Une application reconstitue la gloire antique des ruines romaines de Baalbek au Liban

 «Baalbek Reborn: Temples» vous permet de voir le site du patrimoine mondial de l'Unesco, connu sous le nom d'Héliopolis à l'époque romaine. (Shutterstock)
«Baalbek Reborn: Temples» vous permet de voir le site du patrimoine mondial de l'Unesco, connu sous le nom d'Héliopolis à l'époque romaine. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Vendredi 23 avril 2021

Une application reconstitue la gloire antique des ruines romaines de Baalbek au Liban

  • «Nous voyons cette application comme un moyen d'inciter les gens à en savoir plus ou à s’y rendre»
  • «Nous espérons tous une lumière au bout du tunnel et cette application pourrait être la petite torche essayant de guider les gens»

DUBAÏ: En 1898, une visite royale inattendue a eu lieu dans la ville de Baalbek, vieille de dix mille ans, joyau de l’histoire archéologique du Liban. Dans le cadre de son grand tour de l’Orient – une expédition qui a nécessité 100 autocars, 230 tentes et 10 guides – le dernier empereur d’Allemagne, l’empereur Guillaume II, et son épouse Augusta-Victoria ont été émerveillés par les célèbres ruines romaines de Baalbek. Bien que l'empereur n'ait passé que quelques heures dans la «ville du Soleil» – son dernier arrêt avant de retourner à Potsdam via le port de Beyrouth – il fut tellement captivé par ce qu’il vit qu'il décida de commander des expéditions allemandes afin de fouiller le site.

n
«Baalbek Reborn: Temples» propose une visite guidée de trente-huit minutes avec une bande audio disponible en anglais, arabe, français et allemand. (Photo Fournie)

 

Afin de commémorer les cent ans du séjour de l’empereur à Baalbek, un musée local a été inauguré en 1998 par le Département général libanais des antiquités (DGA) et l’Institut archéologique allemand (DAI) pour exposer une collection d’objets préhellénistiques, romains et byzantins. La relation culturelle libano-allemande continue de se développer aujourd’hui. À la faveur d’une collaboration entre le DGA, le DAI et la société américaine de tourisme virtuel Flyover Zone, une nouvelle application pour smartphone et tablette a été développée qui permet aux utilisateurs d’admirer Baalbek virtuellement.

Aussi avancé et impressionnant que puisse être ce type de «voyage», le chef de projet de l'application, Henning Burwitz, est conscient qu'il s'agit d'une expérience très différente de celle qui consiste à se rendre réellement sur place. (Fourni (Photo Fournie)
Aussi avancé et impressionnant que puisse être ce type de «voyage», le chef de projet de l'application, Henning Burwitz, est conscient qu'il s'agit d'une expérience très différente de celle qui consiste à se rendre réellement sur place. (Fourni (Photo Fournie)

«Baalbek Reborn: Temples» vous permet de contempler ce site du patrimoine mondial de l’Organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) – connu sous le nom d'Héliopolis à l'époque romaine – tel qu'il était dans le passé et tel qu'il est aujourd'hui. L’application propose une visite guidée de trente-huit minutes avec une bande audio disponible en anglais, arabe, français et allemand. Elle comprend une carte avec 38 points – dont certains sont inaccessibles en réalité – qui peuvent être «visités» en vue panoramique, rapprochée et satellite. Les points forts comprennent les six colonnes emblématiques du temple de Jupiter et du temple de Bacchus, considérés par les experts comme les vestiges de temples de l'époque romaine les mieux conservés au monde.

L'application, lancée fin mars, est un autre exemple de la façon dont la pandémie de Covid-19 a changé le tourisme et les voyages. Depuis le début des confinements mondiaux il y a un an, on s'intéresse de plus en plus à l'utilisation de la technologie de pointe et de la réalité virtuelle pour permettre aux gens d'explorer le monde.

