Les hôtels de La Mecque occupés à seulement 30%

Les Saoudiens et les expatriés ont l’habitude de passer les dix derniers jours du mois sacré à La Mecque pour prier, mais la plupart ont mis cette tradition de côté depuis le début de la pandémie. (Photo, Shutterstock)
Les Saoudiens et les expatriés ont l’habitude de passer les dix derniers jours du mois sacré à La Mecque pour prier, mais la plupart ont mis cette tradition de côté depuis le début de la pandémie. (Photo, Shutterstock)
Short Url
Publié le Vendredi 07 mai 2021

Les hôtels de La Mecque occupés à seulement 30%

  • Le secteur hôtelier aura besoin d’au moins quatre ans pour se remettre de la crise actuelle
  • «L’ampleur et l’impact de la pandémie ont causé l’annulation des offres proposées par les hôtels au cours des 10 derniers jours du ramadan»

DJEDDAH/LA MECQUE : Le taux d’occupation au début du mois sacré du ramadan variait entre 10% et 20%, alors qu’au cours de la seconde moitié, il oscille entre 30% et 38%, déclare Rayan ben Osama Filali, président du Comité hôtelier, affilié à la Chambre de commerce et d’industrie de La Mecque.

M. Filali confie que, pour la première fois, une augmentation relativement modérée des prix a été observée au cours des derniers jours du ramadan. Un événement sans précédent, car les prix augmentent souvent de 300% au cours des 10 derniers jours du ramadan, par rapport au reste du mois.

«L’ampleur et l’impact de la pandémie ont causé l’annulation des offres proposées par les hôtels au cours des 10 derniers jours du ramadan», note M. Filali. Que seul un petit pourcentage d’hôtels puisse opérer normalement «montre l’ampleur des dommages causés dans le secteur par le coronavirus à l’origine de la Covid-19, et qui a perturbé l’ensemble du système, provoquant des pertes qui risquent de jeter une ombre sur les années à venir».

Le président du Comité hôtelier mentionne que la pandémie a directement perturbé le dynamisme du secteur hôtelier, l’un des secteurs du marché les plus productifs, stimulants et créateurs d’emplois.

Il a également indiqué que seuls 26 hôtels de la région centrale de La Mecque sont opérationnels en cette période de ramadan et que les prix moyens ont chuté de 55%.

La Mecque est le centre névralgique hôtelier de de l’Arabie saoudite, et représente à elle seule plus de 64% du secteur. Ce dernier, selon M. Filali, aura besoin d’au moins quatre ans pour se remettre de la crise actuelle.

Par ailleurs, il note que les conséquences économiques sur les 1 200 hôtels sont extrêmes et que la majorité des hôtels ont complètement suspendu leurs activités, fermant leurs portes et renvoyant des milliers d’employés chez eux.

«Ces employés attendent toujours la réouverture des hôtels après la fin de la pandémie ou après l’achèvement de la campagne d’inoculation de toute la communauté», ajoute-t-il.

Selon M. Filali, le secteur hôtelier génère des rendements financiers considérables pour tous les pays du monde. La capitale sacrée dépend essentiellement de la permanence de ce secteur qui crée des milliers d’emplois chaque année.

M. Filali estime que ce secteur devait connaître une forte expansion, mais que le virus menace l’industrie, malgré les efforts des dirigeants saoudiens pour maintenir les salaires de leurs employés pendant plusieurs mois, grâce au programme d’assurance chômage «Saned».

«Le faible nombre de réservations, le volume opérationnel élevé et le coût de la nourriture ont paralysé le secteur du tourisme, ce qui a poussé de nombreux hôtels à suspendre leurs activités jusqu’à la fin de la pandémie», explique M. Filali.

Bassam Khanfar, directeur général de l’hôtel Shaza Makkah, confie à Arab News que plus de 17 000 chambres sont vides en raison de la pandémie.

Il estime qu’une reprise progressive des activités et du pouvoir d’achat doit être prise en compte afin que le secteur puisse se rétablir avec le moins de pertes possibles.

De plus, il précise que le prix moyen d’une chambre durant les vingt premiers jours du ramadan était de SAR 1 300 (287 euros), pour passer ensuite à SAR 1 900 (420 euros) durant les dix derniers jours du mois sacré.

