Arab News et le FII Institute partenaires pour évoquer l'avenir de l'industrie régionale des médias

Le rédacteur en chef d' Arab News Faisal J, Abbas (L) et le PDG de FII Institute, Richard Attias (Photo, AN)
Le rédacteur en chef d' Arab News Faisal J, Abbas (L) et le PDG de FII Institute, Richard Attias (Photo, AN)
Short Url
Publié le Lundi 19 avril 2021

Arab News et le FII Institute partenaires pour évoquer l'avenir de l'industrie régionale des médias

  • Cette coopération d’un an, qui marque le 46e  anniversaire du journal, sera ponctuée par des tables rondes réunissant des experts
  • Le premier fruit de cette coopération sera un dossier technique produit par l'Unité de recherche et d’études (RSU) d'Arab News

RIYAD: Arab News – le principal quotidien anglophone du Moyen-Orient – a conclu un partenariat avec le Future Investment Initiative Institute (FII Institute) pour évoquer l’avenir de l’industrie régionale des médias. 

Cette coopération d’un an, qui marque le 46e anniversaire du journal, sera ponctuée par des tables rondes réunissant des experts ainsi que par des enquêtes, des dossiers techniques et des recommandations sur la manière dont l’industrie peut survivre à la perturbation numérique et proposer des modèles durables. 

«Au cours des deux dernières décennies, les médias traditionnels ont été considérablement affectés par le développement rapide de la technologie. La montée en puissance des géants de la technologie et des plates-formes de médias sociaux a créé un environnement concurrentiel inéquitable. Il a également réduit la capacité de nombreux médias traditionnels à posséder un modèle de croissance durable, que ce soit par le biais de modèles de publicité ou d'abonnement», explique Faisal J. Abbas, le rédacteur en chef d’Arab News

«Alors que la technologie a eu un impact positif sur de nombreuses nouvelles entreprises et sur des créateurs ou influenceurs individuels de contenu, les organisations médiatiques établies et crédibles ne disposent d’aucun moyen pour soutenir le processus coûteux de production, d'édition et de diffusion d'informations crédibles. Cela a également permis à d'autres entités de bénéficier illégalement des droits d’auteur de ces organisations et d'enfreindre ces droits», ajoute-t-il. 

1

Le partenariat entre Arab News et le FII Institute sera l’occasion de débattre sur la question suivante: quel est le plus fort impact de la technologie sur les modèles économiques des entreprises médiatiques? Seront également abordés des sujets tels que les retombées négatives des plates-formes de médias sociaux sur l’apparition de fausses informations, l'augmentation des discours de haine ou la perte de la vie privée. 

«Dans le cadre de l'engagement du FII Institute, qui vise à permettre aux initiatives les plus pertinentes de notre époque de se concrétiser et de s’épanouir de manière durable, nous sommes ravis de nous associer à Arab News, de proposer cette plongée dans l'industrie des médias et de faire naître des solutions destinées à aider l'industrie à évoluer et à accomplir sa transformation numérique», fait savoir Richard Attias, le PDG du FII Institute. 

«En tant que tel, nous invitons tous les acteurs clés – qu'il s'agisse des médias traditionnels, des entreprises technologiques, des plates-formes de médias sociaux, des agences de publicité, des représentants du gouvernement – à prendre part aux discussions, conformément à l'agenda d'un an qui sera prochainement communiqué. En associant les parties prenantes concernées, nous sommes sûrs que notre institut et Arab News sont à même d’aider à faire se rapprocher les points de vue, d’identifier les problèmes exacts et, espérons-le, de trouver pour tous des solutions créatives», ajoute Richard Attias. 

Le premier fruit de cette coopération sera un dossier technique produit par l'Unité de recherche et d’études (RSU) d'Arab News, située à Londres. Ce document, qui sera publié au mois de mai prochain, aura pour titre Le Mythe de la transformation numérique. Il exposera en détail les problèmes techniques auxquels l'industrie des médias se trouve confrontée d'un point de vue commercial, ainsi que leur impact à différents niveaux.  

Ce dossier sera disponible sur les sites Internet d'Arab News et du FII Institute. Une table ronde aura lieu après sa publication afin de faire la lumière sur ses conclusions. 

 

À propos d' Arab News 

Créé en 1975, Arab News, dont le siège se situe à Riyad, est le principal quotidien anglophone du Moyen-Orient. Il fait partie de la centrale d'édition régionale Saudi Research and Marketing Group (SRMG). C’est le journal de référence de l'Arabie saoudite depuis plus de quatre décennies, et il possède des centres régionaux à Londres, Dubaï, Islamabad et Tokyo. Depuis 2016, ce journal a entrepris une stratégie de transformation numérique qui lui a permis d’étendre sa présence sur Internet et de lancer trois éditions numériques supplémentaires: Arab News Pakistan, Arab News Japan et Arab News en français. 

