Covid: Macron se dit «tout à fait favorable» à la levée des brevets sur les vaccins

Emmanuel Macron s'entretient avec la presse alors qu'il visite un gigantesque centre de vaccination contre le Covid-19) / AFP
Emmanuel Macron s'entretient avec la presse alors qu'il visite un gigantesque centre de vaccination contre le Covid-19) / AFP
Short Url
Publié le Jeudi 06 mai 2021

Covid: Macron se dit «tout à fait favorable» à la levée des brevets sur les vaccins

  • Le 23 avril, il s'est dit opposé à la levée immédiate de la propriété intellectuelle, expliquant que le sujet n'était pas celui-là mais celui du transfert de technologie.
  • L'opposition de gauche qui avait réclamé la levée des brevets a immédiatement vilipendé M. Macron, l'accusant de changement de pied

PARIS :Jusqu'ici réticent, Emmanuel Macron s'est dit jeudi "tout à fait favorable à ce que la propriété intellectuelle soit levée" sur les vaccins anti-Covid, au lendemain de l'annonce en ce sens par le président américain Joe Biden.

"Oui nous devons évidemment faire de ce vaccin un bien public mondial", a ajouté le chef de l'Etat en inaugurant le premier grand vaccinodrome à Paris, tout en soulignant que la priorité à court terme était "le don de doses" et "de produire en partenariat avec les pays les plus pauvres".

Le 23 avril, il s'est dit opposé à la levée immédiate de la propriété intellectuelle, expliquant que le sujet n'était pas celui-là mais celui du transfert de technologie.

"Ce que j'ai dit simplement, ce qui est une réalité, c'est qu'aujourd'hui, vous avez un goulot d'étranglement, ce qui rend difficile l'accès au vaccin", a-t-il dit jeudi, alors que l'UE s'est également dite "prête à discuter" d'une levée des brevets sur les vaccins anti-Covid.

"Vous pouvez transférer la propriété intellectuelle à des fabricants pharmaceutiques en Afrique, ils n'ont pas de plateforme pour produire de l'ARN messager. Notre sujet, c'est de transférer la technologie et de savoir-faire pour qu'il y ait des plateformes qui produisent des vaccins à ARN messager en Afrique, c'est ça la clé", a poursuivi M. Macron.

"S'il y a eu un nationalisme vaccinal, il ne faut pas regarder du côté de l'Europe: nous avons dès le premier jour aider nos alliés, nos partenaires, décidé d'exporter vers les pays les plus fragiles" des doses, a-t-il plaidé.

"L'Europe est le continent le plus généreux avec le reste du monde. Nous, sur les doses que nous avons produites, ce sont 65 millions environ qu'on a consommé pour nous et 45 millions qu'on a exporté. Aujourd'hui, sur les d'autres doses produites par exemple chez les Britanniques ou les Américains, il y a zéro dose exportée", a-t-il souligné.

L'opposition de gauche qui avait réclamé la levée des brevets a immédiatement vilipendé M. Macron, l'accusant de changement de pied.

"Biden parle et les Européens applaudissent. Même après avoir voté contre les licences libres sur les vaccins ! Eh Macron ! Garde à vous !", a twitté le chef des Insoumis Jean-Luc Mélenchon.

"Hypocrite Emmanuel Macron ! Vous vous êtes battu contre cette levée des brevets sur le vaccin pour servir vos amis du fric et des laboratoires pharmaceutiques ! La France a voté CONTRE à l’Organisation Mondiale du Commerce ! Biden vous inspire ? Parfait : taxez les riches !", a renchéri le numéro 2 de LFI Adrien Quatennens.

Poutine favorable à la levée des brevets sur les vaccins

Le président russe Vladimir Poutine s'est déclaré jeudi, dans la foulée des Etats-Unis, favorable à la levée des brevets sur les vaccins contre la Covid-19 afin d'accélérer leur production et leur distribution mondiale. 

Ces déclarations interviennent au moment même où la Russie a annoncé jeudi l'homologation d'une version "light" ("légère") de son produit phare contre cette maladie, le Spoutnik V, qui s'administre en une seule dose au lieu de deux. 

Après s'être félicité de l'homologation du dernier-né des vaccins russes, Vladimir Poutine a affirmé que la Russie "soutiendrait" une levée des brevets sur les vaccins contre le coronavirus et demandé au gouvernement d'y travailler. 

"Dans les conditions actuelles, comme je l'ai déjà dit à de nombreuses reprises, il ne faut pas penser à la façon de tirer un bénéfice maximum mais à la façon d'assurer la sécurité des gens", a-t-il souligné au cours d'une réunion retransmise à la télévision,.  

Vladimir Poutine a ainsi emboîté le pas aux Etats-Unis, qui ont annoncé mercredi être partisans de cette option. Il n'a cependant pas fait la moindre référence à la proposition de Washington, affirmant même qu'il s'agissait d'une "idée en Europe". 

Elle "mérite (de retenir) l'attention selon moi et je veux dire par là la levée pure et simple de la protection des brevets sur la vaccination contre le Covid-19", a-t-il poursuivi.  