Aussi avancé et impressionnant que puisse être ce type de «voyage», le chef de projet de l'application, Henning Burwitz, est conscient qu'il s'agit d'une expérience très différente de celle qui consiste à se rendre réellement sur place. 

À une époque encore récente, Baalbek a été un lieu artistique majeur de la région arabe, accueillant des artistes de premier plan comme Ella Fitzgerald, Miles Davis, Fayrouz et Oum Kalthoum au Festival international de Baalbek, qui se déroulait en plein air. (Photo Fournie)

«Cette application n'a jamais été destinée à remplacer une visite réelle», déclare Henning Burwitz à Arab News. «En savoir plus sur un site du patrimoine mondial dans un livre, dans une application, c'est formidable. Mais s’y rendre, c'est autre chose. Nous voyons cela comme un moyen d'inciter les gens à en savoir plus, à y aller, ou peut-être même à en entendre parler pour la première fois.»

M. Burwitz se souvient de la première fois que ses yeux se sont posés sur Baalbek en 2002: «Quand on y va une fois, on a envie d’y revenir souvent. Cela vous laisse une impression extraordinaire.»

Le graphisme de «Baalbek Reborn» s’est inspiré du livre de l’archéologue allemand du XXe siècle, Theodore Wiegand, documentant ses découvertes à Baalbek. (Photo Fournie)
Le graphisme de «Baalbek Reborn» s’est inspiré du livre de l’archéologue allemand du XXe siècle, Theodore Wiegand, documentant ses découvertes à Baalbek. (Photo Fournie)

À une époque encore récente, Baalbek a été un lieu artistique majeur de la région arabe, accueillant des artistes de premier plan comme Ella Fitzgerald, Miles Davis, Fayrouz et Oum Kalthoum au Festival international de Baalbek, qui se déroulait en plein air. Au cours des années 1950 et 1960, les temples de Baalbek figuraient en bonne place sur les affiches du tourisme et de l’aviation. Outre son importance historique, qu'est-ce qui fait que Baalbek crée une impression aussi durable sur les gens?

«Le fait que Baalbek et ses sites soient toujours préservés comme ils le sont aujourd'hui, après une guerre civile, et de nombreuses périodes difficiles que ce beau pays a connues, est dû au peuple», précise M. Burwitz. «Ils adorent leur site et ils le préservent parce que c'est leur vie, c'est leur bien-être.»

Le voyage dans le temps a toujours été la passion de l'archéologue et professeur américain, Bernard Frischer, qui a participé au développement de l'application. Grâce à sa société, Flyover Zone, son équipe a pratiquement reconstitué toute la ville de la Rome antique et les prochains projets prévoient la reconstitution de sites égyptiens et mexicains. 

«Notre mission culturelle, qui consiste à jeter un pont entre le temps et l'espace, est d'aider à rapprocher les gens et à leur montrer la culture des autres, dès leur enfance», déclare Bernard Frischer. «Nous devons montrer aux jeunes qu'il existe de nombreux grands monuments à travers le monde et nous devons les rendre facilement accessibles.» 

«Baalbek Reborn: Temples» comprend une carte avec 38 points – dont certains sont inaccessibles en réalité – qui peuvent être «visités» en vue panoramique, rapprochée et satellite. (Photo Fournie)
«Baalbek Reborn: Temples» comprend une carte avec 38 points – dont certains sont inaccessibles en réalité – qui peuvent être «visités» en vue panoramique, rapprochée et satellite. (Photo Fournie)

Le graphisme de «Baalbek Reborn» s’est inspiré du livre de l’archéologue allemand du XXe siècle, Theodore Wiegand, documentant ses découvertes à Baalbek. Un modèle 3D a été développé et des détails mineurs qui rendent la recherche d’un point de vue scientifique plus viable et plus précise ont été ajoutés par la suite. De petites «touches» ont également apporté aux images de Baalbek, capturées par drone, un aspect et un rendu plus riches.

