Bataille houleuse attendue pour les élections législatives palestiniennes

Des Palestiniennes inscrivent leur nom pour les élections législatives et présidentielle, dans une école de la ville de Gaza, février 2021 (Photo, Reuters)
Des Palestiniennes inscrivent leur nom pour les élections législatives et présidentielle, dans une école de la ville de Gaza, février 2021 (Photo, Reuters)
Les dirigeants palestiniens insistent pour que le vote ait lieu à Jérusalem-Est (Photo, AFP)
Les dirigeants palestiniens insistent pour que le vote ait lieu à Jérusalem-Est (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 06 avril 2021

Bataille houleuse attendue pour les élections législatives palestiniennes

  • Le Hamas est le principal rival des forces palestiniennes laïques et de gauche lors des élections
  • Les Palestiniens qui «ont puni et humilié» le Fatah lors des dernières élections puniront le Fatah et le Hamas ensemble et les humilieront lors des prochaines élections

GAZA: Le grand nombre de listes concurrentes pour les élections palestiniennes indique la «soif» du peuple pour le changement. 

Les responsables électoraux ont annoncé que 36 listes de candidats ont été approuvées pour se présenter aux élections législatives prévues le mois prochain. 

Le vote, qui précède une élection présidentielle prévue le 31 juillet, s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par les mouvements palestiniens dominants – le Fatah et le Hamas – pour renforcer le soutien international à la gouvernance palestinienne. 

Le Fatah est confronté à des défis de la part de factions dissidentes, notamment la Liste de la liberté, dirigée par Nasser al-Qidwa, un neveu de Yasser Arafat, l’icône palestinienne défunte. 

Avant que la campagne électorale ne commence officiellement à la fin du mois d'avril, des indications officieuses indiquent que la rue palestinienne sera le théâtre d’une bataille houleuse. 

Ces derniers jours, les plates-formes des réseaux sociaux et les sites d’actualités locaux ont connu une forte polarisation. Ces interactions ont mis en évidence des signes d’hostilité entre les programmes des concurrents et leurs orientations politiques et intellectuelles. 

Nasser al-Qidwa, démis de ses fonctions de membre du Comité central du Fatah après un différend avec le président, Mahmoud Abbas, a déclenché une large controverse dans l'arène palestinienne. Ses déclarations, sur une chaîne de télévision française jeudi, indiquant qu’il s’opposait à ce qu'il a qualifié d'«islamisme politique» – dans une référence apparente au Hamas – ont suscité la controverse. Le Hamas est le principal rival des forces palestiniennes laïques et de gauche lors des élections. 

Les observateurs considèrent les propos de Nasser al-Qidwa comme le «coup de sifflet» du début d'une campagne électorale qui, selon eux, pourrait être le théâtre de «coups bas». 

Au cours de l'interview, qui n'a pas excédé vingt minutes, M. Al-Qidwa a déclaré : «Nous tous, tous les partis [du Fatah], avons des problèmes avec l'islam politique ou l'islamisme politique en général.» 

M. Al-Qidwa s'oppose à l'accord entre le Fatah et le Hamas, en vertu duquel les élections auront lieu. «Nous tenons tous à l'unité nationale palestinienne et à la restauration de la bande de Gaza, à la fois géographiquement et politiquement. Nous insistons sur cet objectif national central. Mais pas de la manière qui a été suivie jusqu'à présent, car c'est une manière irréelle et fragile.» 

Nasser al-Qidwa se présente aux élections avec une liste distincte de celle du Fatah officiel, soutenue par l'éminent dirigeant du Fatah, Marwan Barghouti, détenu dans une prison israélienne depuis 2003. 

Le Hamas et d’autres partis ont vu dans les déclarations d’Al-Qidwa «un départ raté dans la course électorale vers le Conseil législatif palestinien». 

Basem Naeem, membre du Bureau des relations internationales du Hamas, déclare que Nasser al-Qidwa «essaie de résoudre son problème d'organisation et d'obtenir des succès personnels au détriment de notre unité nationale». Il ajoute: «Il n'est pas permis à qui que ce soit d'être le prolongement d’un quelconque projet étranger. La question palestinienne est très particulière et ses dirigeants ne peuvent pas se permettre de provoquer des conflits aussi vils et durables.» 

