La levée des brevets sur les vaccins mise en doute par le désaccord Berlin-Washington

Des militants se rassemblent au National Mall pour soutenir l'accès mondial au vaccin COVID-19 / AFP
Des militants se rassemblent au National Mall pour soutenir l'accès mondial au vaccin COVID-19 / AFP
Short Url
Publié le Vendredi 07 mai 2021

La levée des brevets sur les vaccins mise en doute par le désaccord Berlin-Washington

  • La protection des brevets n'est pas le facteur qui empêche la production des vaccins, insistent les groupes pharmaceutiques
  • La production est aussi freinée par des barrières douanières ou la pénurie de certains ingrédients

NEW YORK : L'idée d'une levée des brevets sur les vaccins anti-Covid est globalement rejetée par les entreprises pharmaceutiques. Si leurs profits ne sont pas dans l'immédiat menacés, elles craignent qu'une telle proposition instaure un précédent freinant l'innovation.

Pas d'impact immédiat sur les labos

La protection des brevets n'est pas le facteur qui empêche la production des vaccins, insistent les groupes pharmaceutiques. 

"Donner aux pays qui en ont besoin un livre de recettes sans les ingrédients, les garanties et la main d'oeuvre qualifiée n'aidera pas les gens qui attendent le vaccin", a souligné Michelle McMurry-Heath, patronne du lobby des sociétés de biotechnologie BIO.

Maîtriser la technologie de l'ARN messager (ARNm), à la base des vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna, acheter les machines, mener les essais cliniques, lancer la fabrication à grande échelle, "ne se fait pas en 6, 12 ou 18 mois", a remarqué le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, jeudi. Son entreprise s'est d'ailleurs engagée dès octobre à ne pas poursuivre d'autres entreprises qui utiliseraient ses brevets pour produire des vaccins contre le Covid-19 à leur tour.

La production est aussi freinée par des barrières douanières ou la pénurie de certains ingrédients. 

Pour les entreprises qui tirent actuellement des profits du vaccin - Johnson & Johnson et Astrazeneca se sont engagés à l'écouler à prix coûtant - la levée des brevets ne les affectera pas "spécialement dans les mois à venir", affirme Ian Gendler, du cabinet de recherche Value Line.

La proposition pourrait-elle avoir un effet positif sur la réputation de laboratoires souvent décriés pour les tarifs élevés des médicaments? Pas sûr, selon Farasat Bokhari, économiste spécialisé dans les questions de concurrence et de santé à l'université britannique d'East Anglia. "A ce stade, ce serait sous la pression des gouvernements et ils apparaîtraient comme des réfractaires."

Une « pente glissante »?

Pour le patron de la biotech new-yorkaise Acorda Therapeutics, Ron Cohen, en soutenant la levée temporaire des brevets, "Joe Biden s'engage sur une pente dangereuse et glissante". "Quels seront les prochains brevets sur la liste à ne plus être protégés une fois que ce précédent aura été institué?", s'alarme-t-il sur Twitter en remarquant que le cancer ou la maladie d'Alzheimer peuvent aussi être considérés comme des "crises mondiales". 

Le système de propriété intellectuelle tel qu'il existe n'est pas fondamentalement menacé, nuancent plusieurs experts. 

Mais lever des brevets pour le Covid-19 "crée un précédent pour les crises sanitaires à venir", avance M. Bokhari. Les laboratoires pharmaceutiques, aidés ou non par les fonds publics, "n'auraient plus d'incitation à investir la prochaine fois qu'il y a une urgence". 

Vaccin: oui à la levée des brevets, priorité aux pays pauvres

La levée des brevets sur les vaccins contre le Covid-19 est une bonne idée mais les pays les plus riches doivent tenir leurs engagements envers les plus pauvres, a estimé vendredi la prix Nobel d'économie Esther Duflo.

Le soutien américain à une levée des brevets sur les vaccins "est une bonne chose" en ce qu'il "met la pression sur les groupes pharmaceutiques", a déclaré l'économiste dans un entretien au quotidien italien La Repubblica.

Pour autant, ce partage des brevets, encore hypothétique, ne règle pas la question de l'accès des pays les plus pauvres aux sérums disponibles sur le marché.

