Merkel et les chefs des Länders se réunissent lundi sur ce sujet.

Aides massives

Le pays, qui a notamment fermé les commerces non essentiels depuis décembre, devra poursuivre ses aides massives à l'économie, qui plombent son budget.

Le gouvernement a déjà versé plus de 114 milliards d'euros d'aides à ses entreprises, sous la forme de chômage partiel, prêts garantis et aide directes.

Mais les récentes restrictions ont eu dernièrement un fort impact sur l'économie : selon un rapport de la Bundesbank publié lundi, le premier trimestre 2021 devrait «connaître une forte baisse» pour cette raison.

Jusque-là, l'industrie exportatrice, boostée par le dynamisme du marché chinois, avait permis de restreindre l'impact de la seconde vague de coronavirus sur la reprise économique. Au quatrième trimestre l'économie allemande a même connu une croissance de 0,3%.

Mais les bonnes performances industrielles ne suffisent désormais plus à compenser les coups portés aux autres secteurs.

La nouvelle donne budgétaire s'explique également par les vastes programmes d'investissement lancés ces derniers mois par l'Allemagne pour verdir et digitaliser son économie.

Record d'investissements

Après avoir été accusé pendant des années par ses partenaires européens de ne pas dépenser assez, le pays s'est lancé en juin dans un programme de relance et d'investissements dits «d'avenir» pour doper son économie, après la première vague de coronavirus.

L'Allemagne a vu ses dépenses d'investissements bondir de 38% à 50,3 milliards d'euros en 2020. Elles pourraient atteindre 61,9 milliards d'euros en 2021, un record absolu. 

Et le gouvernement ne compte pas s'arrêter là : Berlin va débloquer 200 milliards d'euros de plus jusqu'en 2025.

Ces dépenses ont déjà fait grimper la dette publique à 75% du PIB en 2021, soit quinze points de plus qu'avant la crise.

Ce virage ne satisfait pas tout le monde dans un pays persuadé qu'un budget maîtrisé, associé à des dettes aussi faibles que possible, sont synonymes de bonne santé économique.

«Si le gouvernement mettait autant d'effort à vacciner plutôt qu'à faire des dettes, la crise serait largement résolue», a raillé en début de semaine le député FDP (libéral) Christian Dürr, cité dans le Handeslblatt.

Fin janvier, une proposition de modification du «frein à l'endettement», portée par un proche d'Angela Merkel, le chef de la chancellerie Helge Braun, a suscité une large levée de bouclier au sein de son propre parti, la CDU (chrétiens-conservateurs)

Mais la montée en puissance des Verts, hostile à cette règle, et bien positionnés pour les élections législatives, du 26 septembre, pourrait amplifier le virage budgétaire allemand.

Armin Laschet, le nouveau patron de la CDU et possible candidat des conservateurs pour succéder à Angela Merkel, avait d'ailleurs admis en février le principe d'un report de la règle d'endettement pour financer les investissements «dans la formation et les infrastructures».


Un événement international sur les technologies de boisement se tiendra à Riyad

L'Initiative verte saoudienne et l'Initiative verte du Moyen-Orient visent à planter 10 milliards d'arbres. (SPA)
L'Initiative verte saoudienne et l'Initiative verte du Moyen-Orient visent à planter 10 milliards d'arbres. (SPA)
Short Url
  • Des experts discuteront des questions d'environnement, de climat, de durabilité et d'investissement

RIYAD : L'Exposition et le forum internationaux sur les technologies de boisement débutent dimanche à Riyad sous le patronage du prince héritier Mohammed ben Salmane.

L’évènement, organisé par le Centre national pour le développement de la couverture végétale et la lutte contre la désertification se tient au Centre international de conventions et d'expositions de Riyad, en coordination avec le ministère de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture.

Le ministre saoudien de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture, Abdul Rahman Al-Fadhli, a déclaré que la Stratégie nationale pour l'environnement était une feuille de route permettant de réaliser les aspirations de la Vision saoudienne 2030 en matière de protection et de développement de l'environnement.

Talal S. Al-Rashid, consultant chez Gulf Energy pour la Consultation environnementale.
Talal S. Al-Rashid, consultant chez Gulf Energy pour la Consultation environnementale.

Il a souligné les efforts du prince héritier pour promouvoir la couverture végétale au niveau local, régional et international par le biais de plans ambitieux, notamment l'Initiative verte saoudienne, l'Initiative verte du Moyen-Orient, l'Initiative mondiale sur la réduction de la dégradation des terres et l'Initiative internationale pour les récifs coralliens.


USA: le gendarme boursier a demandé des explications à Elon Musk sur sa montée au capital de Twitter

Sur cette photo d'archive prise le 02 mai 2022, Elon Musk arrive pour le Met Gala 2022 au Metropolitan Museum of Art de New York (Photo, AFP).
Sur cette photo d'archive prise le 02 mai 2022, Elon Musk arrive pour le Met Gala 2022 au Metropolitan Museum of Art de New York (Photo, AFP).
Short Url
  • L'agence fédérale interroge aussi le patron de Tesla sur son choix initial du formulaire 13G
  • Elon Musk a passé un accord avec le conseil d'administration de la plateforme pour la racheter

SAN FRANCISCO: L'étau se resserre autour d'Elon Musk, accusé par des investisseurs et aussi désormais par le gendarme boursier américain, d'avoir révélé plus tard que prévu par la loi son investissement dans Twitter, qu'il est en train d'acheter.