Hatem Abdelkader, membre du Conseil révolutionnaire du Fatah, affilié à Marwan Barghouti, souligne que ces déclarations «n'expriment que le point de vue d'Al-Qidwa et n'expriment pas le point de vue du leader, Marwan Barghouti». «Bien que nous soyons en désaccord avec l'islam politique en termes d'idées et d'orientations, nous le respectons et le considérons comme un élément essentiel de la situation nationale palestinienne et un partenaire dans la bataille pour la libération nationale.» 

Une autre bataille se déroule sur les plates-formes des réseaux sociaux, principalement entre le Fatah et le Hamas, qui ont diffusé des vidéos hostiles reprenant des déclarations antérieures de responsables, notamment le président Abbas et le chef du bureau politique du Hamas, Ismaïl Haniyeh. 

Chaque partie essaie de remettre en question la crédibilité de l'autre et sa capacité à diriger le peuple palestinien. 

Des vidéoclips du président Abbas ont été largement diffusés et leurs promoteurs, soupçonnés d'être affiliés au Hamas, ont voulu montrer son hostilité à la résistance et son respect pour la coordination sécuritaire avec Israël. 

Des militants soupçonnés d'être du Fatah les ont contrés avec des dirigeants anti-Ismail Haniyeh et d'autres dirigeants du Hamas montrant leurs positions changeantes et contradictoires sur les questions politiques et sociétales.  

Le professeur de sciences politiques Ibrahim Abrash a évoqué des problèmes concernant le Hamas dans un article publié par des sites web affiliés au Fatah. Il déclare que l'arène palestinienne n'a pas encore produit un parti politique alternatif au Fatah, capable d'assumer la responsabilité et de respecter l'ensemble minimum de constantes et de droits politiques du peuple palestinien. 

«Dans le même temps, le public a fait l'expérience du règne du Hamas et de ce qui s'est passé dans la bande de Gaza et au niveau international», souligne-t-il. 

Les propos d'Ibrahim Abrash ont poussé le journaliste affilié au Hamas, Issam Shawer, à le critiquer. 

M. Shawer a déclaré que ce qu'Ibrahim Abrash a dit «n'a ni sincérité ni respect pour l'esprit des gens». Il a uniquement l'intention d’inciter les gens à soutenir le Fatah et d’empêcher le soutien au Hamas. 

Dans un article publié dans le journal Falastin affilié au Hamas à Gaza, Issam Shawer a lancé une attaque cinglante contre l'Organisation de la libération de la Palestine (OLP). 

M. Shawer accuse l'OLP d'avoir abandonné les trois quarts de la Palestine historique, y compris Jérusalem. Il défend, quant à lui, l’expérience du Hamas au gouvernement et justifie ses échecs à Gaza par le siège, les guerres israéliennes et les mesures de l’Autorité palestinienne. 

Une liste officielle du Hamas et d'autres listes de ses proches figurent parmi les 36 listes électorales. 

Il existe également une liste officielle du Fatah. Une autre liste est partagée entre Nasser al-Qidwa et Marwan Barghouti. 

Une liste concerne le chef démis du Fatah, Mohammed Dahlan, en plus des listes des forces de gauche. Il existe également des listes avec des personnalités indépendantes. 

Nashaat al-Aqtash, professeur de médias à l'université de BirZeit, s'attend à des campagnes électorales houleuses dans la période à venir parmi les listes concurrentes, en particulier entre le Fatah et le Hamas. Il déclare que les circonstances actuelles sont complètement différentes de la situation qui prévalait lors des élections de 2006. 

Il souligne également que les Palestiniens qui «ont puni et humilié» le Fatah lors des dernières élections puniront le Fatah et le Hamas ensemble et les humilieront lors des prochaines élections. 