En créant et en finançant Covax, un système de partage des vaccins anti-Covid, des États, des organisations internationales et des personnalités comme Bill Gates ont permis de fournir 50 millions de doses aux pays pauvres. Mais "ce sont deux milliards de doses qui sont nécessaires", rappelle Esther Duflo.

Or, "l'effort économique pour aider les pays pauvres serait dérisoire: pour acheminer dans ces pays deux milliards de doses de vaccins, il faudrait 29 milliards de dollars. Disons que si on porte ce chiffre à quatre milliards, la dépense est légèrement supérieure à 50 milliards. On voit bien que ce n'est rien comparé aux milliers de milliards de dollars que les Etats-Unis à eux seuls investissent dans leur plan de reprise", selon l'économiste franco-américaine, prix Nobel 2019.

La représentante américaine au Commerce, Katherine Tai, a créé la surprise mercredi en annonçant que Washington était désormais favorable à "la levée" des brevets sur les vaccins contre le Covid-19, une mesure réclamée depuis des mois à l'OMC par de nombreux pays, l'Inde et l'Afrique du Sud en tête.

Mais les brevets sont essentiellement détenus par des laboratoires américains, globalement opposés à leur levée qui les priverait, selon eux, d'un retour sur des investissements coûteux.

Quel partenariat public-privé ?

Soutenir la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid relève sans doute surtout "d'une question d'optique" pour l'administration Biden, estime Damien Conover, spécialiste du secteur pharmaceutique pour le cabinet Mornigstar. 

Habituellement défenseurs du maintien des droits de propriété intellectuelle, les Etats-Unis font face à la pression des pays en développement, qui déplorent la lente distribution des vaccins à travers le monde quand 45% de la population américaine a déjà reçu une dose.

Cette iniquité "reste encore à résoudre", remarque M. Bokhari. "Il faut par exemple trouver où sont les goulets d'étranglement dans la production", dit-il. 

A ses yeux, le gouvernement américain peut surtout aider à nouer des accords de licences entre les groupes pharmaceutiques et les fabricants dans les pays en développement, qui incluent des transferts de savoir-faire.

Le spécialiste de propriété intellectuelle à l'université de Columbia à New York, Shyam Balganesh, argue, lui, pour une large mise en commun de toutes les connaissances sur le Covid-19, qui ne va pas disparaître de sitôt. 

Les réticences des entreprises ne font pas le poids selon lui face aux aides apportées par les gouvernements, qui ont financé une partie de la recherche, facilité les processus réglementaires ou la logistique, et au fait que la situation est exceptionnelle. 

Surtout, remarque-t-il, "que ce soit l'industrie pharmaceutique, qui affirme qu'on ouvre la boîte de Pandore, ou que ce soit les défenseurs de la santé publique, qui célèbrent ce développement, il est important de reconnaître que nous ne savons pas quel sera le texte adopté".

Veut-on lever les brevets sur les vaccins pour plusieurs années ou jusqu'à ce qu'on atteigne une immunité collective? Veut-on aussi y inclure les traitements? "Il y a encore beaucoup de points à négocier."


Thaïlande: interdiction des écrans solaires nuisibles aux coraux

Les études scientifiques ont montré que ces substances chimiques «détériorent les récifs de corail, détruisent les larves de corail, entravent leur système reproductif et causent le blanchissement des coraux». (Photo, AFP)
Les études scientifiques ont montré que ces substances chimiques «détériorent les récifs de corail, détruisent les larves de corail, entravent leur système reproductif et causent le blanchissement des coraux». (Photo, AFP)
Short Url
  • Les contrevenants risquent une amende de 100 000 bahts thaïlandais (3 000 dollars), mais les autorités n'ont pas précisé comment elles comptaient faire respecter l'interdiction
  • Les plages thaïlandaises sont une destination très prisée attirant habituellement des millions de touristes mais les écrans solaires qu'ils utilisent sont devenus une source d'inquiétude pour la survie des fragiles coraux, à la croissance très lente

BANGKOK: La Thaïlande a interdit mercredi les crèmes solaires contenant des substances chimiques susceptibles de causer des dégâts aux récifs de corail dans ses parcs nationaux marins.

