A Jérusalem déconfinée, les chrétiens ont le sentiment de «revivre» pour Pâques

Les fidèles chrétiens portent une croix en bois le long de la Via Dolorosa (Chemin de la Souffrance) dans la vieille ville de Jérusalem lors de la procession du Vendredi Saint le 2 avril 2021. (AFP)
Les fidèles chrétiens portent une croix en bois le long de la Via Dolorosa (Chemin de la Souffrance) dans la vieille ville de Jérusalem lors de la procession du Vendredi Saint le 2 avril 2021. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 02 avril 2021

A Jérusalem déconfinée, les chrétiens ont le sentiment de «revivre» pour Pâques

  • «C'est tellement, tellement mieux que l'année dernière», souffle Mme Pernecita dont le visage est perlé de larmes
  • Cette année, la procession de quelques centaines de fidèles, menés par des dizaines de religieux chantant et psalmodiant en plusieurs langues, a redonné un semblant de vie à cette longue artère qui traverse la Vieille ville et ses ruelles millénaires

JERUSALEM : Dans un recoin du Saint-Sépulcre, les larmes d'Angèle Pernecita trahissent une émotion que cette chrétienne a de la peine à traduire par des mots. Confinée l'an passé pour cause de coronavirus, cette Philippine désormais vaccinée a retrouvé la ferveur qui s'empare de Jérusalem pour Pâques.

Comme elle, des centaines de fidèles ont foulé les pavés de la Vieille ville à l'occasion du vendredi saint commémorant la crucifixion du Christ.

Et du parvis du Saint-Sépulcre, église considérée comme le lieu le plus sacré du christianisme, s'est élevé l'écho des prières d'une foule comme il n'y en a pas eu pendant des mois.

A l'intérieur, certains n'ont pas hésité à toucher voire embrasser, avec ou sans masque sanitaire, la Pierre de l'Onction, dalle de calcaire rougeâtre sur laquelle le corps du Christ a été embaumé avant d'être mis au tombeau, selon la tradition.

"C'est tellement, tellement mieux que l'année dernière", souffle Mme Pernecita dont le visage est perlé de larmes.

Cette aide à domicile de 46 ans, qui vit en Israël depuis plus de 10 ans, a suivi les messes de Pâques 2020 sur Internet.

Les autorités israéliennes venaient d'ordonner la fermeture des lieux saints, en plus des écoles et des commerces, pour limiter la propagation du virus. L'église du Saint-Sépulcre avait été fermée pour Pâques pour la première fois en au moins un siècle. 

Aujourd'hui, "on a l'impression de revivre", raconte Lina Sleibi, une Palestinienne de Jérusalem, qui a elle aussi célébré Pâques sans église et sans grand rassemblement familial l'année dernière.

"C'était difficile, comme si la ville était morte", dit cette grande brune de 28 ans à qui il arrive de chanter lors de messes à Bethléem, autre ville sainte à quelques kilomètres de Jérusalem.

"Sortir de la tombe" 

En 2020, seuls quatre religieux avaient remonté la Via Dolorosa, chemin de souffrance où Jésus, selon les Evangiles, a rencontré sa mère, chuté, reçu de l'aide pour porter la croix et rencontré des femmes en pleurs.

Cette année, la procession de quelques centaines de fidèles, menés par des dizaines de religieux chantant et psalmodiant en plusieurs langues, a redonné un semblant de vie à cette longue artère qui traverse la Vieille ville et ses ruelles millénaires.

"C'est comme si nous avions nous-mêmes été dans une tombe cette dernière année, et que nous en sortions", se réjouit Angleena Keizer, une pasteure britannique, pour qui la campagne de vaccination menée par Israël, la plus rapide au monde, a permis des célébrations de Pâques normales. 

Ou presque. Car d'ordinaire, ce sont des milliers de pèlerins venus du monde entier qui arpentent la Vieille ville. Si les restrictions anticoronavirus ont été progressivement levées, les touristes ne sont toujours pas autorisés à revenir en Terre sainte.

"D'un côté, c'est agréable de se promener sans la foule de touristes, mais d'un autre côté, je préférerais qu'ils soient ici, pour l'économie, et pour qu'ils puissent faire l'expérience de Pâques en Terre sainte", dit Mme Keizer.

En 2019, plus de 25 000 personnes étaient rassemblées à Jérusalem pour célébrer le dimanche des Rameaux qui lance la semaine sainte, d'après le patriarcat latin de Jérusalem.

