Depuis le Niger et le Mali, des passeurs font déferler les migrants en Algérie

Prolifération de réseaux qui emploient les femmes et enfants issus des pays subsahariens dans la mendicité dans les rues d’Alger. (Photo Sarrah Benali Cherif).
Short Url
Publié le Samedi 17 avril 2021

Depuis le Niger et le Mali, des passeurs font déferler les migrants en Algérie

  • Une simple tournée à travers les quartiers populaires de la capitale renseigne sur le flux important de migrants
  • «Ici, on se sent en sécurité» affirme Swahili, une Nigérienne qu’Arab News en français a approché près du centre commercial Bab Ezzouar d’Alger

ALGER: Longtemps considérée comme pays de transit pour les Africains désireux de passer Outre-Mer, l’Algérie est devenue en ces temps de pandémie un eldorado pour les migrants. Ils se comptent par centaines, ces groupes humains qui, fuyant les conflits, les guerres civiles et la famine choisissent contre vents et marées de braver l'interdit pour s’installer en Algérie.

Une simple tournée à travers les quartiers populaires de la capitale renseigne sur le flux important de migrants. Et lorsque la question leur est posée alors même qu'ils sont sur leur parcours migratoire, 42 % d'entre eux déclarent que leur destination est l’Algérie, selon une étude faite par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

«Ici, on se sent en sécurité», affirme Swahili, une Nigérienne qu’Arab News en français a approchée près du centre commercial Bab Ezzouar d’Alger. «Des voisins m'ont proposé de fuir vers un pays plus sûr. Un pays où mes trois enfants ne risquent pas de mourir de faim. Sans hésiter, j’ai accepté», raconte-t-elle.

migrants
En 2020, un réseau impliqué dans l’organisation d’opérations de déplacement de migrants clandestins subsahariens du sud vers le nord du pays, moyennant des sommes d’argent et la traite d’êtres humains, a été démantelé par les services de la sûreté nationale. (Photo Sarrah Benali Cherif).

Rapatriée en 2019 vers son pays d’origine, Swahili a de nouveau bravé tous les dangers pour revenir en Algérie. «J'y ai découvert une autre vie, plus sûre en tout cas. Petit à petit, je m'y suis habituée mais très vite, on nous a rapatriés», indique la jeune maman qui fait savoir qu’elle ne supporte plus de vivre la peur au ventre. «J'ai fait d'autres tentatives pour revenir, et j'ai réussi», se réjouit-elle.

Avec l’apparition de la pandémie de Covid en 2019, l’Algérie a suspendu provisoirement, à titre humanitaire, les opérations de rapatriement et de reconduction aux frontières. «Parallèlement, les réseaux de passeurs ont profité de ce répit des pouvoirs publics, pour intensifier le transfert de milliers de migrants vers l’Algérie, à partir du Niger, en pleine pandémie de Covid-19, menaçant sérieusement la santé des citoyens», estime Kacimi Hassen, expert international des flux migratoires et des questions de sécurité dans le Sahel. Le rapatriement des migrants se fait aux frais du gouvernement algérien. 

 

Quelques chiffres

Au total, plus de 100 000 migrants ont bénéficié d’une assistance en matière de santé, dont plus de 50 000 femmes et enfants.

Rien qu’au titre de l’année 2020, plus de 35 000 personnes ont été rapatriées dans leur pays d’origine.

(Source : ministère de l’Intérieur)

Réseaux dangereux

Comme beaucoup d’autres, Swahili vit principalement de mendicité. Les migrants sont vulnérables, souvent victimes des réseaux de traite humaine qui profitent de leur statut de clandestins pour les exploiter.

«La migration illégale a investi les réseaux sociaux où l’on recense maintenant de véritables organisations de trafic de migrants en provenance des pays du Sahel et de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao). Ces organisations offrent des services de migration à destination de l’Algérie», ajoute Kacimi Hassen.