Le voyage dans le temps a toujours été la passion de l'archéologue et professeur américain, Bernard Frischer. (Photo Fournie)
Le voyage dans le temps a toujours été la passion de l'archéologue et professeur américain, Bernard Frischer. (Photo Fournie)

Selon M. Burwitz et M. Frischer, l'application a reçu un accueil positif dans la région et à l'étranger, avec près de 9 000 téléchargements quelques jours après son lancement.

Le projet soutient également une campagne de financement participatif afin de lever des fonds à destination de l'organisation non gouvernementale libanaise, Arcenciel. Cette initiative permettra d’offrir une formation à la restauration à 100 artisans et ouvriers au Liban, avec pour objectif de réhabiliter les maisons patrimoniales de Beyrouth endommagées par l’explosion du port en août de l’année dernière.

Un modèle 3D a été développé et des détails mineurs qui rendent la recherche d’un point de vue scientifique plus viable et plus précise ont été ajoutés par la suite. (Photo Fournie)
Un modèle 3D a été développé et des détails mineurs qui rendent la recherche d’un point de vue scientifique plus viable et plus précise ont été ajoutés par la suite. (Photo Fournie)

Alors que la situation au Liban est terrible – avec des troubles politiques, une crise économique, une augmentation des migrations et le traumatisme collectif causé par l'explosion de Beyrouth de l'année dernière, le tout exacerbant les problèmes causés par la pandémie en cours – Henning Burwitz et son équipe espèrent que ce projet, qui consiste à reconstituer un joyau architectural jusque dans ses détails les plus remarquables, pourra redonner au peuple libanais le sourire.

«Nous espérons tous une lumière au bout du tunnel et cette application pourrait être la petite torche essayant de guider les gens», explique M. Burwitz.

«Nous voulons qu'ils sentent qu’il s’agit d’une bonne nouvelle, qui les rendra heureux et leur donnera un peu d'espoir», ajoute Bernard Frischer. «Cela devrait également leur donner un sentiment particulier de fierté de vivre dans un pays qui a pu atteindre de tels sommets avec un site comme Baalbek.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com

 


Rihanna de retour sur scène pour la mi-temps du Super Bowl

Rihanna participe au 5e bal annuel au profit de la Fondation Clara Lionel au Cipriani Wall Street à New York (Photo, AFP).
Rihanna participe au 5e bal annuel au profit de la Fondation Clara Lionel au Cipriani Wall Street à New York (Photo, AFP).
Short Url
  • Rihanna animera en février prochain le toujours spectaculaire concert de la mi-temps du Super Bowl selon Apple Music
  • Rihanna, qui s'est aussi aventurée avec succès dans la mode, est devenue milliardaire, utilisant sa renommée pour lancer des marques de mode

WASHINGTON: La superstar Rihanna animera en février prochain le toujours spectaculaire concert de la mi-temps du Super Bowl, a annoncé dimanche Apple Music, principal sponsor de ce show aux audiences massives et à l'immense impact financier.

"IT'S ON" ("C'est parti!"), a tweeté Apple Music, ajoutant: "Rihanna sera sur scène" le 12 février 2023 à Glendale, dans l'Arizona, lors de la finale du championnat de football américain, l'événement le plus regardé à la télévision aux Etats-Unis.

Le compte partage en illustration une photo publiée sur les réseaux sociaux par la chanteuse de "Umbrella" et "Diamonds", montrant sa main ornée de tatouages et tenant un ballon de football américain.

Le cliché a été repris par la ligue de football américain NFL.

La chanteuse de la Barbade a depuis plusieurs années mis la musique de côté, au moins publiquement, pour se consacrer notamment à sa marque de cosmétiques "Fenty".

Rihanna, qui s'est aussi aventurée avec succès dans la mode, est devenue milliardaire, utilisant la renommée gagnée grâce à sa musique pour lancer des marques de lingerie, de maquillage et de mode.

Rihanna et le rappeur A$AP Rocky ont eu leur premier bébé le 13 mai à Los Angeles.