M. Al-Aqtash considère le grand nombre de listes concurrentes comme une indication de la «soif» de changement du peuple. 

Il indique que le Fatah et le Hamas ne parviendront pas à un «pouvoir de décision» en dépit du fait qu'ils remporteront le plus grand nombre de sièges. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


La coopération entre l'Arabie saoudite et la Chine atteint de nouveaux sommets chaque année

Des enfants jouent avec un robot quadrupède lors de la Conférence mondiale des robots 2022 à Pékin (Photo, AFP).
Des enfants jouent avec un robot quadrupède lors de la Conférence mondiale des robots 2022 à Pékin (Photo, AFP).
Short Url
  • 2022 s'est avérée être l'année où les projets de collaboration sino-saoudiens dans divers domaines ont véritablement prospéré
  • La Chine cherche à renforcer ses relations énergétiques avec les pays du Golfe afin de s'assurer un approvisionnement suffisant en pétrole

RIYAD: Les relations entre l'Arabie saoudite et la Chine ont prospéré en 2022 grâce aux efforts de coopération élevés entre les pays dans divers domaines, notamment l'aviation, l'énergie, le tourisme, l'intelligence artificielle et la technologie.

Le 27 novembre, le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères a rencontré l'ambassadeur de Chine au Royaume à Riyad, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Au cours de la réunion, Waleed al-Khuraiji et Chen Weiqing ont passé en revue les relations bilatérales et les moyens de les renforcer afin de servir les intérêts communs. Ils ont également discuté de questions d'intérêt commun.

Aviation

fd
Le protocole d'accord vise également à promouvoir la croissance du trafic aérien et à renforcer la coopération dans le domaine du transport aérien (Photo, Arab News).

Au début de cette année, en octobre, l'Arabie saoudite et la Chine ont signé un protocole d'accord visant à augmenter le nombre de vols et d'escales entre les deux pays. 

Le protocole d'accord vise également à promouvoir la croissance du trafic aérien et à renforcer la coopération dans le domaine du transport aérien entre les deux pays, a rapporté Zawya.

Énergie

En septembre, l'organisation régionale qu'est la Ligue arabe a annoncé que le premier sommet arabo-chinois de son genre sera accueilli par l'Arabie saoudite en décembre, ce qui constitue une étape importante dans la collaboration stratégique entre les pays arabes et le géant asiatique.

Selon le journal South China Morning Post, basé à Hong Kong, Pékin cherche à renforcer ses relations énergétiques avec les pays du Golfe afin de s'assurer un approvisionnement suffisant.

Tourisme

En septembre, l'autorité saoudienne du Tourisme et la société financière UnionPay, basée à Shanghai, ont signé un protocole d'accord visant à augmenter le nombre de visiteurs chinois en Arabie saoudite.

Dans le cadre de cet accord, la société publique chinoise de services financiers facilitera les opérations de paiement au sein du Royaume pour les détenteurs de cartes UnionPay, a rapporté la SPA.

Culture

Dans le cadre de la coopération culturelle entre l'Arabie saoudite et la Chine, la bibliothèque publique roi Abdelaziz a signé un protocole d'accord et une collaboration avec le groupe chinois Bayt al-Hikma en avril.

L'accord vise à renforcer la coopération entre les deux pays dans différents domaines culturels, de la connaissance et des langues qui intéressent les deux parties.

Cela comprend également l'échange de services de publication et de visites culturelles entre les deux pays, ainsi que l'organisation de réunions scientifiques et d'expositions spécialisées et l’organisation de points culturels communs par le biais de forums.

Intelligence artificielle

ds
Le fournisseur de solutions Taqnia ets ont signé un protocole d'accord avec l'entreprise aérospatiale chinoise Star Vision (Photo, Arab News).

En mars, l'entreprise aérospatiale Taqnia et le fournisseur de solutions Taqnia ets, basés à Riyad, ont signé un protocole d'accord avec l'entreprise aérospatiale chinoise Star Vision afin d'améliorer la chaîne d'approvisionnement du secteur spatial et de travailler main dans la main sur les applications et les technologies d'intelligence artificielle.

En vertu du protocole d'accord, toutes les parties participeront à des recherches collaboratives et travailleront ensemble de manière à faciliter le développement de technologies spatiales, de satellites et de produits géospatiaux de premier ordre, a rapporté la revue commerciale Times Aerospace.

Le protocole d'accord vise à introduire des services et des produits localisés qui s'alignent sur l'industrie spatiale et géospatiale stratégique du Royaume et de la région.

