Tunisie: fermeture des écoles après une augmentation des cas de Covid-19

Une jeune étudiante tunisienne se rendant à l'école en Mars dernier. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 17 avril 2021

Tunisie: fermeture des écoles après une augmentation des cas de Covid-19

  • La décision a été prise lors d'une réunion samedi au siège du gouvernement, la porte-parole du ministère de la Santé Nissaf Ben Alia qualifiant la situation sanitaire du pays de «très dangereuse»
  • La fermeture des écoles concerne "l'enseignement élémentaire, secondaire et les universités" et s'appliquera du 18 au 30 avril

TUNIS : Les autorités tunisiennes ont annoncé samedi leur décision de fermer les écoles primaires, secondaires ainsi que les universités, et d'interdire la circulation des transports en commun et des voitures à partir de 19H00 en raison d'une augmentation des cas de coronavirus.

La décision a été prise lors d'une réunion samedi au siège du gouvernement, la porte-parole du ministère de la Santé Nissaf Ben Alia qualifiant la situation sanitaire du pays de "très dangereuse".

La fermeture des écoles concerne "l'enseignement élémentaire, secondaire et les universités" et s'appliquera du 18 au 30 avril, a déclaré lors d'une conférence de presse la porte-parole du gouvernement, Hasna Ben Slimane.

Elle a précisé que les universités fourniraient des cours en ligne aux étudiants pendant cette période.

Les autorités ont également décidé l'interdiction, pour les voitures et les transports en commun, de circuler entre 19H00 (18H00 GMT) et 05H00 (04H00 GMT), "sauf en cas d'urgence, a ajouté Mme Ben Slimane. 

Ces décisions interviennent alors que la Tunisie observe une nette augmentation du nombre de décès liés au coronavirus depuis le début du mois, passant à plusieurs dizaines de nouveaux morts chaque jour (et à plus d'un millier de nouveaux cas quotidiens).

Au total, le pays de 12 millions d'habitants a officiellement recensé quelque 280.000 cas de coronavirus, dont 9.637 décès.

Le 10 avril, le chef du gouvernement Hichem Mechichi avait annoncé un assouplissement du couvre-feu à la demande du président de la République Kais Saied, quelques jours après l'avoir durci face à la propagation de l'épidémie.

Le couvre-feu s'étend actuellement de 22H00 (21H00 GMT) à 05H00 (04H00 GMT).

Depuis le lancement de la campagne de vaccination à la mi-mars, 203 000 personnes ont été vaccinées dans le pays.

Des responsables hospitaliers ont récemment alerté sur la saturation de certains services, les lits de réanimation étant occupés à 80%, selon les autorités.

Les répercussions de la Covid-19 ont exacerbé la crise sociale et économique, notamment avec l'effondrement des salaires dans le secteur clé du tourisme.


Une figure de la révolution syrienne transférée dans un camp de réfugiés jordanien

Des enfants font du vélo au camp de réfugiés de Zaatari, dans le nord de la Jordanie. (Photo, AFP)
Short Url
  • Hasna al-Hariri a été transférée à Azraq après avoir reçu l'ordre des autorités jordaniennes de «cesser ses activités politiques»
  • Agée de 59 ans et originaire de Deraa, berceau du soulèvement de 2011, al-Hariri a perdu trois fils, quatre frères et son mari durant la révolte contre le régime de Damas

AMMAN : Hasna al-Hariri, figure de la révolution syrienne vivant en exil en Jordanie, a été transférée jeudi dans un camp de réfugiés après avoir reçu l'ordre des autorités jordaniennes de « cesser ses activités », selon elle.

« Les services de sécurité jordaniens m'ont annoncé lundi mon transfert à Azraq (un camp de réfugiés, NDLR), avec interdiction d'en sortir », a-t-elle expliqué par téléphone à l'AFP.

Elle a affirmé avoir été transférée avec son fils, sa belle-fille, ses trois petits-enfants et un autre ressortissant syrien vers ce camp du nord-est de la Jordanie, qui abrite 42 500 réfugiés sous haute surveillance.