L’hôtel de M. Khanfar propose une réduction de 50% aux professionnels de la santé en reconnaissance des efforts considérables qu’ils ont déployés dans la lutte contre le virus ; efforts qui se reflètent dans les performances du Royaume dans sa lutte contre la pandémie.

Les Saoudiens et les expatriés ont l’habitude de passer les dix derniers jours du mois sacré à La Mecque pour prier, mais la plupart ont mis cette tradition de côté depuis le début de la pandémie.

«Avant la pandémie, je tenais à effectuer l’Omra au cours des dix derniers jours de chaque ramadan, en particulier la 27ième nuit, celle où Laylat Al-Qadr (la Nuit du Destin) est censée avoir eu lieu», raconte Ahmed Al-Ghamdi, propriétaire d’un café à Djeddah, à Arab News.

Il ajoute qu’avant la Covid-19, la Grande Mosquée accueillait des centaines de milliers de fidèles pendant les 10 derniers jours du ramadan.

«Malheureusement, je ne peux pas pratiquer l’Omra cette fois-ci parce que je n’ai pas encore reçu la première dose du vaccin, malgré toutes mes tentatives. Mais c’est normal, car des millions de personnes tentent de s’inscrire pour le recevoir», mentionne-t-il.

L’ami de M. Al-Ghamdi, Salem ben Saleh, officier de l’armée à la retraite, indique avoir eu la chance de recevoir la première dose, et qu’il prévoit d’effectuer le pèlerinage dans les prochains jours.

«Effectuer l’Omra au cours des dix derniers jours du ramadan fait partie de mes traditions depuis plus de 30 ans », confie M. Saleh à Arab News.

Pour lui, pratiquer l’Omra pendant le ramadan équivaut à un Hajj, comme le dit le Prophète Mahomet.

«Le sentiment que vous éprouvez pendant et après avoir accompli l’Omra pendant le ramadan est indescriptible», ajoute M. Saleh.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Moody's: Les États du Golfe à faible fiscalité dépendront des hydrocarbures pendant au moins 10 ans

Le pétrole et le gaz représentent à ce jour au moins un cinquième du PIB de la plupart des pays du Golfe. (Shutterstock)
Le pétrole et le gaz représentent à ce jour au moins un cinquième du PIB de la plupart des pays du Golfe. (Shutterstock)
Short Url
  • «La diversification économique dans d’autres secteurs que celui des hydrocarbures reste l'objectif politique le plus souvent énoncé dans la région»
  • En dépit des plans ambitieux des différents gouvernements, les initiatives de diversification engagées depuis l'année 2014 ont donné des résultats limités

DUBAÏ: La réticence des pays du Golfe à hausser les taxes fait partie des raisons pour lesquelles la région continuera à dépendre des hydrocarbures pendant une décennie au moins, indique l'agence de notation Moody's.

Cette dernière estime que la dépendance des pays du Golfe aux hydrocarbures restera la principale contrainte en matière de crédit en dépit de la poursuite des efforts de diversification.

«La diversification économique dans d’autres secteurs que celui des hydrocarbures reste l'objectif politique le plus souvent énoncé dans la région. Toutefois, il faudra probablement attendre plusieurs années pour y parvenir», affirme Alexander Perjessy, analyste principal chez Moody's et auteur du rapport. «Les plans annoncés visant à développer le potentiel de production d'hydrocarbures, associés aux engagements des gouvernements en faveur de l'application de taxes nulles ou très basses ne laissent pas présager une diminution significative de la forte dépendance aux hydrocarbures dans les années à venir», explique-t-il.

En effet, dans la plupart des pays du Golfe, le pétrole et le gaz représentent à ce jour un cinquième du PIB au minimum, plus de 65% du total des exportations et au moins 50% des recettes publiques.

En dépit des plans ambitieux des différents gouvernements, les initiatives de diversification engagées depuis l'année 2014 ont donné des résultats limités et se verront ralenties par la baisse du prix du pétrole, avertit l'agence Moody's.

Si la dynamique de diversification est susceptible de s'accélérer, elle risque toutefois d'être freinée par la baisse des ressources disponibles qui permettent de financer les projets, mais aussi par la concurrence au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG) dans une gamme étroite de secteurs.

Les recettes tirées des hydrocarbures, recueillies sous la forme d'impôts sur les bénéfices, de redevances et de dividendes (versés par les compagnies pétrolières nationales), constituent toujours la majeure partie des recettes publiques de la région.

