Des élections palestiniennes crédibles sont «cruciales» pour la paix et l'unité, affirme l'ONU

Tor Wennesland, coordinateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient. (Photo, AFP)
Tor Wennesland, coordinateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 avril 2021

Des élections palestiniennes crédibles sont «cruciales» pour la paix et l'unité, affirme l'ONU

  • «Ces élections devraient également ouvrir la voie à l'unification de Gaza et de la Cisjordanie sous une seule autorité nationale légitime»
  • La pandémie de la Covid-19 continue de faire planer «une redoutable menace» sur tous les territoires palestiniens occupés

NEW YORK: Le succès de l'organisation d'élections palestiniennes crédibles le 22 mai est une étape cruciale vers l'unité et la garantie de la légitimité des institutions nationales, a déclaré jeudi le Conseil de sécurité de l'ONU.

Tor Wennesland, le coordinateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, a déclaré aux membres du conseil que les élections, ainsi que les efforts israéliens pour former un gouvernement de coalition, auront une «implication importante sur les perspectives d'avancement de la paix dans les mois à venir». Il a appelé la communauté internationale à apporter son soutien.

«Les espoirs concernant la tenue d'élections en Palestine sont élevées et viennent après une longue attente de près de 15 ans… un nombre croissant de jeunes vont participer à façonner leur avenir politique, et auront la possibilité de voter pour la première fois», affirme Wennesland.

«Ces élections devraient également ouvrir la voie à l'unification de Gaza et de la Cisjordanie sous une seule autorité nationale légitime, ce qui serait une étape importante vers la réconciliation et pourrait faire progresser la paix au Moyen-Orient».

Wennesland a de plus félicité la Commission électorale centrale palestinienne pour son «professionnalisme et son intégrité qui renforcent la confiance dans le processus électoral», soulignant en particulier les efforts du comité de manière à créer un environnement de vote sûr pendant la pandémie.

Il a également insisté sur l'importance du rôle des observateurs électoraux qui assurent le respect du scrutin.

«Toutes les parties doivent œuvrer dans le but de protéger le droit des Palestiniens partout en Cisjordanie occupée, en particulier Jérusalem-Est et Gaza, à participer à des élections palestiniennes crédibles et inclusives, ainsi qu'à se présenter aux élections sans aucune intimidation», affirme Wennesland.

Il a exhorté toutes les personnes impliquées dans le processus «à s'abstenir de toute arrestation, détention ou interrogatoire fondé sur la liberté d'opinion, d'expression ou d'association».

La pandémie de la Covid-19 continue de faire planer «une redoutable menace» sur tous les territoires palestiniens occupés, et aggrave davantage une situation sociale et économique déjà désastreuse, signale Wennesland. Il a par ailleurs appelé à intensifier les efforts de vaccination et à mettre à disposition plus de doses de vaccins pour les palestiniens.

L'administration Biden a annoncé ce mois-ci son intention de reprendre le financement américain de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), interrompu en août 2018 par le président Donald Trump. Wennesland a salué la décision de Washington et a appelé tous les membres de l'ONU à s'engager de nouveau à soutenir l'agence, dont «les services ne sont pas seulement une bouée de sauvetage pour des millions de réfugiés palestiniens, mais sont également essentiels pour maintenir la stabilité dans toute la région».

L'envoyé a en outre réitéré son appel à Israël pour qu'il mette un terme à la démolition et à la saisie des propriétés palestiniennes afin de permettre au peuple palestinien «de développer ses communautés».

Dénonçant la «violence quotidienne» qui a entraîné davantage d'arrestations, de blessés et de morts, Wennesland a appelé toutes les parties «à désamorcer les tensions et à maintenir le calme».

 «J’insiste que tous les auteurs de violence doivent être tenus pour responsables et rapidement traduits en justice. Je réaffirme que les forces de sécurité israéliennes doivent faire preuve de la plus grande retenue, et qu’elles ne doivent utiliser la force meurtrière que lorsque cela est absolument inévitable afin de protéger les vies humaines.