Technologie

En mars, la société saoudienne ACES (Advanced Communications and Electronics Systems Co.) s'est associée au China Electronics Technology Group pour fabriquer des systèmes de charge utile pour les drones dans le Royaume.

Dans le cadre de ce partenariat, China Electronics Technology Group, conglomérat d'État spécialisé dans l'électronique à double usage, entend aider ACES à mettre en place un centre de recherche et développement et une équipe de fabrication pour divers types de systèmes de charge utile pour drones.  

Pétrole

En mars, une unité de la Compagnie pétrolière saoudienne a signé un premier accord avec China Petroleum & Chemical Corp, connu sous le nom de Sinopec, en vue d'une éventuelle collaboration en aval en Chine.

La filiale, Saudi Aramco Asia Company Ltd, et Sinopec visent à soutenir Fujian Refining and Petrochemical Co. dans la réalisation d'une étude de faisabilité sur l'optimisation et l'expansion des capacités, selon un communiqué.  

Construction et bâtiment

En janvier, Aramco et l'Académie chinoise des matériaux de construction ont annoncé leur intention de lancer conjointement un nouveau centre d'excellence et d'innovation pour les produits non métalliques.

Également appelé Nexcel, le nouveau centre sera basé à Pékin et fera progresser l'utilisation des matériaux non métalliques dans le secteur du bâtiment et de la construction.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Liban: Des divisions apparaissent entre les deux alliés politiques du pays

Le Premier ministre Najib Mikati présidant une réunion du Conseil des ministres au palais du gouvernement à Beyrouth, le 5 décembre 2022 (Photo, AFP).
Le Premier ministre Najib Mikati présidant une réunion du Conseil des ministres au palais du gouvernement à Beyrouth, le 5 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Courant patriotique libre laisse entendre qu'il se sépare du Hezbollah, l'accusant d'attaquer la position du président
  • Moussa a souligné la nécessité de mener un dialogue sérieux et efficace entre toutes les parties afin d’apaiser les tensions et d’élire un président

BEYROUTH: La colère du Courant patriotique libre (CPL) à l'égard du Premier ministre intérimaire, Najib Mikati, qui a convoqué une session du Conseil des ministres lundi, a entraîné un bouleversement des relations entre le parti et son allié, le Hezbollah.

Le chef du CPL, Gebran Bassil, a exprimé mardi, lors d'une conférence de presse, sa colère face à «une décentralisation élargie, même sans lois».

Le Hezbollah et le Mouvement Amal ont fourni une couverture politique à Mikati pour qu'il convoque une session du Conseil des ministres afin d'approuver le processus d'obtention de médicaments pour les patients sous dialyse ou atteints de cancer, ce que Mikati considère comme une nécessité absolue.

Le CPL refuse de tenir toute session du Conseil des ministres en raison du vide présidentiel afin d'empêcher Mikati d'exercer les pouvoirs du président chrétien, d'autant plus que le mouvement estime que le gouvernement intérimaire n'a pas le droit de jouer ce rôle.

Alors que le pays traverse une crise économique dévastatrice, huit tentatives d’élire un président par le Parlement libanais ont échoué après la fin du mandat du président, Michel Aoun, il y a plus d'un mois.

Bassil, le gendre d'Aoun, s'est indirectement présenté comme un candidat à la présidence, étant donné que son bloc parlementaire est le plus grand bloc chrétien et qu'il a le droit de nommer le futur président.

Bassil rejette la candidature de l'ancien ministre Sleiman Frangieh pour le poste, qui est soutenu par le Hezbollah et Amal.

Lors d'une conférence de presse, Bassil a signalé que la session du Conseil des ministres de lundi était «inconstitutionnelle, illégale et non conventionnelle», la décrivant comme «une exécution de la Constitution et un coup fatal à l'accord de Taëf».

Les ministres du CPL ont boycotté la session du Conseil des ministres, à l'exception du ministre de l'Industrie George Bouchkian, qui a assuré le quorum pour la session. Son comportement a eu pour conséquence que son parti, le Tachnag, allié du CPL, l'a renié pour ne pas avoir respecté sa décision de boycotter la session.