Un décret entré en vigueur mercredi interdit l'usage dans les parcs nationaux marins de la Thaïlande des crèmes solaires contenant des composés chimiques comme l'oxybenzone, l'octinoxate, le 4-methylbenzylidene camphor ou le butylparaben. Ces produits servent de filtres pour protéger la peau des rayons UVA et UVB ou comme les parabens, de conservateurs permettant de lutter contre les germes.

Selon le texte, les études scientifiques ont montré que ces substances chimiques "détériorent les récifs de corail, détruisent les larves de corail, entravent leur système reproductif et causent le blanchissement des coraux".

Les contrevenants risquent une amende de 100 000 bahts thaïlandais (3 000 dollars), mais les autorités n'ont pas précisé comment elles comptaient faire respecter l'interdiction.

Les plages thaïlandaises sont une destination très prisée attirant habituellement des millions de touristes mais les écrans solaires qu'ils utilisent sont devenus une source d'inquiétude pour la survie des fragiles coraux, à la croissance très lente.

Le secteur crucial du tourisme a été dévasté par la pandémie de Covid-19, le gouvernement ayant imposé des restrictions très strictes à l'entrée du territoire thaïlandais.


Le Royaume-Uni va vacciner les 16-17 ans contre le Covid

Jusqu'alors, les jeunes de plus de 16 ans n'étaient éligibles que s'ils sont considérés à haut risque en raison de pathologies sous-jacentes. (Photo, AFP)
Jusqu'alors, les jeunes de plus de 16 ans n'étaient éligibles que s'ils sont considérés à haut risque en raison de pathologies sous-jacentes. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les 16-17 ans recevront une première dose avant qu'une décision ne soit prise au sujet de la deuxième dose après examen des données
  • Seul le vaccin Pfizer/BioNTech a pour l'heure été approuvé chez les plus de 12 ans par le régulateur britannique

LONDRES: Le Royaume-Uni va étendre sa campagne de vaccination contre le coronavirus aux adolescents de 16 et 17 ans, s'abstenant pour l'instant d'immuniser tous les plus de 12 ans comme de nombreux pays occidentaux, ont annoncé mercredi les autorités sanitaires.

"J'ai demandé au NHS", le service public de santé britannique, "de se préparer à vacciner ceux qui sont éligibles dès que possible", a déclaré dans un communiqué le ministre de la Santé, Sajid Javid.

Le programme commencera dans "les toutes prochaines semaines", a déclaré le professeur Jonathan Van-Tam, médecin-chef adjoint pour l'Angleterre, lors d'une conférence de presse.

Les 16-17 ans recevront une première dose avant qu'une décision ne soit prise au sujet de la deuxième dose après examen des données, a-t-il ajouté.

Jusqu'alors, les jeunes de plus de 16 ans n'étaient éligibles que s'ils sont considérés à haut risque en raison de pathologies sous-jacentes.

Seul le vaccin Pfizer/BioNTech a pour l'heure été approuvé chez les plus de 12 ans par le régulateur britannique.

Selon le Pr Wei Shen Lim, qui préside la commission chargée de conseiller le gouvernement dans son programme de vaccination, les données seront réexaminées pour les 12-15 ans.

Le mois dernier, le gouvernement avait annoncé l'extension de la campagne de vaccination aux 12-15 ans cliniquement vulnérables, ainsi qu'aux 12-17 ans qui sont en contact dans leur foyer avec des personnes immunodéprimées et à tous les jeunes de 17 ans dans les trois mois qui précèdent leur 18e anniversaire.

Au Royaume-Uni, où 73% des adultes sont totalement vaccinés, l'épidémie a fait près de 130 000 morts, l'un des bilans les plus lourds en Europe.


Grèce: un monastère et plusieurs villages entourés par les flammes sur l'île d'Eubée

Sept villages ont été évacués par précaution et une partie de la route principale entre Tripoli et Pyrgos a été fermée (AFP)
Sept villages ont été évacués par précaution et une partie de la route principale entre Tripoli et Pyrgos a été fermée (AFP)
Short Url
  • Alors que douze villages et hameaux menacés ont été évacués, trois moines ont refusé de quitter le monastère Saint-David
  • Sous l'effet d'une canicule exceptionnelle, avec des températures dépassant les 40 degrés, la Grèce était mercredi la proie d'une quarantaine d'incendies

ATHENES: Un monastère et une dizaine de villages étaient entourés par les flammes mercredi sur l'île d'Eubée, à 200 km d'Athènes, dans le plus violent des quarante incendies qui frappent la Grèce sous l'effet d'une canicule exceptionnelle.

