Les premiers trains à hydrogène français bientôt sur les rails

Le président d'Alstom France, Jean-Baptiste Eyméoud à la gare de l'Est à Paris, le 6 avril 2017 (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 08 avril 2021

Les premiers trains à hydrogène français bientôt sur les rails

  • La SNCF a passé commande des premiers modèles à Alstom, pour le compte des régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est et Occitanie
  • Alstom fait figure de pionnier dans le train à hydrogène, avec une technologie mise au point dans son usine de Tarbes

PARIS: Lancé en Allemagne en 2018, le train à hydrogène doit enfin démarrer en France avec la signature d'un contrat pour 12 rames destinées à quatre régions pionnières, les premiers essais étant prévus fin 2023. 

La SNCF a passé commande des premiers modèles à Alstom, pour le compte des régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est et Occitanie. 

Le président d'Alstom France, Jean-Baptiste Eyméoud, envisage « les premiers essais sur voie fin 2023, et a priori une mise en service commerciale en 2025 ». Avec près de deux ans de retard sur les ambitions initiales du gouvernement. 

« Ça va être une vraie démonstration, un vrai service commercial dans chaque région », avec « des conditions d'exploitation normales », promet-il. 

« Notre objectif est de donner envie, montrer que ça marche », renchérit Christophe Fanichet, le PDG de SNCF Voyageurs. 

Auvergne-Rhône-Alpes a déjà indiqué que les nouveaux trains circuleraient entre Lyon et Clermont-Ferrand et entre Moulins, Clermont–Ferrand et Brioude (Haute-Loire), Bourgogne-Franche-Comté du côté d'Auxerre, et l'Occitanie sur la ligne conduisant à Bagnères-de-Luchon (Haute-Garonne). 

Alstom fait figure de pionnier dans le train à hydrogène, avec une technologie mise au point dans son usine de Tarbes. Il a fait circuler ses premiers prototypes en Allemagne en 2018 et y est maintenant entré dans une phase industrielle, avec 41 commandes à ce jour. Le groupe français a aussi vendu des modèles en Italie. 

Mais là où les modèles allemands sont monomodes, fonctionnant uniquement à l'hydrogène, les français seront bimodes, capables également de rouler sous caténaires en traction électrique. 

Ils auront une autonomie allant jusqu'à 600 km sur les lignes non électrifiées. 

Ces trains mélangent de l'hydrogène embarqué à bord et de l'oxygène présent dans l'air ambiant, grâce à une pile à combustible installée dans la toiture qui produit l'électricité nécessaire à la traction de la rame. Ils ne rejettent que de la vapeur d'eau. 

« C'est une étape supplémentaire vers le "zéro émission" dans le transport public ferroviaire », souligne Christophe Fanichet. 

Conversion des TER 

Alstom va concrètement installer une chaîne de traction à hydrogène sur un modèle éprouvé parmi les TER français (appelé Coradia Polyvalent par le constructeur national et Regiolis par la SNCF): longs de 72 mètres, ces trains de quatre voitures offriront 218 places assises « et les mêmes performances dynamiques et de confort que la version bimode électrique-diesel », selon ses promoteurs.  

Le contrat s'élève pour Alstom à 190 millions d'euros pour 12 rames. Il prévoit la fourniture de trois trains à chacune des quatre régions pionnières, auxquels pourraient s'en ajouter deux en options pour le Grand Est. 

Divers frais font augmenter la facture à 215 millions pour les régions, mais une aide de 47 millions de l'Etat vient réduire le prix à 14 millions par rame --c'est-à-dire celui d'un train diesel-électrique dans cette catégorie. 

« La France a tout pour devenir un champion de l'hydrogène: le gouvernement est pleinement engagé pour faire de cette ambition une réalité », a remarqué le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, cité dans un communiqué. 

La SNCF, longtemps réticente, a fini par se convertir à l'hydrogène, désormais considéré comme une bonne option pour remplacer le diesel. Elle s'est donnée pour objectif de ne plus utiliser ce dernier en 2035. 

