Enquête sur les attentats de Pâques au Sri Lanka : un cardinal émet un avertissement

Les membres des familles des victimes de l'attentat à la bombe du dimanche de Pâques du 21 avril 2019 assistent aux prières du dimanche de Pâques dans l'une des églises attaquées, l'église Saint-Sébastien à Katuwapitiya, Sri Lanka, le 4 avril 2021. (Photo, Reuters)
Les membres des familles des victimes de l'attentat à la bombe du dimanche de Pâques du 21 avril 2019 assistent aux prières du dimanche de Pâques dans l'une des églises attaquées, l'église Saint-Sébastien à Katuwapitiya, Sri Lanka, le 4 avril 2021. (Photo, Reuters)
Short Url
Publié le Lundi 05 avril 2021

Enquête sur les attentats de Pâques au Sri Lanka : un cardinal émet un avertissement

  • Le principal chef catholique du Sri Lanka dénonce les «retards dans les poursuites»
  • Au moins 279 personnes, dont 45 ressortissants étrangers, ont été tuées dans les attaques et environ 500 ont été blessées

COLOMBO: Dimanche, les chrétiens du Sri Lanka ont honoré les 279 personnes tuées dans les attentats de Pâques de 2019 alors que le principal chef catholique de l'île a mis en garde contre des manifestations de rue à moins que les responsables ne soient poursuivis.

Le cardinal Malcolm Ranjith a allumé des bougies à l’église Saint-Antoine, où 56 personnes ont péri lorsque des extrémistes locaux ont mené des attentats-suicides coordonnés contre trois hôtels et trois églises.

La minorité chrétienne à travers le pays a assisté aux messes du dimanche de Pâques sous la protection de policiers armése et une sécurité militaire stricte au milieu des craintes de nouvelles attaques, ont déclaré des responsables.

Ranjith a renouvelé son appel à une action rapide contre les responsables de l'attaque et a déclaré que le président de l'époque, Maithripala Sirisena, devrait être poursuivi pour négligence criminelle n’ayant pas pu l’empêcher.

Une enquête ordonnée par Sirisena peu de temps après les attentats du 21 avril 2019 a révélé que lui et ses responsables du renseignement avaient reçu des informations précises de l'Inde sur l'attaque imminente 17 jours plus tôt, mais n'ont pas agi.

«La culpabilité du président Sirisena a été identifiée dans le rapport de la commission», a déclaré Ranjith aux journalistes devant l’église Saint-Antoine.

«Je demande au président Gotabaya Rajapaksa et à son gouvernement pourquoi ils traînent les pieds sans le poursuivre.»

«Nous descendrons dans la rue si aucune mesure n'est prise avant le 21 avril», a déclaré Ranjith.

Rajapaksa est arrivé au pouvoir en novembre 2019, promettant une action contre les responsables de l'attaque de 2019. Sirisena, qui ne s’est pas porté candidat pour la réélection, est actuellement un député du parti SLPP de Rajapaksa.

Les chrétiens ont observé un silence de deux minutes à partir de 8 h 45 (3 h 15 GMT) lorsque le premier des sept assaillants a frappé lors des attaques coordonnées. Chaque cible avait un assaillant tandis qu'à l'hôtel Shangri-La, il y avait deux kamikazes.

La sécurité a été renforcée dans les églises du pays à majorité bouddhiste avant les offices du dimanche de Pâques pour se prémunir contre une répétition des attentats-suicides imputés à un groupe djihadiste local.

Le porte-parole de la police, Ajith Rohana, a déclaré que plus de 12 500 agents armés étaient en service devant 1 944 églises et étaient soutenus par du personnel militaire.

«Nous avons également obtenu l'aide des forces armées pour patrouiller et renforcer les unités de police à travers le pays», a déclaré Rohana.

Le Sri Lanka a été secoué le dimanche de Pâques en 2019 lorsque des terroristes ont organisé la plus grande attaque terroriste de l'histoire du pays.