Pour en savoir plus, visitez www.arabnews.com 

Contact: Tarek Ali Ahmad, chef de l'unité de recherche et des études sur l'actualité arabe 

Téléphone: +447508783787 

Courrier électronique: [email protected] 

À propos du Future Investment Initiative Institute (FII Institute) 

Le Future Investment Initiative Institute représente une nouvelle génération de fondations mondiales à but non lucratif. Sa mission est de permettre aux initiatives les plus pertinentes de notre époque de se concrétiser et de s'étendre de manière durable. Le FII Institute agira en tant que commissaire du dialogue mondial au sujet des problèmes de société les plus urgents de l'humanité; il mettra en œuvre des actions concrètes et mobilisera un leadership d'opinion, une collaboration et des ressources transfrontalières afin de répondre à un impact accéléré à court et moyen terme, en créant également des plates-formes durables pour façonner le futur de nos sociétés de manière significative. 

Pour en savoir plus sur l’Institut: https://www.fii-institute.org/en/home 

Suivez notre actualité sur LinkedIn et Twitter (@FIIKSA)  

Contact: [email protected]fii-institute.org 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com 


Champ gazier de Jafurah: Aramco affecte 10 milliards de dollars à des sociétés locales et internationales

(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
(Photo, AN)
Short Url
  • La compagnie a déclaré avoir signé 16 contrats de sous-sol et d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction (EPC)
  • Un total de 68 milliards de dollars devrait être dépensé au cours des dix premières années de développement du projet, a déclaré Aramco

DUBAÏ: Le géant pétrolier saoudien Aramco a signé des contrats d'une valeur de 10 milliards de dollars (un dollar = 0,88 euros) pour lancer le développement de son immense champ gazier non conventionnel à Jafurah. 

La compagnie a déclaré avoir signé 16 contrats de sous-sol et d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction, avec des entreprises locales et internationales, dont les sociétés américaines Schlumberger et Halliburton. 

Parmi les autres entreprises qui ont signé des contrats figurent Baker Hughes, NESR, Saudi Taqa, Sinopec, Larsen, Toubro et Saipem. 

Un total de 68 milliards de dollars devrait être dépensé au cours des dix premières années de développement du projet, a déclaré Aramco. Pour l’ensemble du projet, la compagnie prévoit d’investir investissement plus de 100 milliards de dollars. 

D'ici à 2030, le géant pétrolier saoudien s'attend à ce que le site de Jafurah produise jusqu'à deux milliards de pieds cubes standard par jour de gaz pour la vente, 418 millions de scfd d'éthane, et environ 630 000 barils par jour de liquides et de condensats de gaz. 

La société Saipem basée en Italie construira un système de transport de l'eau lié à la séparation du gaz traité. Ce contrat représente une valeur d'environ 750 millions de dollars. 

L'accord inclut l'ingénierie, la fourniture de matériaux, la construction et la mise en service d'environ 835 km de canalisations pour le transport de gaz, de condensats et d'eau de production. 

«L'attribution de ce nouveau projet conforte une relation de longue date avec Aramco ainsi que le positionnement stratégique de Saipem au Moyen-Orient. L'accord confirme la confiance et la satisfaction de nos clients dans la capacité de gestion de projets, ainsi que dans les services d'ingénierie et les services technologiques de pointe que Saipem est en mesure d'offrir», a affirmé Francesco Caio, PDG de la compagnie. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Plus d'un tiers de la population mondiale pas connectée à internet

Plus d'un tiers de la population mondiale, soit 2,9 milliards de personnes, ne s'est toujours pas connectée à l'internet, même si la pandémie a démontré l'importance cruciale du réseau pour continuer à travailler ou étudier et a dopé les connexions, selon l'ONU. (AFP)
Plus d'un tiers de la population mondiale, soit 2,9 milliards de personnes, ne s'est toujours pas connectée à l'internet, même si la pandémie a démontré l'importance cruciale du réseau pour continuer à travailler ou étudier et a dopé les connexions, selon l'ONU. (AFP)
Short Url
  • L'augmentation inhabituellement élevée du nombre des utilisateurs laisse penser que la pandémie a encouragé à se connecter
  • L'organisation souligne que l'absence de connexion à internet n'est pas forcément liée à l'absence d'infrastructures. Selon elle, 95% de la population mondiale pourrait théoriquement avoir accès à un réseau mobile 3G ou 4G

GENEVE: Plus d'un tiers de la population mondiale, soit 2,9 milliards de personnes, ne s'est toujours pas connectée à l'internet, même si la pandémie a démontré l'importance cruciale du réseau pour continuer à travailler ou étudier et a dopé les connexions, selon l'ONU.


Environ 4,9 milliards de personnes ont surfé sur le net cette année, selon les nouvelles données collectées par l'Union internationale des télécommunications (UIT) publiées mardi. Ce sont 800 millions de personnes de plus qu'avant la pandémie.


La lutte contre le Covid-19 a forcé la fermeture d'innombrables entreprises et écoles à travers le monde, parfois de long mois et poussé les employés et écoliers, qui le pouvaient, à aller sur l'internet pour continuer à travailler et étudier. 


