Virus: l'OMS met en garde contre une distribution déséquilibrée des vaccins

Cargaison de vaccins du dispositif Covax, destiné à fournir des doses aux pays dans le besoin (Photo, AFP).
Cargaison de vaccins du dispositif Covax, destiné à fournir des doses aux pays dans le besoin (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 29 mars 2021

Virus: l'OMS met en garde contre une distribution déséquilibrée des vaccins

  • Cette mise en garde fait suite à une déclaration du chef de l'ONU, Antonio Guterres, qui a critiqué dimanche le «stockage» excessif de vaccins par les pays développés
  • «Tant que le virus continuera à circuler, des gens continueront à mourir, le commerce et les voyages continueront à être perturbés, et la reprise économique sera retardée»

ABOU DHABI: L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde lundi contre l'écart grandissant entre le nombre de vaccins contre le Covid-19 disponibles pour les pays riches et ceux distribués aux nations plus pauvres par le biais du mécanisme Covax.

Cette mise en garde fait suite à une déclaration du chef de l'ONU, Antonio Guterres, qui a critiqué dimanche le « stockage » excessif de vaccins par les pays développés en les appelant à les partager avec le reste du monde.

« L'écart entre le nombre de vaccins administrés dans les pays riches et le nombre de vaccins administrés par le biais de Covax se creuse chaque jour », a déclaré le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

« La distribution inéquitable des vaccins n'est pas seulement un outrage moral, elle est aussi économiquement destructrice », a-t-il ajouté lors d'une conféOMSrence mondiale virtuelle consacrée à la vaccination dans le monde, accueillie par Abou Dhabi.

« Tant que le virus continuera à circuler, des gens continueront à mourir, le commerce et les voyages continueront à être perturbés, et la reprise économique sera retardée », a-t-il ajouté.

Plus de 510 millions de de vaccins ont été distribués dans le monde, selon les responsables de la santé, mais les écarts entre les pays restent importants, ce qui a amené l'OMS à lancer vendredi un appel aux nations les plus riches pour qu'elles fassent don de vaccins aux pays plus pauvres.

Tedros a indiqué lundi que 36 pays n'avaient toujours pas reçu la moindre dose. Seize d'entre eux devraient recevoir leurs premières doses par le biais de Covax au cours des deux prochaines semaines, a-t-il déclaré.

Pour sa part, l'Unicef a exhorté lundi les pays riches à faire des dons pour assurer une distribution équitable des vaccins, ajoutant que 510 millions de dollars sont nécessaires pour soutenir la distribution dans le monde entier.

« Nous avons besoin d'aide », a déclaré Henrietta Fore, directrice générale de l'agence onusienne pour l'enfance lors de la conférence virtuelle.

« Nous avons besoin que les fabricants de vaccins donnent la priorité à Covax et s'efforcent d'obtenir l'approbation réglementaire pour une distribution rapide, équitable et abordable », a-t-elle ajouté.

« Nous avons besoin que les nations les plus riches fassent don de doses supplémentaires par le biais de Covax », le système destiné à approvisionner les pays défavorisés, a insisté Fore.

Covax devait permettre de distribuer quelque 238 millions de doses dans le monde d'ici à la fin du mois de mai mais à ce jour, seuls 32 millions de doses ont été expédiées, selon le site internet de cette initiative.


Le Mali formule ses conditions avant l'arrivée d'une mission ouest-africaine

Le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta (à droite) et le chef de la junte guinéenne, Mamady Doumbouya (Photo, AFP).
Le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta (à droite) et le chef de la junte guinéenne, Mamady Doumbouya (Photo, AFP).
Short Url
  • La mission était prévue mardi, mais le Mali a fait savoir ne pouvoir la recevoir que jeudi ou vendredi
  • Le Mali et la Côte d'Ivoire sont en pleine querelle diplomatique sur le sort de 46 soldats ivoiriens arrêtés

BAMAKO: Le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop a prévenu que son pays ne se laisserait pas imposer une solution à la crise diplomatique avec le voisin ivoirien par une mission de chefs d'État ouest-africains attendue en fin de semaine.