"C'est agréable de se promener sans qu'il y ait trop de monde", estime Mike, un Américain venu en famille au Saint-Sépulcre. "Nous avons pu nous assoir près de la tombe (de Jésus), prendre le temps de réfléchir, c'était plus paisible".

Mais l'absence de hordes de pèlerins enlève un peu de l'esprit de Pâques, reconnait-il aussi.

Bader Rabadi, un chrétien palestinien de Jérusalem, se réjouit lui aussi d'avoir tourné la page du confinement de Pâques, un moment "douloureux". 

Mais ce guide touristique attend de pied ferme ses coreligionnaires de l'étranger, pour partager avec eux l'esprit de cette fête, la plus importante du christianisme. Car "Jérusalem n'est pas à nous, elle est à tout le monde".


Syrie: l'ONU met en garde contre un risque de famine inégalé

Le 14 janvier 2016,, un convoi d'une cinquantaine de camions d'aide quitte Damas pour la ville syrienne de Madaya, frappée par la faim, où 40 000 habitants ont subi un siège gouvernemental paralysant qui a suscité une vive condamnation de l'ONU. (Photo de Louai BESHARA / AFP)
Le 14 janvier 2016,, un convoi d'une cinquantaine de camions d'aide quitte Damas pour la ville syrienne de Madaya, frappée par la faim, où 40 000 habitants ont subi un siège gouvernemental paralysant qui a suscité une vive condamnation de l'ONU. (Photo de Louai BESHARA / AFP)
Short Url
  • «La faim a atteint un niveau inégalé depuis 12 ans en Syrie», a déclaré le Programme alimentaire mondial (PAM) dans un communiqué
  • Selon l'ONU, plus de 90% de la population syrienne vit sous le seuil de la pauvreté depuis le début, en 2011, d'un conflit sanglant ayant tué près d'un demi-million de personnes et dévasté les infrastructures du pays

BEYROUTH : Le nombre de Syriens souffrant de la faim a atteint un nouveau record après 12 ans de guerre civile, a averti vendredi l'ONU qui a mis en garde contre «une nouvelle vague d'émigration de masse».

«La faim a atteint un niveau inégalé depuis 12 ans en Syrie», a déclaré le Programme alimentaire mondial (PAM) dans un communiqué.

«Douze millions de personnes ne savent pas comment elles se procureront leur prochain repas», a ajouté le PAM, auxquelles s'ajoutent «2,9 millions de personnes qui risquent de souffrir de la faim».

Selon l'ONU, plus de 90% de la population syrienne vit sous le seuil de la pauvreté depuis le début, en 2011, d'un conflit sanglant ayant tué près d'un demi-million de personnes et dévasté les infrastructures du pays.

La Syrie, dont l'économie s'est effondrée, est désormais au sixième rang des pays comptant le plus de personnes menacées d'insécurité alimentaire.

Les prix des denrées alimentaires ont été multipliés par 12 au cours des trois dernières années dans ce pays frappé en outre par la sécheresse, le choléra et le Covid-19.

La malnutrition infantile et des mères «augmente également à une vitesse sans précédent», selon le communiqué.

Si la communauté internationale n'intervient pas pour aider la Syrie, le pays risque d'être confronté à «une autre vague de d'émigration massive», a déclaré le directeur du PAM, David Beasley, lors d'une visite en Syrie cette semaine.

«Est-ce ce que veut la communauté internationale?», a-t-il ajouté, exhortant les pays donateurs à redoubler d'efforts pour «éviter cette catastrophe imminente».

Déclenchée par la répression de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie a également provoqué le déplacement de millions de personnes.

Au cours de la «crise migratoire» de 2015, l'Europe avait vu arriver sur son sol 1,2 million de personnes, dont de nombreux Syriens fuyant la guerre.


Liban: deux députés indépendants poursuivent leur sit-in au Parlement

Cette photo fournie par le bureau de presse du Parlement libanais le 19 janvier 2023 montre les parlementaires Melhem Khalaf (à gauche) et Najat Saliba faisant une déclaration à la presse à la fin d'une session dans le bâtiment du Parlement, dans le quartier du centre-ville de la capitale Beyrouth. (Photo par Stringer / Parlement Libanais / AFP)
Cette photo fournie par le bureau de presse du Parlement libanais le 19 janvier 2023 montre les parlementaires Melhem Khalaf (à gauche) et Najat Saliba faisant une déclaration à la presse à la fin d'une session dans le bâtiment du Parlement, dans le quartier du centre-ville de la capitale Beyrouth. (Photo par Stringer / Parlement Libanais / AFP)
Short Url
  • «L'Etat se délite complètement, nous voulons préserver ce qu'il en reste, à savoir le Parlement», a ajouté la députée qui dit dormir dans un salon de l'hémicycle, comme son collègue
  • La décision lundi du juge indépendant Tarek Bitar de reprendre l'enquête sur l'explosion meurtrière au port de Beyrouth en 2020 a déclenché une véritable guerre au sein de la justice