Notre interlocuteur affirme également que ces puissants réseaux de passeurs ont réussi à transférer des milliers de migrants, en pleine pandémie de Covid-19, ce qui constitue une réelle menace pour la santé publique. «Les réseaux de passeurs, les réseaux de traite des personnes, les groupes armés et les organisations terroristes, au nord du Niger et du Mali, ont investi ce trafic très juteux qui rapporte gros», souligne-t-il.

Des migrants abandonnés dans le désert

Il va plus loin et affirme que les organisations armées et terroristes au nord de ces deux pays assurent la sécurité des convois de passeurs, moyennant de fortes rétributions. Selon l’expert, les migrants subsahariens et des pays de la Cédéao sont pris en otage par les passeurs, durant de longs trajets, pour rejoindre l’Algérie, en leur faisant traverser des milliers de kilomètres.

«Les migrants sont abandonnés par les passeurs dans le désert du Ténéré, au nord du Niger, sans vivres ni eau, à près de 100 kilomètres des frontières algériennes, et ils continuent le chemin à pied», regrette-t-il.

Durant ce périple très dangereux, plusieurs de ces migrants se perdent, et il arrive que des groupes meurent de soif, des suites des grosses chaleurs qui sévissent sur ce parcours désertique, qui pullule en outre de groupes armés.

Il confie qu’Agadez – la plus importante ville du Nord du Niger –  est devenue la plaque tournante du trafic de migrants. On y retrouve environ 14 000 passeurs qui s’activent en direction de la Libye et de l’Algérie. «Le revenu de ce trafic est évalué à environ 140 millions d’euros par mois, que se partagent les réseaux de passeurs, de traite de personnes et les groupes armés, au nord du Niger», révèle Kacimi Hassen.

passeurs
Enfants subsahariens orphelins, une frange fragile exploitée par des criminels dans la mendicité. (Photo Sarrah Benali Cherif).

Une fois en Algérie, les réseaux de passeurs, qui appartiennent au banditisme, prennent le relais pour les transférer vers les wilayas (division administrative) du Sud et du Nord du pays.

«Ces réseaux de traite des personnes réussissent à obtenir des informations précises sur les limites administratives, des wilayas du centre du pays», confirme notre interlocuteur avant d’ajouter qu’ils doivent certainement détenir d’autres informations, plus importantes, puisque les membres de ce réseau se déplacent en toute liberté, sur le territoire national, depuis plus d’une année.

L’Algérie, à elle seule, accueille plus de migrants que les 28 pays de l’Union européenne (UE) selon l’OIM. On y recense plus de 42 nationalités de migrants africains, en situation illégale. Une véritable menace latente pour l’ordre public.


Les Gazaouis se délectent de poisson fumé le premier jour de l'Aïd

Le secteur de la pêche représente moins de 5% du PIB de Gaza et fait vivre quelque 50 000 personnes, une partie des 2 millions d’habitants. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les Palestiniens affirment que le hareng et le fésikh ouvrent l'appétit et sont bénéfique pour l'estomac après un mois de jeûne
  • L’industrie locale de la pêche est florissante, car le hareng importé d’Israël, qui était depuis des années le principal fournisseur des besoins de Gaza, a énormément diminué

BANDE DE GAZA: Abed Rabbo Adwan, qui a appris il y a quelques années à préparer le hareng, préfère faire cuire le poisson chez lui dans la ville de Rafah, au sud de la bande de Gaza.

Le hareng et le fésikh constituent le plat principal sur les tables de la majorité des habitants de Gaza pendant le premier jour de l’Aïd Al-Fitr. En plus d’ouvrir l'appétit selon eux, ils seraient également bénéfiques pour l'estomac après un mois de jeûne.

La popularité de ce plat s'est répandue dans toutes les maisons palestiniennes, en particulier dans le sud de la bande de Gaza, à côté de la frontière avec l'Égypte.

Adwan révèle que la préparation du hareng à la maison en garantit la qualité, ainsi qu’un prix beaucoup plus bas que le poisson disponible sur le marché, et qui est généralement préparé localement ou importé d'Israël.