"Nous allons les écouter. Nous avons dit depuis le début que tout ce que le Mali veut, c'est chercher les voies et moyens pour trouver un terrain d’attente entre le Mali et la Côte d'Ivoire. Mais si c'est pour imposer des décisions au Mali, cela ne passera pas", a déclaré M. Diop dans un entretien en bambara avec VOA Afrique, posté sur les réseaux sociaux des Affaires étrangères.

Les dirigeants des États membres de la Communauté des États ouest-africains (Cédéao) réunis en sommet extraordinaire jeudi à New York ont décidé l'envoi au Mali d'une mission composée des chefs d'État ghanéen, sénégalais et togolais pour trouver une issue à la crise avec la Côte d'Ivoire.

La mission était prévue mardi, mais le Mali a fait savoir ne pouvoir la recevoir que jeudi ou vendredi.

Le Mali et la Côte d'Ivoire sont en pleine querelle diplomatique sur le sort de 46 soldats ivoiriens arrêtés le 10 juillet à leur arrivée à Bamako.

Ils devaient, selon Abidjan et l'ONU, participer à la sécurité du contingent allemand des Casques bleus au Mali, mais Bamako a dit les considérer comme des "mercenaires" venus attenter à la sûreté de l'État.

M. Diop a redit que l'affaire était entre les mains de la justice malienne, mais que le Mali avait aussi accepté une médiation du Togo. Le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta, était ouvert à un accord avec la Côte d'Ivoire "en dehors de la justice" et trois soldates, sur les 49 militaires arrêtés au départ, ont été relâchées, a-t-il dit.

C'est alors que "la Cédéao a été impliquée sans que le Mali ne soit consulté", a dit M. Diop.

"Une décision a été prise unilatéralement en faveur de la Côte d’Ivoire. Pourtant, ce n’est pas un problème de la Cédéao, c’est entre le Mali et la Côte d’Ivoire", a-t-il ajouté : "Quiconque veut apporter une solution sera le bienvenu...  Mais les démarches entamées par la Cédéao ne constituent pas des solutions pour nous".


Impossible pour Kiev de négocier avec Moscou après les «référendums» d'annexion, dit Zelensky à l'ONU

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Short Url
  • A la tribune de l'ONU, le président ukrainien a dénoncé «une farce» avec des résultats «pipés d'avance»
  • Un dialogue sera nécessaire pour mettre fin à la guerre en Ukraine mais il suppose un «rééquilibrage» des forces en faveur de Kiev

KIEV: Kiev ne peut pas mener de pourparlers avec Moscou après l'organisation de "référendums" d'annexion dans quatre régions ukrainiennes, dont trois ont déjà annoncé mardi soir que le "oui" au rattachement à la Russie l'avait emporté, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky à l'ONU.

"La reconnaissance par la Russie des +pseudo-référendums+ comme +normaux+, la mise en œuvre du (même) scénario qu'en Crimée et une énième tentative d'annexer une partie du territoire ukrainien signifie que nous n'avons pas à discuter avec l'actuel président russe", a dit M. Zelensky dans une vidéo enregistrée et diffusée lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.


«Un incendie sous l'eau»: en Méditerranée, des forêts de corail décimées par la chaleur

La "canicule marine" est également atteinte d'autres espèces (Photo, AFP).
La "canicule marine" est également atteinte d'autres espèces (Photo, AFP).
Short Url
  • L'alerte a été donnée fin août par des plongeurs «sentinelles»
  • «Ça fait mal au cœur, la détérioration est super rapide»

MARSEILLE: Comme "un incendie sous l'eau": au large de Marseille (sud), les gorgones rouges, une espèce de corail, ont été décimées, victimes de la température record de la Méditerranée cet été, constate Solène Basthard-Bogain, directrice d'une association spécialisée dans la conservation des milieux marins.

L'alerte a été donnée fin août par des plongeurs "sentinelles", connaisseurs de ces forêts de corail multicolores au large de la deuxième ville de France.