Au-delà des prototypes, le marché semble prometteur, puisque près de 1.100 TER utilisent actuellement du diesel. La compagnie teste également diverses formules utilisant des batteries et des carburants « verts » comme le colza. 

Il reste à voir si l'on peut utiliser de l'hydrogène « gris » (fabriqué avec des processus utilisant des énergies fossiles, donc polluants) avant de passer à l'hydrogène « vert » (issu d'énergies renouvelables par électrolyse de l'eau, vraiment propre mais nettement plus cher), pour lequel la France n'est pas prête.  

Il faudra aussi assurer des filières permettant d'alimenter les trains. 

Autre difficulté potentielle: le type de train qui doit être adapté à l'hydrogène est fabriqué par le site alsacien de Reichshoffen. Or, Alstom s'est engagé à céder l'usine et le train à un concurrent pour obtenir le feu vert de Bruxelles à son rachat de Bombardier Transport.  

D'où la nécessaire mise en place d'un mécanisme associant le futur repreneur. Alstom est en négociation exclusive jusqu'à fin avril avec le groupe tchèque Skoda. 


La concurrence se concrétise dans les transports d'Ile-de-France

IDFM en a jusqu'à présent attribué neuf, dont un comprend le fameux T9. Keolis l'exploitera jusque fin 2024, avant une nouvelle remise en jeu.(AFP)
Short Url
  • Ce tram relie sur 10 kilomètres la Porte de Choisy, à Paris, à Orly-Ville (Val-de-Marne), remplaçant sur l'essentiel de son parcours l'autobus le plus chargé de la RATP en banlieue, le 183
  • Il a coûté 404 millions d'euros, auxquels s'ajoutent 75 millions pour les rames, fournies par Alstom

PARIS : La mise en service samedi d'une nouvelle ligne de tramway au sud-ouest de Paris marque une nouvelle étape dans l'ouverture à la concurrence des transports d'Ile-de-France: c'est l'opérateur Keolis qui va exploiter le T9, après avoir gagné un appel d'offres.

Ce tram relie sur 10 kilomètres la Porte de Choisy, à Paris, à Orly-Ville (Val-de-Marne), remplaçant sur l'essentiel de son parcours l'autobus le plus chargé de la RATP en banlieue, le 183. Il a coûté 404 millions d'euros, auxquels s'ajoutent 75 millions pour les rames, fournies par Alstom.

On se pressait à bord samedi en fin de matinée, ou sur les quais pour photographier les premiers trams. Le trajet doit prendre une demi-heure de bout en bout, beaucoup moins que le bus, sur des avenues refaites à neuf. 

"C'est la première ligne de tram mise en concurrence!", s'est félicitée lors du voyage inaugural la présidente d'Ile-de-France Mobilités (IDFM), Valérie Pécresse.

Les autres lignes de tramway de l'agglomération parisienne étaient jusqu'à présent automatiquement allées à la RATP. Comme le T3a, qui passe Porte de Choisy.

Mais l'autorité régionale des transports a entrepris de mettre en concurrence tout le réseau francilien d'ici à 2040.

La révolution a commencé dans les autobus de grande couronne, au-delà du monopole historique de la RATP. L'exploitation de cet ensemble appelé Optile, historiquement répartie en 135 contrats passés de gré à gré, est progressivement mise en concurrence après une division du réseau en 36 lots.

IDFM en a jusqu'à présent attribué neuf, dont un comprend le fameux T9. Keolis l'exploitera jusque fin 2024, avant une nouvelle remise en jeu.

L'ouverture d'Optile est pour les opérateurs une mise en bouche avant la perte du monopole de la RATP qui commencera par les autobus --à Paris et en proche banlieue-- le 1er janvier 2025.

Le choc va être rude pour la Régie: 18 000 de ses 45 000 salariés franciliens sont concernés. Avec encore une dose d'incertitudes, dans l'attente de décrets fixant le cadre règlementaire et social.