Ce transfert a été confirmé à l'AFP par une source de sécurité s'exprimant sous couvert d'anonymat, qui n'a pas donné de motif.

La militante a aussi affirmé ignorer les raisons de son transfert et a assuré que ses « activités » en Jordanie « se limitaient à parler à des parents et à des connaissances en Syrie ».

Des internautes ont pris sa défense sur Facebook.

Il y a un mois, Mme Al-Hariri avait indiqué avoir été convoquée par les services de sécurité et sommée de cesser ses activités sous quatorze jours. Une source gouvernementale jordanienne avait qualifié celles-ci d' « illégales », sans autre précision.

La militante avait évoqué sa crainte d'être expulsée vers la Syrie, ce que la source gouvernementale avait démenti.

« La Jordanie ne permettra à personne de violer la loi et de profiter de sa présence en Jordanie pour se livrer à des activités contraires à ses intérêts nationaux et à sa politique de non-ingérence dans les affaires extérieures », avait dit cette source.

Toujours selon cette source, Amman « ne l'a pas obligée à retourner en Syrie mais l'a prévenue à plusieurs reprises d'arrêter des activités illégales qui portent atteinte à la Jordanie ».

Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie, a affirmé à l'AFP que cette affaire n'était « pas liée » aux « activités politiques » de la militante.

Selon lui, Hasna al-Hariri est soupçonnée d'avoir détourné « à son profit » des dons « pour les familles de martyrs en Syrie ou pour l'opposition dans le Sud ».

Mme Hariri a dénoncé de « fausses allégations ». « De qui ai-je pu prendre de l’argent ? De réfugiés syriens ? Ils ont déjà du mal à acheter du pain ».

Agée de 59 ans et originaire de Deraa (sud), berceau du soulèvement de 2011 en Syrie, elle a perdu trois fils, quatre frères et son mari durant la révolte contre le régime de Damas.

Emprisonnée à trois reprises, elle a fini par trouver refuge en 2014 à Irbid, dans le nord de la Jordanie.


Des fonds européens d'aide pour les Palestiniens détournés, selon Israël

Des manifestants palestiniens soulèvent une maquette du Dôme du Rocher alors qu'ils participent à une manifestation anti-israélienne au camp de réfugiés de Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 2 mai 2021, en solidarité avec d'autres Palestiniens à Jérusalem. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon le Shin Beth, des ONG humanitaires basées en Cisjordanie occupée ont « commis des fraudes et trompé plusieurs pays européens »
  • Cet argent provenait de Suisse, d'Allemagne, de Belgique, des Pays-Bas, de Suède, de Grande-Bretagne, d'Espagne et de l'Union européenne

JERUSALEM : Les services secrets israéliens ont affirmé jeudi que des fonds européens d'aide humanitaire destinés aux Palestiniens avaient été détournés au profit de groupes armés en Cisjordanie. 

Selon le Shin Beth, le service israélien de renseignement intérieur, qui affirme avoir mené une enquête avec l'armée et la police, des ONG humanitaires basées en Cisjordanie occupée ont « commis des fraudes et trompé plusieurs pays européens », en détournant des fonds pour le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), une organisation désignée comme groupe terroriste par Israël et plusieurs Etats occidentaux.

Selon le Shin Beth, « des sommes considérables provenant d'institutions gouvernementales officielles en Europe » ont été détournées pour financer « les actions terroristes armées du FPLP ».

Cet argent provenait de Suisse, d'Allemagne, de Belgique, des Pays-Bas, de Suède, de Grande-Bretagne, d'Espagne et de l'Union européenne.

Un responsable sécuritaire israélien requérant l'anonymat a indiqué à des journalistes que « des dizaines de millions de dollars » avaient été acheminés.

Il a ajouté qu' « aucun des gouvernements ne savait où allait l'argent ».

Selon le Shin Beth, le réseau orchestré par un « comité de la santé » central, a en outre fait valoir des projets fictifs, soumis de faux documents, falsifié et gonflé des factures et salaires.  

Parmi les suspects figure Juana Rashmawi, une femme de 63 ans qui a la nationalité espagnole et dont le cas a attiré l'attention des médias en Espagne après son arrestation. 