«Une attention particulière doit être portée à la protection des enfants contre toute forme de violence. En outre, le lancement aveugle de roquettes vers les centres de population israéliens viole le droit international, et doit cesser immédiatement».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Syrie: l'ONU met en garde contre un risque de famine inégalé

Le 14 janvier 2016,, un convoi d'une cinquantaine de camions d'aide quitte Damas pour la ville syrienne de Madaya, frappée par la faim, où 40 000 habitants ont subi un siège gouvernemental paralysant qui a suscité une vive condamnation de l'ONU. (Photo de Louai BESHARA / AFP)
Le 14 janvier 2016,, un convoi d'une cinquantaine de camions d'aide quitte Damas pour la ville syrienne de Madaya, frappée par la faim, où 40 000 habitants ont subi un siège gouvernemental paralysant qui a suscité une vive condamnation de l'ONU. (Photo de Louai BESHARA / AFP)
Short Url
  • «La faim a atteint un niveau inégalé depuis 12 ans en Syrie», a déclaré le Programme alimentaire mondial (PAM) dans un communiqué
  • Selon l'ONU, plus de 90% de la population syrienne vit sous le seuil de la pauvreté depuis le début, en 2011, d'un conflit sanglant ayant tué près d'un demi-million de personnes et dévasté les infrastructures du pays

BEYROUTH : Le nombre de Syriens souffrant de la faim a atteint un nouveau record après 12 ans de guerre civile, a averti vendredi l'ONU qui a mis en garde contre «une nouvelle vague d'émigration de masse».

«La faim a atteint un niveau inégalé depuis 12 ans en Syrie», a déclaré le Programme alimentaire mondial (PAM) dans un communiqué.

«Douze millions de personnes ne savent pas comment elles se procureront leur prochain repas», a ajouté le PAM, auxquelles s'ajoutent «2,9 millions de personnes qui risquent de souffrir de la faim».

Selon l'ONU, plus de 90% de la population syrienne vit sous le seuil de la pauvreté depuis le début, en 2011, d'un conflit sanglant ayant tué près d'un demi-million de personnes et dévasté les infrastructures du pays.

La Syrie, dont l'économie s'est effondrée, est désormais au sixième rang des pays comptant le plus de personnes menacées d'insécurité alimentaire.

Les prix des denrées alimentaires ont été multipliés par 12 au cours des trois dernières années dans ce pays frappé en outre par la sécheresse, le choléra et le Covid-19.

La malnutrition infantile et des mères «augmente également à une vitesse sans précédent», selon le communiqué.

Si la communauté internationale n'intervient pas pour aider la Syrie, le pays risque d'être confronté à «une autre vague de d'émigration massive», a déclaré le directeur du PAM, David Beasley, lors d'une visite en Syrie cette semaine.

«Est-ce ce que veut la communauté internationale?», a-t-il ajouté, exhortant les pays donateurs à redoubler d'efforts pour «éviter cette catastrophe imminente».

Déclenchée par la répression de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie a également provoqué le déplacement de millions de personnes.

Au cours de la «crise migratoire» de 2015, l'Europe avait vu arriver sur son sol 1,2 million de personnes, dont de nombreux Syriens fuyant la guerre.


Liban: deux députés indépendants poursuivent leur sit-in au Parlement

Cette photo fournie par le bureau de presse du Parlement libanais le 19 janvier 2023 montre les parlementaires Melhem Khalaf (à gauche) et Najat Saliba faisant une déclaration à la presse à la fin d'une session dans le bâtiment du Parlement, dans le quartier du centre-ville de la capitale Beyrouth. (Photo par Stringer / Parlement Libanais / AFP)
Cette photo fournie par le bureau de presse du Parlement libanais le 19 janvier 2023 montre les parlementaires Melhem Khalaf (à gauche) et Najat Saliba faisant une déclaration à la presse à la fin d'une session dans le bâtiment du Parlement, dans le quartier du centre-ville de la capitale Beyrouth. (Photo par Stringer / Parlement Libanais / AFP)
Short Url
  • «L'Etat se délite complètement, nous voulons préserver ce qu'il en reste, à savoir le Parlement», a ajouté la députée qui dit dormir dans un salon de l'hémicycle, comme son collègue
  • La décision lundi du juge indépendant Tarek Bitar de reprendre l'enquête sur l'explosion meurtrière au port de Beyrouth en 2020 a déclenché une véritable guerre au sein de la justice

BEYROUTH : Une élue indépendante a promis vendredi à Beyrouth de poursuivre son sit-in au Parlement jusqu'à ce que les députés élisent un chef de l'Etat au Liban, pays sans président depuis près de trois mois et où la crise socio-économique s'aggrave.