Il raconte que la famille l'aide à préparer le poisson, ce qui crée une atmosphère joyeuse pendant les derniers jours du ramadan et avant l'Aïd.

L’industrie locale de la pêche est en pleine croissance, car le hareng importé d’Israël, principal fournisseur de Gaza depuis des années, a énormément diminué. Le prix d'un kilo de poisson fumé préparé localement est de 20 shekels (6 dollars), soit environ la moitié du prix de son équivalent importé d'Israël.

Pour commencer, Adwan achète un kilo de maquereau ou de thon congelé, le nettoie, puis le sale avec l'aide de sa famille. Après cela, il fume le poisson d'une manière artisanale qui ne coûte pas cher.

La préparation consiste à ôter les entrailles, remplir le poisson nettoyé avec du sel et le laisser pendant 24 heures. Après avoir bien lavé puis séché le poisson, il le suspend verticalement avec des pinces en fer sur des barres de fer à l'intérieur d'un enfumoir. Le feu est démarré avec du charbon de bois et de la sciure.

N’ayant pas d’ enfumoir, Adwan utilise plutôt un récipient en fer et le ferme hermétiquement pour bloquer l'air, afin que le poisson à l'intérieur ne prenne pas feu ou ne s’abîme.

«Le poisson reste exposé à la fumée, pendant environ deux heures», explique-t-il. «Ça donne au poisson le goût de la fumée, et fait passer sa couleur du blanc au jaunâtre au doré. Il est alors prêt à être servi».

Comme certains membres de sa famille préfèrent le fésikh au hareng pour le petit-déjeuner le premier jour de l'Aïd, Adwan en fait une quantité limitée en utilisant une méthode différente. Un kilo de fésikh sur le marché varie entre 10 et 30 shekels et il est stocké dans un endroit à l'abri de l'air pendant environ un mois.

Les commerçants assurent que Gaza produit de grandes quantités de hareng et de fésikh, suffisantes pour la consommation locale. Gaza pourrait même exporter le poisson, si on lui en donne l'occasion.

Ibrahim Hejazi, le propriétaire de l'une des plus grandes usines de hareng de Gaza, confie avoir commencé dans l'industrie il y a environ sept ans avec une quantité limitée destinée à la consommation personnelle. L'idée s'est développée, et il a construit une usine qui a commencé à produire de grandes quantités.

«J'ai été encouragé par un grand nombre de clients pour agrandir l'usine et acheter un enfumoir pour la préparation du hareng», raconte Hejazi. «Aujourd’hui, nous sommes l'usine la plus célèbre de la bande de Gaza, et nous vendons nos produits aux commerçants, aux distributeurs et aux magasins».

Hejazi a acquis d'autres boulangeries et doublé ses effectifs, qui auraient été sinon surchargés pendant le ramadan. Son équipe travaille jour et nuit afin de préparer du poisson fumé et répondre aux besoins du marché.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un journaliste marocain en grève de la faim hospitalisé en prison

Une bannière de soutien aux journalistes Omar Radi et Souleimane Raissouni est accrochée à la façade du siège du Syndicat des journalistes tunisiens à Tunis à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Soulaimane m'a appris qu'il a été transféré au centre médical de la prison suite à la paralysie de sa jambe droite», a déclaré son épouse
  • «Il a perdu 25 kilos» depuis son arrestation en mai 2020 mais insiste pour poursuivre sa grève de la faim face «au mutisme des autorités»

RABAT: Le journaliste marocain Soulaimane Raissouni, en détention préventive depuis un an et en grève de la faim depuis un mois, a été transféré au centre médical de sa prison à Casablanca suite à «la détérioration de son état de santé», a-t-on appris mardi auprès de sa famille. 

«Soulaimane m'a appris hier (lundi) qu'il a été transféré au centre médical de la prison suite à la paralysie de sa jambe droite», a déclaré son épouse Khouloud Mokhtari.