Au moins 279 personnes, dont 45 ressortissants étrangers, ont été tuées dans les attaques et environ 500 ont été blessées.

La police a vérifié les cartes d’identité et les sacs avant d’autoriser les gens à assister à la messe du matin à l’église Saint-Sébastien au nord de la capitale Colombo, où 115 personnes, dont 37 enfants, ont été tuées lors de l’attaque de Pâques.

Les noms des victimes ont été lus après la messe du matin, des bougies allumées et des fleurs déposées sur des tombes près de l'église.

Plus de 200 personnes ont été arrêtées en rapport aux attentats à la bombe, mais personne n'a encore été inculpé.

Des affiches appelant à la justice ont été placées devant l’église Saint-Sébastien, qui était pleine de fidèles dimanche malgré les réglementations strictes en matière de distanciation sociale en place en raison de la pandémie de Covid-19.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Cédéao décide de créer une force régionale face au djihadisme et aux coups d'Etat

Les dirigeants des Etats d'Afrique de l'Ouest se sont réunis dimanche à Abuja (Photo, AFP).
Les dirigeants des Etats d'Afrique de l'Ouest se sont réunis dimanche à Abuja (Photo, AFP).
Short Url
  • Plusieurs pays de la région sont en proie à la propagation djihadiste qui, partie du nord du Mali, a gagné le centre de ce pays,
  • Les armées nationales sont impuissantes et coopèrent avec des acteurs extérieurs, l'ONU, la France ou encore la Russie

ABUJA, Nigeria: Les dirigeants d'Afrique de l'Ouest ont décidé dimanche à Abuja la création d'une force régionale vouée à intervenir non seulement contre le djihadisme, mais aussi en cas de coup d'État, comme la région en a connu plusieurs depuis deux ans, a indiqué un haut responsable.

Propagation djihadiste 

Plusieurs pays de la région sont en proie à la propagation djihadiste qui, partie du nord du Mali, a gagné le centre de ce pays, mais aussi le Burkina Faso et le Niger, et s'étend vers le sud et le golfe de Guinée. Les armées nationales sont largement impuissantes et coopèrent avec des acteurs extérieurs, l'ONU, la France ou encore la Russie.

L'insécurité est un facteur primordial des coups d'État militaires qui ont secoué la région depuis 2020, au Mali, au Burkina et, pour d'autres raisons, en Guinée.

Des responsables militaires de la région se réuniront dans la deuxième moitié de janvier pour discuter des modalités d'établissement de la force régionale, a dit M. Touray.


«Pas de solution diplomatique» à la guerre en Ukraine, selon une responsable de Memorial

 Irina Chtcherbakova, historienne et membre du conseil d'administration du groupe de défense des droits Memoria (Photo, AFP).
Irina Chtcherbakova, historienne et membre du conseil d'administration du groupe de défense des droits Memoria (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon la militante russe, des appels prématurés à la paix sont «puérils»
  • «La solution qui se présente maintenant est une solution militaire»

HAMBOURG: Il n'y actuellement "pas de solution diplomatique" à la guerre en Ukraine, a estimé dimanche Irina Chtcherbakova, qui a cofondé l'ONG russe de défense des droits de l'homme Memorial, dissoute par les autorités et lauréate du prix Nobel de la Paix 2022.

"Je suis absolument convaincue qu'il n'y a pas de solution diplomatique avec le régime de Poutine, tant qu'il est encore là", a déclaré à Hambourg Irina Chtcherbakova, qui a quitté la Russie après l'invasion de l'Ukraine par les forces russes et réside actuellement en Allemagne.

"La solution qui se présente maintenant est une solution militaire", même si ultérieurement, la diplomatie peut jouer un rôle pour la résolution du conflit, a estimé Mme Chtcherbakova, qui a reçu à Hambourg le prix Marion Doenhoff pour ses années de militantisme en Russie au service de la cause des droits de l'homme.

