Le Yémen fait face à la «pire crise humanitaire en cent ans»

Des enfants yéménites sont assis dans le camp de Jaw al-Naseem pour personnes déplacées à l'intérieur du pays, à la périphérie de la ville septentrionale de Marib, le 18 février 2021 (AFP / Photo d’archive)
Short Url
Publié le Vendredi 16 avril 2021

Le Yémen fait face à la «pire crise humanitaire en cent ans»

  • «De nombreuses familles ne pourront pas mettre de la nourriture sur la table», a déclaré une organisation caritative à Arab News
  • L'aide du gouvernement britannique devrait être considérablement réduite

LONDRES: Le directeur de l’opération de bienfaisance Muslim Hands au Yémen, basée au Royaume-Uni, a qualifié la situation dans le pays de «pire crise humanitaire au cours des cent dernières années».

Abdel Rahman Hussein a déclaré à Arab News qu’il y a un besoin urgent de fonds pour lutter contre la faim, le Yémen étant confronté à la famine et 80 % de la population de plus de 30 millions de personnes ayant besoin d'aide humanitaire.

Il souligne également l’effondrement complet des systèmes de santé et d’éducation du pays, à un moment où l’aide du gouvernement britannique devrait être considérablement réduite.

«L’aide n’était pas suffisante à l’époque, et les réductions actuelles aggraveront encore la situation», souligne-t-il. «La sécurité alimentaire ainsi que les soins de santé seront les plus durement touchés, et la majorité des Yéménites dépendent des organisations non gouvernementales (ONG) et de l'aide fournie.»

Les commentaires de M. Hussein interviennent alors que les musulmans entament le mois sacré du ramadan, traditionnellement une période où beaucoup décident de faire un don de zakat (aumône) à des causes caritatives, et les organisations caritatives musulmanes reçoivent une part importante de leurs revenus annuels. 

L'année dernière, l’organisation caritative Muslim Hands a recueilli près d'un tiers de ses revenus annuels pendant le ramadan. L’association caritative Islamic Relief a déclaré à The Guardian avoir reçu 40 % de tous ses financements durant la même période.

Cette période, caractérisée par le jeûne quotidien et la prière, sera cette année difficile pour beaucoup au Yémen.

Les prix des denrées alimentaires «sont extrêmement élevés pour ce ramadan, ce qui signifie que beaucoup de familles ne pourront pas mettre de nourriture sur leur table», déclare M. Hussein. «Avant la guerre, le riyal yéménite était de 214 pour un dollar (1 dollar = 0,83 euro) alors que maintenant, il est proche de 1 000 pour un dollar.»

L’organisation Muslim Hands a déclaré à The Guardian qu’elle espère collecter jusqu'à 6 millions de livres sterling (8,27 millions de dollars) à destination du Yémen. Elle gère dans le pays de grandes boulangeries et dispose d'un programme de colis alimentaires pour les familles dans le besoin, en distribuant suffisamment de produits de base tels que la farine, l'huile et du riz pour que chacun puisse tenir un mois.

 

«Nous essayons de couvrir autant de besoins que nous le pouvons. Nos principaux projets sont les usines de pain – deux à Aden et une à Marib», indique Abdel Rahman Hussein.

«Nous avons ciblé cette zone parce qu'elle compte le plus grand nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI), qui sont pour la plupart des femmes, des enfants et des handicapés», ajoute-t-il.

«Collectivement, via nos usines de pain, nous soutenons 28 000 bénéficiaires chaque jour, et 56 000 miches de pains sont distribuées chaque jour. Nous avons une liste d'attente de bénéficiaires exhaustive, les besoins étant très importants.»

Islamic Relief a déclaré à The Guardian qu'en dépit des réductions de l’aide britannique, l’organisation a constaté une augmentation des dons du grand public pour ses projets au Yémen.

Muhammad Zulqarnain Abbas, directeur d’Islamic Relief au Yémen, déclare que l'organisme de bienfaisance apporte son aide à 2,3 millions de personnes chaque mois, mais que de nombreuses personnes manquent encore de nourriture pour le sahoor (repas de l’aube) ou l'iftar (repas du soir), les obligeant à boire de l'eau.

«Les gens sont obligés de rompre leur jeûne le soir simplement avec de l'eau qui n'est même pas propre», indique-t-il.