Il n'a pas été possible de confirmer cette information auprès de l'administration pénitentiaire.

Le journaliste âgé de 48 ans, rédacteur en chef du journal Akhbar Al-Yaoum --qui a cessé de paraître mi-mars pour des raisons financières--, a cessé de s'alimenter le 8 avril dans l'espoir d'obtenir une libération provisoire, plusieurs fois refusée par la justice marocaine. Il est poursuivi pour «agression sexuelle», après une plainte déposée par un militant LGBT qu'il a toujours contestée. 

«Il a perdu 25 kilos» depuis son arrestation en mai 2020» mais insiste pour poursuivre sa grève de la faim face «au mutisme des autorités», a affirmé son épouse.

Un autre journaliste, Omar Radi avait lui aussi entamé une grève de la faim mais l'a suspendue après 21 jours pour des raisons de santé. 

«Sa santé s'améliore mais il n'est pas complétement rétabli», a déclaré son père Driss Radi.

M. Radi, connu pour son engagement en faveur des droits humains, se trouve en détention préventive depuis plus de neuf mois, après des accusations d'espionnage et de «viol», deux affaires séparées instruites et jugées conjointement. 

Après plusieurs reports, son procès est prévu le 18 mai, tout comme celui de M. Raissouni.

Selon leurs soutiens, la justice, instrumentalisée, les poursuit en raison de leurs publications critiques, ce que démentent les autorités marocaines.

Plus de 500 personnalités, dont des anciens ministres, ont récemment appelé dans une pétition à leur libération en s'inquiétant des risques pour leur santé.

Le délégué général des prisons, Mohamed Salah Tamek, s'est insurgé dans un récent article contre «les mensonges qui ne visent qu'à nuire à la réputation du pays», affirmant que le journaliste consommait «des dattes, du miel et des comprimés vitaminés».

L'administration pénitentiaire avait indiqué dans un récent communiqué avoir tenté de dissuader M. Raissouni de mener une grève de la faim «en raison des graves conséquences de cette décision sur son état de santé». 


Biden ne veut pas se laisser entraîner dans le conflit israélo-palestinien

L'administration Biden a apporté son soutien à la normalisation des relations entre Israël et des pays arabes, tout en renouant avec une diplomatie plus traditionnelle et moins déséquilibrée à l'égard du conflit israélo-palestinien. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Il n'y a aucune perspective de succès dans ce dossier. Il n'y a aucun dirigeant, des deux côtés, prêt à prendre des décisions», estime un diplomate US
  • Le président fait face à une équation complexe: diplomatiquement, ses cartes étant limitées, mais aussi politiquement, l'aile gauche de son parti le poussant à prendre ses distances avec Israël

WASHINGTON: Joe Biden l'a clairement laissé entendre: le conflit israélo-palestinien, sans espoir de résolution rapide, ne fait pas partie de ses priorités. Mais comme pour nombre de ses prédécesseurs, une crise oblige déjà le président des Etats-Unis à s'impliquer, a minima, pour éviter l'explosion.

L'escalade de la violence place le démocrate face à une équation complexe -- diplomatiquement, ses cartes étant limitées, mais aussi politiquement, l'aile gauche de son parti le poussant à prendre plus franchement ses distances avec Israël après le soutien acharné manifesté par Donald Trump.

«On peut facilement comprendre que l'administration Biden considère qu'il s'agit d'un effort peu utile, peu rentable et semé d'embûches politiques», explique Aaron David Miller, ex-négociateur américain pour le Proche-Orient.

«Il n'y a aucune perspective de succès dans ce dossier. Il n'y a aucun dirigeant, des deux côtés, prêt à prendre des décisions», ajoute cet expert du cercle de réflexion Carnegie Endowment for International Peace.

Selon lui, «dans le meilleur des cas, l'administration Biden peut juste espérer calmer la violence» dans la crise actuelle.