Pour autant, l'accès reste inégal. La quasi-totalité des personnes exclues habite dans un pays en développement, soit 96%. 


Et pour des centaines de millions d'autres, qui ont accès au réseau, ils ne peuvent le faire qu'avec des dispositifs qu'ils partagent avec d'autres et/ou ne peuvent avoir que du bas débit, qui limite drastiquement ce qu'ils peuvent faire sur internet.


"Il reste encore beaucoup à faire", selon le secrétaire général de l'UIT Houlin Zhao. 


L'augmentation inhabituellement élevée du nombre des utilisateurs laisse penser que la pandémie a encouragé à se connecter.


Depuis 2019, 782 millions de personnes ont ainsi accédé au net, soit un bond de 17%. La hausse est de 10% pour la première année de la pandémie, soit la plus forte progression annuelle "depuis une décennie", selon l'UIT.


L'organisation souligne que l'absence de connexion à internet n'est pas forcément liée à l'absence d'infrastructures. Selon elle, 95% de la population mondiale pourrait théoriquement avoir accès à un réseau mobile 3G ou 4G.


Le prix des équipements et services est trop souvent inabordable, souligne l'UIT.


Elle estime que pour être financièrement accessible, une connexion doit coûter environ 2% du revenu annuel par habitant d'un pays en développement. Or, dans certains des pays les plus pauvres du monde, le coût peut atteindre 20% ou plus.


Le manque d'éducation numérique est aussi un obstacle important.


De nombreuses personnes sont aussi confrontées à des problèmes comme la pauvreté et le manque d'électricité ou de savoir-faire numérique.


La différence d'accès entre hommes et femmes diminue mais les premiers restent largement majoritaires à se connecter (62%) par rapport au 57% de femmes. 


Dans les pays riches, le fameux fossé numérique entre zones urbaines et rurales et très peu marqué (89% des habitants des villes ont utilisé l'internet dans les trois derniers mois comparé à 85% en zone rurale).


Il en va autrement dans les pays pauvres où les habitants des villes se connectent deux fois plus que ceux des champs (72 contre 34%). 


Une cryptomonnaie pour le cinéma signée Lelouch

Les investisseurs, professionnels ou non, peuvent espérer voir la valeur de leur monnaie augmenter, et toucher des revenus lorsque les films sortiront en salles. (AFP)
Les investisseurs, professionnels ou non, peuvent espérer voir la valeur de leur monnaie augmenter, et toucher des revenus lorsque les films sortiront en salles. (AFP)
Short Url
  • «La cryptomonnaie est un excellent moyen d'intéresser le grand public. Je pense que le public a toujours raison», a déclaré Sarah Lelouch
  • Il s'agit de permettre à tout un chacun d'investir dans cet actif virtuel, adossé à la manière du bitcoin à la blockchain, un registre partagé en continu entre des milliers d'utilisateurs, pour aider au financement de films et de séries

PARIS: Une cryptomonnaie pour financer le cinéma: Sarah Lelouch, la fille du réalisateur Claude Lelouch, a lancé mardi le Klapcoin, un actif dématérialisé qui a pour ambition de faire participer le plus grand nombre à la production de films.


"La cryptomonnaie est un excellent moyen d'intéresser le grand public. Je pense que le public a toujours raison", a déclaré à l'AFP Sarah Lelouch, qui a fondé avec des spécialistes du secteur une société dédiée à ce projet, la Diversité du cinéma français (DCF). Elle espère une première levée de deux à huit millions d'euros en un à trois mois.


Il s'agit de permettre à tout un chacun d'investir dans cet actif virtuel, adossé à la manière du bitcoin à la blockchain, un registre partagé en continu entre des milliers d'utilisateurs, pour aider au financement de films et de séries. Et contourner ainsi les circuits traditionnels de financement du cinéma.


Les investisseurs, professionnels ou non, peuvent espérer voir la valeur de leur monnaie augmenter, et toucher des revenus lorsque les films sortiront en salles.


"Il s'agit d'impliquer le public et de lui faire gagner de l'argent autrement. Le cinéma a besoin d'idées neuves". Les projets financés seront choisis par un comité de professionnels avec "une ligne éditoriale: la diversité des formats, des genres et des personnalités", a poursuivi Sarah Lelouch, dont le père apporte sa notoriété à l'opération. 


Ce dernier est une figure majeure du cinéma, avec des œuvres comme "Un homme et une femme", "l'Aventure c'est l'aventure" ou "Itinéraire d'un enfant gâté", mais aussi une figure singulière du 7e art qui s'est souvent attachée à sortir des circuits traditionnels pour produire ses long métrages, rappelle sa fille : "Je l'ai vu hypothéquer ses maisons, se battre toute sa vie pour financer ses films".


La blockchain et les NFT ("Jetons non fongibles") ont secoué ces derniers mois le monde de la culture et du divertissement avec des projets liés à l'art contemporain, au foot ou encore à la musique. Dans le cinéma, des cryptomonnaies ont déjà vu le jour, notamment à Hollywood.