Élections palestiniennes: 36 listes approuvées pour le scrutin de mai

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à Ramallah en Cisjordanie le 3 septembre 2020 (Photo, AFP)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à Ramallah en Cisjordanie le 3 septembre 2020 (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 04 avril 2021

Élections palestiniennes: 36 listes approuvées pour le scrutin de mai

  • Les noms des candidats doivent être publiés le 6 avril mais la Commission électorale a déjà annoncé sur son site internet avoir approuvé la totalité des 36 listes déposées
  • Le parti de Mahmoud Abbas est confronté à la concurrence de multiples factions dissidentes, notamment celle de Nasser al-Kidwa --neveu de l'ancien leader palestinien Yasser Arafat

RAMALLAH: Trente-six listes de candidatures ont été approuvées pour prendre part aux élections législatives prévues en mai, premier scrutin palestinien en quinze ans, a annoncé dimanche la Commission électorale palestinienne. 

Ce vote, qui doit précéder une élection présidentielle prévue le 31 juillet, s'inscrit dans le cadre d'efforts des principaux mouvements palestiniens --le Fatah laïc du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le parti islamiste du Hamas-- pour donner un coup de fouet au soutien international en faveur d'une gouvernance palestinienne. 

Les partis avaient jusqu'à mercredi pour enregistrer leurs listes en vue du scrutin du 22 mai qui doit permettre de renouveler les 132 membres du Conseil législatif palestinien. 

Les noms des candidats doivent être publiés le 6 avril mais la Commission électorale a déjà annoncé sur son site internet avoir approuvé la totalité des 36 listes déposées. 

Le Fatah, qui contrôle la Cisjordanie --territoire sous occupation israélienne--, a soumis sa candidature tout comme le Hamas, au pouvoir depuis 2007 dans la bande de Gaza, enclave soumise à un strict blocus israélien. 

Le parti de M. Abbas est confronté à la concurrence de multiples factions dissidentes, notamment celle de Nasser al-Kidwa --neveu de l'ancien leader palestinien Yasser Arafat-- qui a récemment été exclu du Fatah pour avoir critiqué la classe dirigeante palestinienne et qui a présenté sa propre liste « Liberté ». 

Cette liste est soutenue par Marwan Barghouthi, haut cadre du Fatah surnommé par ses partisans le « Mandela palestinien ». Il purge actuellement en Israël cinq peines de prison à perpétuité liées à des attentats anti-israéliens pendant la seconde Intifada (2000-2005). 

Mohammed Dahlane, rival d'Abbas en exil aux Emirats arabes unis, soutient lui aussi une liste concurrente. C'est également le cas de l'ancien Premier ministre palestinien Salam Fayyad. 

Bien que le Fatah et le Hamas se soient entendus pour que les Palestiniens puissent voter en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, l'incertitude persiste concernant ceux de Jérusalem-Est, annexée par Israël.  

Israël interdit toute activité politique palestinienne à Jérusalem mais les responsables palestiniens insistent pour que le vote ait lieu dans l'est de la ville, revendiqué comme capitale de leur futur Etat.  

La dernière élection présidentielle palestinienne remonte à la victoire de M. Abbas en 2005, suivie l'année suivante par des législatives remportées par ses rivaux du Hamas. 

Plus de 2,8 millions de Palestiniens habitent en Cisjordanie et deux millions dans la bande de Gaza. 


Le ministre saoudien des Affaires étrangères s’entretient au téléphone avec son homologue chinois

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères
  • Les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu au téléphone lundi avec son homologue chinois.

Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères, et les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine.

Ils ont également discuté de la coopération bilatérale, de l’évolution des événements régionaux et internationaux, des efforts déployés à l’égard de ces événements afin de renforcer la sécurité et la stabilité, ainsi que des principales questions d’intérêt commun.

La Chine a nommé Qin comme nouveau ministre des Affaires étrangères à la fin du mois de décembre 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite lance un service de visa de transit pour les passagers faisant escale dans le Royaume

Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois
  • Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite à des fins de tourisme et de pèlerinage

RIYAD: Lundi, le ministère saoudien des Affaires étrangères a lancé un service électronique qui permettra aux passagers faisant escale dans le Royaume d’obtenir un visa d’entrée.

Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite aux passagers en transit qui souhaitent accomplir l’Omra, visiter la mosquée du prophète à Médine et découvrir le Royaume.

Ce nouveau service entrera en vigueur à partir de lundi, et les passagers pourront demander un visa de transit via les plates-formes électroniques de Saudia Airlines et Flynas.

La demande sera automatiquement envoyée à la plate-forme nationale unifiée des visas du ministère des Affaires étrangères pour y être traitée. Un visa numérique sera délivré instantanément et renvoyé au bénéficiaire par courrier électronique.

Le ministère a affirmé que le visa e-Transit pour les escales contribuera à réaliser les objectifs de la Vision 2030 du Royaume en consolidant sa position et en tirant parti de son emplacement stratégique distingué en tant que lien entre les continents.

Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Syrie: Quinze policiers blessés par une explosion visant leur bus

Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa
  • La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable

DAMAS: Quinze membres des forces de sécurité intérieures syriennes ont été blessés dans l'explosion d'une bombe qui a visé le bus qui les transportait dans le sud du pays, selon le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa, lorsque "des terroristes non identifiés ont visé avec un engin explosif le bus les transportant sur l'autoroute Damas-Deraa".

L'attaque a blessé 15 passagers, dont sept gravement.

La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable malgré le retour des forces du régime en juillet 2018.

Le groupe Etat islamique (EI), dont le troisième chef a été tué à Deraa en octobre dernier revendique parfois des attaques dans la région.

Plusieurs attentats, le plus souvent revendiqués par des jihadistes, ont visé par le passé des véhicules de l'armée syrienne.

La guerre complexe en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression de manifestations prodémocraties, a fait environ 500.000 morts depuis 2011.