Ces derniers jours, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et le conseiller pour la sécurité nationale Jake Sullivan ont multiplié les contacts et les déclarations en faveur d'une «désescalade». Selon des observateurs, Washington intervient aussi auprès de ses partenaires arabes comme l'Egypte, la Jordanie ou le Qatar, pour qu'ils favorisent un cessez-le-feu entre Israël et le mouvement islamiste Hamas.

Mais les tensions meurtrières, nées en partie de la menace d'expulsions visant des Palestiniens de Jérusalem-Est au profit de colons israéliens, et qui ont dégénéré d'abord en heurts puis en tirs de roquettes du Hamas vers l'Etat hébreu et en frappes de l'armée israéllienne contre la bande de Gaza, n'ont fait que s'accentuer.

Jusqu'ici, les rares mesures obtenues de la part des autorités israéliennes pour calmer le jeu se sont révélées insuffisantes.

«Soi-disant plan de paix»

«Je pense que les Américains espèrent surtout que les choses s'apaisent d'elles-mêmes dans les prochains jours, avec la fin du ramadan», dit Aaron David Miller.

A leur arrivée au pouvoir en janvier, le président Biden et son équipe ont fait savoir qu'ils n'entendaient pas se précipiter vers une nouvelle médiation -- d'autant que l'avenir politique du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas est en suspens.

Antony Blinken a apporté son soutien à la création future d'un Etat palestinien mais a reconnu qu'il n'y avait pas de «perspective réaliste en ce sens à court terme». «Les deux parties ne sont pas actuellement en mesure d'entreprendre de vraies négociations pour aller vers une solution à deux Etats», a de nouveau constaté mardi son porte-parole Ned Price.

L'ex-président Trump avait tourné le dos à cette solution poussée par la communauté internationale et apporté tout son soutien à Benjamin Netanyahu en reconnaissant unilatéralement Jérusalem comme capitale d'Israël.

En fin de mandat, le milliardaire républicain avait avancé son plan de paix, qui aurait permis à l'Etat hébreu d'annexer une grande partie de la Cisjordanie, ne laissant aux Palestiniens qu'un Etat réduit à peau de chagrin avec une capitale en périphérie de Jérusalem.

«Je pense qu'on peut dire sans se tromper qu'il y a des éléments de ce soi-disant plan de paix qui ne représentent pas un point de départ constructif», a ironisé Ned Price.

L'administration Trump avait finalement donné la priorité à la reconnaissance d'Israël par d'autres pays arabes, avec succès, dans l'espoir de marginaliser encore davantage la question palestinienne.

Pas de rupture

L'administration Biden a elle apporté son soutien à cette normalisation -- l'une des rares réussites internationales qu'elle reconnaît au gouvernement précédent --, tout en renouant avec une diplomatie plus traditionnelle et moins déséquilibrée à l'égard du conflit israélo-palestinien.

Joe Biden et Antony Blinken, des vétérans de la politique étrangère américaine, ont eux aussi des liens solides et anciens avec Israël. Mais les prises de position ultrafavorables à l'Etat hébreu de l'ère Trump ont contribué à faire évoluer une frange croissante du Parti démocrate américain, notamment à l'égard d'un Benjamin Netanyahu de plus en plus considéré comme un dirigeant de la droite extrême.

Bernie Sanders, principal adversaire de Joe Biden à la primaire démocrate, a appelé les Etats-Unis à «dénoncer fermement la violence des extrémistes israéliens alliés du gouvernement».

Phyllis Bennis, chercheuse à l'Institute for Policy Studies, classé à gauche, estime que le président américain, malgré certains désaccords avec «Bibi» Netanyahu, n'a pas affiché de véritable rupture avec plusieurs décisions controversées de son prédécesseur.

«Comme Israël ne veut pas que nous retournions dans l'accord sur le nucléaire iranien, mais que nous allons le faire malgré tout, alors nous n'allons prendre aucune autre décision susceptible de déplaire à Israël, comme faire pression contre ses violations directes du droit international», dit-elle.