Les Rawasheen à La Mecque: une vue civilisée sur le passé et le présent

Les Hijazis se souciaient beaucoup de la qualité de l’intérieur et de la température de leurs maisons, les Rawasheen aidant à réduire la consommation d'énergie pour refroidir l'intérieur des bâtiments. (Photo fournie)
Les Hijazis se souciaient beaucoup de la qualité de l’intérieur et de la température de leurs maisons, les Rawasheen aidant à réduire la consommation d'énergie pour refroidir l'intérieur des bâtiments. (Photo fournie)
Les Rawasheen servaient de fenêtres panoramiques aux mères pour surveiller leurs enfants dans les rues tout en conservant une intimité totale. (Photo fournie)
Les Rawasheen servaient de fenêtres panoramiques aux mères pour surveiller leurs enfants dans les rues tout en conservant une intimité totale. (Photo fournie)
Les Rawasheen, cadres de fenêtres en bois à motifs élaborés trouvés dans les anciens bâtiments de La Mecque et de Djeddah qui améliorent la lumière naturelle et la circulation de l'air, sont enracinés dans le patrimoine architectural du Hijazi, construit avec des outils en bois rares, qui étaient autrefois achetés en Inde, en Indonésie et au Soudan. (Photo fournie)
Les Rawasheen, cadres de fenêtres en bois à motifs élaborés trouvés dans les anciens bâtiments de La Mecque et de Djeddah qui améliorent la lumière naturelle et la circulation de l'air, sont enracinés dans le patrimoine architectural du Hijazi, construit avec des outils en bois rares, qui étaient autrefois achetés en Inde, en Indonésie et au Soudan. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Samedi 24 avril 2021

Les Rawasheen à La Mecque: une vue civilisée sur le passé et le présent

  • Les conceptions architecturales reflètent l'identité de la ville sainte et une culture qui est toujours présente dans l'esprit des habitants de La Mecque
  • L'architecte Talal Samarkandi a déclaré à Arab News que les Rawasheen, les cadres de fenêtres en bois à motifs élaborés trouvés dans les anciens bâtiments de La Mecque et de Djeddah améliorent la lumière naturelle et la circulation de l'air

LA MECQUE: Les visiteurs de la Mecque peuvent voir l'architecture islamique de ses habitants dans toute la zone centrale et les rues principales de la ville, où les portes Rawasheen et Hijazi sont toujours présentes sur les façades des hôtels donnant sur la Grande Mosquée.

Ces conceptions architecturales reflètent l’identité de La Mecque et une culture qui est toujours présente dans l’esprit de ses habitants, qui la voient comme une extension du passé ainsi qu’une incarnation de la richesse historique de la ville sainte.

L'architecte Talal Samarkandi a déclaré à Arab News que les Rawasheen, les cadres de fenêtres en bois à motifs élaborés trouvés dans les anciens bâtiments de La Mecque et de Djeddah qui améliorent la lumière naturelle et la circulation de l'air, sont enracinés dans le patrimoine architectural du Hijazi, construit avec des outils en bois rares, achetés en Inde, en Indonésie et au Soudan.

«Le patrimoine est présenté sur les portes, les fenêtres et les moucharabiyas (un type de fenêtre en oriel en saillie entourée de treillis en bois sculpté)», a déclaré Samarkandi à Arab News, ajoutant que de belles inscriptions ornaient les trous par les décorations dans les plafonds et les portes. «Les gens croyaient que la maison était identifiée par sa porte et s'assuraient ainsi que leurs portes et fenêtres étaient belles et élégantes».

Il a ajouté que le bois était utilisé à des fins environnementales, car le bois est un faible conducteur de chaleur et il est utilisé pour la ventilation.

Selon Samarkandi, les Hijazis se soucient beaucoup de la qualité de l’intérieur et de la température de leurs maisons. Les Rawasheen aidaient à réduire la consommation d'énergie pour refroidir l'intérieur des bâtiments. Les Rawasheen servaient de fenêtres panoramiques aux mères pour surveiller leurs enfants dans les rues tout en conservant une intimité complète. Ils étaient également les «médias sociaux» de l'époque, permettant aux gens de communiquer avec leur environnement. Ces fenêtres chics étaient également utilisées à  des fins commerciales, où les gens pouvaient suspendre des paniers attachés à une corde pour acheter des marchandises à des vendeurs de rue à l'extérieur.

