Biden sous la pression de son aile gauche pour réformer la Cour suprême

Le président américain Joe Biden. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 16 avril 2021

Biden sous la pression de son aile gauche pour réformer la Cour suprême

  • Le message est clair: l'aile progressiste du parti ne veut pas attendre, et cherche à se faire entendre
  • Des parlementaires démocrates veulent augmenter le nombre de magistrats siégeant à la Cour suprême, dominée par les conservateurs

WASHINGTON : Défiant Joe Biden, des parlementaires progressistes ont présenté jeudi un projet de loi pour augmenter le nombre de magistrats siégeant à la Cour suprême, dominée par les conservateurs, une proposition décriée par les républicains et rejetée par la cheffe démocrate du Congrès.

Moins d'une semaine après la création d'une commission sur la réforme du temple du droit américain, ordonnée par le président démocrate, le message est clair: l'aile progressiste du parti ne veut pas attendre, et cherche à se faire entendre.

« Nous n'avons pas besoin d'une commission pour nous dire que nous devons rétablir l'équilibre de la Cour », a lancé un élu progressiste de la Chambre des représentants, Mondaire Jones. Augmenter le nombre de juges, « c'est sauver notre démocratie ».

« La Cour suprême des Etats-Unis ne fonctionne plus », a renchéri le sénateur Ed Markey, à ses côtés lors d'une conférence de presse organisée devant l'édifice de la haute cour pour présenter leur projet de loi. 

La Cour suprême, qui tranche aux Etats-Unis de nombreuses questions de société comme l'accès à l'avortement ou les droits des minorités sexuelles, compte neuf magistrats nommés à vie. Ils sont désignés par le président des Etats-Unis et doivent être confirmés par le Sénat.

Elle compte actuellement six juges conservateurs, dont trois ont été désignés par l'ex-président républicain Donald Trump. 

« Personne ne peut affirmer qu'une super-majorité de six juges ultra-conservateurs républicains donne une cour équilibrée », a lancé Christopher Kang, responsable d'une organisation qui plaide pour une réforme de la Cour, « Demand Justice »". 

Le projet de loi (« Judiciary Act of 2021 ») prévoit d'ajouter quatre sièges à la Cour, pour passer de neuf à 13. 

Pas de vote prévu

Les démocrates contrôlent la majorité à la Chambre et au Sénat en plus de la Maison Blanche. Mais leurs marges sont trop étroites pour surmonter l'opposition farouche des républicains à cette idée. 

D'autant plus que même chez les démocrates, certains estiment qu'il faut attendre les conclusions de la commission, la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, en tête.

Elle a affirmé jeudi ne pas soutenir le projet de loi et prévenu qu'elle ne le soumettrait même pas au vote. 

La puissante démocrate a toutefois souligné que l'idée méritait d'être étudiée, mais en suivant la « bonne approche » de Joe Biden.

Le 46e président des Etats-Unis a signé le 9 avril un décret créant une commission d'experts démocrates et républicains chargée de se pencher sur les aspects les plus sensibles d'une éventuelle réforme de la Cour suprême: la durée du mandat de ses membres, leur nombre, la façon dont l'institution sélectionne les affaires sur lesquelles elle statue, ses règles et ses pratiques.

Elle a six mois pour rendre ses préconisations. 

Interrogée sur la réaction de Joe Biden à la proposition de loi, la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki s'est contentée de rappeler que le président voulait « attendre »les conclusions de la commission.

L'annonce même de sa création avait provoqué une levée de boucliers chez les républicains, qui dénonçaient déjà une tentative de « radicaliser la Cour suprême » et une « attaque directe » contre l'indépendance de la justice.

« L'extrême gauche ne peut même pas attendre la fausse mise en scène autour de la fausse étude » en commission, a tonné jeudi le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell. 

Le projet de loi « détruirait la légitimité » de la Cour, a-t-il ajouté, en rappelant que deux magistrats progressistes de la Cour, Ruth Bader Ginsburg, décédée en septembre 2020, et Stephen Breyer, qui siège encore, s'étaient dit contre cette idée.

« Débile »

Au cours de la campagne présidentielle, le candidat Biden avait confié qu'il n'était pas favorable à l'idée d’augmenter le nombre de magistrats à la Cour suprême.

« Imaginons que nous ajoutions trois nouveaux juges. La fois d'après, on perd le pouvoir, ils ajoutent trois nouveaux juges », avait-il dit en 2019. "Et l'on fait perdre à la Cour toute sa crédibilité."

Mais la Maison Blanche affirme qu'il est désormais prêt à entendre d'autres points de vue émanant de sa commission. 

Les appels du camp progressiste à réformer la vénérable institution se sont faits plus ardents avec les nominations controversées faites par Donald Trump.