BEYROUTH : Une élue indépendante a promis vendredi à Beyrouth de poursuivre son sit-in au Parlement jusqu'à ce que les députés élisent un chef de l'Etat au Liban, pays sans président depuis près de trois mois et où la crise socio-économique s'aggrave.

Cette députée, l'écologiste Najat Saliba, et un collègue, l'ancien bâtonnier de Beyrouth Melhem Khalaf, entament vendredi leur deuxième semaine de sit-in pour protester contre les profonds différends politiques empêchant l'élection d'un successeur à Michel Aoun.

A l'issue d'une onzième session du Parlement le 19 janvier, qui a échoué à élire un chef de l'Etat, ils étaient restés dans l'hémicycle.

«Nous restons ici, que personne ne pense que nous allons partir» avant l'élection d'un président, a déclaré vendredi à l'AFP Najat Saliba.

«L'Etat se délite complètement, nous voulons préserver ce qu'il en reste, à savoir le Parlement», a ajouté la députée qui dit dormir dans un salon de l'hémicycle, comme son collègue.

«Nous sommes sans gouvernement, sans système financier et sans justice», a encore déploré Mme Saliba.

Parallèlement à la crise politique et économique, la décision lundi du juge indépendant Tarek Bitar de reprendre l'enquête sur l'explosion meurtrière au port de Beyrouth en 2020 a déclenché une véritable guerre au sein de la justice.

Le mandat du président Michel Aoun a expiré le 31 octobre et les députés, profondément divisés entre le camp du puissant Hezbollah pro-iranien et celui de leurs adversaires, n'arrivent pas à désigner un successeur.

Aucun camp ne dispose d'une claire majorité pour imposer un candidat dans un pays où l'élection d'un président prend souvent des mois.


Arrestation d’une femme accusée d’avoir tué un étudiant saoudien avec un couteau aux États-Unis

La police a retrouvé le corps d’Alwaleed Algheraibi, 25 ans, à l’intérieur d’une propriété de Hansberry Street, à Germantown, un quartier de Philadelphie. (Fournie)
La police a retrouvé le corps d’Alwaleed Algheraibi, 25 ans, à l’intérieur d’une propriété de Hansberry Street, à Germantown, un quartier de Philadelphie. (Fournie)
Nicole Marie Rodgers, 19 ans, a été arrêtée aujourd’hui. (fournie)
Nicole Marie Rodgers, 19 ans, a été arrêtée aujourd’hui. (fournie)
Short Url
  • Les enquêteurs ont déclaré à la presse locale que le téléphone de la victime et d’autres objets de valeur avaient été saisis
  • La police a confirmé aujourd’hui que Nicole Marie Rodgers avait été placée en garde à vue après avoir été recherchée pendant une semaine

DUBAÏ: La police de Philadelphie a arrêté aujourd’hui une femme de dix-neuf ans en lien avec l’agression mortelle contre un étudiant saoudien, rapportent les médias américains locaux. La femme en question aurait été la voisine de la victime.
La police a retrouvé le corps d’Alwaleed Algheraibi, 25 ans, à l’intérieur d’une propriété de Hansberry Street, à Germantown, un quartier de Philadelphie. Il avait été blessé au cou par un couteau lundi vers midi, heure locale.
Il a été déclaré mort sur les lieux.
Les enquêteurs ont déclaré à la presse locale que le téléphone de la victime et d’autres objets de valeur avaient été saisis.
La police a confirmé aujourd’hui que Nicole Marie Rodgers avait été placée en garde à vue après avoir été recherchée pendant une semaine.
Elle est accusée de meurtre, de vol qualifié, de cambriolage et de possession d’instrument du crime, précise la police.
Alwaleed Algheraibi était sur le point de finir ses études et il devait retourner en Arabie saoudite.
L’oncle de la victime a indiqué aux médias saoudiens locaux que l’accusée vivait dans l’appartement situé en face de celui de son neveu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com