Moody's attribue notamment cette situation à l'engagement de longue date des gouvernements du CCG en faveur d'un environnement fiscal nul ou très faible, «qui relève du contrat social implicite entre les dirigeants et les citoyens, mais qui traduit également une volonté d'encourager la croissance et le développement du secteur non pétrolier».

L'agence de notation estime que les États souverains du CCG ont encaissé des recettes fiscales non issues des hydrocarbures équivalant à moins de 4% du PIB hors hydrocarbures, en moyenne, pour l'année 2019. Ce chiffre est à comparer au taux des principales économies à revenu élevé, qui dépasse 22%.

Selon Moody's, si les prix du pétrole atteignent une moyenne de 55 dollars le baril (1 dollar = 0,84 euro), soit près de la moitié de ses prévisions pour le moyen terme, les hydrocarbures resteront probablement le principal contributeur du PIB des pays souverains du CCG, ainsi que la principale source de recettes publiques au cours de la prochaine décennie, voire plus longtemps.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Bitcoin ou dollars: la diaspora salvadorienne face à la volatilité des cryptomonnaies

Un homme paie en bitcoins dans un magasin au sud-est de San Salvador, le 9 juin 2021. Le bitcoin va avoir cours légal au Salvador, a déclaré le président du pays (AFP)
Un homme paie en bitcoins dans un magasin au sud-est de San Salvador, le 9 juin 2021. Le bitcoin va avoir cours légal au Salvador, a déclaré le président du pays (AFP)
Short Url
  • Le président salvadorien Nayib Bukele a approuvé le 9 juin le bitcoin comme devise légale dans le petit pays d'Amérique centrale
  • Le Salvador est ainsi le pays d'Amérique latine percevant le plus gros volume d'argent de sa diaspora, qui vit en majorité aux Etats-Unis, proportionnellement à la taille de son économie

MONTEVIDEO : Les Salvadoriens de l'extérieur peuvent désormais transférer des fonds en bitcoin à leurs familles restées dans le pays. Mais se risqueront-ils à utiliser la cryptomonnaie au cours hautement volatile ?

Le président salvadorien Nayib Bukele a approuvé le 9 juin le bitcoin comme devise légale dans le petit pays d'Amérique centrale. Il a affirmé que son adoption évitera de perdre des "millions de dollars" en taux de change interbancaire lors des envois d'argent depuis l'extérieur.

Le Salvador, 6,4 millions d'habitants, est très dépendant de ces "remesas", qui représentent 24,1% de son Produit intérieur brut (PIB). Selon les données de la Banque mondiale (BM), en 2020, il a reçu plus de 5,9 milliards de dollars de ses ressortissants vivant hors du pays.

Le Salvador est ainsi le pays d'Amérique latine percevant le plus gros volume d'argent de sa diaspora, qui vit en majorité aux Etats-Unis, proportionnellement à la taille de son économie.

Avec une contraction de 7,9% du PIB en 2020 en raison de la pandémie, le Salvador parie sur la croissance de ces transferts de fonds (+4,8 % l'an dernier) comme un soutien important pour son économie dollarisée.

"En mai, les expéditions de bitcoins vers le Salvador ont quadruplé et pourraient encore s'accroître si le cours (des cryptomonnaies) continue d'augmenter", constate Edward Moya, analyste de marché chez Oanda.

"Il s'agit d'une expérience en cours qui pourrait être couronnée de succès si la volatilité du bitcoin continue de baisser et que son prix évolue à la hausse", ajoute-t-il.

Mais M. Moya estime que dans un premier temps les "méthodes traditionnelles" d'envoi de dollars perdureront "jusqu'à ce que le bitcoin devienne un actif stable".

Manuel Orozco, directeur du Centre pour la migration et la stabilisation économique à Washington, prévient cependant qu'"il est faux de supposer qu'il n'y aura pas de frais de transaction" pour l'envoi de fonds en bitcoins "car le traitement lui-même et le sceau réglementaire entraînent des coûts".

«Lacunes»

Le bitcoin est régulièrement critiqué par les régulateurs pour ses usages illégaux, notamment le blanchiment d'argent provenant d'activités criminelles, le financement du terrorisme et le manque de protection de ses utilisateurs.

D'autres pointent du doigt son empreinte carbone.