Les flammes immenses émergeant de la forêt et visibles de la mer témoignaient de la virulence du sinistre qui semblait incontrôlable, selon les pompiers, en raison du terrain accidenté et de l'absence de visibilité.

Alors que douze villages et hameaux menacés ont été évacués, trois moines ont refusé de quitter le monastère Saint-David, situé au sommet d'une montagne près de Rovies, dans le nord d'Eubée, ont précisé la police et les pompiers.

"Les flammes sont hautes de 30 à 40 mètres et encerclent le monastère. Nous suffoquons à cause de la fumée", a déclaré un moine par téléphone à l'agence de presse grecque ANA. 

"Nous les évacuerons de force" en cas de danger pour leur vie, a déclaré à l'AFP un officier de police.

Les autorités ont appelé les habitants de Rovies et des villages proches à quitter leurs maisons et à se rassembler sur la plage, selon l'ANA. 

Quelque 85 personnes s'étaient réunies mercredi après-midi sur la plage et ont été évacuées par la police portuaire, qui a mis cinq bateaux à disposition.

Trois pompiers ont été légèrement blessés en luttant contre les flammes, selon les autorités.

- "Impossible d'intervenir" -

Une centaine de pompiers, aidés de deux hélicoptères et de quatre avions bombardiers d'eau, ont été mobilisés pour lutter contre cet incendie, dont le front a été estimé à une vingtaine de kilomètres, selon la protection civile.

Mais "nous sommes complètement incapables d'intervenir ni par les airs ni par la terre", a déclaré le vice gouverneur de la région, Dimitris Vourdanos. "Il y a deux fronts principaux qui sont incontrôlables et plusieurs autres plus petits", a-t-il dit au quotidien Kathimerini.

Les maires de deux localités ont dénoncé le manque de moyens. "Nous prions les autorités de renforcer les forces aériennes et terrestres pour ne pas risquer des vies humaines", a déclaré Giorgos Tsapourniotis, maire de Limni, sur l'ANA. 

"Aucun moyen aérien n'a été déployé pour éteindre le feu", a accusé Argyris Liaskos, le maire ajdoint de Mantoudiou. "Au moins 150 maisons ont brûlé", a-t-il précisé sur Skai TV. 

Sous l'effet d'une canicule exceptionnelle, avec des températures dépassant les 40 degrés, la Grèce était mercredi la proie d'une quarantaine d'incendies, selon le ministre adjoint de la protection civile Nikos Hardalias.

- Feu près de l'ancienne Olympie -

Un feu a pris près du village de l'ancienne Olympie à l'ouest de la péninsule du Péloponnèse, selon les pompiers.

La ministre de la Culture, Lina Mendoni, et le ministre de la protection du citoyen, Michalis Chrysochoidis, devaient se rendre sur place en fin de journée pour évaluer les risques pour le site archéologique.

Une centaine de soldats du feu y sont mobilisés, aidés de trois hélicoptères et de deux avions, selon la même source.

Sept villages ont été évacués par précaution et une partie de la route principale entre Tripoli et Pyrgos a été fermée, selon les pompiers. 

Le maire de l'ancienne Olympie, Giorgos Georgopoulos a dénoncé lui aussi sur Open TV le manque de moyens: "Nous avons besoin de plus de soutien aérien". 

Dans le cadre du mécanisme de protection civile de l’UE, deux avions de lutte contre les incendies en provenance de Chypre et deux autres venant de Suède doivent apporter leur soutien à la Grèce. 

D'autres incendies étaient en cours en Chalcidique (nord) et dans le sud du Péloponnèse (ouest). Sur l'île de Rhodes, le sinistre a été maîtrisé mercredi.

Un incendie qui s'était déclaré mardi aux portes d'Athènes était en passe d'être maîtrisé mercredi, après avoir détruit près de 1.250 hectares de pinède au pied du Mont Parnès, selon Nikos Hardalias.

A Athènes, les autorités ont recommandé à tous de rester le plus possible à l'intérieur ou de porter un masque pour se protéger des cendres et des particules.

Des dizaines de personnes avec des problèmes respiratoires ont fait appel aux urgences, selon les services sanitaires.