Le ramadan: convivialité et spiritualité pour les Libanais de Paris

Le restaurant Chez Zena, dans le XVIIIe arrondissement, est devenu une seconde maison pour de nombreux Libanais. La bonne humeur de Zeina Halik est toujours au rendez-vous. Photo fournie
Le restaurant Chez Zena, dans le XVIIIe arrondissement, est devenu une seconde maison pour de nombreux Libanais. La bonne humeur de Zeina Halik est toujours au rendez-vous. Photo fournie
Short Url
Publié le Jeudi 15 avril 2021

Le ramadan: convivialité et spiritualité pour les Libanais de Paris

  • Le ramadan est avant tout pour les Libanais de Paris une quête spirituelle
  • La nostalgie du pays du Cèdre continue fortement à bercer leur cœur et leur esprit

PARIS: Comment les Libanais de Paris vivent-ils le Ramadan? Arrivent-ils à le vivre pleinement? La situation actuelle à Paris – pandémie de Covid-19, frictions politiques autour du projet de loi «séparatisme» – est-elle un frein à leur désir de spiritualité et de fraternité qui arrive à son apogée durant le mois saint? Les Libanais de Paris ont-ils un rapport à la laïcité qui diffère de celui des autres communautés arabes? Pour mieux appréhender ces interrogations, Arab News en français leur a donné la parole.

Spiritualité et laïcité

Le mois du ramadan est une période importante pour Dima Hammoud, interne en chirurgie à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). «Je m'y prépare surtout mentalement, car ça reste fatigant de le faire. C'est un mois entier que l’on tente de vivre pleinement en se rapprochant de Dieu.»

La spiritualité joue ainsi pour elle un rôle prépondérant durant le mois saint. «Je jeûne, car cela a un sens de le faire. Un détachement s'opère avec nos attaches physiques et matérielles. Il nous permet d'être un peu plus spirituels. Pour moi, la spiritualité renvoie aussi à la notion de partage avec nos familles. J'apprécie particulièrement les discussions avec mes parents durant cette période de l'année, car ils ont des approches de la spiritualité certes différentes, mais complémentaires.»

ramadan
Dima Hammoud est née à Paris. Elle est actuellement interne en chirurgie à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Photo fournie

Combiner le jeûne et son travail à l'hôpital est a priori éprouvant. Toutefois, Dima Hammoud relativise, eu égard à la nature et aux contraintes de sa spécialité. «C'est un travail très difficile, mais je ne prends pas de vacances pendant le ramadan. Je suis spécialisée en chirurgie viscérale et digestive, les interventions en blocs opératoires sont généralement longues et il est assez fréquent de ne pas manger ni boire pas pendant de longues heures.»

Durant ses journées de travail, elle n'oublie pas les valeurs de spiritualité. «Pendant le ramadan, on a aussi pour principe d'être plus patient, moins enclin à s'énerver, faire le bien autour de nous. Ce sont des principes que l'on retrouve dans toutes les religions. Mais durant le mois saint, on se souvient d'autant plus qu'il faut être bienveillant et patient, même si ce n'est pas toujours évident. Ma spiritualité est avant tout personnelle. Il ne s'agit en aucun cas de faire du prosélytisme.»

Faire le ramadan sur son lieu de travail a toujours été bien accepté. Cette pratique lui a aussi permis de mieux appréhender le principe de laïcité. «J’ai la chance d'être dans un environnement de travail où les gens sont bienveillants. Au départ, je n'osais pas leur dire que je jeûnais. J'appréhendais la laïcité comme un principe conduisant à cacher ma religion. Ne me voyant plus venir déjeuner avec eux à la cafétéria, mes collègues ont cru que mon intention était de les éviter. Lorsque je leur ai révélé la raison de mon absence, ils ont été très compréhensifs et ils m’ont expliqué qu'ils auraient préféré que je leur dise la vérité. J'ai alors mieux compris le principe de laïcité – il s’agit simplement d’assumer sa religion et d’avoir le droit de la pratiquer sans le besoin de la prêcher ou de la dissimuler.» 

La nostalgie du Liban

Tarek Wehbe, ingénieur en génie physique et enseignant à l'université Sorbonne-Paris-Nord, a une jolie formule pour qualifier l'importance du ramadan en le considérant comme le «mois du renouvellement spirituel».