Bataille franco-française 

"Nous avons créé en juillet 2020 une +business unit+ (unité opérationnelle, ndlr) Réseau de surface, avec une responsabilisation très forte des patrons des centres bus, en leur créant un mini compte de résultat pour se préparer au choc de l'ouverture", a récemment témoigné la PDG Catherine Guillouard.

Suivront les tramways de la RATP en 2030, puis le métro et les RER A et B en 2040.

Avant cela, c'est le monopole de la SNCF sur son secteur qui va disparaître par étapes en Ile-de-France, entre 2023 et 2033. IDFM compte commencer par les trams-trains T4 et T11: le dossier est au programme de son prochain conseil d'administration, mercredi.

L'autorité régionale doit aussi choisir des exploitants pour les futures lignes du métro du Grand Paris (15, 16-17 et 18).

IDFM, qui organise et finance les transports publics dans la région, entend rendre son réseau plus homogène: on ne voit que son logo sur le T9, où les agents portent désormais un --discret-- uniforme à ses couleurs.

Elle en veut plus et mieux pour son argent, faisant valoir que la compétition favorisera l'émulation... et permettra de faire des économies.

"L'ouverture à la concurrence permet d'avoir des rendez-vous réguliers, ce qui permet de contrôler la qualité. Quand on a un opérateur qui exploite une ligne depuis tout le temps et jusqu'à l'éternité, on ne peut pas le sanctionner s'il n'est pas au niveau", a relevé Valérie Pécresse, promettant "beaucoup plus de qualité pour les voyageurs."

Les sommes en jeu sont considérables: 10 milliards d'euros par an actuellement (dont en gros la moitié pour la RATP et un tiers pour la SNCF). Et plus à l'avenir, notamment quand les nouvelles lignes du métro du Grand Paris seront ouvertes.

Pour l'instant, la bataille entre opérateurs reste franco-française, entre la RATP, Transdev (filiale à 66% de la Caisse des dépôts) et Keolis (filiale à 70% de la SNCF).

La RATP vient de créer une filiale dédiée aux appels d'offres en Ile-de-France, avec l'objectif de gagner des marchés sur Optile et peut-être les trams-trains, avant la défense de son pré carré. Elle s'est parallèlement alliée à une entreprise singapourienne pour tenter de décrocher l'exploitation des lignes 16 et 17 du Grand Paris Express.

Keolis et Transdev veulent aussi étendre leur part du réseau Optile, en attendant l'ouverture des autobus RATP. Et le reste.


FMI et Banque mondiale poussent l'idée d'une dette allégée contre des investissements verts

Le logo du FMI, sur la façade de son quartier-général à Washington (Photo, AFP).
Short Url
  • Les pays à bas revenus font face à une double crise : sous pression pour rembourser leur dette, ils doivent aussi s'attaquer aux problèmes environnementaux
  • Dépourvus d'espace budgétaire, ces pays ont utilisé les aides d'urgence pour surmonter la crise sanitaire et économique

WASHINGTON: L'idée d'alléger la dette des pays pauvres en échange d'investissements « verts » a fait son chemin cette semaine lors des réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale, avec l'objectif de faire des propositions concrètes d'ici le sommet climat à l'automne.

Les pays à bas revenus font face à une double crise : sous pression pour rembourser leur dette, ils doivent aussi s'attaquer aux problèmes environnementaux, ce qui les rend « hautement vulnérables », a souligné Kristalina Georgieva, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI). 

« Cela a du sens » de chercher une solution liant les deux problématiques, a-t-elle ajouté, citant « les échanges de dette verte ».

D'autant que « la crise de la Covid-19 a rendu beaucoup plus difficile pour les pays en développement de faire face aux risques croissants posés par le changement climatique » et les désastres environnementaux, a souligné une porte-parole de la Banque mondiale. 

Dépourvus d'espace budgétaire, ces pays ont utilisé les aides d'urgence pour surmonter la crise sanitaire et économique.

Et « en alourdissant le fardeau de la dette des gouvernements, qui était déjà à des niveaux records avant la crise, ils se sont retrouvés avec moins de ressources à investir dans une reprise qui mettra également la planète sur des bases plus durables », a-t-elle ajouté.