La Banque mondiale a rejeté jeudi la demande d'assistance du Salvador dans sa tentative d'adopter le bitcoin comme devise légale et devenir le premier pays au monde à l'utiliser à partir de septembre pour toutes les transactions.

"Ce n'est pas quelque chose que la Banque mondiale peut soutenir étant donné les lacunes en matière d'environnement et de transparence", a expliqué  un responsable de la BM.

La semaine dernière, le Fonds monétaire international (FMI) avait, lui, avait fait part de ses inquiétudes."L'adoption du bitcoin comme monnaie légale soulève un certain nombre de problèmes macroéconomiques, financiers et juridiques qui nécessitent une analyse très minutieuse", avait déclaré un porte-parole, notant les "risques importants".

Le FMI a cependant accepté de rencontrer cette semaine des représentants du gouvernement salvadorien. La Banque centraméricaine d'intégration économique (BCIE) a annoncé qu'elle fournirait son assistance technique.

Volatilité

L'extrême volatilité du prix du bitcoin, qui peut faire varier la valeur d'un envoi entre son point de départ et son arrivée au Salvador, est l'un des problèmes les plus généralement pointés.

"Pour qu'une monnaie remplisse la fonction de réserve de valeur (...) elle ne devrait pas être aussi volatile", juge Oscar Cabrera, ancien président de la Banque centrale de réserve du Salvador.

Une enquête de la Chambre de commerce et d'industrie du Salvador, publiée la semaine dernière, dévoile que 96,4% des hommes d'affaires du pays préfèrent que l'utilisation du bitcoin soit facultative, que 93,2% des salariés préfèrent conserver le dollar pour percevoir leurs salaires, et 82,5 % choisiraient la monnaie américaine plutôt que le bitcoin pour recevoir des transferts de fonds.

Pour M. Orozco, la circulation du bitcoin aurait cependant un côté positif : la génération d'"une importante liquidité qui générerait un surplus pour le crédit et l'investissement", en plus de la modernisation du système bancaire.

"À court terme, sur le plan stratégique, c'est une opportunité pour le système financier salvadorien", juge-t-il.


Un nouveau fonds saoudien rivalise avec la plus grande caisse au monde

Ceci s’inscrit parmi les nombreuses mesures prises par l'Arabie saoudite dans le cadre d'un plan de diversification de l'économie au-delà du pétrole. (Photo, Shutterstock)
Ceci s’inscrit parmi les nombreuses mesures prises par l'Arabie saoudite dans le cadre d'un plan de diversification de l'économie au-delà du pétrole. (Photo, Shutterstock)
Short Url
  • La fusion va entraîner une réduction des coûts et contribuer à l’augmentation des retours sur investissement
  • Le gouvernement a présenté un plan pour porter les actifs de ses fonds souverains à plus de mille milliards de dollars d'ici 2025

RIYAD : L'Arabie saoudite s’apprête à faire concurrence aux plus grands investisseurs mondiaux dans le secteur des assurances, après la fusion de deux de ses plus grands fonds.

Le cabinet saoudien a approuvé la semaine dernière la fusion de l'Agence des pensions publiques avec l'Organisation générale de l'assurance sociale (GOSI) afin de consolider le parapluie de protection des assurances publiques et privées.

La nouvelle entité va disposer d'actifs de plus de 250 milliards de dollars, rapporte Bloomberg d’après Saad Al-Fadly, le PDG de Hassana Investment Co, la branche de gestion des investissements de l'Organisation générale des assurances sociales du Royaume (GOSI).

Ce chiffre la place parmi les dix premiers fonds mondiaux, et qui sont mesurés par rapport aux actifs sous gestion.

La fusion va entraîner une réduction des coûts et contribuer à l’augmentation des retours sur investissement, explique Al-Fadly dans l’interview.

«La fusion va renforcer la position du fonds, améliorer les performances et positionner GOSI parmi les dix meilleurs investisseurs dans les régimes de retraite au monde», affirme-t-il.

«L’ampleur d’un fonds constitue un avantage dans la gestion des relations, des coûts et des négociations. Elle est utile à bien des égards, ce qui améliore les rendements», explique-t-il.

Ceci s’inscrit parmi les nombreuses mesures prises par l'Arabie saoudite dans le cadre d'un plan de diversification de l'économie au-delà du pétrole.

Le gouvernement a présenté un plan pour porter les actifs de ses fonds souverains à plus de mille milliards de dollars d'ici 2025.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com