Ancien élu local francilien très attaché à l'État de droit, Tarek Wehbe invite l'ensemble des musulmans de France à respecter les règles sanitaires pour contrer la pandémie de la Covid-19 notamment durant l’iftar [rupture du jeûne]. «Cette année, comme l’année dernière, il n'y aura pas d’invités à la maison et nous n'accepterons aucune invitation à l’extérieur.»

ramadan
Le Liban conserve toujours une place spéciale pour l'ancien élu francilien Tarek Wehbe. Photo fournie.

Dans les propos de Tarek Wehbe, on ressent une certaine nostalgie teintée d'un amour profond pour le Liban. Il concède que le «ramadan à Paris est froid» par rapport au Liban, à ses coutumes et au souvenir joyeux des repas avec ses parents et ses proches. Toutefois, il met en avant qu'à Paris «il n'y a pas de difficultés réelles à vivre et à faire le ramadan avec pour seule contrainte le temps long du jeûne».

Il ne s'agit pas pour les Libanais de reproduire à Paris toute l'ambiance et les coutumes du ramadan qui sont parfois propres au Liban. Ils savent ainsi faire la part des choses en respectant les spécificités de chaque pays. L'ambiance diffère donc, mais cela n'enlève en rien leur désir de convivialité et spiritualité.

Face à une certaine froideur que ressentent des Libanais de Paris, la richesse de la gastronomie libanaise pendant le ramadan réchauffe les cœurs. Une des adresses favorites des Libanais est le restaurant Chez Zena dans le XVIIIe arrondissement. Les propriétaires Zeina et Samir Halik ont souhaité faire de leur établissement une seconde maison pour les Libanais de Paris, notamment pour celles et ceux qui se sentent isolés ou qui n'ont pas à disposition les produits essentiels de la cuisine du pays.

Les conditions sanitaires ont obligé le couple de restaurateurs à proposer uniquement des plats à emporter pour le ramadan de l'année dernière et de cette année. «La demande est importante, notamment de la part des clients qui sont en télétravail et ne peuvent cuisiner. Les clients apprécient les plats faits maison et surtout les menus complets de A à Z.»

Le couple Halik a précisé les préférences des Libanais pendant le ramadan. La mezza est bien entendu à l'honneur. «Le fattouche est l'élément le plus apprécié et le plus demandé. La fateh de laban est aussi un plat incontournable. Certains plats sont plus appréciés au début du ramadan et d'autres vers la fin comme la Mloukhiyé.»

La tradition conserve ses règles de noblesse, notamment avec l'importance de la datte qui est l’aliment roi de la table. Chez les Libanais de Paris, la datte d'Arabie Saoudite semble être largement plébiscitée.


L'Arabie saoudite accueillera la prochaine réunion de la coalition anti-Daesh en 2023

Une photo du drapeau national saoudien à Riyad. (Archive/AFP)
Une photo du drapeau national saoudien à Riyad. (Archive/AFP)
Short Url
  • La coalition internationale a salué l'annonce du Royaume d'accueillir la réunion ministérielle l'année prochaine
  • Le Royaume a fait cette annonce lors de sa participation à la réunion des directeurs politiques de la coalition, qui s'est tenue à La Haye mercredi

RIYAD: L'Arabie saoudite a annoncé qu'elle accueillera la prochaine réunion ministérielle de la Coalition internationale pour vaincre Daesh en 2023, a rapporté jeudi l'Agence de presse saoudienne.
Le Royaume a fait cette annonce lors de sa participation à la réunion des directeurs politiques de la coalition, qui s'est tenue à La Haye mercredi.
«L'annonce du Royaume consacre son rôle actif en tant que partenaire stratégique de la coalition internationale, s'inscrit dans le cadre de ses efforts internationaux pour combattre les entités terroristes sous toutes leurs formes et manifestations, et de son rôle dans le soutien de la coopération internationale pour combattre ces entités», indique le communiqué de l'APS.
La coalition a salué l'annonce du Royaume d'accueillir la réunion ministérielle l'année prochaine.
Pendant ce temps, les délégués à la réunion ont discuté des efforts internationaux conjoints pour combattre Daesh en Irak, en Syrie et dans d'autres régions, pour mettre un frein à l'organisation terroriste, empêcher son expansion dans le monde, et continuer à se coordonner pour les éliminer complètement.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mondial - Maroc: En-Nesyri, le sens du sacrifice