L'Union européenne a assuré jeudi être "prête à discuter" de ce sujet qui s'invitera au sommet de ses 27 Etats membres à Porto vendredi, tout en se montrant sceptique sur l'efficacité d'une telle mesure pour accélérer la vaccination mondiale. Jusqu'à présent, elle était opposée à cette idée.  


Covid à Moscou: tenter de gagner une voiture en se faisant vacciner

La Russie a enregistré dimanche 14 723 nouveaux cas de coronavirus, dont 7 704 cas à Moscou, de loin le pire foyer de l'épidémie dans le pays, et 953 cas dans la région de Moscou. (Photo, AFP)
La Russie a enregistré dimanche 14 723 nouveaux cas de coronavirus, dont 7 704 cas à Moscou, de loin le pire foyer de l'épidémie dans le pays, et 953 cas dans la région de Moscou. (Photo, AFP)
Short Url
  • Chaque semaine, cinq voitures d'une valeur d'environ 1 million de roubles (11 500 euros) chacune seront en jeu
  • «Du 14 juin au 11 juillet, les citoyens qui auront leur première injection du vaccin contre la Covid-19 pourront participer à la loterie pour gagner une voiture»

MOSCOW: Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, a annoncé dimanche la mise en place d'une loterie pour gagner une voiture pour encourager ses administrés à se faire vacciner contre le coronavirus, face à la hausse de nouvelles contaminations.

Cette annonce intervient au lendemain de la décision de M. Sobianine de décréter une semaine chômée du 12 au 20 juin pour endiguer la propagation de coronavirus dans la capitale russe.

"Du 14 juin au 11 juillet, les citoyens qui auront leur première injection du vaccin contre la Covid-19 pourront participer à la loterie pour gagner une voiture", a déclaré Sergueï Sobianine dans un communiqué publié sur son site officiel.

Chaque semaine, cinq voitures d'une valeur d'environ 1 million de roubles (11 500 euros) chacune seront en jeu, selon la même source.

"Mais bien sûr, le gain principal pour ceux qui se feront vacciner ne peut être comparable à aucune voiture. C'est leur propre santé et équilibre spirituel", a souligné le maire de Moscou.

Pour leur part, les autorités de la région de Moscou ont annoncé dans la foulée mettre en place une loterie pour gagner un appartement de trois pièces pour ceux qui auront leur première injection du vaccin anti-Covid du 15 au 25 juin.

Samedi, M. Sobianine a déjà ordonné la fermeture des aires de jeux pour les enfants dans les centres commerciaux et les parcs jusqu'au 20 juin, a appelé les employeurs à privilégier le télétravail pour leurs employés et interdit aux restaurants de servir les clients de 23h00 à 06h00.

La mairie de Moscou a également annoncé cette semaine la réouverture d'hôpitaux de campagne pour accueillir les malades de Covid.

La Russie a enregistré dimanche 14 723 nouveaux cas de coronavirus, dont 7 704 cas à Moscou, de loin le pire foyer de l'épidémie dans le pays, et 953 cas dans la région de Moscou.

Au total, la Russie a officiellement recensé à ce jour 5 208 687 cas de coronavirus, dont 126 430 décès.

Le pays est l'un des plus touchés par la pandémie, mais la campagne de vaccination lancée en décembre traîne sur fond de méfiance générale de la population.

Depuis décembre, à peine 18 millions de Russes, soit environ 12% de la population, ont reçu au moins une dose de vaccin contre la Covid, selon les chiffres officiels.


Un responsable de l'EMA suggère d'abandonner le vaccin AstraZeneca

Une personne se faisant vacciner contre la Covid-19. (AFP)
Une personne se faisant vacciner contre la Covid-19. (AFP)
Short Url
  • L'Italie a restreint samedi l'utilisation du vaccin AstraZeneca aux personnes âgées de 60 ans et plus, en raison des risques accrus pour la santé des plus jeunes
  • Les vaccins à vecteur viral, comme ceux d'AstraZeneca et de Johnson & Johnson, utilisent comme support un autre virus, qu'on modifie afin qu'il transporte dans l'organisme des informations génétiques permettant de combattre la Covid

ROME : Un haut responsable de l'Agence européenne du médicament (EMA) a estimé, dans une interview publiée dimanche, qu'il serait préférable d'arrêter le vaccin d'AstraZeneca contre la Covid-19 pour toutes les tranches d'âge quand des alternatives sont disponibles.

Marco Cavaleri, responsable de la stratégie vaccinale à l'EMA, a également déclaré au journal italien La Stampa que le vaccin de Johnson & Johnson devrait être utilisé de préférence pour les plus de 60 ans.

Ces deux vaccins à vecteur viral ont été approuvés par le régulateur européen pour les plus de 18 ans, mais ont fait l'objet de rapports faisant état de rares caillots sanguins. L'UE a également autorisé deux vaccins à ARN messager, ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna.

L'Italie a restreint samedi l'utilisation du vaccin AstraZeneca aux personnes âgées de 60 ans et plus, en raison des risques accrus pour la santé des plus jeunes.