 

« Adopter l'héritage des habitants de La Mecque promeut le charme patrimonial et architectural de la ville, et crée une nouvelle destination touristique pour les visiteurs d'horizons culturels différents. »

Dr Samir Barqah, chercheur en histoire

«Des moucharabiyas étaient  placés devant les Rawasheen pour refroidir les maisons, avec des trous qui permettaient à l'air frais d'entrer dans les pièces des maisons», a ajouté Samarkandi.

L'un des avantages des coutumes Hijazi dans les vieux bâtiments était le respect des droits et des devoirs, a-t-il noté. Les propriétaires de bâtiments plus hauts ne pouvaient pas regarder leurs voisins dans les bâtiments inférieurs; les moucharabiyas étaient fermés et inclinés par le haut.

L'art des inscriptions sur les portes s’est développé et s’est prospéré. À l'époque, les menuisiers gravaient leurs noms sur les portes, dont certaines vieilles de plusieurs siècles.

Les portes en bois ont également été sculptées dans des motifs, des formes architecturales islamiques, telles que l'étoile à cinq branches qui représente les cinq piliers de l'islam, l'étoile à huit branches généralement placée à la base du dôme sur le siège d'un dirigeant ou d'une personne au pouvoir, l'étoile à 12 branches qui représente les mois de l'année, et le croissant, qui est lié à la lune dans toutes les tribus, utilisé pour déterminer la Qibla.

 

«Chaque pays a ses propres tendances architecturales, inspirées de sa culture et de son histoire. Nos propres tendances ont débuté à La Mecque, où nous voyons beaucoup de ces caractéristiques architecturales dans la zone centrale et les façades principales des rues de cette ville», a-t-il ajouté.

Le chercheur en histoire, Dr Samir Barqah, a suggéré que La Mecque possède un héritage architectural unique. «La Mecque a été témoin de différentes cultures architecturales au fil des ans», a-t-il affirmé.

«Faire place à l'héritage de La Mecque promeut le charme patrimonial et architectural de la ville, crée une nouvelle destination touristique pour les visiteurs de différents horizons culturels et encourage les pèlerins à rester plus longtemps dans cette ville, ce qui stimulerait l'économie et créerait des centaines d'emplois pour les locaux», a déclaré Barqah, à Arab News.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

FAIT MARQUANT

----------------------------

Les portes en bois ont également été sculptées dans des motifs, des formes  architecturales islamiques, telles que l'étoile à cinq branches qui représente les cinq piliers de l'islam, l'étoile à huit branches généralement placée à la base du dôme sur le siège d'un dirigeant ou d'une personne au pouvoir. L'étoile à 12 branches qui représente les mois de l'année, et le croissant, qui est lié à la lune dans toutes les tribus, utilisé pour déterminer la Qibla.

--------------------------------


Un éléphant dans la cuisine: une famille thaïlandaise reçoit la visite répétée d'un mastodonte

L’éléphant s’invite dans la cuisine de la famille Boodchan (Photo, AFP/FACEBOOK ACCOUNT OF RADCHADAWAN PEUNGPRASOPPORN).
L’éléphant s’invite dans la cuisine de la famille Boodchan (Photo, AFP/FACEBOOK ACCOUNT OF RADCHADAWAN PEUNGPRASOPPORN).
Short Url
  • Probablement poussé par une fringale nocturne, l'animal massif a passé sa tête à l'intérieur de la cuisine de Kittichai Boodchan aux premières heures dimanche
  • L'éléphant a détruit le mur de leur cuisine en mai, a-t-il raconté, créant un concept de cuisine en plein air qui rappelle une fenêtre de drive-in

BANGKOK: Pour une famille thaïlandaise, la vue d'un éléphant fouillant dans leur cuisine n'a pas été un choc total : ils sont habitués à ses visites répétées.

« Il est venu cuisiner à nouveau », a écrit, sarcastique, Kittichai Boodchan en légende d'une vidéo sur Facebook qu'il a filmée pendant le week-end, montrant un éléphant se frayant un chemin avec sa trompe dans sa cuisine.

Probablement poussé par une fringale nocturne, l'animal massif a passé sa tête à l'intérieur de la cuisine de Kittichai Boodchan aux premières heures dimanche, utilisant sa trompe pour trouver de la nourriture.

A un moment, il ramasse un sac en plastique rempli de liquide, le regarde brièvement, puis le met dans sa bouche, avant que la vidéo ne soit coupée.

Kittichai Boodchan et sa femme vivent près d'un parc national dans l'ouest de la Thaïlande, aux abords d'un lac où les éléphants sauvages se baignent souvent quand ils parcourent la jungle.