Abdel Rahman Hussein déclare: «À Aden, la capitale temporaire avec une population de 1,7 million d'habitants, les familles ne reçoivent de l'eau que tous les trois jours, et il y a une contrainte de temps. Si vous manquez cet intervalle de temps, vous devez attendre encore trois jours de plus.»

Muslim Hands, ajoute-t-il, cherche à aider à installer un nouveau système d’approvisionnement en eau à Aden. «L'ancien système a plus de cinquante ans et la population (avant la guerre) était inférieure à 300 000 habitants. Avec un système d’approvisionnement en eau inchangé et une population croissante, la demande de nouveaux systèmes et d'investissements est encore plus grande qu'auparavant», explique-t-il.

«Le Yémen était un pays pauvre avant la guerre, et la guerre a créé un paysage encore plus dévasté.»

M. Hussein souligne que la distribution de nourriture aux enfants pendant le ramadan est une préoccupation majeure.

Selon le Fonds des nations unies pour l’enfance (Unicef), pas moins de 2,3 millions d'enfants yéménites risquent de souffrir de malnutrition cette année.

«Notre programme d'alimentation scolaire a fait une énorme différence dans la ville de Taïz et concerne 4 000 élèves – nous leur fournissons un petit déjeuner tous les matins», annonce-t-il.

«C’est le seul repas pour la plupart de ces enfants. Nous avons une énorme liste d’attente car les parents veulent que leurs enfants fréquentent cette école sachant qu’ils seront nourris», ajoute-t-il.

«Lorsque nous avons visité l’école, le directeur nous a expliqué que cinq enfants s’évanouissaient chaque matin en raison du manque de nourriture – beaucoup d’entre eux n’ayant pas mangé pendant au moins une journée entière. Dans cette école, 35 % des élèves sont des orphelins et 43 % sont des personnes déplacées.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com

 


Le président irakien rencontre le vice-ministre saoudien de la Défense à Bagdad

Le président irakien Barham Salih reçoit le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, à Bagdad (Fichier/Twitter/@ BarhamSalih)
Short Url
  • Le président irakien Barham Salih a rencontré mardi le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, à Bagdad
  • Le président irakien a déclaré qu'il souhaitait renforcer les relations entre Bagdad et Riyad

RIYAD: Le président irakien Barham Salih a rencontré mardi le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, à Bagdad, a rapporté Al Arabiya mardi. 

Le président irakien a déclaré qu'il souhaitait renforcer les relations entre Bagdad et Riyad et a salué le rôle central de l'Arabie saoudite dans la région. 

Au cours de la réunion, ils ont abordé le sujet des relations entre les deux pays et les moyens de les renforcer. 

A suivre... 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com 


Les ministres des Affaires étrangères saoudien et turc discutent des relations bilatérales

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, reçoit son homologue turc, Mevlut Cavusogli à La Mecque (SPA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, reçoit son homologue turc, Mevlut Cavusogli à La Mecque (SPA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, reçoit son homologue turc, Mevlut Cavusogli à La Mecque (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal et M. Cavusoglu sont convenus de tenir des consultations régulières
  • « Notre coopération étroite contribuera à la stabilité, la paix et la prospérité dans la région », déclare M. Cavusoglu

RIYAD : Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu mardi avec son homologue saoudien Mevlut Cavusoglu, et la délégation qui l’accompagnait, au bureau régional du ministère des Affaires étrangères à La Mecque. 

Lors de la réunion, à laquelle a également participé le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed Al-Khuraiji, ils ont discuté des relations entre les deux pays et des principaux développements régionaux et internationaux, indique le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. 

Ils sont convenus de « travailler sur les questions positives » de leur programme commun et de « tenir des consultations régulières », déclare M. Cavusoglu. « Notre coopération étroite contribuera à la stabilité, la paix et la prospérité dans la région », ajoute-t-il. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com 


Ibrahim et Marwane, gamins fauchés par la riposte d'Israël sur Gaza

Des Palestiniens enterrent le corps de Hussein Hamad, 11 ans, lors de ses funérailles à Beit Hanoun, le 11 mai 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • Le sang des deux frères, âgés de 10 et 14 ans, n'avait pas fini de sécher mardi matin devant leur maison située à Beit Hanoun
  • «J'ai vu mes cousins brûler et être découpés en morceaux», ajoute le garçon de 14 ans

BEIT HANOUN: Ibrahim et Marwane remplissaient des sacs de paille devant leur maison dans le nord de la bande de Gaza, lorsque les affrontements dans la distante Jérusalem ont dégénéré au point d'entraîner des frappes israéliennes. Les deux gamins sont morts, comme trois autres membres de leur famille.  