Avec, en coup de massue pour les démocrates, le remplacement de l'icône progressiste et féministe Ruth Bader Ginsburg, décédée moins de deux mois avant la présidentielle de 2020, par la magistrate conservatrice Amy Coney Barrett, 49 ans.

Compte tenu de l'âge des autres nouvelles recrues conservatrices, son arrivée a ancré potentiellement la Cour à droite pour des décennies.

 


Brésil: suspension de la vaccination avec l'AstraZeneca des femmes enceintes

Ces suspensions interviennent alors que l'utilisation du vaccin AstraZeneca a été restreinte dans la plupart des pays de l'UE en raison des très rares cas de thromboses qu'il peut provoquer, entretenant une défiance importante dans le grand public.(AFP)
Short Url
  • Selon le journal Folha De S.Paulo, le ministère de la Santé enquête sur la mort à Rio de Janeiro d'une femme enceinte ayant reçu le vaccin d'AstraZeneca, une information encore non confirmée à l'AFP par les autorités
  • On ignorait si cette femme avait reçu une ou deux doses du vaccin

RIO DE JANEIRO: De nombreux Etats brésiliens, dont ceux de Sao Paulo et Rio de Janeiro, ont annoncé avoir suspendu mardi la vaccination des femmes enceintes avec le sérum anti-Covid d'AstraZeneca, suivant la recommandation de l'agence régulatrice Anvisa, après un "incident".

Selon le journal Folha De S.Paulo, le ministère de la Santé enquête sur la mort à Rio de Janeiro d'une femme enceinte ayant reçu le vaccin d'AstraZeneca, une information encore non confirmée à l'AFP par les autorités. On ignorait si cette femme avait reçu une ou deux doses du vaccin.

Selon le site d'information G1, ce sont plus de la moitié des Etats brésiliens (17 sur 27) qui ont suspendu les vaccinations des futures mères.

Ces suspensions interviennent alors que l'utilisation du vaccin AstraZeneca a été restreinte dans la plupart des pays de l'UE en raison des très rares cas de thromboses qu'il peut provoquer, entretenant une défiance importante dans le grand public.

Lundi soir, l'Anvisa avait recommandé "la suspension immédiate" de la vaccination avec AstraZeneca pour les femmes enceintes. L'agence régulatrice avait argué dans un communiqué que son utilisation pour des femmes enceintes ne figurait pas parmi les indications formulées par le laboratoire.

"Cette recommandation résulte de la vigilance constante d'incidents lors de la vaccination anticovid dans tout le pays", a seulement précisé l'Anvisa, sans mentionner de décès suspect à Rio.

Le secrétariat à la Santé de la mairie de Rio de Janeiro a de son côté annoncé la suspension de la vaccination de femmes enceintes "par précaution, jusqu'à ce que l'enquête du ministère sur un incident soit conclue". 

Le vaccin d'Oxford/AstraZeneca est l'un des trois utilisés au Brésil actuellement, avec le CoronaVac, du laboratoire chinois Sinovac, et plus récemment celui de Pfizer/BioNTech. Celui d'AstraZeneca représente 26% des doses injectées. 

La vaccination, qui a débuté tardivement, à la mi-janvier, se poursuit à un rythme encore lent dans ce pays de 212 millions d'habitants où plus de 420 000 personnes sont mortes de Covid-19.

À ce jour, quelque 32 millions de Brésiliens ont reçu une première dose, soit 15% de la population, et 15 millions la deuxième (7%).


L'Allemagne interdit temporairement à Facebook d'utiliser les données de WhatsApp

Cette photo prise le 5 octobre 2020 montre le logo du réseau social américain Facebook et du service de messagerie mobile WhatsApp sur les écrans d'un smartphone et d'une tablette à Toulouse, dans le sud-ouest de la France. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le régulateur indique dans un communiqué avoir «émis une ordonnance interdisant à Facebook Ireland de traiter les données personnelles de WhatsApp dans la mesure où cela est fait à ses propres fins»
  • «Les critiques formulées dans le monde entier à l'encontre des nouvelles conditions d'utilisation devraient inciter à repenser fondamentalement le mécanisme de consentement, une fois de plus», a estimé le régulateur allemand

BERLIN: Une autorité allemande de protection des données personnelles a ordonné mardi à Facebook de suspendre durant trois mois l'utilisation des données que mettrait à sa disposition le service de messagerie WhatsApp dans le cadre de la modification controversée de ses conditions de confidentialité.

Le régulateur indique dans un communiqué avoir «émis une ordonnance interdisant à Facebook Ireland de traiter les données personnelles de WhatsApp dans la mesure où cela est fait à ses propres fins».

Johannes Caspar, chef de l'Autorité de protection des données de Hambourg, où est basé le siège de la filiale allemande du réseau social américain, estime que cette décision «vise à préserver les droits et libertés des millions d'utilisateurs qui donnent leur consentement aux conditions d'utilisation dans toute l'Allemagne».