L'attaquant marocain #19 Youssef En-Nesyri célèbre après avoir marqué le deuxième but de son équipe lors du match de football du groupe F de la Coupe du monde Qatar 2022 entre le Canada et le Maroc au stade Al-Thumama de Doha le 1er décembre 2022. (AFP)
L'attaquant marocain #19 Youssef En-Nesyri célèbre après avoir marqué le deuxième but de son équipe lors du match de football du groupe F de la Coupe du monde Qatar 2022 entre le Canada et le Maroc au stade Al-Thumama de Doha le 1er décembre 2022. (AFP)
Short Url
  • Walid Regragui aussi adore le profil de son avant-centre. «Personne n'estime El-Nesyri a sa juste valeur», estime le sélectionneur
  • «Le sens du sacrifice il l'avait déjà très jeune, on n'a pas eu beaucoup de travail dans ce domaine», raconte le formateur de Youssef En-Nesyri

DOHA: Ses entraîneurs louent le don de soi de Youssef En-Nesyri, avant-centre et premier défenseur du Maroc, prêt à cavaler aussi contre le Portugal, samedi (16h00), pour atteindre les demi-finales d'une Coupe du monde.

"Le sens du sacrifice il l'avait déjà très jeune, on n'a pas eu beaucoup de travail dans ce domaine", raconte à l'AFP Nasser Larguet, formateur de Youssef En-Nesyri.

Contre le Portugal, "il va aussi défendre", assure l'ancien technicien de l'Olympique de Marseille. "Il est très utile pour aller au tampon avec les défenseurs, pour créer des brèches pour Hakim Zyech ou Sofiane Boufal et les milieux qui viennent de derrière".

Au Mondial-2022, "je le reconnais dans les efforts qu'il fait, l'abnégation", poursuit Larguet, ancien Directeur technique national du Maroc et aujourd'hui DTN de l'Arabie saoudite.

En-Nesyri est "un garçon que j'ai découvert la première fois dans le sport scolaire, à Fez. Il avait 11 ans, il m'avait impressionné à la fois pour sa vitesse et sa puissance. Nous les joueurs marocains nous sommes plutôt endurants, nous courons beaucoup mais ne proposons pas de changements de rythme comme il sait le faire" poursuit le technicien, qui a relancé la formation marocaine à l'Académie Mohamed VI, dont En-Nesyri est membre de la première promotion.

«Il court partout»

La "deuxième caractéristique" du buteur du Séville FC, "c'est une frappe de balle incroyable, déjà à 11 ans, et un jeu de tête qui n'est pas non plus une habitude au Maroc, on pratique plus le jeu court dans les quartiers", poursuit Larguet.

Walid Regragui aussi adore le profil de son avant-centre. "Personne n'estime El-Nesyri a sa juste valeur", estime le sélectionneur. "C'est un talent, qui fait ce que je lui demande, il court partout et il pense toujours à l'équipe. C'est pour ça qu'il a gardé sa place de titulaire, pas seulement avec moi mais avec les précédents sélectionneurs".

Et il marque aussi. Contre le Canada (2-1), le Sévillan a signé un but, devenant le premier marocain buteur lors de deux Coupes du monde.

"Il a marqué du pied droit", note Larguet, "il m'a étonné, d'ordinaire il aurait fait un crochet pour se mettre sur le gauche, or il a instantanément tiré du pied droit."

"Je suis fier d'avoir marqué dans deux Coupes du monde, je dédie cet exploit à ma famille et à tous ceux qui m'ont soutenu", a raconté le joueur, qui a souvent pris la foudre et a moins joué cette saison à Séville, 15 matches en tout (deux buts) dont six titularisations seulement.

«On m'a beaucoup critiqué»

"On m'a beaucoup critiqué, on a douté de mes qualités, mais grâce à Dieu j'ai réussi à prouver aux gens qu'ils avaient tort et que je mérite de défendre les couleurs de l'équipe nationale", a lancé En-Nesyri.

"La confiance de l'entraîneur m'a beaucoup aidé, et je ne l'ai pas déçu", a-t-il ajouté.