Le sang des deux frères, âgés de 10 et 14 ans, n'avait pas fini de sécher mardi matin devant leur maison située à Beit Hanoun, tout près de la barrière de sécurité séparant ce territoire palestinien d'Israël.  

1
Des proches du Palestinien Hussein Hamad, 11 ans, pleurent lors de ses funérailles à Beit Hanoun, le 11 mai 2021 (Photo, AFP)

Lundi soir, ils se trouvaient devant chez eux avec leur cousin Ibrahim. Ils préparaient des sacs de paille pour aller les vendre sur le marché au bétail local, raconte ce dernier.  

« On avait préparé trois sacs, je suis allé en porter un à la charrette », se souvient-il. «On a rigolé et on s'est amusés, quand soudain ils nous ont bombardés, tout a pris feu autour ».  

« J'ai vu mes cousins brûler et être découpés en morceaux », ajoute le garçon de 14 ans, en sanglotant. « Pourquoi m'ont-ils laissé? J'aurais voulu mourir avec eux en martyr ».   

Non loin d'eux, un bébé de trois mois --Yazan, un cousin-- et Rahaf, une cousine de 10 ans, ont également été tués par la frappe. Ahmad, un autre membre de la famille âgé de 22 ans, a succombé à ses blessures mardi. Il devait se marier samedi.  

Aucun n'a eu le temps de se mettre à l'abri quand l'aviation israélienne a mené sa première frappe lundi soir sur le nord de la bande de Gaza, en riposte à des tirs de roquettes de groupes armés depuis cette enclave palestinienne.  

Le Hamas a lancé une pluie de roquettes sur Israël par « solidarité » avec les centaines de Palestiniens de Jérusalem-Est blessés dans des heurts avec la police israélienne sur l'Esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme.  

Peu après le début de ses frappes, l'armée israélienne a indiqué avoir ciblé un commandant du Hamas. Le mouvement islamiste armé a rapidement confirmé le décès de Muhammad Fayyad, l'un de ses commandants, dans ces frappes sur Beit Hanoun.  

Depuis lundi soir, les frappes israéliennes ont fait 28 morts, dont dix enfants, et plus de 125 blessés à Gaza.  

Côté israélien, deux personnes ont été tuées et des dizaines ont été blessées à Ashkelon, ville située tout près de Gaza sur laquelle le Hamas a affirmé avoir lancé pas moins de 137 roquettes en « cinq minutes », une tactique visant à déjouer le bouclier antimissiles israélien « Dôme de fer ».  

1
La mère du Palestinien Hussien Hamad, 11 ans, est réconfortée par des personnes en deuil lors de ses funérailles à Beit Hanoun, le 11 mai 2021 (Photo, AFP)

Funérailles  

Des centaines de personnes ont participé mardi matin sous une nuée de drapeaux palestiniens aux funérailles de plusieurs victimes de Beit Hanoun, village à seulement un kilomètre du point de passage d'Erez vers Israël.  

Au moment où la foule gagnait le cimetière, des dizaines de roquettes ont été tirées en direction du territoire israélien. « Allah Akbar », « Dieu est le plus grand », s'est alors écriée la foule.  

Dans le cimetière, Abou Hussein Hamad est assis. Il effleure pour la dernière fois le visage de son fils Hussein, 11 ans, avant que sa dépouille ne soit inhumée.  

« Quelle était la faute de cet enfant innocent? », s'interroge le père, les yeux embués de larmes.  

Il a été tué dans le même bombardement que les cinq membres de la famille Al-Masry, voisine de la sienne.  

« Je lui avais promis de lui offrir de nouvelles chaussures pour l'Aïd el-Fitr », fête marquant la fin du mois de ramadan prévue cette semaine, raconte le père. Mais cette année, « l'Aïd sera bien sombre ».  

Près du père éploré, la grand-mère de Hussein --qui aidait aussi son père à ramasser de la paille-- partage sa peine: « Ils l'ont tué sans qu'il n'ait commis aucun crime ».