Elle entretient le mystère depuis des années sur la sortie de son prochain album. Son dernier opus date de 2016.

A la mi-temps du Super Bowl, elle succèdera à Dr. Dre, Snoop Dogg, Kendrick Lamar, Mary J. Blige et Eminem.

Ces légendes du rap avaient, lors du "halftime show" en février dernier, enchaîné les titres incontournables au cours d'un show impeccablement chorégraphié.

La dernière finale du championnat de football américain, remportée par les Rams face aux Bengals, avait attiré en moyenne quelque 112,3 millions de spectateurs (télévision et streaming), selon NBCUniversal Television and Streaming, son diffuseur.

Le concert à grand spectacle de la mi-temps est produit depuis 2019 par le groupe Roc Nation, fondé par le rappeur new-yorkais et désormais riche homme d'affaires Jay-Z.

Apple Music avait pour sa part annoncé en septembre qu'il devenait le principal sponsor du concert, évinçant Pepsi -- et déboursant pour cela 50 millions de dollars selon la presse.

En 2021, c'est l'artiste canadien The Weeknd qui avait animé le spectacle de la mi-temps, après Jennifer Lopez et Shakira en 2020.

Les plus grandes stars sont montées sur scène lors du Super Bowl, comme Michael Jackson, U2 ou Madonna. L'événement a aussi eu son scandale quand, en 2004, un sein dénudé de Janet Jackson était apparu à l'écran après un geste trop vigoureux de son partenaire sur scène Justin Timberlake.


«Don't Worry Darling» domine le box office nord-américain sans se faire de bile

 Olivia Wilde à la première de «Don't Worry Darling» au AMC Lincoln Square Theatre (Photo, AFP).
Olivia Wilde à la première de «Don't Worry Darling» au AMC Lincoln Square Theatre (Photo, AFP).
Short Url
  • Thriller dystopique d'Olivia Wilde dont la production a été entachée de rumeurs et la sortie pas franchement applaudie par la critique, a pris un bon départ
  • Le film a engrangé 19,2 millions de dollars, selon des chiffres provisoires du cabinet Exhibitor Relations publiés dimanche

LOS ANGELES: Il n'y avait donc pas de quoi s'inquiéter: "Don't Worry Darling", thriller dystopique d'Olivia Wilde dont la production a été entachée de rumeurs et la sortie pas franchement applaudie par la critique, a pris un bon départ dans les salles obscures nord-américaines, arrivant en première position ce week-end.

Le film a engrangé 19,2 millions de dollars, selon des chiffres provisoires du cabinet Exhibitor Relations publiés dimanche.

Avant même sa sortie, il avait fait beaucoup jaser, suscitant moult spéculations sur des tensions, rivalités et incidents entre les principaux protagonistes. Le film n'a par ailleurs pas vraiment séduit les critiques, affichant un score de seulement 38% sur le site "Rotten Tomatoes", qui compile les avis de journalistes spécialisés.

Dans "Don't Worry Darling", sorte de "Truman Show" angoissant dans l'Amérique des années 50, Florence Pugh ("Black widow") incarne Alice, une jeune femme bien sous tous rapports vivant à Victory, une petite ville modèle construite en plein désert par un mystérieux homme d'affaires, joué par Chris Pine.

Comme toutes ses voisines, Alice a une vie réglée comme du papier musique, et, a priori, tout pour être heureuse aux côtés de Jack (Harry Styles), son compagnon, qui part chaque matin pour un travail dont elle ignore tout.

En échange de ce bien-être matériel, Victory n'a qu'une seule règle: ses habitants ne doivent jamais sortir des limites de la ville. Un tabou qu'Alice ne va pas tarder à briser...

Sorti la semaine passée en pole position, "The Woman King", épopée historique de guerrières d'un royaume ouest-africain, glisse ce week-end à la deuxième place, avec 11,1 millions.