« Options créatives »

Un groupe de travail technique, réunissant des représentants des deux institutions de Washington ainsi que des Nations unies et de l'OCDE, a ainsi été mis en place cette semaine pour « étudier des options créatives pour aider les pays à relever ces défis simultanés ».

« Ce travail ne fait que commencer », a souligné la porte-parole de la Banque mondiale. « Mais nous pensons qu'une approche proactive est essentielle : nous devons examiner de près comment les solutions potentielles aux défis du climat et de la dette peuvent être intégrées pour faire face aux principaux problèmes de développement de notre époque. »

Si aucun calendrier n'a été détaillé pour l'annonce de mesures concrètes, le sommet sur le climat COP26, qui doit se tenir en novembre à Glasgow, en Ecosse, est dans tous les esprits et pourrait servir de jalon à ce groupe de travail.

« Nous allons travailler avec la Banque mondiale. Et d'ici la COP26, nous avancerons sur cette option » d'échange de dette, a indiqué Kristalina Georgieva. « Bien sûr, il appartiendra alors aux créanciers et aux (pays) débiteurs de décider de l'adopter » ou non.

Pour Thierry Déau, fondateur et dirigeant du groupe Meridiam spécialisé dans le développement et le financement de projets d'infrastructures, si cette idée venait à se concrétiser, elle devra s'accompagner de « conditionnalités » claires pour s'assurer que l'allégement de la dette se traduise effectivement par la mise en œuvre de projets verts.

Opportunité d'emplois

« La responsabilité relève avant tout des pays des deux côtés », créditeurs et débiteurs, a-t-il expliqué. « Il y a beaucoup de politesse entourant cette question et je pense que nous devons y mettre un terme. »

Au-delà des pays pauvres, les deux instances financières devront aussi se pencher sur la situation de nombreux petits Etats insulaires, considérés comme des économies à revenus intermédiaires et qui ne bénéficient pas des mêmes aides.

Ultra dépendants du tourisme, la Covid-19 a asséché leurs recettes en raison des restrictions de voyages.

Ce sont aussi des économies souvent confrontées à des événements climatiques extrêmes comme les cyclones qui dévastent tout sur leur passage et coûtent cher.

Cette semaine, Kristalina Georgieva a souligné que la vulnérabilité aux chocs climatiques devrait être prise en compte dans l'allocation des financements internationaux.

Elle a aussi insisté sur les bénéfices pour tous les pays d'accorder « plus d'attention à la crise climatique » lorsqu'ils lancent des projets, avec des opportunités de créations d'emplois.

« Il suffit de prendre l'exemple des énergies renouvelables, sept emplois contre un dans le secteur traditionnel de l'énergie du charbon », a-t-elle relevé. Même si cela nécessite « bien sûr » une formation.

« De même, le reboisement, la prise en charge de la dégradation des terres, la résilience aux chocs climatiques, ce sont toutes des activités à forte intensité de main-d’œuvre », a-t-elle fait valoir. « Les décideurs politiques doivent y réfléchir maintenant », a-t-elle conclu.


Entre maison et bureau, la pandémie fait muter le travail au Royaume-Uni

Rachel Watson, consultante chez Proxima, travaille depuis son salon à Nunhead, au sud-est de Londres, le 30 mars 2021. Entourée d'écrans d'ordinateur dans son appartement londonien transformé en bureau, Rachel Watson regarde par la fenêtre de son salon le gratte-ciel emblématique du Shard qui perce l'horizon. (JUSTIN TALLIS / AFP)
Short Url
  • Des multinationales comme les banques HSBC et Nationwide, le cabinet d'audit PwC et la compagnie aérienne British Airways font partie des groupes qui envisagent une approche hybride, entre domicile et bureau
  • Le banquier franco-russe Vladimir Olivier, 30 ans, retourne ainsi à son bureau de Londres une fois par semaine depuis février

NUNHEAD : "Je préfèrerais que mon bureau ne soit pas dans le salon" reconnaît Rachel Watson, consultante pour une société d'approvisionnement, qui travaille depuis son appartement avec vue sur le Shard, un célèbre gratte-ciel londonien, depuis le premier confinement en Angleterre il y a un an.