Il n'a pas été perturbé par l'imposant mammifère, reconnaissant un visiteur fréquent qui se promène souvent dans les maisons de son village, où il mange avant de partir et de retourner dans la jungle.

L'éléphant a détruit le mur de leur cuisine en mai, a-t-il raconté, créant un concept de cuisine en plein air qui rappelle une fenêtre de drive-in.

Kittichai Boodchan a expliqué qu'une règle générale pour gérer les visiteurs indésirables était de ne pas les nourrir.

« Quand il ne reçoit pas de nourriture, il part tout seul », a-t-il déclaré. « Je me suis habitué à sa venue, donc je n'étais pas si inquiet ».

Les éléphants sauvages sont courants dans les parcs nationaux de Thaïlande et les zones voisines, les fermiers rapportant parfois des incidents lors desquels leurs fruits et cultures de maïs ont été mangés par un troupeau affamé.


Disney choisit une jeune actrice métisse pour incarner Blanche Neige

Une vue sur l'entrée du parc à thème Walt Disney World le 9 juillet 2020 à Lake Buena Vista, en Floride. (Photo, AFP)
Une vue sur l'entrée du parc à thème Walt Disney World le 9 juillet 2020 à Lake Buena Vista, en Floride. (Photo, AFP)
Short Url
  • De mère colombienne et de père polonais, Rachel Zegler, aujourd'hui âgée de 20 ans, avait été sélectionnée à 17 ans pour jouer le rôle de Maria dans le «West Side Story» de Steven Spielberg
  • L'équipe avait notamment été impressionnée par la voix de la jeune femme, qui s'est déjà illustrée dans de nombreuses productions locales de comédies musicales dans le New Jersey, dont elle est originaire

NEW YORK: Disney a annoncé mardi que la jeune comédienne métisse Rachel Zegler incarnerait Blanche Neige dans la version en prises de vue réelles du célèbre dessin animé de 1937, un début de carrière en boulet de canon pour celle qui tiendra aussi le premier rôle dans le remake de "West Side Story", attendu en décembre.

De mère colombienne et de père polonais, Rachel Zegler, aujourd'hui âgée de 20 ans, avait été sélectionnée à 17 ans pour jouer le rôle de Maria dans le "West Side Story" de Steven Spielberg, dont l'équipe avait auditionné plus de 30.000 candidates.

L'équipe avait notamment été impressionnée par la voix de la jeune femme, qui s'est déjà illustrée dans de nombreuses productions locales de comédies musicales dans le New Jersey, dont elle est originaire.

"Les extraordinaires capacités vocales de Rachel ne sont qu'un aspect de son talent", a commenté Marc Webb, futur réalisateur de la nouvelle version de "Blanche Neige", cité dans un message transmis à l'AFP par une porte-parole de Disney.

"Sa force, son intelligence et son optimisme vont devenir partie intégrante de cette redécouverte de la joie du conte de fée classique de Disney", a expliqué le metteur en scène, qui a notamment réalisé deux volets de la saga Spider-Man, "The Amazing Spider-Man" (2012) et "The Amazing Spider-Man: le destin d'un héros" (2014).

La production du film doit débuter en 2022, a indiqué Disney. "Blanche Neige" est l'adaptation d'un conte des frères Grimm, deux linguistes allemands qui ont publié la première version en 1812. 

Le choix d'une comédienne métisse pour incarner celle qui fut, en 1937, la première héroïne de cinéma de Disney, est un nouveau signe d'inflexion pour le studio, longtemps taxé de choisir essentiellement des personnages principaux blancs.

"Mulan" (2020) et "Aladdin" (2019), également versions en prises de vue réelles, avaient déjà mis à l'affiche des premiers rôles issus de la diversité. 

Encore quasiment inconnue du grand public, Rachel Zegler va faire l'un des débuts de carrière les plus médiatisés de l'histoire avec, outre "Blanche Neige" et "West Side Story", un rôle dans "Shazam! Fury of the Gods", suite du film de DC Comics "Shazam!" attendue en 2023.


Le rappeur Pone, ex-Fonky Family: tétraplégique mais toujours musicien

Le rappeur Pone, alité mais toujours (très) actif (Photo, AFP).
Le rappeur Pone, alité mais toujours (très) actif (Photo, AFP).
Short Url
  • Frappé par la maladie de Charcot, continue à faire de la musique grâce à un logiciel qui obéit au mouvement de ses yeux
  • «S'il y avait un message, en tant que malade, ce serait que tout est possible», explique Guilhem «Pone» Gallart

PARIS: Composer malgré la tétraplégie: Pone, ex-pilier du fameux collectif hip-hop Fonky Family, frappé par la maladie de Charcot, continue à faire de la musique grâce à un logiciel qui obéit au mouvement de ses yeux.