"Je travaille toujours dur pour que l'équipe gagne, que je marque ou non", confiait-il à Marca en janvier 2021. "Mon travail va bien au-delà du but. A Séville, il faut courir et presser sans cesse, tu as à peine le temps de respirer."

Dans son style, l'Andalou était déjà à l'origine du premier but contre les "Canucks", Zyech a profité de son pressing sur le gardien de but. La récompense de ses efforts.

"Au départ, c'était un garçon très soliste", rembobine pourtant Larguet. "Il jouait beaucoup pour lui. Ce n'était pas pour me déplaire pour un attaquant, il était opportuniste devant le but, il frappait dans toutes les positions, on a gardé ses caractéristiques, en lui apprenant à jouer plus collectif."

En-Nesyri "est très généreux, des fois ça lui joue des tours devant le but, il perd un peu d'efficacité tellement il a donné dans la phase défensive et la phase de construction, mais il rend énormément de services. Je suis heureux de le voir le prouver au plus haut niveau."


Iran: Les manifestantes «visées au niveau de la poitrine et des organes génitaux» par les forces de l’ordre

Lors des manifestations anti-régime, les forces de sécurité iraniennes s’emploient à cibler les femmes iraniennes par des tirs au niveau du visage, de la poitrine, et des organes génitaux (Photo, Shutterstock).
Lors des manifestations anti-régime, les forces de sécurité iraniennes s’emploient à cibler les femmes iraniennes par des tirs au niveau du visage, de la poitrine, et des organes génitaux (Photo, Shutterstock).
Short Url
  • Des médecins et les infirmières qui travaillent en secret pour éviter d’être arrêtés ou poursuivis ont déclaré avoir observé ces pratiques
  • Le quotidien britannique The Guardian aurait interviewé 10 professionnels de santé qui ont averti de la gravité des blessures

LONDRES: Lors des manifestations anti-régime, les forces de sécurité iraniennes s’emploient à cibler les femmes iraniennes par des tirs au niveau du visage, de la poitrine, et des organes génitaux, ont affirmé des médecins iraniens qui opèrent à travers le pays.

Des médecins et les infirmières qui travaillent en secret pour éviter d’être arrêtés ou poursuivis ont déclaré avoir observé les pratiques des forces de l’ordre après avoir consulté plusieurs femmes qui arrivent chez eux pour des soins nécessaires suite à de différentes blessures.

Pour ces médecins, les hommes avaient plus souvent des blessures par balle aux jambes, aux fesses et au dos, tandis que les coups au niveau des yeux chez les femmes, les hommes et les enfants sont également fréquents.

Le quotidien britannique The Guardian aurait interviewé 10 professionnels de santé qui ont averti de la gravité des blessures qui pourraient laisser des séquelles permanentes chez des centaines de jeunes Iraniens.

« J'ai soigné une femme au début de la vingtaine qui a reçu deux balles dans les parties génitales. Dix autres plombs se sont logés à l'intérieur de sa cuisse. Les 10 plombs ont pu être facilement retirés, mais les deux balles étaient un défi car elles étaient coincées entre l’urètre et l’ouverture vaginale chez la femme en question », a déclaré un médecin interviewé par le journal.

Des images consultées par The Guardian montrent des blessures par balles sur tout le corps causées par de petits plombs de cartouches de fusil de chasse, et les rayons X confirment la présence de minuscules balles sous la chair.

A Karaj, une ville proche de Téhéran, un médecin a affirmé que certains de ses pairs pensent que si les forces de sécurité tirent sur les parties génitales des femmes, c'est « par pur complexe d'infériorité dont ils tentent de se débarrasser en blessant ces jeunes ».

Des manifestations ont fait rage dans tout l'Iran pour exiger le renversement des dirigeants religieux du pays après la mort en garde à vue de Mahsa Amini.

Cette jeune femme iranienne a été arrêtée pour ne pas avoir correctement couvert ses cheveux, et le médecin qui a soigné ses blessures a déclaré au Guardian qu'ils avaient trouvé l'expérience du traitement d'Amini « déchirante ».

Les manifestations se poursuivent en Iran, ainsi que les représailles du régime. Un tribunal a condamné à mort un manifestant contre qui cette peine a été prononcée jeudi.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com