Le site web du CPL a indiqué que «le Hezbollah contribue à la normalisation du vide et à l'attaque de la position du président».

Bassil s'est indirectement adressé au Hezbollah, en disant: «Si quelqu'un pense qu'il fait pression sur nous sur la question présidentielle, nous aimerions lui dire que cela ne fonctionnera pas.»

«Nous n'assisterons pas aux sessions du Parlement si nous ne trouvons pas une grande nécessité nationale à le faire, et nous chercherons à abandonner le vote blanc plus rapidement et à opter pour un candidat présidentiel», a-t-il ajouté.

Le député Michel Moussa, membre du bloc parlementaire Développement et Libération dirigé par le président du Parlement, Nabih Berri, a minimisé la possibilité d'un changement de la carte politique au niveau des élections présidentielles suite aux tensions qui ont suivi la séance du Conseil des ministres. «Ne pas élire un nouveau président contribue à approfondir ces conflits», a-t-il jugé.

Moussa a souligné la nécessité de mener un dialogue sérieux et efficace entre toutes les parties afin d’apaiser les tensions et d’élire un président.

Le Hezbollah a évité de commenter les déclarations de Bassil.

Le député Bilal Abdallah, membre du bloc du Rassemblement démocratique, a déclaré: «Un parti a tenté sans succès d'élever le discours sectaire. Le Hezbollah n'a pas réagi.»

Un observateur politique, préférant garder l'anonymat, a révélé: «En participant à la session du Conseil des ministres, le Hezbollah a tenté d'assurer à Bassil qu'il n'était pas seul sur la scène.»

Le Front souverain pour le Liban, qui s'oppose au Hezbollah, a souligné que les députés doivent rester dans la salle du Parlement jusqu'à ce qu'un nouveau président soit élu, pour le bien du pays et de la Constitution.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les sommets de Riyad reflètent la volonté du Royaume de renforcer ses relations avec la Chine

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, participe aux travaux de la 154e session du Conseil ministériel préparatoire (Photo, SPA).
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, participe aux travaux de la 154e session du Conseil ministériel préparatoire (Photo, SPA).
Short Url
  • Le prince Faisal ben Farhane a déclaré que les relations bilatérales sont caractérisées par l'amitié, la confiance, la coopération et la coordination
  • Xi devrait participer à un sommet saoudo-chinois, au sommet Golfe-Chine pour la coopération et le développement

RIYAD: Trois sommets prévus à Riyad dans les prochains jours reflètent la détermination commune du Royaume, des autres pays du Conseil de coopération du Golfe et du monde arabe en général à renforcer la coopération et à améliorer les relations stratégiques avec la Chine en vue d'une plus grande croissance et prospérité pour tous les pays et leurs peuples, selon le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane.

«Les relations entre le Royaume et la Chine sont stratégiques et étroites à la lumière des développements et des changements internationaux en cours», a-t-il affirmé.

Il a ajouté que les relations bilatérales sont caractérisées par l'amitié, la confiance mutuelle, la coopération et la coordination continue, a rapporté l'Agence de presse saoudienne.

Ses commentaires sont intervenus alors que le président chinois, Xi Jinping, est arrivé à Riyad mercredi soir pour une visite officielle de trois jours, au cours de laquelle il devrait assister à un sommet saoudo-chinois, au sommet Golfe-Chine pour la coopération et le développement et au sommet arabe-Chine de Riyad pour la coopération et le développement.

Le prince Faisal a salué la contribution apportée par un comité mixte saoudo-chinois de haut niveau au développement des relations entre les deux pays dans de nombreux domaines. Il a indiqué que les relations économiques bilatérales progressent rapidement dans le contexte du plan de développement et de diversification, la Vision 2030 du Royaume et de l'initiative chinoise « la Ceinture et la Route », qui offrent des opportunités prometteuses de coopération, de développement durable et d’intérêts mutuels.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères a soutenu que la Chine se classe comme le premier partenaire commercial du Royaume depuis 2018, et que la valeur du commerce bilatéral en 2021 était de 309 milliards de riyals saoudiens (1 riyal saoudien = 0,25 euro), soit une augmentation de 39% par rapport à l'année précédente.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com