Le ministère espagnol des Affaires étrangères avait demandé le mois dernier à Israël d'améliorer ses conditions de détention.

Mme Rashmawi a été inculpée jeudi par un tribunal militaire pour avoir financé une organisation illégale et pour en faire partie, selon l'acte d'accusation consulté par l'AFP.

Le Shin Beth a également dévoilé l'identité de trois autres suspects, tous originaires de Cisjordanie. 

Du matériel « laissé par les suspects donne une idée de l'étendue de la fraude menée par le FPLP », a ajouté le Shin Beth.

Le ministère des Affaires étrangères israélien a appelé mardi les pays européens à « cesser immédiatement le financement d'organisations palestiniennes opérant pour le compte du FPLP ».

L'armée israélienne occupe la Cisjordanie, un territoire palestinien, depuis 1967.

Environ 2,8 millions Palestiniens vivent sur ce territoire, ainsi que quelque 475 000 Israéliens habitant dans des colonies jugées illégales par le droit international.


Crise sociale en Algérie : le gouvernement met en garde contre des actes «subversifs»

Une vue d'une manifestation du Hirak, Algérie. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'influente revue de l'armée El Djeich a fustigé cette semaine des grèves « suspectes », en avertissant que « la sécurité nationale (était) une ligne rouge »
  • Les autorités algériennes font face depuis plusieurs semaines à une multiplication des conflits sociaux

ALGER : Le gouvernement algérien a durci le ton jeudi face à la crise sociale qui ébranle le pays, en dénonçant « l'exploitation de l'activité syndicale par certains mouvements subversifs » quelques jours après avoir suspendu 230 pompiers pour avoir manifesté à Alger.

« Une exploitation de l'activité syndicale par certains mouvements subversifs visant à semer la "fitna" (sédition) a récemment été relevée », souligne un communiqué des services du Premier ministre, tout en reconnaissant le droit de grève et les libertés syndicales garantis par la Constitution.

L'influente revue de l'armée El Djeich a fustigé cette semaine des grèves « suspectes », en avertissant que « la sécurité nationale (était) une ligne rouge », à l'approche des élections législatives convoquées le 12 juin.

« L'entêtement de certains à tenir des grèves à un moment suspect est la meilleure preuve que ceci ne peut s'inscrire que dans une tentative de semer le trouble pour réaliser des objectifs et des intérêts qui ne vont pas dans le sens de l'amélioration de la situation professionnelle et des droits des travailleurs », a écrit El Djeich.

Les autorités algériennes font face depuis plusieurs semaines à une multiplication des conflits sociaux, alimentés par un taux de chômage élevé (15%) et une paupérisation de larges franges de la société.

Les tensions sociales s'ajoutent à une profonde crise économique, née de la chute de la rente pétrolière, et à l'impasse politique qui perdure depuis le soulèvement populaire antirégime du Hirak il y a deux ans.

Dans son communiqué, le gouvernement d'Abdelaziz Djerad incrimine certaines « mauvaises pratiques » prises durant les vingt ans de mandat de l'ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika.

Cet avertissement des autorités survient à la suite de la suspension de 230 sapeurs-pompiers ayant manifesté dimanche avec des revendications salariales et socio-professionnelles près du siège de la présidence à Alger.

Une sanction qui a aussitôt mobilisé leurs collègues, menaçant de démission collective s'ils n'étaient pas réintégrés.

Le ministère de l'Intérieur a qualifié la manifestation des pompiers de « complot » fomenté par « des parties hostiles à l'Algérie », une accusation récurrente contre toute voix dissidente.

Tandis que son ministre de l'Intérieur Kamel Beldjoud maniait le bâton, le président Abdelmadjid Tebboune a appelé le gouvernement à ouvrir « un dialogue » avec les partenaires sociaux afin de tenter d'éteindre la colère sociale.

Dans une pétition relayée jeudi par l'agence officielle APS, un collectif piloté par des personnalités proches du pouvoir a exhorté le peuple algérien à « serrer les rangs » et à « se rassembler autour de l'Etat national, de son unité et sa souveraineté » face aux menaces de déstabilisation de l'Algérie.