Avant la pandémie, cette écossaise de 34 ans se rendait presque tous les jours à son bureau dans la City, au coeur de Londres. 

A mesure que le Royaume-Uni, où la campagne de vaccination contre le covid-19 avance rapidement, prévoit la levée de toutes les restrictions sanitaires à partir du 21 juin, elle espère pouvoir profiter du meilleur des deux mondes et travailler un peu chez elle, un peu au bureau. 

Une formule plébiscitée par de plus en plus d'entreprises et d'employés. Le centre de réflexion Demos a constaté que 65% de la population active britannique a été forcée de passer au travail à domicile ou d'arrêter de travailler à cause de la pandémie, et que 79% des gens qui travaillent de la maison voulaient continuer après la levée des restrictions, à temps partiel ou à plein temps.

Et les entreprises semblent aussi y trouver leur compte, pour la productivité et le bien-être des employés, et aussi pour faire des économies substantielles sur les loyers.

Des multinationales comme les banques HSBC et Nationwide, le cabinet d'audit PwC et la compagnie aérienne British Airways font partie des groupes qui envisagent une approche hybride, entre domicile et bureau.

HSBC vient d'annoncer mercredi à plus de 1.200 employés de ses centres d'appels la possibilité de travailler de la maison de manière permanente.

Rachel Watson remarque que le télétravail apporte "un meilleur équilibre entre la vie et le travail": au lieu de passer du temps dans des transports en commun bondés, elle a du temps à présent pour promener son chien ou faire d'autres activités. 

Mais, depuis son bureau-salon encombré d'écrans et de pots de crayons, elle dit apprécier d'aller au bureau et d'avoir une "vraie séparation entre" ces deux espaces.

Son employeur a lancé en septembre une politique qui permet aux employés de choisir comment et où ils veulent travailler à l'avenir.

La plupart des employés britanniques ont joué le jeu des directives gouvernementales et on travaillé depuis leur maison pendant les trois confinements en Angleterre notamment. 

Beaucoup ont cependant éprouvé des difficultés à le faire dans des logements souvent petits, jonglant entre les courses, le ménage, les enfants en éducation à distance, et des partenaires qui eux aussi accumulent les réunions bruyantes sur Zoom toute la journée.

Le patron de la banque d'investissement Goldman Sachs David Solomon a ainsi qualifié d'"aberration" le fait de travailler à la maison, tandis que le patron de sa rivale JPMorgan Jamie Dimon a estimé que cela avait un effet négatif sur la productivité.

Le banquier franco-russe Vladimir Olivier, 30 ans, retourne ainsi à son bureau de Londres une fois par semaine depuis février.

"Avant la pandémie je travaillais cinq jours par semaine au bureau et je voyageais beaucoup pour rencontrer des clients", a raconté à l'AFP cet employé de la Société Générale.

"Ce qui me manque le plus, c'est le contact humain. On ne fait pas ce travail (...) pour rester enfermé dans sa chambre toute la journée derrière un écran", raconte-t-il depuis son domicile de la capitale britannique.

"Ce qui rend parfois le travail supportable ou plaisant, c'est l'interaction avec des collègues ou amis du bureau", ajoute-t-il.

Le ministre des Finances britannique Rishi Sunak a enjoint les entreprises de ne pas abandonner le bureau pour de bon, par peur de voir les centres villes désertés et les commerces qui y sont installés dépérir, à l'image de la City de Londres, poumon financier du pays, transformée en ville-fantôme pendant de longs mois.

Dans une enquête, la première instance patronale britannique, la CBI, constate que trois quarts des entreprises s'attendent à ce qu'une approche hybride du travail se généralise. 

Pour Keith Cuthbertson, professeur de finance à City University London, le partage du travail entre maison et bureau peut "bénéficier aux employeurs comme aux employés, et c'est quelque chose d'enfin positif qui pourrait ressortir du choc économique de la pandémie".