« S'il y avait un message, en tant que malade, ce serait que tout est possible », explique Guilhem « Pone » Gallart. Un système de poursuite oculaire, qui guide la souris, lui permet donc de composer, mais aussi d'écrire ou de parler via une voix générée par son ordinateur (avec évidemment, un petit temps de latence pour les réponses).

Il résume son parcours ces dernières années. « Je suis tombé malade en 2015, et je n'ai pas fait de musique jusqu'en janvier 2019. C'est pas que j'avais pas envie, c'est que j'étais occupé à autre chose, survivre ». « Quand le spectre de la mort à disparu, en grande partie grâce à la trachéotomie, j'ai retrouvé l'envie de composer, mais je pensais que c'était pas possible avec les yeux ».

Son mal, appelé aussi sclérose latérale amyotrophique (SLA), se caractérise par une mort progressive des neurones qui commandent entre autre la marche, la parole, la déglutition et la respiration. 

Mais grâce à son relais technologique, le quadragénaire a pu faire à nouveau de la musique et profiter de ses vertus. « Comme toutes les créations je pense, il y a d'abord ce sentiment d'être ailleurs, de ne pas voir le temps filer. Puis le bien-être procuré par la satisfaction du travail accompli, quand on arrive là où on voulait aller, a quelque chose de grisant et apaisant à la fois ».

« Open your eyes »

« J'ai retrouvé le Pone que je connaissais avant », confie son épouse Wahiba. « Et encore plus fort qu'il était avant. La musique de Pone aujourd'hui a changé. J'ai l'impression qu'aujourd'hui son émotion, il la fait encore plus ressortir ». 

Le résultat s'entend de nouveau depuis vendredi avec « Listen and donate », mini-album de quatre titres. Pone y distille une électro rêveuse où l'on entend « Open your eyes » (« Ouvre tes yeux »), tout un symbole. Comme son nom l'indique (« Ecoute et donne » en français) cette œuvre a pour but de récolter des fonds, pour l'association Trakadom (trachéotomie à domicile). Cette structure a été créée par Pone et deux médecins pour former des soignants et des aidants afin d'encadrer le retour à domicile de patients appareillés. 

Les membres du groupe de rap marseillais «Fonky Family» en 1998 (Photo, AFP).

« En parlant de ça avec des médecins, des infirmières, des aides soignantes et des auxiliaires de vie, j'ai non seulement constaté que ce manque (de formation) était important, mais qu'il y avait chez la plupart d'entre eux, une volonté d'être formé », déroule l'artiste. Lui est alité, relié par des tubes à un respirateur artificiel, chez lui, à Gaillac (Tarn) et vit aux côtés de sa femme et ses deux filles.

On veut faire « un max de bruit »

Pour aider l'association, il suffit donc d'écouter sur les plateformes -- ce qui génère des droits d'auteurs reversés -- ou d'acquérir un vinyle trois titres ou de sa version collector quatre titres (chez Naïve/Believe). C'est le célèbre artiste JR qui a signé une série de photos illustrant les deux vinyles proposés en édition limitée.

« Je suis fan d'art pictural, depuis toujours, confesses Pone. J'ai d'ailleurs commencé par le graffiti avant d'être happé par le son. Je vous cache pas que vu l'aspect caritatif du projet, on voulait faire un max de bruit. Et JR était la personne idéale pour ça. On lui a alors demandé et il a dit oui sans réfléchir. Je lui en suis infiniment reconnaissant ».

L'autre grand nom venu donner, indirectement, un précieux coup de main c'est Kate Bush, déjà citée en référence dans les précédents projets du musicien-producteur. « C'est une immense artiste et elle est dans mon top 5 en compagnie de Bob Marley, Curtis Mayfield, Notorious Big et Claude Nougaro », s'enthousiasme-t-il. « On lui a envoyé ‘Kate and me’ (disque de Pone de 2019) et elle m'a aussitôt écrit le plus incroyable mail que j'ai reçu dans lequel elle disait avoir adoré l'album et que j'avais sa bénédiction pour sampler toute sa discographie. J'ai mis trois jours à m'en remettre ». 

D'autres projets ? « J'en ai plein, peut-être un peu trop même... Musique, écriture et projets médicaux associatifs, j'ai du boulot pour 10 ans ».

(Avec AFP).