L'autorité de régulation des marchés financiers américains, la SEC, a publié vendredi une lettre adressée au multimilliardaire le 4 avril, date à laquelle il avait annoncé avoir atteint plus de 9% du capital de Twitter.

La SEC se demande pourquoi il a attendu ce jour-là, alors qu'il avait dépassé les 5% le 14 mars. La loi impose aux investisseurs de rendre publiques leurs prises de participation au-delà de ce seuil dans les dix jours.

L'agence fédérale interroge aussi le patron de Tesla sur son choix initial du formulaire 13G, réservé aux investisseurs dits "passifs".

"Votre réponse doit mentionner, entre autres, vos déclarations publiques récentes", souligne la SEC, citant un tweet d'Elon Musk du 4 avril où il demandait à ses dizaines de millions d'abonnés s'ils pensaient que Twitter "applique rigoureusement les principes de la liberté d'expression".

Mercredi, des actionnaires de Twitter ont porté plainte contre le fantasque entrepreneur, qu'ils accusent d'avoir manipulé le marché pour faire des économies dans son opération de rachat du réseau social.

Eux aussi lui reprochent d'avoir retardé le moment où il a révélé être monté au capital de Twitter.

Ils estiment que l'homme le plus riche au monde a ainsi économisé quelque 156 millions de dollars, car s'il avait informé le marché dans les temps impartis, il aurait payé plus cher une partie des actions.

Elon Musk a passé un accord avec le conseil d'administration de la plateforme pour la racheter.

Et depuis début avril, la valeur du réseau social en Bourse fluctue au gré des tweets du multimilliardaire.

"Musk a fait des déclarations, envoyé des tweets et mené d'autres actions conçues pour semer le doute et faire baisser substantiellement l'action de Twitter pour se créer une marge de manœuvre qu'il espérait utiliser pour se retirer de la transaction ou renégocier le prix", affirme les actionnaires dans leur plainte.

Les avocats d'Elon Musk, Tesla et la SEC n'ont pas réagi à des sollicitations de l'AFP dans l'immédiat vendredi.

L'entrepreneur aux multiples casquettes (Tesla, SpaceX, Neuralink...) a déjà eu maille à partir avec le gendarme boursier américain à cause de sa propension à tweeter des informations qui font bouger les cours de ses sociétés cotées.

Suivi sur Twitter par plus de 95 millions de personnes, il a prévu de retirer la réseau social de la Bourse quand il en sera propriétaire.


Pétrole russe: pourquoi la Hongrie veut échapper à l'embargo

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban fait un geste en présentant les membres du nouveau gouvernement hongrois avant une cérémonie de prestation de serment au bâtiment du Parlement hongrois à Budapest le 24 mai 2022. (AFP)
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban fait un geste en présentant les membres du nouveau gouvernement hongrois avant une cérémonie de prestation de serment au bâtiment du Parlement hongrois à Budapest le 24 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • Le dirigeant hongrois, qui entend «protéger les familles hongroises» d'une insécurité énergétique inédite, est le dernier à bloquer le projet d'embargo et réclame une exemption pure et simple pour son pays
  • Viktor Orban, proche de Vladimir Poutine avant la guerre et critique du pouvoir ukrainien, joue régulièrement les trouble-fête. Au risque cette fois de briser pour la première fois l'unité affichée par les 27 depuis l'invasion de l'Ukraine

BUDAPEST: A l'approche du Conseil européen de lundi, Viktor Orban persiste dans son refus de sevrer la Hongrie d'un pétrole russe bon marché, pierre angulaire d'une série de mesures populistes garantes de son maintien au pouvoir.

Le dirigeant hongrois est le dernier à bloquer le projet d'embargo et réclame une exemption pure et simple pour son pays.

Il entend "protéger les familles hongroises" d'une insécurité énergétique inédite, entre pénuries, flambée des prix et possible récession à la clé.


Si les Slovaques et les Tchèques semblent se satisfaire d'une dérogation de deux années, lui parle de "bombe atomique" lancée sur son économie et exige au moins le double de temps ainsi que près de 800 millions d'euros en financements européens pour adapter les installations. 


Car il lui faut transformer son unique raffinerie dans les environs de Budapest et doper la capacité de l'oléduc Adria qui part de Croatie.


Une surenchère faisant dire au ministre allemand de l'Economie, Robert Habeck, qu'il serait moins coûteux pour l'UE de faire l'embargo sans la Hongrie.


Depuis son retour au pouvoir il y a douze ans, Viktor Orban, proche de Vladimir Poutine avant la guerre et critique du pouvoir ukrainien, joue régulièrement les trouble-fête. 


Au risque cette fois de briser pour la première fois l'unité affichée par les 27 depuis l'invasion de l'Ukraine.