Cette députée, l'écologiste Najat Saliba, et un collègue, l'ancien bâtonnier de Beyrouth Melhem Khalaf, entament vendredi leur deuxième semaine de sit-in pour protester contre les profonds différends politiques empêchant l'élection d'un successeur à Michel Aoun.

A l'issue d'une onzième session du Parlement le 19 janvier, qui a échoué à élire un chef de l'Etat, ils étaient restés dans l'hémicycle.

«Nous restons ici, que personne ne pense que nous allons partir» avant l'élection d'un président, a déclaré vendredi à l'AFP Najat Saliba.

«L'Etat se délite complètement, nous voulons préserver ce qu'il en reste, à savoir le Parlement», a ajouté la députée qui dit dormir dans un salon de l'hémicycle, comme son collègue.

«Nous sommes sans gouvernement, sans système financier et sans justice», a encore déploré Mme Saliba.

Parallèlement à la crise politique et économique, la décision lundi du juge indépendant Tarek Bitar de reprendre l'enquête sur l'explosion meurtrière au port de Beyrouth en 2020 a déclenché une véritable guerre au sein de la justice.

Le mandat du président Michel Aoun a expiré le 31 octobre et les députés, profondément divisés entre le camp du puissant Hezbollah pro-iranien et celui de leurs adversaires, n'arrivent pas à désigner un successeur.

Aucun camp ne dispose d'une claire majorité pour imposer un candidat dans un pays où l'élection d'un président prend souvent des mois.


Arrestation d’une femme accusée d’avoir tué un étudiant saoudien avec un couteau aux États-Unis

La police a retrouvé le corps d’Alwaleed Algheraibi, 25 ans, à l’intérieur d’une propriété de Hansberry Street, à Germantown, un quartier de Philadelphie. (Fournie)
La police a retrouvé le corps d’Alwaleed Algheraibi, 25 ans, à l’intérieur d’une propriété de Hansberry Street, à Germantown, un quartier de Philadelphie. (Fournie)
Nicole Marie Rodgers, 19 ans, a été arrêtée aujourd’hui. (fournie)
Nicole Marie Rodgers, 19 ans, a été arrêtée aujourd’hui. (fournie)
Short Url
  • Les enquêteurs ont déclaré à la presse locale que le téléphone de la victime et d’autres objets de valeur avaient été saisis
  • La police a confirmé aujourd’hui que Nicole Marie Rodgers avait été placée en garde à vue après avoir été recherchée pendant une semaine

DUBAÏ: La police de Philadelphie a arrêté aujourd’hui une femme de dix-neuf ans en lien avec l’agression mortelle contre un étudiant saoudien, rapportent les médias américains locaux. La femme en question aurait été la voisine de la victime.
La police a retrouvé le corps d’Alwaleed Algheraibi, 25 ans, à l’intérieur d’une propriété de Hansberry Street, à Germantown, un quartier de Philadelphie. Il avait été blessé au cou par un couteau lundi vers midi, heure locale.
Il a été déclaré mort sur les lieux.
Les enquêteurs ont déclaré à la presse locale que le téléphone de la victime et d’autres objets de valeur avaient été saisis.
La police a confirmé aujourd’hui que Nicole Marie Rodgers avait été placée en garde à vue après avoir été recherchée pendant une semaine.
Elle est accusée de meurtre, de vol qualifié, de cambriolage et de possession d’instrument du crime, précise la police.
Alwaleed Algheraibi était sur le point de finir ses études et il devait retourner en Arabie saoudite.
L’oncle de la victime a indiqué aux médias saoudiens locaux que l’accusée vivait dans l’appartement situé en face de celui de son neveu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com