Décès de Ramsey Clark, ex-ministre américain de la Justice et avocat de Saddam Hussein

Ramsey Clark fut aussi l'un des conseillers juridiques de Slobodan Milosevic avant le procès de l'ex-président serbe devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY). (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 11 avril 2021

Décès de Ramsey Clark, ex-ministre américain de la Justice et avocat de Saddam Hussein

  • Ramsey Clark devint un fervent détracteur des interventions militaires américaines à l'étranger, du Vietnam à l'Irak
  • Le président cubain a salué la mémoire d'un «homme honnête et d'un grand soutien, qui et a dénoncé les grandes injustices commises par son pays à travers le monde»

WASHINGTON: L'ex-ministre américain de la Justice Ramsey Clark, qui appuya le mouvement des droits civiques aux Etats-Unis et fit plus tard partie de l'équipe internationale d'avocats ayant défendu Saddam Hussein, est mort à 93 ans.

La fondation et la bibliothèque qui portent le nom du président sous lequel il a servi, Lyndon B. Johnson, ont déploré samedi dans un tweet «la perte de Ramsey Clark, haut fonctionnaire dévoué et ancien ministre de la Justice» de 1967 à 1969.

Ramsey Clark est décédé la veille chez lui à Manhattan, selon le New York Times.

Le président cubain Miguel Diaz-Canel a salué la mémoire d'un «homme honnête et d'un grand soutien, qui s'est tenu à nos côtés lors de batailles cruciales et a dénoncé les grandes injustices commises par son pays à travers le monde».

Lorsqu'il était ministre de la Justice, Ramsey Clark avait notamment supervisé l'élaboration du «Fair Housing Act», une série de lois contre la discrimination dans le logement et l'emploi et s'était opposé à la peine capitale. 

Puis il devint un fervent détracteur des interventions militaires américaines à l'étranger, du Vietnam à l'Irak. Son militantisme l'a conduit à soutenir certaines causes controversées, rejoignant ainsi les comités de défense de plusieurs personnalités comme l'ancien dictateur irakien Saddam Hussein et le prédicateur islamiste égyptien Omar Abdel Rahman.

Il fut aussi l'un des conseillers juridiques de Slobodan Milosevic avant le procès de l'ex-président serbe devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY).


Le président irakien rencontre le vice-ministre saoudien de la Défense à Bagdad

Le président irakien Barham Salih reçoit le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, à Bagdad (Fichier/Twitter/@ BarhamSalih)
Short Url
  • Le président irakien Barham Salih a rencontré mardi le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, à Bagdad
  • Le président irakien a déclaré qu'il souhaitait renforcer les relations entre Bagdad et Riyad

RIYAD: Le président irakien Barham Salih a rencontré mardi le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, à Bagdad, a rapporté Al Arabiya mardi. 

Le président irakien a déclaré qu'il souhaitait renforcer les relations entre Bagdad et Riyad et a salué le rôle central de l'Arabie saoudite dans la région. 

Au cours de la réunion, ils ont abordé le sujet des relations entre les deux pays et les moyens de les renforcer. 

A suivre... 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com 


Les ministres des Affaires étrangères saoudien et turc discutent des relations bilatérales

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, reçoit son homologue turc, Mevlut Cavusogli à La Mecque (SPA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, reçoit son homologue turc, Mevlut Cavusogli à La Mecque (SPA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, reçoit son homologue turc, Mevlut Cavusogli à La Mecque (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal et M. Cavusoglu sont convenus de tenir des consultations régulières
  • « Notre coopération étroite contribuera à la stabilité, la paix et la prospérité dans la région », déclare M. Cavusoglu

RIYAD : Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu mardi avec son homologue saoudien Mevlut Cavusoglu, et la délégation qui l’accompagnait, au bureau régional du ministère des Affaires étrangères à La Mecque. 

Lors de la réunion, à laquelle a également participé le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed Al-Khuraiji, ils ont discuté des relations entre les deux pays et des principaux développements régionaux et internationaux, indique le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. 