Interrogé pour savoir s'il ne serait pas préférable d'interdire AstraZeneca, y compris pour les plus de 60 ans, M. Cavaleri a répondu: "Oui, et c'est une option que de nombreux pays, comme la France et l'Allemagne, envisagent à la lumière de la disponibilité accrue des vaccins à ARN messager".

"Cependant, les incidents ont été très rares et sont intervenus après la première dose. Il est vrai qu'il y a moins de données sur la deuxième dose, mais au Royaume-Uni, ça (le programme de vaccination) se passe bien."

"Chez les jeunes, le risque d'être malade diminue, et le message à leur intention pourrait être d'utiliser de préférence les vaccins à ARN messager, mais le choix est laissé à chaque État", a-t-il ajouté.

Il a estimé que le vaccin à dose unique de Johnson & Johnson présentait "moins de problèmes que l'AstraZeneca", tout en précisant qu'il avait été moins largement utilisé. "Avec une seule dose, il est utile pour certaines catégories difficiles à toucher, mais il reste un (vaccin) à adénovirus, et il est préférable de le réserver aux plus de 60 ans", a-t-il dit.

La technologie de l'ARN messager consiste à injecter dans nos cellules des brins d'instructions génétiques pour leur faire fabriquer des protéines ou "antigènes" spécifiques du coronavirus. Ces protéines vont être livrées au système immunitaire, qui va alors produire des anticorps.

Les vaccins à "vecteur viral", comme ceux d'AstraZeneca et de Johnson & Johnson, utilisent comme support un autre virus, qu'on modifie afin qu'il transporte dans l'organisme des informations génétiques permettant de combattre la Covid. Tous deux utilisent comme support un type de virus très courant appelé adénovirus.


Virus: l'Afrique du Sud retire deux millions de vaccins Johnson & Johnson

Une fiole du vaccin Johnson & Johnson. (AFP)
Une fiole du vaccin Johnson & Johnson. (AFP)
Short Url
  • L'Afrique du Sud milite pour une suspension temporaire des brevets sur les vaccins anti-Covid, pour permettre à chaque pays de produire des versions génériques à faible coût
  • L'Afrique du Sud compte sur la livraison de 31 millions de doses du vaccin J&J à dose unique, pour immuniser sa population de 59 millions

JOHANNESBURG : L'Afrique du Sud, à la traîne dans la vaccination et qui vient d'entrer dans une troisième vague de pandémie de Covid-19, a annoncé dimanche retirer deux millions de vaccins Johnson & Johnson (J&J), en raison d'"un problème de non conformité" lors de sa fabrication aux Etats-Unis.

L'agence sud-africaine du médicament (Sahpra) a indiqué dans un communiqué avoir "pris la décision de ne pas distribuer les vaccins produits à partir de lots de composants médicamenteux non appropriés".

Les autorités américaines ont annoncé vendredi que "plusieurs lots", soit plusieurs millions de doses, fabriqués à Baltimore aux Etats-Unis et dont la production avait dû être stoppée il y a plusieurs semaines, devront être jetés. Des tests avaient révélé que des composants du vaccin britannique AstraZeneca, fabriqué dans la même usine, avaient été mélangés par erreur à la formule de J&J. 

La ministre de la Santé sud-africaine, Mmamoloko Kubayi-Ngubane, qui a reconnu "un pas en arrière dans le programme de vaccination", avait précisé samedi que les lots concernés sont ceux actuellement stockés dans un laboratoire de haute technologie à Port Elizabeth (Sud). 

Le laboratoire sud-africain Aspen importe les composants du vaccin J&J sur ce site et les conditionne sur place.   

L'Afrique du Sud milite pour une suspension temporaire des brevets sur les vaccins anti-Covid, pour permettre à chaque pays de produire des versions génériques à faible coût. 

"Si nous voulons sauver des vies et en finir avec la pandémie, nous devons développer et diversifier la fabrication", a martelé samedi le président Cyril Ramaphosa au sommet du G7 en Angleterre. 

L'Afrique du Sud compte sur la livraison de 31 millions de doses du vaccin J&J à dose unique, pour immuniser sa population de 59 millions. Le pays a réussi à obtenir 30 millions de doses de Pfizer, mais ce vaccin à deux injections nécessite d'être conservé à très basse température.

Une nouvelle livraison de 300 000 vaccins J&J "approuvés" doit arriver mardi, ont affirmé les autorités sud-africaines. 

Le gouvernement avait déjà suspendu temporairement le vaccin en avril, après des cas de caillots sanguins aux Etats-Unis. En février, il avait aussi renoncé à 1,5 million de doses d'AstraZeneca, après des doutes sur son efficacité contre le variant local Beta.

En retard par rapport au reste du monde, l'Afrique du Sud n'a vacciné qu'un peu plus d'1% de sa population. Pays africain officiellement le plus touché, l'Afrique du Sud compte plus de 1,7 million de cas, dont près de 58 000 décès. Plus de 9 300 nouvelles infections ont été recensées ces dernières 24 heures.