"Mais ces décisions, cette diplomatie ne pourront intervenir que lorsque l'Ukraine estimera avoir gagné la guerre et pouvoir y mettre fin", a-t-elle estimé.

Selon la militante russe, des appels prématurés à la paix sont "puérils". "Rien ne sera jamais plus comme avant", a-t-elle relevé.

Le prix Marion Doenhoff a été remis à Mme Chtcherbakova par le chancelier allemand Olaf Scholz.

Les efforts de Mme Chtcherbakova montrent la voie vers un "meilleur avenir pour la Russie", même si cette perspective "parait encore invraisemblable", a déclaré le chancelier.

La guerre ne devrait pas se terminer par "une victoire de l'expansionnisme" russe", mais il ne faut pas oublier que la Russie sera "toujours là" après la fin des hostilités, a poursuivi M. Scholz.

Memorial, lauréat du prix Nobel 2022 avec le militant des droits de l'homme bélarusse Ales Bialiatski et le Centre pour les libertés civiles (Ukraine), recevra la récompense à Oslo samedi 10 décembre.

Fondée en 1989, Memorial a œuvré pendant des décennies pour faire la lumière sur les crimes commis sous le régime totalitaire de Staline et pour préserver la mémoire de ses victimes tout en collectant des informations sur la violation des libertés et des droits en Russie.

L'organisation a été dissoute par la justice russe fin 2021.


Critiques aux Etats-Unis après un appel de Trump à abandonner la Constitution

L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
Short Url
  • Trump a affirmé qu'une «fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, y compris celles de la Constitution»
  • Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche

WASHINGTON: La classe politique américaine a vivement condamné dimanche un appel la veille de l'ancien président Donald Trump à abandonner la Constitution américaine pour revenir sur le résultat de l'élection présidentielle de 2020 remportée par Joe Biden.

Réitérant ses allégations infondées de fraude massive lors du scrutin, Donald Trump a affirmé samedi sur son réseau Truth Social qu'une "fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, réglementations et articles, y compris ceux de la Constitution".

Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche.

"La Constitution américaine est un document sacro-saint qui garantit depuis 200 ans que la liberté et l'État de droit prévalent dans notre beau pays", a commenté samedi un porte-parole de l'exécutif, Andrew Bates, dans un communiqué.

"Attaquer la Constitution et tout ce qu'elle représente est un anathème pour l'âme de notre pays et il faut le condamner", a-t-il ajouté. "On ne peut pas n'aimer l'Amérique que lorsqu'on gagne."

Dimanche, des élus des deux partis se sont offusqués des propos de l'ancien président, qui a par ailleurs récemment annoncé qu'il comptait se présenter à l'élection présidentielle de 2024.

"La semaine dernière, il dînait avec des antisémites. Maintenant, il appelle à mettre fin à la démocratie constitutionnelle en Amérique", a tweeté le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, à propos d'un dîner dans la résidence de Floride de Donald Trump auquel a participé Nick Fuentes, un suprémaciste blanc et négationniste notoire.

Donald Trump "est hors de contrôle et un danger pour notre démocratie. Tout le monde doit condamner cette attaque contre notre démocratie", a ajouté M. Schumer.

Questionné sur les propos de M. Trump sur Fox News, l'ancien vice-président Mike Pence, qui a pourtant pris ses distances avec le milliardaire américain depuis l'attaque contre le Capitole le 6 janvier 2021, s'est abstenu de les condamner.

"Les candidats qui se sont concentrés sur le passé, particulièrement ceux qui se sont concentrés sur la remise en cause de la dernière élection, n'ont pas eu de bons résultats aux élections de mi-mandat" le mois dernier, a-t-il simplement rappelé.

L'ancien conseiller à la sécurité nationale de M. Trump, le très conservateur John Bolton, s'est quant à lui offusqué de la suggestion de son ancien patron. "Tous les vrais conservateurs doivent s'opposer à sa campagne pour l'élection présidentielle de 2024", a-t-il tweeté.