Dans ce film, qui dépeint la vie réelle des combattantes du royaume du Dahomey au XIXème siècle -- situé dans l'actuel Bénin --, l'actrice oscarisée Viola Davis incarne Nanisca, une guerrière chevronnée qui forme la prochaine génération de recrues chargées de lutter contre un royaume rival africain plus important et des marchands d'esclaves européens.

Le long métrage installé sur la troisième marche du podium n'est autre qu'"Avatar", re-diffusé en prévision de la sortie de sa suite "Avatar 2: la voie de l'eau", en décembre.

Le film de James Cameron, qui avait fait un tabac en 2009, a réussi à engranger quelque 10 millions, surtout dans des salles Imax.

"Barbarian", un film d'horreur de 20th Century avec Georgina Campbell et Bill Skarsgard, arrive à la quatrième place, avec 4,8 millions.

En cinquième position arrive l'étrange et sanglant "Pearl", de Ti West, avec 1,9 million. Il y est question de séjour à la ferme, d'ambitions cinématographiques, de haches, de fourches et d'alligators...

Voici le reste du top 10:

6 - "Coup de théâtre" (1,9 million de dollars)

7 - "Bullet Train" (1,8 million)

8 - "Krypto et les Super-Animaux" (1,8 million)

9 - "Top Gun : Maverick" (1,6 million)

10 - "Les Minions 2: Il était une fois Gru" (1 million)


Pour sa tournée canadienne, Ibrahim Maalouf met l’accent sur la diversité ethno-culturelle

Standing ovation du public. Les mots « magnifiques », « magiques » et « grandioses » sont ceux qui reviennent le plus souvent sur les lèvres d’une audience impressionnée par la performance de l’artiste. (Photo, AFP)
Standing ovation du public. Les mots « magnifiques », « magiques » et « grandioses » sont ceux qui reviennent le plus souvent sur les lèvres d’une audience impressionnée par la performance de l’artiste. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf a fait son grand retour à Montréal vendredi lors de la tournée mondiale de son nouvel album Capacity to Love
  • Aussi spontané dans la vie que sur scène, Maalouf séduit

MONTRÉAL : Passé de lauréat des plus grands concours internationaux de trompette classique à travers le monde, à jazzman le plus populaire de la scène musicale française, le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf a fait son grand retour à Montréal vendredi lors de la tournée mondiale de son nouvel album Capacity to Love

20h00, la foule trépigne d’impatience. Une fois à l’intérieur, la salle de concert est littéralement pleine.  

Ibrahim Maalouf enchaîne les mélodies et n’hésite pas à interagir avec son public « On a tous besoin de faire un peu de cardio, étant donné que ma maman me gave de ‘Kébbé’ (un plat populaire libanais) » plaisante l’artiste devant un public enflammé.

Le trompettiste incite son audience à danser, à chanter pendant plusieurs minutes pour accompagner ses compositions. 

Avec à la fois beaucoup de calme et d’intensité, le public se plonge dans un silence parfait pour se laisser emporter dans l’univers quasi-sacré du trompettiste lorsqu’il interprète True Sorry, un grand succès extrait de son album Illusions.

Une bouffée d'énergie. Le guitariste, le trompettiste, le bassiste et le pianiste y vont chacun de leur improvisation, Maalouf quitte la scène pour les laisser profiter de ce moment de gloire.

La chanteuse Flavia Coelho s'est aussi chargée d’introduire la soirée avec sa musique caribéenne, de reggae et de hip-hop.

Aussi spontané dans la vie que sur scène, Maalouf séduit. Il met l'accent sur la diversité ethno-culturelle et notre capacité à nous aimer (Capacity to Love). Il clôture ainsi son concert avec la réinterprétation du célèbre Discours final du « Dictateur », de Charlie Chaplin.

Standing ovation du public. Les mots « magnifiques », « magiques » et « grandioses » sont ceux qui reviennent le plus souvent sur les lèvres d’une audience impressionnée par la performance de l’artiste.