Ils sont convenus de « travailler sur les questions positives » de leur programme commun et de « tenir des consultations régulières », déclare M. Cavusoglu. « Notre coopération étroite contribuera à la stabilité, la paix et la prospérité dans la région », ajoute-t-il. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com 


Ibrahim et Marwane, gamins fauchés par la riposte d'Israël sur Gaza

Des Palestiniens enterrent le corps de Hussein Hamad, 11 ans, lors de ses funérailles à Beit Hanoun, le 11 mai 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • Le sang des deux frères, âgés de 10 et 14 ans, n'avait pas fini de sécher mardi matin devant leur maison située à Beit Hanoun
  • «J'ai vu mes cousins brûler et être découpés en morceaux», ajoute le garçon de 14 ans

BEIT HANOUN: Ibrahim et Marwane remplissaient des sacs de paille devant leur maison dans le nord de la bande de Gaza, lorsque les affrontements dans la distante Jérusalem ont dégénéré au point d'entraîner des frappes israéliennes. Les deux gamins sont morts, comme trois autres membres de leur famille.  

Le sang des deux frères, âgés de 10 et 14 ans, n'avait pas fini de sécher mardi matin devant leur maison située à Beit Hanoun, tout près de la barrière de sécurité séparant ce territoire palestinien d'Israël.  

1
Des proches du Palestinien Hussein Hamad, 11 ans, pleurent lors de ses funérailles à Beit Hanoun, le 11 mai 2021 (Photo, AFP)

Lundi soir, ils se trouvaient devant chez eux avec leur cousin Ibrahim. Ils préparaient des sacs de paille pour aller les vendre sur le marché au bétail local, raconte ce dernier.  

« On avait préparé trois sacs, je suis allé en porter un à la charrette », se souvient-il. «On a rigolé et on s'est amusés, quand soudain ils nous ont bombardés, tout a pris feu autour ».  

« J'ai vu mes cousins brûler et être découpés en morceaux », ajoute le garçon de 14 ans, en sanglotant. « Pourquoi m'ont-ils laissé? J'aurais voulu mourir avec eux en martyr ».   

Non loin d'eux, un bébé de trois mois --Yazan, un cousin-- et Rahaf, une cousine de 10 ans, ont également été tués par la frappe. Ahmad, un autre membre de la famille âgé de 22 ans, a succombé à ses blessures mardi. Il devait se marier samedi.  

Aucun n'a eu le temps de se mettre à l'abri quand l'aviation israélienne a mené sa première frappe lundi soir sur le nord de la bande de Gaza, en riposte à des tirs de roquettes de groupes armés depuis cette enclave palestinienne.  

Le Hamas a lancé une pluie de roquettes sur Israël par « solidarité » avec les centaines de Palestiniens de Jérusalem-Est blessés dans des heurts avec la police israélienne sur l'Esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme.  

Peu après le début de ses frappes, l'armée israélienne a indiqué avoir ciblé un commandant du Hamas. Le mouvement islamiste armé a rapidement confirmé le décès de Muhammad Fayyad, l'un de ses commandants, dans ces frappes sur Beit Hanoun.  

Depuis lundi soir, les frappes israéliennes ont fait 28 morts, dont dix enfants, et plus de 125 blessés à Gaza.  

Côté israélien, deux personnes ont été tuées et des dizaines ont été blessées à Ashkelon, ville située tout près de Gaza sur laquelle le Hamas a affirmé avoir lancé pas moins de 137 roquettes en « cinq minutes », une tactique visant à déjouer le bouclier antimissiles israélien « Dôme de fer ».  

1
La mère du Palestinien Hussien Hamad, 11 ans, est réconfortée par des personnes en deuil lors de ses funérailles à Beit Hanoun, le 11 mai 2021 (Photo, AFP)

Funérailles  

Des centaines de personnes ont participé mardi matin sous une nuée de drapeaux palestiniens aux funérailles de plusieurs victimes de Beit Hanoun, village à seulement un kilomètre du point de passage d'Erez vers Israël.  

Au moment où la foule gagnait le cimetière, des dizaines de roquettes ont été tirées en direction du territoire israélien. « Allah Akbar », « Dieu est le plus grand », s'est alors écriée la foule.  

Dans le cimetière, Abou Hussein Hamad est assis. Il effleure pour la dernière fois le visage de son fils Hussein, 11 ans, avant que sa dépouille ne soit inhumée.  

« Quelle était la faute de cet enfant innocent? », s'interroge le père, les yeux embués de larmes.  

Il a été tué dans le même bombardement que les cinq membres de la famille Al-Masry, voisine de la sienne.  

« Je lui avais promis de lui offrir de nouvelles chaussures pour l'Aïd el-Fitr », fête marquant la fin du mois de ramadan prévue cette semaine, raconte le père. Mais cette année, « l'Aïd sera bien sombre ».  

Près du père éploré, la grand-mère de Hussein --qui aidait aussi son père à ramasser de la paille-- partage sa peine: « Ils l'ont tué sans qu'il n'ait commis aucun crime ».