Dans une réaction transmise à l'AFP, WhatsApp assure que cette ordonnance «est basée sur une incompréhension fondamentale» des nouvelles règles et qu'elle n'aura donc «aucun impact sur la poursuite du déploiement de la mise à jour».

Résultant d'une procédure d'urgence, la demande de suspension est valable trois mois et le régulateur de Hambourg annonce soumettre l'affaire au Comité européen de la protection des données, organe compétent au sein de l'UE pour faire respecter les règles parmi les Vingt-sept.

WhatsApp, le service de messagerie de Facebook, a présenté il y a plusieurs mois de nouvelles règles de confidentialité accusées par ses détracteurs d'élargir la collecte des données des deux milliards d'utilisateurs.

Après avoir déjà décalé de plusieurs mois leur entrée en vigueur, WhatsApp a annoncé début mai qu'il retardait de nouveau leur application stricte.

L'annonce des changements avait provoqué la colère de nombreux utilisateurs, inquiets à l'idée que la messagerie ne partage davantage de données avec sa maison mère Facebook.

«Les critiques formulées dans le monde entier à l'encontre des nouvelles conditions d'utilisation devraient inciter à repenser fondamentalement le mécanisme de consentement, une fois de plus», écrit encore le régulateur allemand.

Il souligne qu'il ne s'agit pas seulement de protéger la vie privée des utilisateurs mais aussi d'éviter l'utilisation des données «pour influencer les décisions des électeurs afin de manipuler les choix démocratiques», citant la proximité des élections législatives du 26 septembre en Allemagne où WhatsApp compte près de 60 millions d'utilisateurs.

WhatsApp avait défendu ces nouvelles règles, assurant qu'elles n'affectaient pas la confidentialité des messages échangés avec amis et famille, mais étaient avant tout destinées à aider les entreprises à mieux communiquer avec leurs clients via la plateforme, notamment pour leur permettre d'y vendre directement leurs produits.

Dans sa réaction mardi au jugement, le service explique que les allégations du régulateur allemand sur le partage des données avec Facebook sont «erronées»: «votre acceptation des nouvelles conditions de service n'étend pas la capacité de WhatsApp à partager les données des utilisateurs avec sa société mère Facebook», assure un porte-parole.


Opération antijihadiste au Burkina: une vingtaine de «terroristes» tués, des bases détruites

Malgré l'annonce de nombreuses opérations de ce type, les forces de sécurité burkinabè peinent à enrayer la spirale de violences jihadistes (Photo, AFP).
Short Url
  • Le 5 mai, «les forces armées nationales ont lancé une opération d'envergure dans les régions du Nord et du Sahel afin de déloger les groupes armés terroristes qui y sévissent»
  • Malgré l'annonce de nombreuses opérations de ce type, les forces de sécurité burkinabè peinent à enrayer la spirale de violences jihadistes

OUAGADOUGOU: Au moins une vingtaine de jihadistes ont été tués et quatre bases « terroristes » détruites depuis le lancement le 5 mai d'une opération antijihadiste dans les régions du Nord et du Sahel du Burkina Faso, a annoncé mardi l'armée burkinabè. 

Le 5 mai, « les forces armées nationales ont lancé une opération d'envergure dans les régions du Nord et du Sahel afin de déloger les groupes armés terroristes qui y sévissent », a indiqué l'état-major dans un communiqué, ajoutant que cette opération vise également « à rassurer les populations ».

Dénommée Houné - Dignité en langue peule - cette opération, toujours en cours, « mobilise les unités conventionnelles et spéciales de l'armée de terre, de l'armée de l'air et de la gendarmerie nationale ».

Elle va « s'étaler sur plus d'un mois » et a déjà « permis de neutraliser plus d'une vingtaine de terroristes » et de détruire « quatre bases ou positions des groupes armés », a expliqué une source sécuritaire de haut rang.

« Des moyens de communication, de l'armement, des munitions et des moyens roulants ont été récupérés par les forces armées », a précisé cette source.

Malgré l'annonce de nombreuses opérations de ce type, les forces de sécurité burkinabè peinent à enrayer la spirale de violences jihadistes.

Samedi, trois civils ont été tués à Tin-akoff, dans la région du Nord du Burkina Faso, où le même jour, un engin improvisé a explosé au passage d'une unité du détachement militaire de Mansila, qui effectuait une mission d'escorte. Bilan : trois soldats blessés.

Le Burkina Faso est confronté depuis plus de cinq ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières, attribuées à des groupes djihadistes, dont le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) et l'Etat islamique au grand Sahara (EIGS).

D'abord concentrées dans le nord du pays, elles ont ensuite visé la capitale et d'autres régions, notamment l'Est, faisant depuis 2015 quelque 1 300 morts et contraignant plus d'un million de personnes à fuir leurs foyers.