"Ça fait mal au cœur, la détérioration est super rapide, il y a deux mois seulement, on plongeait ici pour explorer cette magnifique forêt entièrement colorée", déplore Tristan Estaque, chargé de missions scientifiques chez Septentrion environnement, à bord du bateau de cette association étudiant les écosystèmes marins méditerranéens.

Entretemps, une grande vague de chaleur marine a frappé la Méditerranée occidentale cet été avec des températures de l'eau supérieures de "4 à 5 degrés" à la normale, selon Mercator Ocean international, organisation pilotant le service européen de surveillance des océans. La température de l'eau est montée jusqu'à 30 degrés par endroits.

«Forêt fantôme»

En remontant d'une plongée exploratoire en ce jour de septembre, Tristan Estaque décrit à l'AFP un paysage apocalyptique sous l'eau, une "forêt fantôme": "Il faut s'imaginer un arbre où il n'y a plus de feuille, plus d'écorce".

Dans ses mains, un morceau de gorgone morte, petit arbre beige aux branches nues: "Normalement sur cette espèce-là, il y a un tissu pourpre plein de polypes", déplore-t-il. Sous la pression d'une chaleur continue et intense, la gorgone meurt et son tissu se grise et tombe en poussière.

Selon les relevés de Septentrion environnement, près de Marseille "70 à 90% de la population de gorgones rouges" dans la zone des 10 à 20 mètres sont mortes.

Les quelques tissus vivants prélevés (environ 20% de chaque "arbre") sont collectés et étiquetés sur le bateau, pour une analyse génétique.

La mortalité des gorgones a aussi été observée sur les côtes espagnoles, dans la région de Toulon ou encore autour de l'île italienne de Sardaigne, selon Stéphane Sartoretto, qui participe au suivi des espèces pour l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer).

Dans le parc national des Calanques, ces criques spectaculaires disséminées sur le littoral près de Marseille, elle a été spécialement intense du fait d'une implantation à faible profondeur des gorgones, à six mètres seulement de la surface dans certaines zones. Dans les Baléares, elles vivent plus en profondeur, à 40 mètres, et ont donc été moins impactées, selon M. Sartoretto.

Risque de disparition

Outre la gorgone rouge, des éponges ou encore des bivalves ont été bien touchées, relève-t-il, ainsi qu'un poisson, le mostelle.

Le premier épisode bien documenté de mortalité des gorgones avait été relevé en 1999, relève M. Sartoretto, "mais le coup de chaud était à l'automne, alors que là, c'est arrivé très tôt, donc on n'est pas à l'abri de nouveaux coups de chaud en octobre..."

Les températures basses constatées ces derniers jours peuvent peut-être "préserver celles qui n'étaient pas touchées", selon Solène Basthard-Bogain, sans être sûre que ça stoppe le phénomène car "si la chaleur a favorisé un agent pathogène, il est probable" qu'il soit encore présent.

Pour les gorgones détruites, les scientifiques sont pessimistes : "Comme pour un incendie de forêt à terre, la résilience est très faible pour les gorgones, elles vont mettre des dizaines d'années à se régénérer", déplore M. Sartoretto, soulignant aussi le faible taux de reproduction de ces animaux marins.

"On peut se poser la question de leur disparition si les coups de chaud se répètent trop souvent, et dans ce cas-là, que va-t-il se passer?", se demande le scientifique. Car les gorgones sont des "espèces ingénieures, qui structurent les fonds marins".

Elles constituent de "véritables +forêts animales+ qui abritent 15 à 20% des espèces connues en Méditerranée", selon le Parc national des calanques.

Si cette mer couvre moins d'1% de la surface océanique de la planète, elle abrite "18% de toutes les espèces marines connues", selon un rapport du réseau des experts méditerranéens sur le changement climatique (Medecc), et présente déjà "la plus forte proportion d'habitats marins menacés en Europe".

La "canicule marine" a aussi affecté d'autres espèces, notamment les moules : en Espagne, 150 tonnes de moules commerciales et 1.000 tonnes de moules d'élevage ont ainsi été perdues cet été.